Simon Boccanegra - ONP - mai/juin 2006

Représentations
Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 22 mai 2006, 17:49

Chacun appréciera et a apprécié la valeur de vos messages.
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

Benvenuto
Messages : 37
Enregistré le : 01 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Benvenuto » 22 mai 2006, 17:54

RuggeroRaimondi a écrit :Chacun appréciera et a apprécié la valeur de vos messages.
Monsieur le modérateur, je ne viens pas ici pour qu'on apprécie la valeur de mes messages et me gargariser du fait de faire partie de la "grande majorité".
Je suggère que, tout en continuant à veiller à la bienséance des messages publiés ici, vous vous interrogiez aussi sur la pratique qui consiste à juger d'un spectacle avant que de l'avoir vu : cf. le début de ce fil qui, en grande partie, a provoqué ma réaction initiale. Ca, nos bienséants fiers d'appartenir "à la grande majorité", ne semblent en avoir cure.

FROB
Messages : 1
Enregistré le : 06 déc. 2004, 00:00

Message par FROB » 23 mai 2006, 15:45

J'ai assisté à la représentation de Simon samedi 20 mai. J'ai passé une excellente soirée, en dépit des mauvais articles du forum. La musique est tellement expressive et dramatique que le décor n'a pas besoin dêtre réaliste ou vraisemblable. La mise en scène est sobre et originale. On comprend très bien l'histoire. Je pense que les costumes et les décors sont finalement légers et laisse la place à la musique. Il est vrai que le peuple me faisait penser à la foule des cols blancs qui se presse à la Défense, et qu'il y avait un effet comique (peut^-être voulu). En tout cas ce n'était pas du tout la catastrophe annoncée. Par exemple j'ai trouvée la mise en scène de Sémiramide au TCE mille fois plus ennuyeuse...

Avatar du membre
calbo
Baryton
Baryton
Messages : 1809
Enregistré le : 01 mai 2006, 23:00
Localisation : Poitiers
Contact :

Message par calbo » 23 mai 2006, 20:23

Comment peut on trahir à ce point une oeuvre comme "Simon Boccanégra"?la mise en scène, les décors et les costumes sont pires qu'hideux; ça en est indescriptible de laideur.
Gérard Mortier et consorts s'arrogent le droit de trahir leurs artistes et leur public avec de telles productions.
Quand à la direction elle est si approximative que Cambrelaing est incapable de contrôler son orchestre.
Quel dommage que la distribution soit à ce point bousculée. Alvarez et Furlanetto sont convaincants en Boccanegra et en Fiesco; Martinez est une belle Amélia, malgré tout ce que j'ai lu sur ce fil. Secco et Ferrari restent un peu en deça des autres mais complètent bien une distribution homogène.
A côté de cette "chose" qu'on appelle une mise en scène d'opéra, j'ai trouvé "Sémiramide" presque agréable à regarder, et pourtant dieu sait que je n'avais pas aimé cette production.
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto
Non fu mai quel cor capace

Montfort
Ténor
Ténor
Messages : 706
Enregistré le : 22 mai 2005, 23:00
Localisation : Paris XVI

Message par Montfort » 23 mai 2006, 20:30

Impressions à l'entracte, aprés vision sur Arte :

§ Vocalement, c'est plutot d'un bon niveau, en particulier Alvarez et Secco
§ La direction musicale de Cambreling : évidemment ce n'est pas Abbado, mais c'est assez propre, et les épisodes dramatiques sont plutot bien rendus
§ Ce qui est insupportable, c'est la mise en scène : c'est absolument hideux plastiquement, et complétement vide sur le plan de la direction des chanteurs - honte à Gérard Mortier pour avoir saboté cette production avec l'intervention de ce tacheron...

Montfort
Eccomi alfine in Babilonia

gregb
Ténor
Ténor
Messages : 779
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par gregb » 23 mai 2006, 21:45

Bon... après avoir vu le Simon de ce soir, j'en viens à me demander si je n'ai pas été un peu dur dans ma critique après le live à Bastille.
C'est presque plus agréable à regarder à la télé que sur place. Au moins, les grands rideaux ne nous explosent pas les yeux. La réalisation vidéo permet de se concentrer plus sur les personnages qui sont moins noyés dans l'immense vide de l'espace scénique.

Musicalement parlant, ça m'a permis de redécouvrir de magnifiques airs et ensembles.

Le commentateur est très amusant... Il a même essayé de vendre des places à la fin de l'opéra. :)

Avatar du membre
calbo
Baryton
Baryton
Messages : 1809
Enregistré le : 01 mai 2006, 23:00
Localisation : Poitiers
Contact :

Message par calbo » 23 mai 2006, 21:49

Le présentateur d'ARTE a une analyse quelque peu étrange de la m.e.s et des choix de Mortier and co; on pourrait presque croire qu'il a été payé pour faire la promo de gégé. Quand à Simons, une fois de plus il a été hué par le public qui a applaudi comme elle le mérite une distribution remarquable.
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto
Non fu mai quel cor capace

Avatar du membre
dge
Basse
Basse
Messages : 2688
Enregistré le : 20 sept. 2004, 23:00
Localisation : lyon
Contact :

simon boccanegra à la Bastille

Message par dge » 24 mai 2006, 07:34

L'écoute de la représentation sur Arte hier me confirme mes impressions données sur le fil après une représentation live- C'est musicalement très bien : tous les chanteurs font une belle prestation (et je ne comprends toujours pas les réserves émises sur ce fil pour A.M Martinez que j'aimerais bien voir dans un autre Verdi), bonne direction de Cambreling qui sait trouver des couleurs orchestrales bien en situation.Passe encore pour les décors hideux et le concept scénique qui n'actualise l'intrigue que dans les déclarations du metteur en scène (je n'ai rien vu sur scène) , ce qui est le plus inacceptable est l'absence de direction d'acteurs. Les pauvres se retrouvent souvent sans savoir quoi faire et certaines scènes frôlent le ridicule. Ils ont beaucoup de mérite à faire ce qu'ils peuvent pour compenser. Heureusement que l'émotion passe grâce à leur interprétation musicale.

abaris
Basse
Basse
Messages : 2897
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: simon boccanegra à la Bastille

Message par abaris » 24 mai 2006, 09:09

Personnellement, j'ai trouvé ce spectacle encore pire à la TV.

Je n'ai pu, personnellement, que tenir jusquà la fin de la deuxième scène du I, peu désireux de perdre mon temps devant un spectacle d'un tel niveau.

Plus encore que par la m-e-s, j'ai été consterné par la médiocrité musicale de cette représentation.

Le pire, c'est la direction lamentable de Cambreling, sans tension, sans couleur, éteignant l'orchestre verdien sous un magma informe.

Mais que dire aussi du Fiesco archifaux et éraillé de Furlanetto, d'une Amelia qui n'a en rien les moyens du rôle et qui se contente de piailler ?

Les choeurs sont extrêmement brouillons, tout comme l'orchestre.

Seul bon moment, finalement, de cette soirée, les huées bienvenues qui ont accueilli Cambreling et Simons.

A Gérard Courchelle, qui soulignait que par nature un spectacle vivant constitue une prise de risques, on répondra que l'opéra a plus de chances d'être réussi quand il est confié à des professionnels et à des gens compétents.

Avatar du membre
calbo
Baryton
Baryton
Messages : 1809
Enregistré le : 01 mai 2006, 23:00
Localisation : Poitiers
Contact :

Re: simon boccanegra à la Bastille

Message par calbo » 24 mai 2006, 09:17

abaris a écrit :Personnellement, j'ai trouvé ce spectacle encore pire à la TV.

Je n'ai pu, personnellement, que tenir jusquà la fin de la deuxième scène du I, peu désireux de perdre mon temps devant un spectacle d'un tel niveau.

Plus encore que par la m-e-s, j'ai été consterné par la médiocrité musicale de cette représentation.

Le pire, c'est la direction lamentable de Cambreling, sans tension, sans couleur, éteignant l'orchestre verdien sous un magma informe.

Mais que dire aussi du Fiesco archifaux et éraillé de Furlanetto, d'une Amelia qui n'a en rien les moyens du rôle et qui se contente de piailler ?

Les choeurs sont extrêmement brouillons, tout comme l'orchestre.

Seul bon moment, finalement, de cette soirée, les huées bienvenues qui ont accueilli Cambreling et Simons.

A Gérard Courchelle, qui soulignait que par nature un spectacle vivant constitue une prise de risques, on répondra que l'opéra a plus de chances d'être réussi quand il est confié à des professionnels et à des gens compétents.
Si je suis d'accord avec toi concernant la mise en scène et la direction musicale, je trouve que tu es d'une très grande dureté avec la distribution de ce "Simon". Après avoir lu le fil, je m'attendais à un cataclysme qui, heureusement, n'a pas eu lieu. Pour ceux qui ont vu "Sémiramide" au TCE, c'était même agréable à écouter.
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto
Non fu mai quel cor capace

Répondre