L'Opéra National de Paris : actualités.

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6723
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par David-Opera » 13 janv. 2020, 23:56

aurele a écrit :
13 janv. 2020, 23:36
Je me demande à ce rythme là si Les Contes d'Hoffmann auront lieu. J'ai une place pour le 8 février.

Ayant été moi-même été gréviste une fois pour la première fois de ma vie ces derniers mois, je comprends le mécontentement mais cette grève prolongée a des conséquences sur les productions, sur l'argent perdu par l'institution, etc.

Le gouvernement ne fait rien en même temps pour rassurer les Français et les professions en grève. Je n'en disconviens pas.
Pour l'instant, la CGT joue la grève jusqu'au 6 février, au minimum, donc l'ONP devrait suivre. Mais on ne peut pas préjuger d'une éventuelle prise de conscience salutaire à tout moment.
En revanche, le gouvernement considère, et il suffit de revoir la vidéo ci-dessus, qu'en ayant garanti au personnel actuel que son contrat ne sera pas modifié, et qu'il restera dans l'ancien système qui le protège de tout, est tout à fait suffisant, et qu'il n'a pas donc pas besoin d'en faire plus.
Seules les personnes embauchées à partir de 2022 entreront dans le régime universel, ce qui leur laissera le temps, avec la tutelle, de prévoir la reconversion des années à l'avance.
Donc la grève ne se justifie pas, et la prétendue cause de vouloir par solidarité défendre des personnes futures, que l'on ne connait pas et qui n'ont donc rien demandé, est tout à fait absurde.

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 11264
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par Bernard C » 14 janv. 2020, 00:43

David-Opera a écrit :
13 janv. 2020, 23:56


Pour l'instant, la CGT joue la grève jusqu'au 6 février, au minimum, donc l'ONP devrait suivre. Mais on ne peut pas préjuger d'une éventuelle prise de conscience salutaire à tout moment.
En revanche, le gouvernement considère, et il suffit de revoir la vidéo ci-dessus, qu'en ayant garanti au personnel actuel que son contrat ne sera pas modifié, et qu'il restera dans l'ancien système qui le protège de tout, est tout à fait suffisant, et qu'il n'a pas donc pas besoin d'en faire plus.
Seules les personnes embauchées à partir de 2022 entreront dans le régime universel, ce qui leur laissera le temps, avec la tutelle, de prévoir la reconversion des années à l'avance.
Donc la grève ne se justifie pas, et la prétendue cause de vouloir par solidarité défendre des personnes futures, que l'on ne connait pas et qui n'ont donc rien demandé, est tout à fait absurde.
Non , non David , le ministre ne dit pas ça , il ne s'engage que pour les danseurs , et il le répète .
Ce n'est pas "le personnel de l'Opéra " , même s'ils regarderont les spécificités de "certains métiers "

La grève de l'Opéra de Paris ne repose pas que sur les danseurs ......

Bernard
COVID-19 , point de vue : https://m.youtube.com/watch?v=zyyESPxJsqM&noapp=1
Puis Aretha Franklin pour le plaisir
https://youtu.be/k33sINjn9o0

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6723
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par David-Opera » 14 janv. 2020, 20:53

In Paris, Even the Ballet Dancers Are on Strike - New-York Times - 14 janvier 2020
https://www.nytimes.com/2020/01/13/arts ... tion=click

Extraits :
...
The Paris Opera Ballet’s dancers currently stop working at 42, then receive monthly payments equal to 45 to 48 percent of their top salaries. (According to the company, an entry level dancer’s gross earnings total about 35,000 euros, or $39,000 a year; an “étoile,” or star, whose salary is negotiated privately, may make upward of €77,000, and often much more.) While retired dancers often work as teachers or ballet masters, the pension ensures a smooth professional transition. The average annual wage in France is €35,856.
...
The strike will carry on, Matthias Bergmann, a union representative, said. “We remain completely opposed to this reform, which goes against our values, and will continue to do everything we can to put an end to it,” he wrote in an email on Sunday.
...
While the Paris ballet receives generous government funding for its dancers’ pensions, not every company in France does. Mr. Riester has noted that regional ballet troupes, which lack the pension resources of the Paris Opera, find local employment for dancers who retire.

But Sandrine Deshaie, a former dancer in the Ballet Nice Méditerranée, said she had been offered no such alternative. After 17 years of working on short-term contracts, she said, she was “left to my own devices to find employment.”

She added, “When there were problems at regional companies, Paris Opera Ballet dancers knew about our precarity and did nothing to show solidarity.”

“Social rights are great,” she added. “At the same time, financial problems are proving themselves to be real right now in France.”

...

“The pension comes from Louis XIV’s era, when dance was revered as one of the most important cultural assets,” said Benjamin Millepied, a former director of dance of the Paris Opera. “It’s a wonderful tradition from a time when culture held that kind of place in society.”
...
Christine Thomassen, a former principal dancer of the Norwegian National Ballet and vice president of the union representing that company’s dancers, said members reached out to Paris Opera Ballet colleagues to express support for the cause.

“Dancers are extremely passionate about their art form and audience,” she said in a telephone interview. “If the dancers at the Paris Opera have been on strike for over a month, it is because this is actually very serious — both for them as individual workers and for the future of the art form.”

...
In the United States, the European model of state-funded ballet was “looked to as a dream or a fantasy,” said Griff Braun, an official at the American Guild of Musical Artists, a labor union. Mr. Braun said that even in top companies, most dancers are offered yearlong renewable contracts. American dancers generally have access to retirement savings plans, but nothing that resembles the Paris pension benefit.
...
The Paris Opera’s striking dancers say that eliminating the pension would reshape the company and destroy elements of its celebrated style. For example, the generous provisions encourage retention, which allows the members of the corps de ballet, or ensemble, to develop unparalleled uniformity of movement, down to the angles of their wrists and fingers.

“Without the pension, dancers trained at the Paris Opera School of Dance will move elsewhere for better compensation,” Mr. Carniato, the dancer and union official, said.

Mr. Millepied said that the company’s long history created an atmosphere in which change was resisted. “The Paris Opera Ballet is very respectful of traditions, but then there’s the question of how to take those traditions forward,” he said.

He said, however, it’s “impossible for me to be against these dancers wanting to save their pension.” He added, “During this difficult time for the arts, it is exactly the kind of thing we should be saving.”


Avatar du membre
Christopher
Basse
Basse
Messages : 2129
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : sud

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par Christopher » 14 janv. 2020, 21:36

Et dans les ateliers ils ne sont pas en grève ? Pour entraver les nouvelles productions à venir Manon , le Ring ...ça serait pas mal aussi

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14312
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par HELENE ADAM » 14 janv. 2020, 23:36

Image
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6723
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par David-Opera » 15 janv. 2020, 00:01

C'est sans doute ce qui est le plus dramatique dans cette histoire : les danseurs de l'ONP se trouvent liés à une cause politique, rejeter l'évolution vers un régime universel de retraite, cause de rejet qui intéresse surtout une partie du service public, comme s'il n'était pas possible de garantir leur avenir dans le cadre de ce nouveau régime, en incluant les conditions des autres danseurs du territoire, et comme si l'Etat ne souhaitait pas mettre en place ces nouveaux mécanismes.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6723
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par David-Opera » 15 janv. 2020, 12:38

Un ancien article des Echos écrit il y a 4 ans après la démission de Benjamin Millepied.

A l'Opéra de Paris, la réforme face au poids des traditions - 12 février 2016
https://www.lesechos.fr/2016/02/a-loper ... ns-1110098

Image

Extraits :

Le chorégraphe prodige, qui a démissionné la semaine dernière avant même la présentation de sa deuxième saison, voulait faire souffler un vent de liberté et d'autonomie dans l'un des meilleurs corps de ballet au monde. Il avait soif de créer plus que de diriger une compagnie de 154 danseurs. ...Son échec à l'Opéra peut aussi être lu comme une métaphore de l'insondable difficulté à réformer au pays de l'exception culturelle.
... Alors que l'Ecole de danse de Paris a trois cents ans, que plus de 90 % des danseurs de l'Opéra de Paris en sont issus, que le ballet compte cinq échelons à franchir par concours interne annuel, il a cru pouvoir tout bousculer, mettre en avant des jeunes prometteurs et en oublier les danseurs étoiles. ...

Nommé en 2012 et arrivé aux manettes en 2014, Stéphane Lissner ainsi que son directeur délégué Jean-Philippe Thiellay avaient eux aussi prêché la bonne parole modernisatrice. Mais, bien que rompus aux difficultés de management d'une structure aussi complexe que l'Opéra - Lissner venait de l'ultra-syndiquée Scala de Milan tandis que Jean-Philippe Thiellay avait été vice-président de la Caisse de retraite des personnels de l'Opéra national de Paris -, ils ont dû rapidement déchanter.
Dès le lancement de leur première saison, en septembre 2015, ils mesurent la difficulté à instaurer un dialogue social sain face à des préavis arbitraires du syndicat FSU. Une constante, malgré les micro-avantages accordés dans l'urgence qui viennent grossir « le millefeuille indigeste qu'est devenue l'organisation du travail », soulignent deux ex-dirigeants dans leur livre « L'Opéra de Paris, coulisses et secrets du Palais Garnier ».

... A Garnier, le ballet est un Etat dans l'Etat.
A Bastille, temple du lyrique, les syndicats de techniciens sont prompts à la grève, tandis que les orchestres revendiquent une forme d'autogestion.

Il y a un peu de la SNCF ou de l'Education nationale à l'Opéra de Paris que l'on surnomme au ministère de la Culture « l'Epic de Louis XIV » (établissement public industriel et commercial), en référence à la décision royale de créer les académies de danse et d'opéra. Le droit de revendication figure dans les conventions collectives, et les artistes sont eux aussi quasi fonctionnarisés.

...Au pays de l'ultralibéralisme, le « Met » de New York, l'opéra le plus riche avec un budget de 327 millions de dollars (et il n'a pas de ballet), a dû, en 2014, menacer de lock-out après la chute de sa billetterie et l'explosion des coûts de personnel (1.600 salariés); les musiciens, très syndiqués, ont été obligés d'accepter d'importantes baisses de salaire car le « Met » ne reçoit, lui, pas un centime d'argent public.

A la prestigieuse Scala, où les subventions sont tombées à un tiers du budget de 115 millions d'euros, Stéphane Lissner a dû réduire la voilure en 2013-2014 et diminuer le nombre d'opéras produits. La Royal Opera House de Londres, qui ressemble le plus à l'Opéra de Paris avec son ballet intégré et ses levers de rideau nombreux (500 contre 412), s'en sort mieux : elle affiche un budget de 160 millions d'euros, alimenté pour moins du quart par des subventions et presque autant par du « fundraising », mais aucun des 1.000 employés n'a de statut apparenté à celui de fonctionnaire.
...
Avec ses savoir-faire exceptionnels en matière de décors et de costumes, ses artistes de haut niveau, l'Opéra de Paris fait des merveilles. Mais avec un budget de 211 millions alimenté à 45 % par des fonds publics, le contribuable et la tutelle sont en droit d'être exigeants.
...

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6723
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par David-Opera » 16 janv. 2020, 13:36

Préavis de grève jusqu'au 22 janvier pour l'instant.
https://www.operadeparis.fr/message-aux ... nvier-2020
Les spectacles "jeunes publics" à l'amphithéâtre ne sont pas impactés.

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2811
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

Re: L'Opéra National de Paris : actualités.

Message par dge » 16 janv. 2020, 14:22

David-Opera a écrit :
16 janv. 2020, 13:36
Préavis de grève jusqu'au 22 janvier pour l'instant.
https://www.operadeparis.fr/message-aux ... nvier-2020
Les spectacles "jeunes publics" à l'amphithéâtre ne sont pas impactés.
La course à l'abîme, ce n'était pas hier à la Philharmonie ?

Répondre