Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Représentations
Répondre
srourours
Ténor
Ténor
Messages : 668
Enregistré le : 17 nov. 2016, 08:52
Localisation : LYON

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par srourours » 09 déc. 2019, 10:53

Loïs a écrit :
09 déc. 2019, 10:16
jerome a écrit :
09 déc. 2019, 09:44
Alors imaginez combien la vision parasite vraiment l'écoute quand l'œil doit se faner toutes les bouses moderno-contemporéano transposées qu'on nous sert depuis des années! Franchement, en comparaison cette Tosca vous fait bien peu de mal!
En réalité de regarde très peu les vidéos à cause de ce problème d'écoute détournée :?
Mais en fait mes deux posts se référaient plus à une façon de chanter qu'à la prestation. Quand j'ai réécouté le son j'ai vraiment apprécié (et j'aurais surement adhéré en salle) mais l'image apporte une précision sur la manière avec laquelle Netrebko aborde ses rôles. Tout est dans le chant: les nuances, les variations de couleurs et surtout l'utilisation de cette incroyable machine à vent qu'elle possède (Placido : non!). Elle n'utilise pas le langage corporel (pas seulement pour transmettre une émotion mais tout simplement pour habiter un personnage) et le fait qu'à aucun moment elle ne regarde ses partenaires (sauf quelques brefs coup d’œil entre deux tirades afin de vérifier qu'il est toujours en place) est révélateur: l'opéra est dans sa voix.
+1000

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13842
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par HELENE ADAM » 09 déc. 2019, 11:59

srourours a écrit :
09 déc. 2019, 10:53
Loïs a écrit :
09 déc. 2019, 10:16
jerome a écrit :
09 déc. 2019, 09:44
Alors imaginez combien la vision parasite vraiment l'écoute quand l'œil doit se faner toutes les bouses moderno-contemporéano transposées qu'on nous sert depuis des années! Franchement, en comparaison cette Tosca vous fait bien peu de mal!
En réalité de regarde très peu les vidéos à cause de ce problème d'écoute détournée :?
Mais en fait mes deux posts se référaient plus à une façon de chanter qu'à la prestation. Quand j'ai réécouté le son j'ai vraiment apprécié (et j'aurais surement adhéré en salle) mais l'image apporte une précision sur la manière avec laquelle Netrebko aborde ses rôles. Tout est dans le chant: les nuances, les variations de couleurs et surtout l'utilisation de cette incroyable machine à vent qu'elle possède (Placido : non!). Elle n'utilise pas le langage corporel (pas seulement pour transmettre une émotion mais tout simplement pour habiter un personnage) et le fait qu'à aucun moment elle ne regarde ses partenaires (sauf quelques brefs coup d’œil entre deux tirades afin de vérifier qu'il est toujours en place) est révélateur: l'opéra est dans sa voix.
+1000
On touche là en effet le problème de certaines captations vidéo, faites en direct ou presque, trop rapidement, sans la moindre réflexion sur le "rendu" et qui sont franchement "limites" avec leurs obsessions des gros plans alors que l'opéra c'est du théâtre et pas du cinéma et cela se regarde comme un ensemble sur une scène. (pour le peu que j'ai eu le temps d'écouter, je partage aussi le point de vue de Lois sur la prestation de Netrebko).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5047
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par Loïs » 09 déc. 2019, 12:12

HELENE ADAM a écrit :
09 déc. 2019, 11:59
On touche là en effet le problème de certaines captations vidéo, faites en direct ou presque, trop rapidement, sans la moindre réflexion sur le "rendu"
et on ne parle pas des chanteurs qui "louchent" en ne quittant pas d'un œil la battue du chef !
Sur ce point Meli m'a surpris lors de ses (rapides) coups d’œil à Chailly, pas par le fait de regarder mais des moments (à priori sans raison) où il le faisait. Une raison de plus pour moi d'éviter ce genre de retransmission à la tévévision (je me focalise sur les "trucs" de chanteur) et de privilégier l'écoute plus tard. Je dois avoir la capacité d'attention d'un épagneul qui change en permanence d'objet du regard :lol:

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14512
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par PlacidoCarrerotti » 09 déc. 2019, 12:46

HELENE ADAM a écrit :
09 déc. 2019, 11:59
srourours a écrit :
09 déc. 2019, 10:53
Loïs a écrit :
09 déc. 2019, 10:16
jerome a écrit :
09 déc. 2019, 09:44
Alors imaginez combien la vision parasite vraiment l'écoute quand l'œil doit se faner toutes les bouses moderno-contemporéano transposées qu'on nous sert depuis des années! Franchement, en comparaison cette Tosca vous fait bien peu de mal!
En réalité de regarde très peu les vidéos à cause de ce problème d'écoute détournée :?
Mais en fait mes deux posts se référaient plus à une façon de chanter qu'à la prestation. Quand j'ai réécouté le son j'ai vraiment apprécié (et j'aurais surement adhéré en salle) mais l'image apporte une précision sur la manière avec laquelle Netrebko aborde ses rôles. Tout est dans le chant: les nuances, les variations de couleurs et surtout l'utilisation de cette incroyable machine à vent qu'elle possède (Placido : non!). Elle n'utilise pas le langage corporel (pas seulement pour transmettre une émotion mais tout simplement pour habiter un personnage) et le fait qu'à aucun moment elle ne regarde ses partenaires (sauf quelques brefs coup d’œil entre deux tirades afin de vérifier qu'il est toujours en place) est révélateur: l'opéra est dans sa voix.
+1000
On touche là en effet le problème de certaines captations vidéo, faites en direct ou presque, trop rapidement, sans la moindre réflexion sur le "rendu" et qui sont franchement "limites" avec leurs obsessions des gros plans alors que l'opéra c'est du théâtre et pas du cinéma et cela se regarde comme un ensemble sur une scène. (pour le peu que j'ai eu le temps d'écouter, je partage aussi le point de vue de Lois sur la prestation de Netrebko).
En plus, c'est souvent "gros plan sur celui qui chante" : on se fiche des émotions que pourrait exprimer un partenaire.
A une époque, j'avais discuté avec un cameraman qui m'avait dit qu'il faisait surtout des matches de foot : gros plan sur celui qui a le ballon.
Et le cinéma, ce n'est pas nécessairement des gros plans sur celui qui parle, sinon, c'est du théâtre filmé ;-).
"Quand on se cogne la tête avec un livre et que ça sonne creux, cela ne veut pas dire que le livre est vide". (Otto Klemperer)

dessoles
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 217
Enregistré le : 07 nov. 2004, 00:00

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par dessoles » 09 déc. 2019, 13:21

Loïs a écrit :
09 déc. 2019, 10:16
jerome a écrit :
09 déc. 2019, 09:44
Alors imaginez combien la vision parasite vraiment l'écoute quand l'œil doit se faner toutes les bouses moderno-contemporéano transposées qu'on nous sert depuis des années! Franchement, en comparaison cette Tosca vous fait bien peu de mal!
En réalité de regarde très peu les vidéos à cause de ce problème d'écoute détournée :?
Mais en fait mes deux posts se référaient plus à une façon de chanter qu'à la prestation. Quand j'ai réécouté le son j'ai vraiment apprécié (et j'aurais surement adhéré en salle) mais l'image apporte une précision sur la manière avec laquelle Netrebko aborde ses rôles. Tout est dans le chant: les nuances, les variations de couleurs et surtout l'utilisation de cette incroyable machine à vent qu'elle possède (Placido : non!). Elle n'utilise pas le langage corporel (pas seulement pour transmettre une émotion mais tout simplement pour habiter un personnage) et le fait qu'à aucun moment elle ne regarde ses partenaires (sauf quelques brefs coup d’œil entre deux tirades afin de vérifier qu'il est toujours en place) est révélateur: l'opéra est dans sa voix.
C'est une conception qui peut paraître datée mais tout dépend ce que l'on attend d'un opéra
Parfaite analyse....on revient encore une fois au grand sujet de qui ou quoi prime a l l'opera : les voix ou le reste?...je suis de la vieille école et autant je me deplacerais pour les grandes voix (même en version concert) que jamais pour un metteur en scène...j écoute,j écoute...si la vision et l interpretation est réussie,c est parfait.. sinon...ce n est pas grave ,les voix sont là ! Et,par contre,de mauvaises voix sur une parfaite mise en scène....je déteste....et,en général,je pars......

houppelande
Ténor
Ténor
Messages : 742
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par houppelande » 09 déc. 2019, 14:05

A contrario, j'ai vu certaines captations remarquables où les gros plans apportaient, quand les chanteurs sont de véritables acteurs et laissent transparaître sur le visage de belles émotions, une vraie larme, un regard, ..., toute chose qu'on n'est pas habitué à voir en salle mais qui ajoute encore du sens au spectacle qu'on regarde.

Avatar du membre
Bernard C
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 10997
Enregistré le : 04 mai 2011, 23:00

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par Bernard C » 09 déc. 2019, 14:43

Puisqu'on parle de Anna Netrebko ( je n'ai rien vu et entendu de cette Tosca) regardez l'enregistrement de sa récente Adriana donnée au Met .
Vue sur place puis revue en vidéo .

Une des très grandes soirées d'opera de ces dernières années , non seulement vocalement mais théâtralement .
Elle incarne face à Rach ou à Beczala , y compris avec les gros plans un personnage totalement captivant , frénétiquement captivant dans son engagement corporel.

Et on peut citer bien d'autres représentations théâtralement remarquables.

Anna bien dirigée peut faire du grand théâtre avec sa voix certes mais toute entière aussi.

Je ne sais pas ce qui s'est passé dans cette Tosca , mais ne tirons pas des conclusions sur Netrebko en général .

Bernard
Aretha Franklin remplace Pavarotti dans Nessun Dorma
https://youtu.be/k33sINjn9o0

Avatar du membre
philopera
Baryton
Baryton
Messages : 1286
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par philopera » 09 déc. 2019, 17:39

Bernard C a écrit :
09 déc. 2019, 14:43
Puisqu'on parle de Anna Netrebko ( je n'ai rien vu et entendu de cette Tosca) regardez l'enregistrement de sa récente Adriana donnée au Met .
Vue sur place puis revue en vidéo .

Une des très grandes soirées d'opera de ces dernières années , non seulement vocalement mais théâtralement .
Faire un parallèle avec la performance de Netrebko dans Adriana est très intéressant car ce sont finalement le rôles de deux artistes (une actrice et une chanteuse)
Je ne parle pas de la performance vocale car Netrebko a livré une grande interprétation de ces deux rôles
Je parle de la performance théâtrale : dans Adriana j' avais trouvée Netrebko plutôt bien mais dans Tosca :cry: :censored2: #balancetonphilopera
Est ce lié à une différence de mise en scène /direction d'acteur ??
Où n'est ce pas plutôt la vision et l'attente du spectateur qui est différente dans Tosca par rapport à Adriana en raison de la personnalité différente de ces deux rôles ?
Pour ma part j'opte pour la deuxième hypothèse : Tosca est maline, calculatrice, "tigresse" capable de mentir puis d'aller jusqu'au meurtre tandis qu' Adriana est une brave fille qui ne comprend rien à ce qui lui arrive, qui se fait berner sa rivale, mener par le bout du nez par son amant pour finir empoisonnée par un pauvre bouquet de fleur ...
Qu'en pensez vous ?

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5047
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par Loïs » 09 déc. 2019, 17:56

philopera a écrit :
09 déc. 2019, 17:39
allèle avec la performance de Netrebko dans Adriana est très intéressant car ce sont finalement le rôles de deux artistes (une actrice et une chanteuse)
Où n'est ce pas plutôt la vision et l'attente du spectateur qui est différente dans Tosca par rapport à Adriana en raison de la personnalité différente de ces deux rôles ?
Pour ma part j'opte pour la deuxième hypothèse : Tosca est maline, calculatrice, "tigresse" capable de mentir puis d'aller jusqu'au meurtre tandis qu' Adriana est une brave fille qui ne comprend rien à ce qui lui arrive, qui se fait berner sa rivale, mener par le bout du nez par son amant pour finir empoisonnée par un pauvre bouquet de fleur ...
La différence de caractère entre une diva et une comédienne :lol: Surement pour un certain nombre de cas mais je connais beaucoup de contre exemples dans les deux catégories. :mrgreen:

Plus sérieusement :
Beaucoup ont aussi compris Tosca comme une brave fille pieuse dont la ressort se cassait sous la torture morale de Scarpia.
On peut aussi considérer que le rôle de Tosca n'est pas si attrayant que cela (Callas a confié son peu de sympathie pour lui et regrettait qu'on lui ait trop demandé de le chanter).
En ce qui concerne Netrebko ce n'est pas la première fois que je remarque cette distance et le fait que je la sente immergée dans son chant (même avec Eyvazov comme partenaire). Bonne idée de Bernard, faudrait que je revisionne rapidement Adriana en gros plan.

Avatar du membre
philopera
Baryton
Baryton
Messages : 1286
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Puccini -Tosca- Chailly/Livermore-Scala- 12/2019

Message par philopera » 09 déc. 2019, 18:17

Loïs a écrit :
09 déc. 2019, 17:56



Beaucoup ont aussi compris Tosca comme une brave fille pieuse dont la ressort se cassait sous la torture morale de Scarpia.
Pieuse oui mais les héroïnes de l'opéra italien le sont toutes plus ou moins non ?
Brave fille ? mouais...en tous cas moi je la vois pas comme ça
Je ne sais plus trop pourquoi Callas n'aimait pas ce rôle...pas sûr que ce soit pour le coté "brave fille". Callas dans la vie était très "popotte", conservatrice ,"soumise". Bref l'inverse de Tosca :lol:

Répondre