Verdi - Nabucco - Rustioni - vc - Lyon/TCE - 11/2018

Représentations
Répondre
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21014
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Verdi - Nabucco - Rustioni - vc - Lyon/TCE - 11/2018

Message par JdeB » 03 nov. 2018, 08:09

Daniele Rustioni, dir.

Nabucco, roi de Babylone : Amartuvshin Enkhbat

Abigaïlle, esclave, présumée fille de Nabucco : Anna Pirozzi

Ismaël, neveu du roi des Hébreux, amoureux de Fenena : Massimo Giordano

Zaccaria, Grand prêtre de Jérusalem: Riccardo Zanellato

Fenena, fille de Nabucco: Enkelejda Shkoza

Grand prêtre de Belos à Babylone: Martin Hässler

Anna: Erika Baikoff

Abdallo :Grégoire Mour

Orchestre et Chœurs de l’Opéra de Lyon

Paris, Théâtre des Champs-Élysées, le 9 novembre 2018

Paris a découvert Nabucco au Théâtre des Italiens le 16 octobre 1845, trois mois après la création française qui a eu lieu à Marseille l’été précédent, et quatre ans et demi après la création mondiale qui s’est déroulée à la Scala le 9 mars 1842. L’ouvrage n’a fait son entrée au répertoire de l’Opéra que le 30 juin 1979 et n’a connu depuis dans notre capitale que trois productions scéniques, celle d’Henri Ronse à Garnier (1979), celle de Vittorio Rossi à Bercy (1987) et celle de Robert Carsen à Bastille (1995-2000). Mais il avait été donné ici-même, en version de concert le 11 février 1972 avec l’incroyable Elena Suliotis.
Depuis 1979, le public parisien a pu applaudir dans cet opéra quelques artistes de première grandeur: S. Milnes, P. Cappuccilli (le 5 mai 1987 à Bercy, pour une seule date), A. Fondary dans le rôle-titre, G. Dimitrova, J. Varady et M. Guleghina en Abigaille, R. Raimondi, S. Ramey et F. Furlanetto en Zaccaria, V. Cortez et V. Urmana en Fenena, C. Cossutta et J. Cura en Ismael. Mais ni R. Bruson, ni G. Zancanaro, ni L. Nucci.

Quarante six ans et demi plus tard, Nabucco revient avenue Montaigne pour une seule soirée, à nouveau en version de concert, de très haut voltage mais sans Leo Nucci remplacé toutefois de manière grandiose.

Daniele Rustioni dirige cet opéra en premier de la classe (dans les deux sens du mot) et avec une énergie de Vésuve ravivé. Il y fait montre une nouvelle fois d’une grande maturité, d’un sens acéré de la progression dramatique et des contrastes, d’une probité stylistique irréprochable dans une version épique en technicolor et en 3D. Tout juste pourrait-on lui reprocher certains tempi un peu précipités qui ne ménagent guère les chanteurs et un goût des décibels un peu trop prononcé. Enfin, il suffit que le syndrome d’Oren qui le guette (sa gestuelle en seconde partie !) ne le submerge pas complétement pour qu’il devienne un grand chef.
Il a su porter en quelques saisons seulement son orchestre de Lyon à un niveau d’excellence jamais atteint avant lui et qui en font l’un des tous meilleurs de l’hexagone avec des chœurs eux aussi d’une haute tenue.

Massimo Giordiano s’investit pleinement en Ismael et ne manque pas de qualités mais sans y briller totalement faute d’un vrai galbe vocal, de la largueur nécessaire et d’une palette de couleurs plus riches.

En Fenena, Enkelejda Shkoza déploie une puissante voix sombre et une belle intensité mais la pureté de son chant est compromise par son vibrato.

Riccardo Zanellato, visiblement malade et s’en excusant aux saluts, n’en campe pas moins un Zaccaria intègre et au chant soigné.

Anna Pirozzi inscrit son Abigaille, et avec quel brio !, dans la lignée belcantiste défendue par sa créatrice, la Strepponi, qui a fait essentiellement carrière chez Bellini et Donizetti. Elle réussit des prodiges techniques de haute école dans ce rôle crucifiant avec un aplomb et une vaillance confondants et qui subjuguent. Mais la version de concert ne la favorise guère car elle manque d’allure (sa tenue vestimentaires, ses crispations faciales castafioresques) et de charisme. On peut lui reprocher aussi un défaut de rondeur dans le registre aigu, claironnant certes mais peu agréable.

La soirée offre deux révélations, l’Anna d’Erika Baikoff, pure et percutante dans l’aigu et le Nabucco véritablement babylonien d’Amartuvshin Enkhbat.

Ce baryton mongol trentenaire chavire le public d’un public d’un théâtre des Champs-Elysées bondé par la splendeur de ses moyens et la science déjà émérite de son chant tout de musicalité ample et noble, avec une véritable capacité à traduire, même au concert, l’évolution psychologique de son personnage, de l’hybris délirante à la rédemption par une révélation mystique qui le réinvente.

Bref, Paris a entendu 18 ans le retour de Nabucco mais quelle fête hier, avenue Montaigne, pour les amoureux de Verdi !

Jérôme Pesqué

je rappelle l'interview ODB d'Anna Pirozzi

joomfinal/index.php/les-dossiers/46-les ... na-pirozzi
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
offenbach
Baryton
Baryton
Messages : 1290
Enregistré le : 10 août 2004, 23:00
Contact :

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par offenbach » 05 nov. 2018, 11:15

Les extraits visibles d'Enkhbat sur le net font vraiment envie, ça a l'air tellurique comme voix.
Le duo avec Pirozzi risque de faire tomber les murs (surtout si elle balance le mi bémol à la fin comme elle le fait parfois). :Jumpy:

srourours
Ténor
Ténor
Messages : 504
Enregistré le : 17 nov. 2016, 08:52
Localisation : LYON

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par srourours » 05 nov. 2018, 13:48

offenbach a écrit :
05 nov. 2018, 11:15
Les extraits visibles d'Enkhbat sur le net font vraiment envie, ça a l'air tellurique comme voix.
Le duo avec Pirozzi risque de faire tomber les murs (surtout si elle balance le mi bémol à la fin comme elle le fait parfois). :Jumpy:
La voix d'Enkhbat est somptueuse (timbre, ligne nuances, la bémol à la fin de la strette compris). Le duo est "sonore" ;)

Avatar du membre
offenbach
Baryton
Baryton
Messages : 1290
Enregistré le : 10 août 2004, 23:00
Contact :

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par offenbach » 05 nov. 2018, 14:22

srourours a écrit :
05 nov. 2018, 13:48
offenbach a écrit :
05 nov. 2018, 11:15
Les extraits visibles d'Enkhbat sur le net font vraiment envie, ça a l'air tellurique comme voix.
Le duo avec Pirozzi risque de faire tomber les murs (surtout si elle balance le mi bémol à la fin comme elle le fait parfois). :Jumpy:
La voix d'Enkhbat est somptueuse (timbre, ligne nuances, la bémol à la fin de la strette compris). Le duo est "sonore" ;)
Avec mi bémol pour elle? :D

srourours
Ténor
Ténor
Messages : 504
Enregistré le : 17 nov. 2016, 08:52
Localisation : LYON

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par srourours » 05 nov. 2018, 14:27

offenbach a écrit :
05 nov. 2018, 14:22
srourours a écrit :
05 nov. 2018, 13:48
offenbach a écrit :
05 nov. 2018, 11:15
Les extraits visibles d'Enkhbat sur le net font vraiment envie, ça a l'air tellurique comme voix.
Le duo avec Pirozzi risque de faire tomber les murs (surtout si elle balance le mi bémol à la fin comme elle le fait parfois). :Jumpy:
La voix d'Enkhbat est somptueuse (timbre, ligne nuances, la bémol à la fin de la strette compris). Le duo est "sonore" ;)
Avec mi bémol pour elle? :D
Pas à la générale...mais qui sait ce soir!?

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par Lucas » 06 nov. 2018, 12:36

Pour ma part, c'est la défection de Leo Nucci au profit d'Amartuvshin Enkhbat qui m'a incité à prendre une place de dernière minute.

Comme quoi, les goûts et les couleurs ...

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10551
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par Bernard C » 06 nov. 2018, 14:33

Lucas a écrit :
06 nov. 2018, 12:36
Pour ma part, c'est la défection de Leo Nucci au profit d'Amartuvshin Enkhbat qui m'a incité à prendre une place de dernière minute.

Comme quoi, les goûts et les couleurs ...
( à Paris ? )

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par Lucas » 06 nov. 2018, 15:39

Bernard C a écrit :
06 nov. 2018, 14:33
Lucas a écrit :
06 nov. 2018, 12:36
Pour ma part, c'est la défection de Leo Nucci au profit d'Amartuvshin Enkhbat qui m'a incité à prendre une place de dernière minute.

Comme quoi, les goûts et les couleurs ...
( à Paris ? )

Bernard
Oui à Paris.

Poliuto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 237
Enregistré le : 27 avr. 2005, 23:00

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par Poliuto » 06 nov. 2018, 16:11

Air et duo avec le baryton sont sur YT

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10551
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Verdi- Nabucco - Rustioni, vc- Lyon et TCE- 11/2018

Message par Bernard C » 06 nov. 2018, 20:26

Lucas a écrit :
06 nov. 2018, 15:39
Bernard C a écrit :
06 nov. 2018, 14:33
Lucas a écrit :
06 nov. 2018, 12:36
Pour ma part, c'est la défection de Leo Nucci au profit d'Amartuvshin Enkhbat qui m'a incité à prendre une place de dernière minute.

Comme quoi, les goûts et les couleurs ...
( à Paris ? )

Bernard
Oui à Paris.
Bonne nouvelle.

Bernard
"nul être ne va au néant considérant la certitude de sa mort et l'incertitude de son heure" . Léonard au Clos-Lucé

juste pour vous :
https://youtu.be/BWBFzDENf08

Répondre