Page 1 sur 1

Récital de K. Deshayes et A. Palloc- Bordeaux- 27/06/2020

Posté : 25 juin 2020, 07:21
par JdeB
Duparc
Invitation au voyage
Phidylé

Massenet
Elégie*

Godard
Berceuse*

Gounod
L’absent
Air de la Reine de Saba « Plus grand dans son obscurité »

Rossini
Nizza

Verdi
In solitaria stanza

Bellini
Air de Roméo (I Capuleti e i Montecchi) « Ascolta! Se Romeo t'uccise un figlio »

Rossini
Air de Cenerentola « Nacqui all’affanno… Non piu mesta »
Air de Semiramide « Bel raggio lusinghier »

Bis
Les filles de Cadix (Delibes)
Après un rêve (Fauré)

Karine Deshayes, mezzo soprano
Antoine Palloc, piano

*Violoncelle : Alexis Descharmes

Bordeaux, Grand-Théâtre, le 27 juin 2020

Une fête en larmes


Cadre absolument idéal pour le récital et le concert lyrique, le Grand Théâtre de Bordeaux accueille depuis des lustres les plus éminents artistes. Dès les années 1930, on y applaudit rien de moins que Chaliapine, Schipa ou Schumann. Puis, à partir des années 1950, les plus illustres étoiles se succédèrent, le plus souvent dans le cadre du Mai musical: R. Crespin (1955, 1973, 1974) ; N. Gedda (1957), E. Schwarzkopf avec l’Orchestre de Cleveland dirigé par G. Szell (1957) puis avec piano en 1976, G. Vichnevskaïa avec M. Rostropovitch (en remplacement de R. Tebaldi) en 1975, M. Caballé (1976 et 1987), T. Berganza (1979), J. Norman (1980), K. Ricciarelli avec L. Valentini-Terrani (1981), R. Raimondi (1983), F. Von Stade (1997), P. Domingo avec les lauréats de son concours en mai 1997 quelques jours avant un récital de Susan Graham, C. Bartoli à trois reprises (2003, 2008, 2010), Jonas Kaufmann deux fois (2007 et 2018) mais aussi Garanca (2018), Radvanovsky, Fleming et Terfel en 2019 !

Le récital de Karine Deshayes, prévu le 13 mai dernier, a été reporté et donné ce soir pour la réouverture du Grand-Théâtre, sans entracte, devant un public restreint, masqué et avec une sortie de salle disciplinée.
Avant de chanter l’air de la Cenerentola, la mezzo a tenu a rappelé qu’elle avait effectué ses débuts ici dans ce rôle. En fait, elle s’était déjà produite à Bordeaux un peu avant dans la cadre de la tournée des lauréats du concours Voix Nouvelles, le 19 janvier 2003. Elle fut ensuite la Cendrillon de Rossini en mars 2004 et en novembre 2005, donna un récital le 24 mars 2007 et interpréta la Poppea de Monteverdi sous la direction d’Alessandrini et dans une mise en scène de Carsen en juin 2009.

C’était un grand retour pour Karine Deshayes qui n’avait plus chanté en public depuis le 27 janvier. Elle a été présentée par Marc Minkowski comme une « immense chanteuse française » puis a pris la parole brièvement avant de fondre en larmes et de débuter son programme franco-italien dans une chaleur d'étuve.

Submergée par l’émotion, elle se montra assez inégale dans la mélodie française, avec une diction assez floue dans l’Élégie de Massenet et la Berceuse de Benjamin Godard, mais admirable dans l’Invitation au voyage et l’Absent de Gounod. Émule revendiquée de Régine Crespin, elle fit merveille dans l’air "Plus grand dans son obscurité" malgré une conclusion un peu moins noble et inspirée que le début et sans égaler, bien sûr, ni son mentor ni Suzanne Sarroca qui fut ici la Reine de Saba en avril 1971.

La partie italienne fut par contre un bonheur sans mélange avec deux mélodies rares et deux Rossini de très haute tenue, irréprochables sur le plan stylistique et jubilatoire sur le double plan technique et interprétatif.
En bis nous eûmes droit à des Filles de Cadix d’un beau relief mais un peu trop mures, voraces et d’âpre sensualité, avec quelques effets un peu trop appuyés et un Après un rêve (accompagné aussi au violoncelle) qui suspendit le temps en atteignant un sommet de poésie.

La réussite de ce concert doit beaucoup à la complicité entre la mezzo à l’ambitus impressionnant et l’excellent Antoine Palloc tandis qu’Alexis Descharmes , lors de chacune de ses trois interventions, ajouta un supplément d’âme à cette soirée de mémorables retrouvailles .

Ovation debout d’un public chaviré d’émotion.

Jérôme Pesqué

Re: Récital de K. Deshayes et A. Palloc- Bordeaux- 27/06/2020

Posté : 29 juin 2020, 07:57
par JdeB
je viens de publier ma critique de ce récital ci-dessus.

Karine Deshayes reviendra à Bordeaux le 19 novembre prochain pour interpréter les Lieder eines fahrenden Gesellen de Mahler

Re: Récital de K. Deshayes et A. Palloc- Bordeaux- 27/06/2020

Posté : 29 juin 2020, 09:29
par paco
JdeB a écrit :
25 juin 2020, 07:21
jubilatoire
A chaque fois que je l'entends dans Rossini c'est l'expression qui me vient à l'esprit. Elle a tout compris de ce compositeur :D

Re: Récital de K. Deshayes et A. Palloc- Bordeaux- 27/06/2020

Posté : 29 juin 2020, 09:44
par JdeB
oui, tout à fait d'accord avec toi. Elle sera à Pesaro cet été !