Récital Beethoven/Schubert-Ian Bostridge/Julius Drake- Lyon- 1/12/2019

Représentations
Répondre
petitchoeur
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 231
Enregistré le : 19 sept. 2009, 23:00

Récital Beethoven/Schubert-Ian Bostridge/Julius Drake- Lyon- 1/12/2019

Message par petitchoeur » 05 déc. 2019, 08:04

Ludwig van Beethoven
An Die Ferne Geliebte (A la bien aimée lointaine)op.98

Auf dem Hügel sitz' ich, spähend
Wo die Berge so blau
Leichte Segler in den Höhen
Diese Wolken in den Höhen
Es kehret der Maien, es blühet die Au
Nimm sie hin denn, diese Lieder



Franz Schubert
Schwanengesang (Le Chant du cygne) D.957

1. Liebesbotschaft
2. Kriegers Ahnung
3. Fruhlingsensucht
4. Ständchen
5. Aufenthalt
6. In der Ferne
7. Abschied
8. Der Atlas
9. Ihr Bild
10. Das Fischermädchen
11. Die Stadt
12. Am Meer
13. Der Doppelgänger
14. Die Taubenpost


Ténor : Ian Bostridge
Piano : Julius Drake


Opéra de Lyon le 1er décembre 2019
Je ne reviens pas sur les deux cycles de lieder chantés ce soir par Ian Bostridge. Ils ont été fort bien présentés à l'occasion d'un récital du même Ian Bostridge au programme identique par Piero1809 dans son CR du concert donné à l'Opéra du Rhin le 23 mai 2018 . Je vous conseille de vous y reporter :
https://www.odb-opera.com/viewtopic.php ... +bostridge
En revanche le pianiste de ce soir n'est pas Saskia Giorgini mais Julius Drake. Celui-ci n'est pas seulement le faire-valoir du chanteur mais un acteur à part entière du rêve, du mystère, de l'éloignement, de l'absence, de la résignation, de la fuite, de la tristesse, de la douleur, des larmes, des drames, de la fatalité, de la nostalgie, du fragile bonheur et d'un simple sourire des poèmes de Jeitteles, de Heine, Rellstab et Seidl mis en musique par Beethoven et Schubert. Le pianiste devance ou suit avec subtilité toutes les intentions du chanteur. Ian Bostridge et Julius Drake forment un véritable duo au service et des poètes et des compositeurs.
Ian Bostridge vit intensément ces œuvres de sa voix claire, aux accents douloureux, hallucinés ou légèrement ironiques ou désabusés. Il nous offre des PPP mystérieux et de FFF remplis de douleur ou d'orgueil. Ian Bostridge est aujourd'hui un des spécialistes des lieder de Schubert dont il a enregistré les cycles chez Warner. Et il réussit également dans le rôle de l'Evangéliste de la Passion selon Saint Jean (à Lyon en avril 2019) :
https://www.odb-opera.com/viewtopic.php ... +Bostridge
que dans Haendel (Jehphté à Paris en janvier 2018) :
https://www.odb-opera.com/viewtopic.php ... +Bostridge
Un lied de Beethoven donné en bis termine ce magnifique récital.
Pierre Tricou

Répondre