Werther-Fournillier -Nice, 01/2006 (Villazon)

Représentations
Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14273
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 16 janv. 2006, 20:59

yves a écrit :
Martine a écrit :[Par contre la critique du Monde est en ligne signée par Marie-Aude Roux.
Elle est copie conforme de celle du Figaro.
Pour une fois, ils ont entendu et vu la même chose.

Martine
Si c'est la même, c'est une depeche AFP peut-être????
La convergence des deux critiques est en effet étonnante ... sauf qu'on retrouve bien la bonne Marie-Aude dans ces p'tites bourdes : Marie-Ange Todorovitch et Charlotte sont ainsi devenues sopranos !

Maintenant, je suis moyennement étonné : on a vu avec Bohème que Villazon était plus à l'aise dans un studio d'enregistrement que sur une scène d'opéra de grande dimension.
Ca ne l'empêche pas de faire quelques belles prestations, comme son concert au TCE, salle autrement plus clémente.

Tout se battage médiatique, organisé par des maisons de disques avides de trouver un nouveau Domingo à vendre, aura fini par se retourner contre cet estimable artiste. Quand on promet trop au public, il se gratte la tête et se dit que le roi est nu ...

Ceci dit, j'attends avec impatience son concert avec Dessay au TCE : mais cette fois, je serai au parterre et non au poulailler !

mc92
Soprano
Soprano
Messages : 87
Enregistré le : 31 mars 2004, 23:00

Message par mc92 » 16 janv. 2006, 22:54

Oui c'est moi, je reviens et pourtant....

De retour je vous livre mes impressions sur ce Werther niçois qui marquait la prise de rôle de Villazon .( première du 13/01/06).

Soirée de prestige à l'Opéra de Nice où anglais , allemands et italiens côtoyaient les habitués et quelques notables .Salle comble évidemment et beaucoup de panneaux publicitaires consacrés à Villazon , qui faisait également la une du journal trimestriel de l'opéra .

P-E Fourny signe une mise en scène plutôt sage, esthétique (grâce aux décors épurés de C.Mangel et aux lumières pastel de P.Méeus et aux costumes soignés de V.Bellone) et finalement très en phase avec la mélancolie de l'oeuvre. La direction d'acteur reste conventionnelle.
Quelques idées scéniques fortes ont retenu mon attention : Werther s'empart des armes à l'insu de Charlotte , et celle-ci s'aperçoit avec désespoir que le coffert destiné est déjà vide ....le "Dieu tu ne voudras pas que j'arrive trop tard " clamé par l'héroine prend ici un tout autre relief -
Lors de la veillée de Noel ,tous les personnages et les figurants passent au ralenti derrière un espace vitré , retenant une Charlotte effondrée et un Werther agonisant .

Sur le plan musical , je suis plus mitigé.
Villazon ne m'a pas vraiment marqué dans ce rôle malgré une belle implication dans le personnage (même si il fait de Werther un névrosé , qui à la surprise générale n'hésitera pas à cogner la porte ou à renverser une chaise- après le premier baiser et le départ précipité de Charlotte ou à prendre des notes).C'est donc une lecture personnelle du personnage (à laquelle je n'adhère pas forcément ) qui serait très proche de l'oeuvre de Goethe .Ce qui m'a gêné le plus c'est sa prestation vocale toute en force ..alors si les notes étaient bien-là , le style laissait à désirer tout comme une diction très relâchée au III/IV acte...franchement , Villazon n'est pas à son mieux dans le répertoire français ...
Ses partenaires moins attendus n'ont pas démérité et étant pratiquement tous francophones (hormis Schmidt)m'ont permis d'apprécier le texte de Blau , Milliet et Hartmann.
M-A Todorovitch a chanté Charlotte avec assurance (malgré une voix souvent saturée dans les aigus) mais m'a semblé peu habitée par son rôle .
V.Condoluci a campé une Sophie de tradition alors que l'Albert d' A.Cognet était assez transparent malgré une voix trop sonore .J'ai bien apprécié le tandem assez juvénile Scmidt/Johann de Ballestra et Nunez Diaz , l'impeccable Bailli de M.Trempont comptétant cette distribution.
La direction un peu brouillonne de Fournillier ne m'a pas permis d'apprécier à sa juste valeur cette magnifique oeuvre.( le philharmonique étant en petite forme).

Avatar du membre
mowglie
Baryton
Baryton
Messages : 1026
Enregistré le : 30 nov. 2004, 00:00
Localisation : PARIS
Contact :

article dans le JDD au sujet des débuts de Villazon

Message par mowglie » 17 janv. 2006, 07:12

Je trouve le titre de cet article complétement déplacé : le 'vrai' chanteur de
Mexico .c'est signé d'un certain Philip de la Croix. je trouve cela inadmissible.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21178
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: article dans le JDD au sujet des débuts de Villazon

Message par JdeB » 17 janv. 2006, 08:56

mowglie a écrit :Je trouve le titre de cet article complétement déplacé : le 'vrai' chanteur de
Mexico .c'est signé d'un certain Philip de la Croix. je trouve cela inadmissible.
De quel article parles-tu et pourquoi monter sur tes grands chevaux ? Rododo est vraiment né à Mexico, Rototo à Clichy. C'est une donnée de l'histoire : est-ce inadmissible de le rappeler ?

qu'est-ce qui t'a choqué ?
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21178
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 17 janv. 2006, 09:01

yves a écrit :
Martine a écrit :[Par contre la critique du Monde est en ligne signée par Marie-Aude Roux.
Elle est copie conforme de celle du Figaro.
Pour une fois, ils ont entendu et vu la même chose.

Martine
Si c'est la même, c'est une depeche AFP peut-être????
Effectivement les critiques du Monde et du Figaro sont très proches de la dépéche AFP.

Mais pourquoi s'étonner qu'on puisse émettre des avis similaires sur une même soirée ? Très régulièrement, à l'occasion des Cd de Bartoli par exemple, la critique parle d'une seule voix.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Barberine
Alto
Alto
Messages : 470
Enregistré le : 08 août 2004, 23:00
Localisation : Vaucresson (92)
Contact :

Message par Barberine » 17 janv. 2006, 12:18

L'article du Figaro ne comporte aucune signature : Jean-Louis Vallidire ou Christian Merlin ? Bizarre, ce doit être un oubli.

Avatar du membre
mowglie
Baryton
Baryton
Messages : 1026
Enregistré le : 30 nov. 2004, 00:00
Localisation : PARIS
Contact :

Re: article dans le JDD au sujet des débuts de Villazon

Message par mowglie » 17 janv. 2006, 13:09

JdeB a écrit :
mowglie a écrit :Je trouve le titre de cet article complétement déplacé : le 'vrai' chanteur de
Mexico .c'est signé d'un certain Philip de la Croix. je trouve cela inadmissible.
De quel article parles-tu et pourquoi monter sur tes grands chevaux ? Rododo est vraiment né à Mexico, Rototo à Clichy. C'est une donnée de l'histoire : est-ce inadmissible de le rappeler ?

qu'est-ce qui t'a choqué ?
que ce n'est pas le moment de faire ce genre de ref à Roberto ..

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21178
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 17 janv. 2006, 13:12

Ecoute, tu affirmes que si on le revoit sur scène avant septembre on aura beaucoup de chance et tu en parles comme s' il était à l'article de la mort. Peux-tu nous rassurer ?
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
mowglie
Baryton
Baryton
Messages : 1026
Enregistré le : 30 nov. 2004, 00:00
Localisation : PARIS
Contact :

Message par mowglie » 17 janv. 2006, 14:49

JdeB a écrit :Ecoute, tu affirmes que si on le revoit sur scène avant septembre on aura beaucoup de chance et tu en parles comme s' il était à l'article de la mort. Peux-tu nous rassurer ?
Je n'ai pas dit à l'article de la mort..tu exagères ..et pour son retour sur scène je n'affirme rien .. je ne veux pas rêver à lui dans Cyrano à Montpellier et pourtant, j'ai déjà acheté 2 prems pour moi et ma soeur ..

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21178
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 22 févr. 2006, 09:17

WERTHER- Opéra de Nice le 17 janvier 2006- 3ème Représentation

Chef d'orchestre Patrick Fournillier
Metteur en scène Paul-Emile Fourny
Décors Charlie Mangel
Costumes Véronique Bellone
Lumières Patrick Méeüs
~
Werther Rolando Villazon
Charlotte Marie-Ange Todorovitch
Albert André Cognet
Le Bailli Michel Trempont
Sophie Valérie Condoluci
Schmidt Jairo Nuñez Díaz
Johann Jean-Luc Ballestra



Image

Nous attendions tous avec grand intérêt le Werther de Rolando Villazon et avec toute la médiatisation faite autour de cet artiste, ODB ne pouvez pas passer à côtés de cette prise de rôle.
Il est vrai que Villazon chante le français avec un fort accent espagnol mais je crois qu' il faut se poser au moins deux questions pour ce Werther et toutes les fois où nous allons à l' Opéra. Est-ce qu? il va se passer quelque chose d? unique ce soir et est-ce que nous allons vivre une émotion.
Ce soir, tout était au rendez-vous pour vivre un moment inoubliable.

Image

Michel Trempont en Bailly est truculent, sa déclamation et son français sont impeccables, il délivre une véritable leçon de chant français, sa projection dans la salle est un plaisir et il maîtrise très bien son personnage. Voilà un artiste qui mérite un Victoire d? honneur en 2007.

Image

Schmitt et Johann sont bien très distribués, mention spéciale pour le Johann de Jean-Luc Ballestra à la voix bien assuré ainsi que pour sa magnifique ligne de chant. Voilà un chanteur qu'on aimerait entendre dans des rôles plus importants.

La Sophie de Valérie Condoluci est pleine de fraîcheur et sa voix bien conduite.

La prestation d? André Cognet dans le rôle d? Albert ne restera sûrement pas gravée dans nos mémoires, si ce n?est la sensation d?avoir entendu chanter un baryton comme une vieille basse russe et cela dans le seul but de faire retentir sa voix sans aucun souci de la ligne de chant et du respect de son organe.

La Charlotte de Marie-Ange Todorovitch est pleine de conviction, la diction est parfaite, la voix est belle et franche, le grave sonne admirablement, les duos avec Werther rayonnent de vérité.

Image

Rolando Villazon incarne Werther et à sa première intervention, le personnage est présent ; il nous propose un héros jeune, fougueux amoureux, torride et tourmenté.
Sa démarche est très naturelle et il occupe très bien la scène.
Il ressent ce qu? il chante et l?auditeur est tout de suite captivé.La force de cet artiste réside dans la générosité et dans cette déclamation ardente qui caractérise souvent les chanteurs hispaniques et que l? on ne pourrait pardonner à un chanteur francophone.

Image

Il est vrai que son style n?est pas adéquat pour Massenet mais les moments les plus dramatiques sont d? une grande force.
Pendant ses airs, Villazon est souvent au devant de la scène mais quand l? interprétation est là, est-il nécessaire de parasiter le chant par souci de mise en scène ? Rolando est un exemple à suivre pour les jeunes chanteurs,il est la preuve que chanter de l?opéra est un moyen d?expression et que la phrase musicale et l?émotion qui s?en dégage pousse l?interprète à porter sa voix.

Image

Encore une fois le public fut conquis et l? interprétation de Villazon nous démontre que l?on peut voir et entendre un Opéra sans pour cela avoir la sensation d? assister et de commenter du patinage artistique.

La mise en scène, assez classique et sans fioriture, était signée par Paul-Emile Fourny et la direction musicale, efficace, par Patrick Fournillier.

Image

Ernesto Pasquale, envoyé spécial ODB

Photographies (c) Opéra de Nice, 2006.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre