Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 01/2020

Représentations
Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14312
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 01/2020

Message par HELENE ADAM » 16 janv. 2020, 00:28

La Damnation de Faust

Hector Berlioz
Livret d'Hector Berlioz et Almire Gandonnière d'après Goethe

Orchestre de Paris
Choeur de l'Orchestre de Paris
Choeur d'enfants de l'Orchestre de Paris

Tugan Sokhiev, direction
Paul Groves, Faust
Karine Deshayes, Marguerite
Ildebrando d'Arcangelo, Méphistophélès (et Paul Gay le 16)
Renaud Delaigue, Brander
Lionel Sow, chef de choeur

15 et 16 janvier 2020, Philharmonie de Paris.

Une incontestable malédiction a atteint les solistes initialement prévus : Ludovic Tézier s'est retiré il y a déjà quelque temps, Jean François Borras est tombé malade. Le premier est remplacé par Ildebrando d'Arcangelo, également souffrant ce soir et annoncé comme tel à l'entracte même s'il a tenu à poursuivre sa performance (mais demain ?) et Paul Groves n'était pas malade mais cela fait un moment qu'il a perdu ses aigus.
Bref, vive Margarita, Karine Deshayes la seule en forme vocale.
Choeurs, orchestre pas mal du tout.
Mais bon... :mrgreen:
(retour plus détaillé plus tard)
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Il prezzo
Ténor
Ténor
Messages : 698
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 15/16/01/2020

Message par Il prezzo » 16 janv. 2020, 06:24

Avant de t'avoir lue, je t'anticipe déjà un peu injuste avec les hommes!

D'Arcangelo, dont on avait perçu un ou deux "gratons" en première partie, était quand même très impressionnant par la puissance et la chaleur de son timbre, avec une technique qui lui permet de belles nuances. On est scotché dès sa fameuse entrée cuivrée Ô pure emotion...

Groves possède parfaitement le rôle, qu'il semble chanter depuis longtemps. La passion qu'il met dans l'interprétation très romantique du personnage, fait passer certains aigus un peu difficiles.

Avec Deshayes, on retrouve le plaisir d'une prosodie française parfaite, et un style qui exacerbe idéalement la féminité et la fragilité de Marguerite. Un pur régal lyrique, même si je préfère des voix plus larges pour le D'amour, l'ardente flamme.

Assis à 1m devant les premiers violons, la perception de leur virtuosité était bluffante. Alternant avec des regards sur la droite sur la gestuelle très théâtrale et investie du chef, cette Damnation fut pour moi une incroyable expérience d'immersion.

Et last but not least, les choeurs en surnuméraire au-dessus et tout autour de la scène, ont contribué à une véritable orgie musicale.

Le concert était précédée d'une intéressante petite conférence de Jean-Pierre Bartoli (avec courts exemples musicaux, de caractérisation instrumentale des personnages), où l'on découvrait  évidemment moins de scoops sur cette illustrissime "légende dramatique" que dans les très instructives présentations à Favart d'oeuvres moins connues, comme le récent Fortunio.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14312
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 15/16/01/2020

Message par HELENE ADAM » 16 janv. 2020, 09:29

Il prezzo a écrit :
16 janv. 2020, 06:24
Avant de t'avoir lue, je t'anticipe déjà un peu injuste avec les hommes!
:lol:

Je n'ai pas été déçue n'attendant pas de "grandes" choses de Paul Groves mais bon, certes il connait le rôle, mais le timbre était très rauque durant toute la première partie, s'améliorant un peu en deuxième partie, tandis que la voix déraillait, notamment dans le duo avec Marguerite, (provoquant quelques grimaces des instrumentistes) souvent trop sollicitée dans des aigus qu'il atteint difficilement. Aucun confort, peu du romantisme indispensable au rôle, quelques passages acceptables gâchés d'ailleurs partiellement par le fait que l'orchestre déferlait assez souvent sur les solistes et que, du premier rang de l'orchestre, ils en étaient parfois carrément noyés.
L'an dernier, sous la baguette de Charles Dutoit dans cette même Philharmonie, c'était John Osborn qui avait défendu le rôle avec autrement de conviction à mon goût et un timbre souverain.
Je n'ai pas beaucoup aimé non plus d'Archangelo mais comme il était annoncé souffrant (et que physiquement il semblait assez fiévreux), il est difficile de juger de sa prestation qui, contrairement à celle de son confrère, n'a jamais déraillé. Mais la voix a manqué à plusieurs reprises de la stabilité nécessaire à mon avis.
Karine Deshayes s'en est très bien sortie, très à l'aise et souveraine, avec une voix claire qui passait facilement l'orchestre, les choeurs et la redoutable acoustique de cette salle, son admirable prononciation française et énormément du charme nécessaire à Marguerite, même si ce n'est pas le genre de rôle où elle peut utiliser la palette très belcantiste de son talent qui est sa meilleure part à mon sens. Très beau "l'amour ardente flamme". Beaucoup d'émotion perceptible dans la salle à ce moment là.
Sokhiev dirige avec une précision et une fièvre communicative mais sa direction de Berlioz se fatigue un peu sur la dernière partie malgré d'évidents efforts pour contrôler l'imposant effectif qu'il dirige (choeurs d'enfants compris). Je le trouve plus à son affaire dans la musique russe. Là après un début époustouflant, cela manquait un peu de respiration.
Globalement l'oeuvre étant sublime et les choeurs et l'orchestre plutôt en forme, on passe quand même une bonne soirée mais... :mrgreen:
(et puis comme toujours à la PP, les perceptions seront sans doute assez différentes selon la place...).

PS : pour ce soir, se dépêcher pour attraper la navette de retour car elle est prise d'assaut et certains spectateurs imprudents n'ont pas pu la prendre, elle était trop remplie... :wink:
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

muriel
Basse
Basse
Messages : 2958
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 01/2020

Message par muriel » 16 janv. 2020, 10:14

Merci pour les conseils et pour la conférence
Comment était la diction de l'Archange, parce qu'en français on ne comprend pas un mot ?

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14312
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 01/2020

Message par HELENE ADAM » 16 janv. 2020, 14:52

muriel a écrit :
16 janv. 2020, 10:14
Comment était la diction de l'Archange, parce qu'en français on ne comprend pas un mot ?
Je ne suis pas très convaincue par son style que je trouve souvent un peu "relâché" et le manque d'attention à la diction en fait partie. Mais on comprenait ce qu'il chantait. Ses difficultés se situaient plutôt dans une instabilité de la voix qui venait très probablement de sa méforme.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
kirby
Alto
Alto
Messages : 356
Enregistré le : 14 déc. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 01/2020

Message par kirby » 16 janv. 2020, 15:52

Belle soirée en effet.
Sokhiev dirige plus une symphonie avec voix qu'un oratorio. C'était souvent très brillant mais cela manquait un peu de variété dans les atmosphères et d'une vraie conception d'ensemble.
Les chanteurs avaient l'air un peu perturbé dans sa direction avec parfois des micro décalages et des départ qui manquaient d'assurance...il semblait en tout cas plus intéressé par les musiciens que les chanteurs...trop l'habitude de travailler avec une troupe au Blochoï ??
Certaines passages étaient en tou cas magnifiques (les 2 airs de Marguerite, la marche hongroise, le choeur des soldats mélangé au choeur des étudiants, l'apothéose de marguerite).
Groves a en effet fait bien mieux que ce à quoi je m'attendais...sauf pour le duo avec Marguerite où il s'est malheureusement effondré...
D'arcangelo a fait le job....mais cette diction pâteuse était vraiment gênante, et même s'il n'avait pas été malade....

enrico75
Baryton
Baryton
Messages : 1199
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 01/2020

Message par enrico75 » 16 janv. 2020, 21:56

Première partie .
Soirée surprise
Grève des éclairagistes
L orchestre a accepté de jouer sous une lumière blafarde et sauve les meubles tout en se déclarant solidaire des grévistes (speech du premier violon) huées et hourras mêlés du public !!
Paul Gay remplace d'Archangelo souffrant et est remarquable.
Ténor inaudible de ma place.
Direction appliquée sans tension ni passion

enrico75
Baryton
Baryton
Messages : 1199
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 01/2020

Message par enrico75 » 16 janv. 2020, 23:43

2ème partie :D lux fiat
Par miracle la lumière est revenue sur les pupitres(ils ont du aller acheter en catastrophe une centaine de paire de lampes led au magasin du coin :lol: ) et on annonce que Paul G remplace d'Arcangelo, alors qu' il chante depuis le début :?:
Curieusement ce soir, P. Groves excellent dans le duo avec marguerite (si on excepte tous les aigus mats et en voix mixte),on voit qu'il domine bien le rôle depuis longtemps, mais ça se dégrade dans l ode à la nature. et çà repart au galop dans la scène finale.
K.Deshayes correct mais sans plus, pas beaucoup d'émotion dans "d amour l ardente flamme",diction très moyenne(Hiero va encore dire que je suis obsédé),mais la voix est belle,ample avec beaucoup de nuances.
Paul Gay remplaçant au pied levé formidable:
Élégant, racé, diction parfaite dans la lignée de Van Dam ,beaucoup de nuances sans l'outrance de Courjal.
A noter les soquettes rouges de Renaud Delaigue(solidatité avec les grévistes? :wink: )excellent Brander par ailleurs.
Chœur pléthorique excellent mais dont le chef se désintéresse la plupart du temps ,c est dire sa perfomance.
Direction précise et appliquée de T.Sokhiev mais sans âme ni passion comme un beau poème symphonique avec voix.
Orchestre somptueux et virtuose,mais d'une sonorité globale neutre sans les" excés "indispensables dans Berlioz (Cf. Markevitch,Davis,Gardiner,Roth..)
quand même une belle soirée que je critique avec regrets car tous les musiciens chanteurs et chœurs ont eu bien du mérite à donner ce spectacle ,en témoigne cette pauvre violoncelliste de l'orchestre qui s'est trouvé coincée et étouffée avec son instrument, dans la navette blindée à la sortie du concert et qui gardait le sourire :) :)

houppelande
Ténor
Ténor
Messages : 764
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 15/16/01/2020

Message par houppelande » 17 janv. 2020, 08:01

Il prezzo a écrit :
16 janv. 2020, 06:24
Groves possède parfaitement le rôle, qu'il semble chanter depuis longtemps. La passion qu'il met dans l'interprétation très romantique du personnage, fait passer certains aigus un peu difficiles.
Depuis au moins sa Damnation de Salzburg, enregistrée en 1999. Je l'avais vu à Bastille en 2004, dans la mise en scène surprenante de Lepage. La voix était dans toute sa splendeur.

muriel
Basse
Basse
Messages : 2958
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Sokhiev - Philharmonie de Paris - 01/2020

Message par muriel » 17 janv. 2020, 10:07

Soirée exceptionnelle,orchestre choeur et solistes.
Quelle surprise de voir arriver Paul Gay en veste noire et pantalon rouge, sans annonce préalable...
Il apporte sa truculance, sa diction parfaite, son investissement, souvent drôle. Et qu'elle voix chaude et puissante.
Grand chanteur, tellement grand qu'il a cogné sa tête à son entrée en revenant après l'entracte et qu'il s'est fait mal.

Groves très impliqué, bien meilleur en 2e partie.
Karine superbe de bout en bout et quel dialogue avec le cor anglais !

Du 2e balcon de face, l'acoustique était parfaite.

Un grand silence pendant la représentation et un grand moment de recueillement à la fin.
Respect !

Répondre