Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Représentations
Wim
Alto
Alto
Messages : 327
Enregistré le : 10 déc. 2017, 12:56

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par Wim » 07 mars 2020, 09:20

Représentation du 6/3
Commençons par l'excellence: Kaufmann et Davidsen. Kaufmann m'a rappelé pourquoi je l'adore. Oh ce crescendo lors de sa première intervention. Prestation fantastique. On a retrouvé le Kaufmann des meilleurs jours. Dommage que le rôle soit si petit. Ceux qui avaient suggéré qu'il serait jaloux de Davidsen (voir une photo de la performance de dimanche passé), c'est de la conspiracy theory pure et simple: c'était sans doute dû aux restes de sa maladie. Hier il était rayonnant.
Davidsen, on le sait, voix immense qui écrase le reste du plateau (sauf Kaufmann en fait, ce qui pourrait vous étonner). La facilité avec laquelle elle chante fort et beau est confondante. Il est clair aussi qu'elle va encore s'améliorer. J’ai déjà l'eau à la bouche dans l’anticipation d'entendre sa première Brünnhilde. Je sais, il me faudra encore plusieurs années de patience.
Zeppenfeld est un chanteur que j'aime bien et il était fidèle à lui-même.
Après ce trio, on se demande où le casting director de la ROH est allé chercher les idées: Neal ne ferait pas peur à une mouche, chante faux (surtout au début) et quand on a encore Lundgren dans les oreilles, la comparaison est très cruelle.
Forsythe en Marzelline est tout au plus honorable et dépare dans cette distribution. Silins ne fait guère mieux.
Rarement ai-je entendu l'orchestre en si grande forme. Pappano aussi totalement transporté par cette musique. A tel point, qu'il a souvent couvert les chanteurs, à l'exception de Kaufmann et, évidemment, Davidsen. Je me demande si c'était à dessein, parce qu'il voulait couvrir les faiblesses hors du trio principal.
Puis, on était un peu réticents à se l'avouer, mais le I était un peux ennuyeux. On attendait avec impatience l'air de Fidelio, 'Abscheulicher,...'. Le II, porté essentiellement par le trio Kaufmann, Davidsen et Zeppenfeld, était beaucoup mieux même si la mes était ridicule. Quand mes yeux ont mal à cause de la lumière forte et que Kaufmann chante en même temps 'welch dunkel' (qu'il fait noir), franchement, je ne pouvais que sourire. Idem quand Rocco et Fidelio creusent la tombe et qu'il n'y a rien à creuser. Pas si difficile de mettre quelques sacs de terre sur scène, non ? Quant à l'interprétation du II: ces spectateurs sur scène, je les imagine comme nous tous, témoins qui n'agissons pas devant les injustices dans le monde, mais je ne suis pas un as des mes.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14186
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par HELENE ADAM » 07 mars 2020, 12:32

CR du 3 plus haut.
Compléments du 6 mars : en lisant le CR de Wim, j'imagine que nous n'étions pas tout à fait aux mêmes places parce que je n'ai pas eu hier soir, pas plus que le 3 mars, l'impression d'un orchestre couvrant les voix les moins percutantes (qu'il a cité). Du haut de l'amphithéâtre (encore plus haut le 6 que le 3, je pense que l'acoustique est assez différente ce qui me donne une appréciation plus "positive" de la querelle Jacquino/Marzeline au début de l'opéra.
Sinon, je le rejoins sur l'appréciation musicale des chanteurs : Kaufmann donne encore plus que le 3 et ira sans doute crescendo au fur et à mesure des représentations, son Florestan est impressionnant de tous les points de vue et sa satisfaction aux saluts était manifeste et visible. Lise Davidsen, absolument exceptionnelle, m'a semblé contrôler davantage son volume (elle sait tout faire :wink: ) pour s'adapter notamment à celui d'Amanda Forsythe ce qui donnait des duos plus équilibrés que mardi dernier (mais méfions nous des effets d'acoustique). Oui moi aussi j'attends une future Brunnhilde. Nous avons une très jeune soprano dramatique qui a l'avantage d'avoir une voix fraiche et une technique impressionnante...
Rétabli, Simon Neal chantait Don Pizarro sans grande originalité (et avec un faux départ).
L'orchestre était globalement excellent mais suis-je la seule à avoir entendu un "couac" de cuivre à la fin du grand air de Leonore ? :mrgreen:
Soirée globalement très réussie pour moi à nouveau. :D
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

paco
Basse
Basse
Messages : 9250
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par paco » 07 mars 2020, 15:32

HELENE ADAM a écrit :
05 mars 2020, 10:19
CR de Fidelio, soirée du 3 mars etc.
Merci pour ce CR très fouillé, on a l'impression d'y être scène par scène ! :D
Ce que tu décris de la mise en scène donne envie, à condition que le texte réécrit ne soit pas une succession de dissertations universitaires comme c'était le cas lors de la dernière production à Garnier (Johan Simons). Si ce sont des textes réellement théâtraux, alors cette "ré-écriture" me semble avoir du sens par rapport au contexte de l'oeuvre.

Wim
Alto
Alto
Messages : 327
Enregistré le : 10 déc. 2017, 12:56

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par Wim » 08 mars 2020, 12:03

HELENE ADAM a écrit :
07 mars 2020, 12:32
CR du 3 plus haut.
Compléments du 6 mars : en lisant le CR de Wim, j'imagine que nous n'étions pas tout à fait aux mêmes places parce que je n'ai pas eu hier soir, pas plus que le 3 mars, l'impression d'un orchestre couvrant les voix les moins percutantes (qu'il a cité). Du haut de l'amphithéâtre (encore plus haut le 6 que le 3, je pense que l'acoustique est assez différente ce qui me donne une appréciation plus "positive" de la querelle Jacquino/Marzeline au début de l'opéra.
Sinon, je le rejoins sur l'appréciation musicale des chanteurs : Kaufmann donne encore plus que le 3 et ira sans doute crescendo au fur et à mesure des représentations, son Florestan est impressionnant de tous les points de vue et sa satisfaction aux saluts était manifeste et visible. Lise Davidsen, absolument exceptionnelle, m'a semblé contrôler davantage son volume (elle sait tout faire :wink: ) pour s'adapter notamment à celui d'Amanda Forsythe ce qui donnait des duos plus équilibrés que mardi dernier (mais méfions nous des effets d'acoustique). Oui moi aussi j'attends une future Brunnhilde. Nous avons une très jeune soprano dramatique qui a l'avantage d'avoir une voix fraiche et une technique impressionnante...
Rétabli, Simon Neal chantait Don Pizarro sans grande originalité (et avec un faux départ).
L'orchestre était globalement excellent mais suis-je la seule à avoir entendu un "couac" de cuivre à la fin du grand air de Leonore ? :mrgreen:
Soirée globalement très réussie pour moi à nouveau. :D
2e rang du parterre
Pas entendu le couac mais j’étais focalisé sur Davidsen, je suis sûr

enrico75
Baryton
Baryton
Messages : 1189
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par enrico75 » 10 mars 2020, 07:52

La soirée du 9 mars,qui pourrait bien être la dernière, ne m'a pas totalement convaincu.
Certes la mise en scène de Kratzer est remarquable au premier acte ou l'on ne s'ennuie pas une seconde.C'est vivant,animé (malgré
les tempis très lents de Pappano) les dialogues réécris collent bien avec le livret ,ils anticipent toujours ce que les protagonistes vont chanter.Il y a une foule de détails qui permettent bien de caractériser chaque personnage Hélène en a suffisamment parlé, je n'y reviendrai pas.
Par contre je n'ai pas trop adhéré au "concept " du 2ème acte ou les personnages prennent une dimension presque symbolique fasse à l'humanité spectatrice ,l'occasion pour Kratzer de nous brosser un peinture(en l'occurrence vidéo)implacable de la société.
Vocalement bien sûr on attendait le remplaçant de JK souffrant,David Butt Philip
Eh bien ce jeune ténor anglais(plutôt barytenor) s'en n'est pas mal sorti:le timbre est plutôt agréable, la voix assez puissante passe bien l'orchestre avec un engagement scénique et dramatique exceptionnel mais elle est souvent engorgée, il chante dans le masque comme on dit.
Bien sûr grande triomphatrice de la soirée Lise Davidsen qui laisse pantois tant l'émission et puissante,la virtuosité et les aigus parfaitement contrôlés, l'évolution du personnage bien maîtrisée. Il ne lui manque plus qu'une certaine épaisseur dans le bas médium et le grave,mais il faut dire qu'on a tellement l 'habitude d'entendre chanter ça par des sopranos dramatiques!
Le Rocco de Zeppenfeld est d 'une noblesse et élégance rare (ça change un peu) par contre le Pizarro de Simon Neal très décevant (souffrant?)il chante faux la moitié du temps, aigus à l'arraché guère mieux pour Silins Don Fernando, peu audible timbre gris.
Amande Forsythe Marzelline s'en sort bien la voix est cristalline parfois un peu limite d'autant que son personnage prend beaucoup d'importance grâce à Kratzer.
Enfin un peu déçu par Papanno :d'abord l'orchestre est très scolaire avec quelques scories des vent comme souvent,les tempi très lents ,il accompagne les chanteurs plus qu'il ne les booste .Ca marche bien dans le premier acte mais dans le 2ème on perd toute la dimension héroïque et dramatique de l'œuvre avec un chœur final curieusement précipité et brutal plein de décalages bien que par ailleurs les chœurs soient irréprochables au 1er acte.
Triomphe pour Lise Davidsen mais peu d 'enthousiasme, chacun se précipitant vers la sortie pour essayer d'échapper au virus.

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1480
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par philipppe » 10 mars 2020, 07:55

enrico75 a écrit :
10 mars 2020, 07:52
La soirée du 9 mars,qui pourrait bien être la dernière, ne m'a pas totalement convaincu.
Certes la mise en scène de Kratzer est remarquable au premier acte ou l'on ne s'ennuie pas une seconde.C'est vivant,animé (malgré
les tempis très lents de Pappano) les dialogues réécris collent bien avec le livret ,ils anticipent toujours ce que les protagonistes vont chanter.Il y a une foule de détails qui permettent bien de caractériser chaque personnage Hélène en a suffisamment parlé, je n'y reviendrai pas.
Par contre je n'ai pas trop adhéré au "concept " du 2ème acte ou les personnages prennent une dimension presque symbolique fasse à l'humanité spectatrice ,l'occasion pour Kratzer de nous brosser un peinture(en l'occurrence vidéo)implacable de la société.
Vocalement bien sûr on attendait le remplaçant de JK souffrant,David Butt Philip
Eh bien ce jeune ténor anglais(plutôt barytenor) s'en n'est pas mal sorti:le timbre est plutôt agréable, la voix assez puissante passe bien l'orchestre avec un engagement scénique et dramatique exceptionnel mais elle est souvent engorgée, il chante dans le masque comme on dit.
Bien sûr grande triomphatrice de la soirée Lise Davidsen qui laisse pantois tant l'émission et puissante,la virtuosité et les aigus parfaitement contrôlés, l'évolution du personnage bien maîtrisée. Il ne lui manque plus qu'une certaine épaisseur dans le bas médium et le grave,mais il faut dire qu'on a tellement l 'habitude d'entendre chanter ça par des sopranos dramatiques!
Le Rocco de Zeppenfeld est d 'une noblesse et élégance rare (ça change un peu) par contre le Pizarro de Simon Neal très décevant (souffrant?)il chante faux la moitié du temps, aigus à l'arraché guère mieux pour Silins Don Fernando, peu audible timbre gris.
Amande Forsythe Marzelline s'en sort bien la voix est cristalline parfois un peu limite d'autant que son personnage prend beaucoup d'importance grâce à Kratzer.
Enfin un peu déçu par Papanno :d'abord l'orchestre est très scolaire avec quelques scories des vent comme souvent,les tempi très lents ,il accompagne les chanteurs plus qu'il ne les booste .Ca marche bien dans le premier acte mais dans le 2ème on perd toute la dimension héroïque et dramatique de l'œuvre avec un chœur final curieusement précipité et brutal plein de décalages bien que par ailleurs les chœurs soient irréprochables au 1er acte.
Triomphe pour Lise Davidsen mais peu d 'enthousiasme, chacun se précipitant vers la sortie pour essayer d'échapper au virus.
Pourquoi cette représentation pourrait être la dernière ? Il est question d annulation /coronavirus ?

enrico75
Baryton
Baryton
Messages : 1189
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par enrico75 » 10 mars 2020, 07:58

Oui un conseil extraordinaire "cobra" devrait entériner mercredi des mesures de restriction.

enrico75
Baryton
Baryton
Messages : 1189
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par enrico75 » 10 mars 2020, 08:02

Oui un conseil extraordinaire "cobra" de B.J. devrait annoncer mercredi des mesures de restriction vu l'ampleur que prend l'épidémie au Royaume Uni.

paco
Basse
Basse
Messages : 9250
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par paco » 10 mars 2020, 10:20

Mouaich, je lis beaucoup cela dans les divers textos d'amis français, mais dans la presse britannique je ne lis pour l'instant aucune allusion à de possibles fermetures d'établissement. Concernant le Conseil de demain, il est pour le moment question de publier un communiqué incitant les gens avec de la fièvre à rester chez eux, je ne lis rien concernant des fermetures ... Donc, "wait and see" avant de conclure à des annulations, on verra bien.

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2690
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Beethoven - Fidelio - Pappano/Kratzer - ROH - 03/2020

Message par Efemere » 10 mars 2020, 11:45

Image

Image

Répondre