Tancredi TCE décembre 2009

Représentations
Avatar du membre
Rameau
Baryton
Baryton
Messages : 1810
Enregistré le : 12 oct. 2003, 23:00
Contact :

Message par Rameau » 22 déc. 2009, 13:19

Une structure exemplaire, en effet !
"Le monde appartient à ceux qui aiment le neuf"
Marc Bloch

jan
Alto
Alto
Messages : 256
Enregistré le : 09 nov. 2006, 00:00

Message par jan » 22 déc. 2009, 13:32

et j'espère que ceux (les politiques) qui donnent l'argent à Malgoire, ne lisent pas notre forum car ils se demanderaient bien pourquoi ils donnent de l'argent pour quelquechose d'aussi mauvais et indigne de la capitale! ;)

Avatar du membre
offenbach
Baryton
Baryton
Messages : 1293
Enregistré le : 10 août 2004, 23:00
Contact :

Message par offenbach » 22 déc. 2009, 13:57

Effectivement, Elena de la Merced était magnifique. La seule, d'ailleurs, qui semblait maîtriser les règles du bel canto : legato, ligne, piani, raffinement...
Nora Gubisch, qui fait pourtant de belles choses ailleurs, notamment dans le répertoire français, n'a franchement aucune affinité avec le répertoire rossinien, et surtout pas la technique pour le servir. Voix lourde, vocalises laborieuses (le peu qu'elle fait, réduit vraiment au strict mininum, sans aucune virtuosité ni variations, et encore moins aigus), graves écrasés (surtout sur des mots "expressionnistes" comme "dolor", dont elle roule le r à outrance en éructant pour faire dramatique), parfois, dans l'expression, une caricature de Bartoli. Pourquoi se fourvoie-t-elle ainsi?
Argirio bizarre, avec une voix qui passe bien l'orchestre, pourtant, mais avec une émission étrange, et des aigus et suraigus très étranglés, comme un falsetto serré, sans corps.
Par contre, joli Roggiero. Dans les récitatifs, la chanteuse poitrine à outrance pour trouver les graves, mais dans son petit air, elle chante délicieusement bien : petite voix, mais fort bien émise, belle ligne de chant, vocalises bien réalisées, fluides et sur le souffle, et belle musicalité.
A suivre, je trouve, Valérie Seng-Yeng.
Et l'orchestre... Déjà, ces violons au son droit, c'est pour le moins bizarre dans Rossini (surtout que les compositeurs italiens antérieurs, Corelli le premier, parlaient beaucoup du "beau vibrato" nécessaire aux cordes pour avoir un beau son), en plus, ils patinent dès que la partition requiert de la virtuosité. Sans parler des nombreux pains aux cors, et des percussions envahissantes, aussi subtiles que des percus de foire ou de fanfare.
Cette option orchestrale, loin de rafraîchir l'œuvre et de la débarrasser de toute "outrance romantique", la recouvre, je trouve, d'une patine archaïque faisant presque passer la musique de Rossini pour de la musique de bastringue. (Idem d'ailleurs, à mon sens, quand les mêmes orchestres jouent Mozart et les compositeurs ultérieurs). Aucune rondeur ni italianité, d'ailleurs.
Et la direction de Malgoire, sans dramatisme, je trouve, sans nerf, malgré tous les crescendi et accelerandi qu'il fait faire aux musiciens. L'absence de variations et de virtuosité y était sans doute pour quelque chose. Jamais entendu un "Tanti palpiti" aussi plat et insignifiant.

horne
Messages : 24
Enregistré le : 14 sept. 2006, 23:00

Message par horne » 24 déc. 2009, 17:44

Pour avoir vu ce Tancrède à Tourcoing, je confirme la qualité de la représentation.Certes on pourrait trouver à redire sur les partis pris de la mise en scène frisant le faux sens au premier acte-mais s'améliorant tout au long de la représentation...Certes Argirio, contrairement à l'opinion énoncée dans un message ,devait forcer sa voix pour passer la rampe...Mais Laura Gubisch ce soir là a fort bien chanté ainsi qu'Aménaide...Bref un plaisir réel qui méritait le déplacement (non, il n'y a pas que le public local à venir chez Malgloire...)

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14608
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 24 déc. 2009, 21:03

jan a écrit :et j'espère que ceux (les politiques) qui donnent l'argent à Malgoire, ne lisent pas notre forum car ils se demanderaient bien pourquoi ils donnent de l'argent pour quelquechose d'aussi mauvais et indigne de la capitale! ;)
Il n'y a pas de quastions à se poser : on n'attend pas d'un théâtre d'une banlieue de province, sans déluge de subventions, la qualité qu'on est en droit d'attendre dans les théâtres parisiens, surtout vu les tarifs qu'ils facturent. Malgoire a réussi de belles choses : Tancrède est une horreur, ça n'est pas un scandale de la dire 8)

Il n'aurait pas passé les sélections de "La France a des talents" :lol:
- J'ai fait mon chemin et ma fortune dans les arts.
- Vous les cultivez, monsieur ?
- Pas si bête! je les exploite !
(La Sirène, Auber & Scribe)

horne
Messages : 24
Enregistré le : 14 sept. 2006, 23:00

Message par horne » 24 déc. 2009, 22:53

Mais non Tancrède n'est pas une horreur :bien sur on a vu et entendu mieux à Aix en 1981,mais il y a des prestations plus modestes qui réjouissent néanmoins...je ne parle qu'en simple amateur, ne suis ni critique ni professionnel et trouve souvent ici les critiques bien dures quand bien mème elles sont justes..." la critique est aisée,mais l'art est difficile..."

jan
Alto
Alto
Messages : 256
Enregistré le : 09 nov. 2006, 00:00

Message par jan » 25 déc. 2009, 22:07

Ne vous inquiétez pas, tout le monde connait la plume de Placido Cacerotti sur ce forum..et de toutes manières n'a aucun crédit auprès des artistes dont il parle si durement. Artistes qui ne se cachent pas derrière un pseudo mais de livrent sur scène avec leurs qualités et défauts qui plaisent à certains et déplaisetn à d'autres. L'opéra n'est pas une science exacte.
On m'a dit énormément de bien de la prestation de N Gubisch à TCE, et j'ai bcp plus confiance en ceux qui me l'ont rapporté. C'est pas parcequ'on parle fort, parcequ'on écrit bien , qu'on est virulent, qu'on a forcément raison. Je dis Merci Malgoire et continuez comme ça!

palamede

Message par palamede » 26 déc. 2009, 00:38

jan a écrit : C'est pas parcequ'on parle fort, parcequ'on écrit bien , qu'on est virulent, qu'on a forcément raison. Je dis Merci Malgoire et continuez comme ça!
Ce n'est pas non parce qu'on parle comme une visitandine, qu'on écrit comme catherine Breillat et qu'on est doux comme une bique qu'on a forcément raison : ne jamais généraliser.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14608
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 26 déc. 2009, 12:34

jan a écrit :Ne vous inquiétez pas, tout le monde connait la plume de Placido Cacerotti sur ce forum..et de toutes manières n'a aucun crédit auprès des artistes dont il parle si durement. Artistes qui ne se cachent pas derrière un pseudo mais de livrent sur scène avec leurs qualités et défauts qui plaisent à certains et déplaisetn à d'autres. L'opéra n'est pas une science exacte.
On m'a dit énormément de bien de la prestation de N Gubisch à TCE, et j'ai bcp plus confiance en ceux qui me l'ont rapporté. C'est pas parcequ'on parle fort, parcequ'on écrit bien , qu'on est virulent, qu'on a forcément raison. Je dis Merci Malgoire et continuez comme ça!
C'est sûr que dire du bien d'un spectacle sans l'avoir vu, ça assoit une certaine crédibilité !
- J'ai fait mon chemin et ma fortune dans les arts.
- Vous les cultivez, monsieur ?
- Pas si bête! je les exploite !
(La Sirène, Auber & Scribe)

mirella28
Messages : 2
Enregistré le : 27 déc. 2009, 00:00

Message par mirella28 » 27 déc. 2009, 00:36

JE RAJOUTE UN EXTRAIT DE COMMENTAIRE DE LA SOIREE TROUVE SUR FORUM OPERA TELLEMENT JUSTE ET TELLEMENT DROLE BRAVO LELLA LUNA. SI LA SOIREE A EFFECTIVEMENT ETE MAUVAISE EN PLUS DU PRIX EXORBITANT DES PLACES J' AI PASSE UN EXCELLENT MOMENT A TE LIRE; JUSTE POUR CA MERCI.



"Réservons quand même la palme de l'horreur à M. Filippo Adami
(Argirio), tenor de son état, qui a cette faculté proprememnt
stupéfiante de donner des crampes d'estomac dès qu'il ouvre la bouche.
Problèmes de justesse récurrents, aigus engorgés à la limite des
gargouillis et toujours forcés (oui, ça fait beaucoup), graves
strictement inexistants. Il avait sévi l'année dernière et cette année
au festival Rossini de Bad Wildbad mais je ne croyais pas que cela
serait son marchepied vers des scènes d'une autre importance (enfin, le
TCE et le Bel Canto, en ce moment, et depuis un moment déjà, ça n'est
vraiment pas la joie... A l'exception très notable du Don Pasquale
de Mutti , un véritable feu d'articifice, un bonheur absolu !).
Apparemment toutefois, il a son public, qui le soutenait chaudement
près chaque intervention. Je n'avais pas pris conscience du rôle de
premier plan d'Argirio (Père d'Amenaide qui envoie cette dernière à la
mort pour traîtrise) dans le drame ; la prise de conscience a hélas eu
lieu hier soir...

Après les gargouillis ignobles, la
gargouille infâme : Nora. Gubisch (Tancredi) et son expressionisme
révoltant, roulements d'yeux et accents poitrinés, mimique incessante
de l'avion qui décolle, qui plane avant de s'écraser dans
l'expectoration qui vient ponctuer chaque "dolor" du texte (et dieu sait s'il y en a). Atroce de bout en bout."

Répondre