Rossini-Messa di Gloria-Scappucci/Insula Orchestra-La Seine Musicale29/11/2019

Représentations
Répondre
enrico75
Baryton
Baryton
Messages : 1206
Enregistré le : 30 janv. 2012, 00:00

Rossini-Messa di Gloria-Scappucci/Insula Orchestra-La Seine Musicale29/11/2019

Message par enrico75 » 01 déc. 2019, 10:28

MESSA DI GLORIA DE G.ROSSINI

Image

Insula Orchestra :direction Speranza Scappuci
Chœurs Accentus:chef de chœur :E.A.Cooper
Jessica Pratt soprano
Eve-Maud Hubeaux mezzo soprano
Levy Sekgapane ténor
Jack Swanson ténor
Mirco Palazzi basse

Composée en 1820 ,l’œuvre est redécouverte fin des années soixante (seulement une page manuscrite aux Pays Bas et quelques éléments à Naples)et "reconstituée"par le musicologue Philip Gossett.
Messa Di Gloria forme très en vogue à l’époque à Naples, qui n’utilise que les deux premières sections de la messe traditionnelle: le Kyrie et le Gloria.
C'est une partition,enfin ce qui en reste,de style opératique flamboyant avec une fugue finale comme dans le Stabat Mater mais à mon avis, moins intéressante musicalement .Par contre elle demande aux interprètes une virtuosité vocale hors norme,ce qui était le cas vendredi dernier.
Donnée dans l'auditorium de la Seine Musicale architecturalement magnifique et à l'acoustique excellente pour peu qu'on soit bien en face.
Speranza Scapucci bien connue de nos amis belges puisqu'elle est maintenant directrice musicale de l'Opéra de Liège conduit l'Insula Orchestra (en meilleur forme qu'au TCE en particulier les cors)avec fougue et précision.
Jessica Pratt (dont t'on sait toujours pas si elle est anglaise ou australienne mais on s'en fout) brille particulièrement dans le "Laudamus te "un peu construit comme une aria avec cabalette:sa virtuosité vocale n'est pas pris en défaut ,c est assez vertigineux:trilles,appogiatures,montées descentes chromatiques ,contre notes piquées ,tout y est ,on en reste sur le c...
Jack Swanson ténor américan que j'ai découvert à Francfort dans Otello du mème Rossini n'est pas en reste:Dans le "Gratias agimus tibi" qui comporte quand mème six contre ut, il dialogue admirablement avec le haut bois (d’époque) avec une aisance déconcertante.le timbre est magnifique lumineux ,le cantabile superbe et tous les aigus à pleine voix.
L'autre ténor n'est autre que Levy Sekgapane qui nous gratifie d'un trés beau" Qui Tollis" avec clarinette solo ,sorte de brillante cavatine avec également une pyrotechnie époustouflante mais la voix est plus confidentielle et il utilise beaucoup la voix mixte.
les deux ténors se joignent pour un duo assez extraordinaire ,à mon avis,le sommet de la partition, pour le" Christe" dont la mélodie sera reprise dans l'air "Sombre forêt " de Guillaume tell.
Quant à E.Maud Hubeaux elle se joint aux autres pour un Domine Deus aux trois tessitures également trés virtuose.
Enfin la basse Mirco Palazzi n'est pas en reste de virtuosité pour le "Quoniam".
une trés belle soirée à la découverte de cette oeuvre rarement entendue de Rossini(ça se comprend vu la difficulté technique) et qui valait l’expédition dans le grand Farwest parisien :wink: :wink:

Répondre