Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par Lucas » 06 déc. 2018, 15:05

David-Opera a écrit :
06 déc. 2018, 15:01
Lucas, tu es nul en économie ...
Quand on a rien à dire sur le fond, on insulte son contradicteur.

De mon point de vue, tu n'es qu'un troll pro-opéra de Paris; ce qui disqualifie toutes tes interventions, ici ou ailleurs

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14375
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par PlacidoCarrerotti » 06 déc. 2018, 15:06

David-Opera a écrit :
06 déc. 2018, 15:01
Par ailleurs, l'Opéra de Paris, de par son rayonnement, qui draine 15% de public étranger, attire une masse économique considérable qui dépasse de loin le montant de la subvention (dépenses d’hôtellerie, restauration, boutiques, musées ...).
On dit souvent ça, notamment pour les festivals.
Mais je n’ai jamais vu un hôtelier dire : « si vous cessez de subventionner notre festival, nous le financerons nous-même tant il nous rapporte de chiffre d’affaire et de bénéfice ». :mrgreen:
"Quand on se cogne la tête avec un livre et que ça sonne creux, cela ne veut pas dire que le livre est vide". (Otto Klemperer)

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 5790
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par David-Opera » 06 déc. 2018, 15:07

Lucas a écrit :
06 déc. 2018, 15:05
De mon point de vue, tu n'es qu'un troll pro-opera de Paris; ce qui disqualifie toutes tes interventions, ici ou ailleurs
Toutes mes interventions sont argumentées et les lecteurs peuvent en juger. Mais tu as le droit de me disqualifier si cela te rassure. :wink:

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par Lucas » 06 déc. 2018, 15:10

PlacidoCarrerotti a écrit :
06 déc. 2018, 15:06
David-Opera a écrit :
06 déc. 2018, 15:01
Par ailleurs, l'Opéra de Paris, de par son rayonnement, qui draine 15% de public étranger, attire une masse économique considérable qui dépasse de loin le montant de la subvention (dépenses d’hôtellerie, restauration, boutiques, musées ...).
On dit souvent ça, notamment pour les festivals.
Mais je n’ai jamais vu un hôtelier dire : « si vous cessez de subventionner notre festival, nous le financerons nous-même tant il nous rapporte de chiffre d’affaire et de bénéfice ». :mrgreen:
Et accessoirement les subventions ne sont pas là pour financer en partie les places de touristes aisés. Même au double, elles se vendraient quand même. C'est d'ailleurs ce qui motive le prix délirant des places de Garnier qui touche peu de subventions

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13512
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par HELENE ADAM » 06 déc. 2018, 15:10

Bon mais quand même, il est quasiment impossible d'imaginer un spectacle vivant qui serait financé uniquement par les prix des places. Le choix de société de garder dans notre patrimoine culturel du spectacle vivant est fondamental, alors même que la pression au tout sonorisé, tout artificiel, tout pré-enregistré et numérisé, est très forte.Cc'est une chance incroyable que de tels spectacles aient survécu et continuent à enthousiasmer toutes sortes de publics dans le monde entier.
Par définition le coût réel d'un spectacle vivant ne peut être supporté par la seule billetterie, cela mettrait les prix de la place à un tel niveau que personne ne pourrait se les payer (hormis une trop infime partie de la population trop minime pour remplir la salle et donc... financer le spectacle). Il faut donc des mises de fond externes et cela a toujours été le cas. Reste ensuite le choix de ces apports externes : publicité (bon je vous laisse réfléchir), mécènes (c'est déjà en partie le cas en France), Etat et collectivités locales... C'est autour de ces questions que le débat peu légitimement porter, pas de la manière dont Lucas le pose....
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 5790
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par David-Opera » 06 déc. 2018, 15:14

Lucas a écrit :
06 déc. 2018, 15:10
Et accessoirement les subventions ne sont pas là pour financer en partie les places de touristes aisés. Même au double, elles se vendraient quand même. C'est d'ailleurs ce qui motive le prix délirant des places de Garnier qui touche peu de subventions
Je serais d'accord si l'ONP était rempli à 50% de touristes. A Vienne, par exemple, opéra pourtant plus subventionné que Paris, les touristes étrangers représentent 30% du public. Et quand un Français y va, il bénéficie de la subvention autrichienne. L'ONP a donc intérêt à attirer des touristes, mais à ne pas dépasser un ratio que j'estime autour de 20%.

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par Lucas » 06 déc. 2018, 15:15

HELENE ADAM a écrit :
06 déc. 2018, 15:10
C'est une chance incroyable que de tels spectacles aient survécu et continuent à enthousiasmer toutes sortes de publics dans le monde entier.
Non pas toute sorte de public, Hélène

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13512
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par HELENE ADAM » 06 déc. 2018, 15:20

Lucas a écrit :
06 déc. 2018, 15:15
HELENE ADAM a écrit :
06 déc. 2018, 15:10
C'est une chance incroyable que de tels spectacles aient survécu et continuent à enthousiasmer toutes sortes de publics dans le monde entier.
Non pas toute sorte de public, Hélène
parce que tu réduis ton raisonnement à l'ONP. Mais la question du spectacle vivant est bien plus large que cela : dans beaucoup de pays théâtre et opéras ne sont pas très cher, et très ouverts à toutes sortes de publics. Et d'ailleurs une vraie politique publique pourrait tout à fait décider d'élargir l'apport externe de l'Etat (ou des mécènes) en garantissant en retour des places gratuites pour les faibles revenus ou très peu cher. Tout cela est affaire de politique publique justement.
Nombreuses sont les villes dans nos régions qui subventionnent leurs festivals locaux où tous les spectacles sont quasi gratuits ou très peu cher (voir les Folles journées de Nantes pour rester dans la musique classique, festival très très populaire) parce qu'elles calculent aussi que les retombées pour le commerce local seront considérables (et l'hôtellerie, la restauration, le tourisme futur etc etc).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

xavierscriabine
Baryton
Baryton
Messages : 1077
Enregistré le : 08 juin 2005, 23:00
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par xavierscriabine » 06 déc. 2018, 15:20

Lucas a écrit :
06 déc. 2018, 14:38
Les feux de l'actualité permettent de mieux cerner certaines réalités sociales et financières qu'on a trop tendance à occulter :

1- Le salaire médian net se situe en France autour de 1600 euros. Cela signifie que la moitié de la population française gagne moins

2- Le logement absorbe 1/3 du revenu en moyenne, soit 550 euros

3- Les frais incompressibles : eau, électricité, chauffage, assurance habitation, transports et internet coûtent environ 300 euros/ mois

4- La nourriture pas loin de 500 euros/personne
Tu manges où?

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Evolution de la politique tarifaire de la Bastille sur vingt ans

Message par Lucas » 06 déc. 2018, 15:35

xavierscriabine a écrit :
06 déc. 2018, 15:20
Lucas a écrit :
06 déc. 2018, 14:38
Les feux de l'actualité permettent de mieux cerner certaines réalités sociales et financières qu'on a trop tendance à occulter :

1- Le salaire médian net se situe en France autour de 1600 euros. Cela signifie que la moitié de la population française gagne moins

2- Le logement absorbe 1/3 du revenu en moyenne, soit 550 euros

3- Les frais incompressibles : eau, électricité, chauffage, assurance habitation, transports et internet coûtent environ 300 euros/ mois

4- La nourriture pas loin de 500 euros/personne
Tu manges où?
Une moyenne de 15 euros par jour, est-ce si énorme à moins de bénéficier d'une cantine d'entreprise ou de nombreux tickets-restaurant ...
HELENE ADAM a écrit :
06 déc. 2018, 15:20
parce que tu réduis ton raisonnement à l'ONP.
Mais bien sûr, Hélène, qu'il se réduit à l'ONP puisque c'est le titre de ce fil!

Répondre