Rameau - Les Boréades - Luks/vc - Versailles - 24/01/2020

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Remigio2
Alto
Alto
Messages : 390
Enregistré le : 28 mai 2005, 23:00
Contact :

Rameau - Les Boréades - Luks/vc - Versailles - 24/01/2020

Message par Remigio2 » 25 janv. 2020, 21:15

Deborah Cachet Alphise
Caroline Weynants Sémire, L´Amour, Polimnie
Mathias Vidal Abaris
Benedikt Kristjánsson Calisis
Benoît Arnould Adamas
Tomáš Šelc Borilée
Nicolas Brooymans Borée
Lukáš Zeman Apollon

Collegium 1704
Václav Luks Direction musicale

Encore un sans-faute à l’Opéra Royal de Versailles hier soir avec une magnifique représentation des trop rares Boréades, chef d’œuvre ultime et absolu de Jean-Philippe Rameau, au destin si contrarié in loco. La distribution vocale réunie par Laurent Brunner était de tout premier ordre, à commencer par le superbe Mathias Vidal, qui fait décidément honneur à cette tessiture si particulière qu’est le haute-contre à la française. Comme à Dijon la saison passée, Vidal fait d’Abaris une sorte de Woody Allen baroque, gauche, maladroit avec les femmes, mais tellement attendrissant qu’on comprend qu’Alphise en pince plus pour lui que pour l’arrogant Calisis (remarquable Benedikt Kristjansson, qui semble surfer sur les difficultés de son grand air « Jouissons, jouissons de nos beaux ans » et qui, avec ses cheveux mi-longs a un faux air d’Orlando Bloom dans le Seigneur des Anneaux !). Face à tous ses prétendants, cette pauvre Alphise, interprétée de manière convaincante par Deborah Cachet, a un peu de mal à s’extirper de son rôle de potiche royale, d’autant qu’elle se voit amputer de son grand air « D’un horizon serein » qui échoit à Sémire (Caroline Weynants) aux aigus un peu criards. L’Adamas de Benoît Arnould est un peu engorgé mais se rattrape par une belle diction qu’on retrouve sur l’ensemble des rôles secondaires.

L’orchestre Collegium 1704 est l’autre grand gagnant de la soirée ; on aurait certes aimé des violons un peu plus alertes dans les énergiques contredanses et les gavottes mais les deux cornistes de chasse, Gijs Laceulle et Francesco Meucci, qui ne se font à aucun moment prendre en défaut de justesse, se chargent de compenser. Last but not least, le percussionniste Michael Metzler récolte à lui seul les plus grandes ovations du public aux saluts : tour à tour au tambourin, à la grosse caisse, à la clochette… il est aux manettes partout, tout le temps pendant trois heures : juste incroyable !

Pour ceux qui étaient à la manif, un CD sortira bientôt pour immortaliser cette soirée !

R.
"Qu'on parle de vous, c'est affreux. Mais il y a pire : c'est qu'on n'en parle pas !" Oscar Wilde

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2253
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Rameau - Les Boréades - Luks - Opéra Royal de Versailles - 24/01/2020

Message par Piem67 » 25 janv. 2020, 22:05

Merci pour ce compte-rendu ! Et Borée ?....... Les chœurs ?...

Ce que tu dis du percussionniste m'inquiète un peu... S'il joue 3 h. de rang, mon Dieu... Ca me fait penser à Savall qui ajoute des percus à tout va quand il joue du baroque... (pour son pote Pedro Estevan ! ^^).

Entièrement d'accord avec toi concernant Mathias Vidal, c'est un chanteur absolument remarquable qui m'a enthousiasmé chaque fois que je l'ai entendu sur scène. Il manie à la perfection la voix de haute-contre sans que cela ne sot mièvre, c'est même particulièrement "viril", un peu comme Howard Crook le fut en son temps (qu'est-ce que je l'aimais celui-là même si la voix n'était pas particulièrement belle).

Bonne nouvelle qu'un CD soit prévu ! IL n'y a que la version de Gardiner en disque me semble-t-il (par contre en DVD, il y au moins Christie/Carsen à l'ONP je crois).

Avatar du membre
Remigio2
Alto
Alto
Messages : 390
Enregistré le : 28 mai 2005, 23:00
Contact :

Re: Rameau - Les Boréades - Luks - Opéra Royal de Versailles - 24/01/2020

Message par Remigio2 » 26 janv. 2020, 10:29

Piem67 a écrit :
25 janv. 2020, 22:05
Merci pour ce compte-rendu ! Et Borée ?....... Les chœurs ?...

Ce que tu dis du percussionniste m'inquiète un peu... S'il joue 3 h. de rang, mon Dieu... Ca me fait penser à Savall qui ajoute des percus à tout va quand il joue du baroque... (pour son pote Pedro Estevan ! ^^).

Entièrement d'accord avec toi concernant Mathias Vidal, c'est un chanteur absolument remarquable qui m'a enthousiasmé chaque fois que je l'ai entendu sur scène. Il manie à la perfection la voix de haute-contre sans que cela ne sot mièvre, c'est même particulièrement "viril", un peu comme Howard Crook le fut en son temps (qu'est-ce que je l'aimais celui-là même si la voix n'était pas particulièrement belle).

Bonne nouvelle qu'un CD soit prévu ! IL n'y a que la version de Gardiner en disque me semble-t-il (par contre en DVD, il y au moins Christie/Carsen à l'ONP je crois).
Borée (Nicolas Brooymans) tout à fait idoine et idiomatique. Choeurs un petit peu en retrait m'a-t-il semblé mais rien de bien méchant...

Des extraits vidéos du concert sont disponibles sur la page Fesse Bouque de Laurent Brunner qui montrent notamment le percussionniste dans la contredanse finale (musique qui me sert de sonnerie iPhone !) et l'air d'Abaris "Rentrez dans vos antres profonds" où Vidal n'est pas forcément à son avantage dans le registre grave. Mais bon, je pinaille... :evil:

R.
"Qu'on parle de vous, c'est affreux. Mais il y a pire : c'est qu'on n'en parle pas !" Oscar Wilde

Répondre