Page 3 sur 4

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 23 sept. 2019, 21:43
par srourours
Remarque je dis ça, ça fait deux semaines que je suis en pâmoison en étant sur le même plateau qu'Osborn...y'en a pour qui les contre-ut à 10h du mat, c'est aussi compliqué qu'avaler un croissant ;)

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 23 sept. 2019, 21:45
par Wim
Wim a écrit :
23 sept. 2019, 10:27
HELENE ADAM a écrit :
22 sept. 2019, 23:10
paco a écrit :
22 sept. 2019, 21:04
Ah ben tiens, j'avais renoncé à cette reprise suite au "choc Grigolo" auquel tu fais allusion (après Grigolo/ROH et JK/Bastille j'ai du mal à imaginer que je pourrai retrouver aussi bien ...). Du coup je regrette ! Bon, il reste encore des dates ...
J'y suis allée et je ne partage pas l'enthousiasme de Bernard et de Placido.
Juan Diego Florez nous offre à peu près la même interprétation qu'au TCE il y a deux ans (les avis des Odbiens étaient très partagés par ailleurs) : c'est soigné, c'est propre, la diction est impeccable et JDF nous propose de très beaux passages notamment au cours du premier acte où une certaine légèreté (encore) correspond à peu près à son timbre de ténor léger. Mais dès que la situation se tend et singulièrement lors du monologue où il flirte si brillamment avec la mort avant de s'enfuir, il ne parvient pas à créer le "climax" nécessaire (et son "j'en mourrai, Charlotte", prête (hélas) à sourire). Dans les deux actes suivants, on n'y croit plus du tout (et on s'ennuie même un peu...).
C'est un très bel exercice, très précis, presque scolaire, mais, pour moi, ce n'est pas Werther. Il faut beaucoup plus de tension dramatique dans la voix pour exprimer la souffrance morale extrême du jeune poète, il faut pouvoir faire croire au drame intérieur pour bouleverser.
Dommage mais ce n'est en effet ni le choc JK/Bastille, ni celui Grigolo/ROH (que j'ai vu quasiment de la même place de l'amphi avec une toute autre impression...).
Vous étiez à la même représentation ?
Je peux me tromper parce que j’ai perdu un peu le fil de ce fil mais j’ai l’impression qu’on compare ici une « vraie » représentation et une générale, ce qui n’est pas très honnête: aucun chanteur/se sérieux/se ne se donne complètement lors d’une générale.

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 25 sept. 2019, 12:24
par enrico75

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 25 sept. 2019, 21:09
par Wim
Représentation du 24/9
Nous avons eu peur avant la représentation quand le CEO de la ROH est monté sur scène. Heureusement ce n'était que pour annoncer qu'il n'y aurait pas de surtitres parce que le système avait souffert d'une infiltration d'eau lors de la tempête de l'après-midi. Comme l'histoire est hypercomplexe, j'imagine que personne n'ait souffert.

Globalement une distribution de très haut vol.

JDF en grande forme et très convaincant en Werther. Il campe un personnage plus intériorisé et tourmenté que Grigolo dans ces mêmes rôle et lieu. Grigolo plus latin lover, impétueux. JDF plus Werther de Goethe. Évidemment le volume reste limité mais les nuances infinies sont à saluer, surtout les pp.

Leonard: c’est la première fois que je l’entends. Beau timbre, surtout dans les graves, pas étonnant pour une mezzo. Elle a chanté toutes les notes correctement (JDD avait raté quelques aigus il y a quelques années ici même) et a délivré une belle prestation en Charlotte. Agréable à écouter.

Imbrailo et Engebretson tous les 2 excellents. Le rôle d’Albert sied particulièrement bien à la voix d’Imbrailo (plus que celui de Pelléas p ex). Engebretson produit de beaux aigus.

La mes de Jacquot n’a pas pris une ride. Sobre et efficace, elle sert bien l’histoire. On est loin du Regietheater.

Finalement Gardner inspire l’orchestre de la ROH pour qu’il se montre sous son meilleur jour. Je ne suis pas toujours un grand fan de cet orchestre mais hier soir la précision et la finesse étaient au rdv.

Dommage qu’il y ait 2 entractes. On entre à peine dans le jeu lors du I et du II qu’on doit déjà sortir. 40 et 35 minutes à peine. Incompréhensible.

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 25 sept. 2019, 22:08
par paco
Wim a écrit :
25 sept. 2019, 21:09
Dommage qu’il y ait 2 entractes. On entre à peine dans le jeu lors du I et du II qu’on doit déjà sortir. 40 et 35 minutes à peine. Incompréhensible.
Tous les Werther que j'ai vus avaient ces deux entractes à ces endroits, en France, au ROH, en Italie ... Je ne crois pas en avoir vu un avec un seul entracte.
Il faut savoir que les entractes sont aussi conçus pour les chanteurs, qui sollicitent cordes vocales, muscles divers, diaphragme etc. J'imagine que, selon les partitions, ils ont besoin d'entractes à certains emplacements pour pouvoir reposer ces muscles. Je me souviens d'une interview d'Alvarez qui avait expliqué cela.

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 26 sept. 2019, 10:10
par raph13
paco a écrit :
25 sept. 2019, 22:08
Wim a écrit :
25 sept. 2019, 21:09
Dommage qu’il y ait 2 entractes. On entre à peine dans le jeu lors du I et du II qu’on doit déjà sortir. 40 et 35 minutes à peine. Incompréhensible.
Tous les Werther que j'ai vus avaient ces deux entractes à ces endroits, en France, au ROH, en Italie ... Je ne crois pas en avoir vu un avec un seul entracte.
Il faut savoir que les entractes sont aussi conçus pour les chanteurs, qui sollicitent cordes vocales, muscles divers, diaphragme etc. J'imagine que, selon les partitions, ils ont besoin d'entractes à certains emplacements pour pouvoir reposer ces muscles. Je me souviens d'une interview d'Alvarez qui avait expliqué cela.
Dans mon souvenir un seul entracte à Bastille pour la production Jacquot non ?

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 26 sept. 2019, 11:11
par Efemere
raph13 a écrit :
26 sept. 2019, 10:10
Dans mon souvenir un seul entracte à Bastille pour la production Jacquot non ?
Non, deux entractes à Paris.

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 26 sept. 2019, 11:13
par HELENE ADAM
Efemere a écrit :
26 sept. 2019, 11:11
raph13 a écrit :
26 sept. 2019, 10:10
Dans mon souvenir un seul entracte à Bastille pour la production Jacquot non ?
Non, deux entractes à Paris.
J'ai été surprise aussi des deux entractes à Londres avec JDF... la mémoire n'est pas toujours fiable, je pensais aussi (à tort donc) à un seul à Paris tout comme à Londres avec Grigolo/JDD.
Le nombre d'entractes me semble lié à la production de toute façon non ?

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 26 sept. 2019, 13:06
par paco
HELENE ADAM a écrit :
26 sept. 2019, 11:13
Efemere a écrit :
26 sept. 2019, 11:11
raph13 a écrit :
26 sept. 2019, 10:10
Dans mon souvenir un seul entracte à Bastille pour la production Jacquot non ?
Non, deux entractes à Paris.
J'ai été surprise aussi des deux entractes à Londres avec JDF... la mémoire n'est pas toujours fiable, je pensais aussi (à tort donc) à un seul à Paris tout comme à Londres avec Grigolo/JDD.
Le nombre d'entractes me semble lié à la production de toute façon non ?
Perso, tous les Werther que j'ai vus, sans exception (ONP années 80, ONP JK, ROH toutes distribs, Lille, Bologne etc.) c'était avec 2 entractes, toujours situés après actes 1 et 2 (pourquoi après ces actes relativement courts, je ne sais pas, c'est la raison pour laquelle je pense qu'il y a un problème de sollicitation de l'organisme d'un des chanteurs principaux dans ces actes).

Re: Massenet - Werther - Gardner/Jacquot - Londres - 09/2019

Posté : 07 oct. 2019, 08:07
par Hiero von Stierkopf
J'étais à la dernière de cette reprise.

Isabel Leonard m'a fait une très bonne impression, voix puissante, nuancée, français correct, physique avenant. Je l'ai trouvée excellente au III et IV où elle explose scéniquement.
Une belle découverte.

Je voyais le Werther de Florez pour la 3ème fois après le TCE et Zürich. Probablement la dernière.
Interprétation intéressante et fouillée mais le volume est vraiment trop limité. On ne l'entend plus dès que l'orchestre joue un peu fort.
Ca manquait cruellement d'impact aux I et II, ce qui m'a profondément dérangé. Le duo du III passe mieux mais il n'y a guère qu'au IV où je l'ai vraiment apprécié.

Baryton sympa, Sophie au physique d'enfant et au français douteux, bonne direction d'orchestre.