Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Représentations
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21850
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par JdeB » 23 sept. 2019, 22:06

Haendel - Giulio Cesare

Christopher Lowrey - Giulio Cesare
Karina Gauvin - Cleopatra
Eve-Maud Hubeaux - Cornelia
Ann Hallenberg - Sesto
Kacper Selążek - Tolomeo
Ashley Riches - Achilla

Les Talens Lyriques
Christophe Rousset - direction musicale

Théâtre des Champs Elysées, 24 septembre 2019
Festival d'Ambronay



20 ans après.

Grand spécialiste d’Haendel, Christophe Rousset n’a curieusement que fort peu dirigé Giulio Cesare. Il a abordé l’œuvre à Montpellier en mars 1999 dans une mise en scène de Willy Decker et une version de concert ici-même dans la foulée avec la Cleopatra de Sandrine Piau qui ne chantait pas dans l’Hérault. Et puis il a remis la partition au pupitre, une nouvelle fois Avenue Montaigne, en scénique cette fois, dans une production d’Irina Brook, en octobre 2006 avec un concert à Rome dans le sillage.

Ce soir ses Talens lyriques en grande forme, avec des cors naturels quasi irréprochables, déploient, sous sa direction vive et prenante, toute de galbes et de chatoiements, la grande fresque épique de ce chef d’œuvre absolu. En technicolor !

La distribution réunit, autour de l’époustouflante Ann Hallenberg, partenaire historique et emblématique des Talens, les nouveaux sociétaires de la famille artistique de C. Rousset dont deux qui s’étaient déjà produit ici dans le Rinaldo (version de 1730) de juin 2018 : Eve-Maud Hubeaux et Christopher Lowrey.

La formidable mezzo suisse brille moins ici que précédemment malgré un timbre superlatif et une allure de grande patricienne qui sied à la veuve de Pompée. Quelques fulgurances dans les récitatifs aussi. Toutefois le rôle, qui est plus conçu pour un contralto profond, ne s’inscrit pas dans ses meilleures notes et ses premières interventions frisent le maniérisme.

Le contre-ténor américain Christopher Lowrey par contre donne la pleine (dé)mesure de son potentiel mirobolant : projection impériale, endurance de marathonien, couleur nacrée du timbre, vocalisation au laser, large ambitus, charisme.


Karina Gauvin
charme par son timbre capiteux dans le médium et son total investissement dans un rôle qui n’a plus guère de secret pour elle mais se montre bien prudente dans le registre aigu.

Ashley Riches, de sa très haute taille, campe un Achilla puissant, caverneux et martial à souhait.

Le contre-ténor polonais Kacper Szelazek incarne parfaitement un Tolomeo cauteleux et lubrique, à l’hybris névrotique, à l’ambitieux sans frein avec un physique à la Klaus Kinski et une voix qui sait se faire vipérine et sinueuse.

Mais, un cran en dessus c’est-à-dire sur les cimes, Ann Hallenberg délivre une leçon de chant avec des vocalises de très grand relief et une humanité bouleversante de grand adolescent pris dans les tumultes d’un destin a priori trop grand pour lui.

Salle bondée aux places les plus chères, moins dans les hauteurs du théâtre, qui a réservé un accueil triomphal à cet exaltant concert.

Jérôme Pesqué.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
philopera
Baryton
Baryton
Messages : 1335
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par philopera » 25 sept. 2019, 08:41

J'y allais pour deux chanteuses que j'aime énormément dans ce répertoire Karina Gauvin et Ann Hallenberg et finalement j'ai pris plus de plaisir à entendre les autres rôles ... D'abord j'ai découvert Christopher Lowrey qui incarne Giulio Cesare sans hystérie ni minauderie ( suivez mes regards ...) ; c'est du très beau chant ,droit, "propre". Gros succès . Eve-Maud Hubeaux incarne une Cornelia avec un chant très inspiré mais un peu léger à mon gout pour ce rôle. Mais quel beau timbre de voix ! Kacper Szelazek dans Tolomeo est très applaudi dans ce rôle secondaire car il chante les arias à la perfection.
Karina Gauvin est elle une Cléopatre ? à mon avis non. Son très beau timbre de voix est toujours présent mais les aigus sont plus difficiles ,plus courts. La voix ne s''épanouit jamais vraiment et l'impression d'un chant engorgé,alourdi domine et ne convient pas à la malice et à la pétulance de Cléopatre. Bien sûr la grande handelienne sait encore mettre le public dans sa poche dans les largo ( "se pieta" et "piangero") mais pour moi le compte n'y est pas. Ann Hallenberg fait tout à fait le job dans Sesto dont elle maîtrise les arias avec une grande facilité ; comme souvent la critique qu'on peut lui faire est un chant un peu monotone sans grandes surprises. Une belle soirée ,un peu décevante cependant

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21850
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par JdeB » 25 sept. 2019, 09:35

Je viens de publier ma critique en tête de ce fil
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Peleo
Ténor
Ténor
Messages : 917
Enregistré le : 06 févr. 2007, 00:00

Re: Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par Peleo » 25 sept. 2019, 09:41

Christopher Lowrey. Chant franc sans afféterie et excellente technique. Son César est cependant bien peu guerrier. Du coup, pendant l'air du chasseur, j'étais plus impressionné par le corniste que par le chanteur.
Karina Gauvin. En effet, formidable dans les airs lents. Moins convaincante par ailleurs; pas suffisamment pétulante.
Eve-Maud Hubeaux. Belle voix, mais qui manque d'ampleur pour le rôle avec cependant une belle présence dramatique.
Ann Hallenberg. Elle assure vocalement malgré des aigus un peu métalliques. Moi aussi, son chant m'ennuie assez rapidement. Ça se supporte ici alors que je n'ai pas tenu jusqu'au bout pendant l'écoute de son CD Farinelli.
Kacper Selazek. Le timbre n'est pas particulièrement séduisant mais son Tolomeo est très efficace.
Ashley Riches. Timbre, technique, couleurs; tout y est.
Une bonne soirée mais les couples Cesare/Cleopatra et Cornelia/Sesto n'étaient vraiment pas assortis.
Etonné de voir les solistes remplacer le choeur. Est-ce fréquent ?

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14319
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par HELENE ADAM » 25 sept. 2019, 11:13

Avis assez partagé et pas forcément super enthousiaste pour ce Giulio Cesare, ma "rentrée" au TCE.
Rousset et les Talens lyriques, Top comme d'habitude : solo de violon, cors d'époque sublimes notamment.
Je partage ce que dit JdeB sur Karina Gauvin (parfois trop discrète dans les aigus notamment, un peu décevante AMHA) et Eve-Maud Hubeaux, qui ne chante pas dans sa tessiture ce qui s'entend dans les graves notamment, dommage, elle a un timbre divin...
Ann Hallenberg est sans doute en effet, la plus brillante et la plus adéquate à ce répertoire mais parfois, (voir les avis ci dessus) on s'ennuie un peu...
Christopher Lowrey est très impressionnant mais je préfère un César moins propret sur lui, plus déjanté et plus bagarreur...je me demande si je n'ai pas été plus impressionnée par le style très personnel de Kacper Selazek...
Bref, soirée parfois un peu longuette, belles vocalises pour tout le monde, vraie version concert avec ses limites évidentes quand les chanteurs vont les uns derrière les autres à leur pupitre avant d'aller se rasseoir, un petit manque de fantaisie mais bon...

PS : au premier balcon, très facile de se replacer du 6ème côté au 2ème rang face. Pas plein du tout en effet...
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Oylandoy
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 1027
Enregistré le : 15 sept. 2012, 23:00
Contact :

Re: Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par Oylandoy » 25 sept. 2019, 17:45

Etrange soirée, qui pour moi remplaçait la traviata initialement prévue, j'aime beaucoup l'oeuvre (vue plusieurs fois à Garnier), tous étaient très bons, mais le résultat d'ensemble est plus que languissant. Manque de dynamisme, d'un grain de folie. Tout était trop sage : le tempo, les chanteurs appliqués, pas de mise en espace, trop de ronron.

Le deuxième balcon était plus qu'à moitié vide...
la mélodie est immorale
Nietzsche

Avatar du membre
philopera
Baryton
Baryton
Messages : 1335
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par philopera » 25 sept. 2019, 17:54

Oylandoy a écrit :
25 sept. 2019, 17:45
Etrange soirée
Oui musique sublime, très bons chanteurs,direction très adéquate mais ce sentiment étrange d'être au bord de l'ennui sans jamais y tomber vraiment :love: Je vais me rattraper avec la Traviata de Garnier : je suis sûr qu'il y a de l'ambiance sur scène !
Un point noir quand même : l'absence d' :icecream: à l'entracte ! scandaleux

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21850
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par JdeB » 25 sept. 2019, 19:42

Moi je ne me suis pas ennuyé une seconde et j'étais vraiment transporté

je crois que les gens qui "aiment beaucoup l'ouvrage" mais ne sont pas des baroqueux s'ennuient parce qu'ils recherchent du pré-belcanto à contre-notes qu'un Rousset est beaucoup trop probe stylistiquement et trop "authentique" pour leur donner ni pour engager des chanteurs capables de cela. (Minko était plus sur cette ligne)

C'est ce public qui ne n'est pas sensible à l'art d'une Hallenberg de loin la plus pure stylistiquement hier soir
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
philopera
Baryton
Baryton
Messages : 1335
Enregistré le : 12 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par philopera » 26 sept. 2019, 07:20

JdeB a écrit :
25 sept. 2019, 19:42
Moi je ne me suis pas ennuyé une seconde et j'étais vraiment transporté

je crois que les gens qui "aiment beaucoup l'ouvrage" mais ne sont pas des baroqueux s'ennuient parce qu'ils recherchent du pré-belcanto à contre-notes qu'un Rousset est beaucoup trop probe stylistiquement et trop "authentique" pour leur donner ni pour engager des chanteurs capables de cela. (Minko était plus sur cette ligne)

C'est ce public qui ne n'est pas sensible à l'art d'une Hallenberg de loin la plus pure stylistiquement hier soir
C'est vrai que Minko est beaucoup moins puriste que Rousset pour le choix des voix. Minko par exemple n'a pas hésité à accompagner Kasarova qui n'a pas un chant parfaitement orthodoxe pour Handel mais qui personnellement me fait craquer complètement :Jumpy:
PS :Tiens je vais aller me remettre Sills dans Cleopatra histoire d'avoir ma dose de contre notes :wink:

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3049
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: Haendel - Giulio Cesare - Rousset - VC - TCE / Ambronay - 09/2019

Message par EdeB » 26 sept. 2019, 19:39

philopera a écrit :
26 sept. 2019, 07:20
JdeB a écrit :
25 sept. 2019, 19:42
Moi je ne me suis pas ennuyé une seconde et j'étais vraiment transporté

je crois que les gens qui "aiment beaucoup l'ouvrage" mais ne sont pas des baroqueux s'ennuient parce qu'ils recherchent du pré-belcanto à contre-notes qu'un Rousset est beaucoup trop probe stylistiquement et trop "authentique" pour leur donner ni pour engager des chanteurs capables de cela. (Minko était plus sur cette ligne)

C'est ce public qui ne n'est pas sensible à l'art d'une Hallenberg de loin la plus pure stylistiquement hier soir
C'est vrai que Minko est beaucoup moins puriste que Rousset pour le choix des voix. Minko par exemple n'a pas hésité à accompagner Kasarova qui n'a pas un chant parfaitement orthodoxe pour Handel mais qui personnellement me fait craquer complètement :Jumpy:
PS :Tiens je vais aller me remettre Sills dans Cleopatra histoire d'avoir ma dose de contre notes :wink:
Ton appréciation de ces chanteuses (à chacun ses goûts, je ne les juge pas en tant que tels !) prouve, s'il en était besoin, que tes exigences stylistiques haendéliennes ne sont pas celles des amoureux du "trille attaqué par la note supérieure" :D

Personnellement, Kasarova (qui possède un instrument assez fabuleux) m'a procuré certains de mes plus beaux fous rires dans du Haendel, par le style hululando de sa prestation. Elle faisait absolument n'importe quoi, et c'était assez impressionnant, comme résultat, il faut l'avouer... (Dans le genre, Marilyn Horne était quand même 10 000 crans au-dessus.)

Il faudrait arrêter de jouer et chanter Haendel comme si c'était un compositeur de la fin du XIXe siècle, ce qui est encore trop courant... Personnellement, nous possédons quelques enregistrements historiques et pionniers, mais c'est plus pour la curiosité occasionnelle qu'une écoute régulière !! (Hélas, on a vraiment l'impression que passée l'ivresse de la redécouverte et de l'avancée musicologique, on se remet de plus en plus à faire n'importe quoi !! C'est sans doute le corollaire d'une entrée au répertoire des dites grandes maisons de deux ou trois chef d'oeuvres handéliens.)

En ce qui concerne la soirée du TCE, n'y étant pas, je ne peux donc la commenter.

Pour Peleo qui, plus haut dans le fil, regrettait un Cesare peu guerrier, il quand même rappeler que c'est le côté élégiaque et amoureux du personnage qui est principalement mis en avant dans cet opéra.
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Répondre