Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Représentations
Avatar du membre
pingpangpong
Baryton
Baryton
Messages : 1055
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par pingpangpong » 02 janv. 2019, 16:53

Orphée aux enfers
Opéra-bouffe en deux actes et quatre tableaux
de Jacques Offenbach
Livret d’Hector Crémieux et Ludovic Halévy
 
Direction musicale Dominique Trottein
Mise en scène Nadine Duffaut
Chorégraphie Éric Belaud
Décors Éric Chevalier
Costumes Katia Duflot
Lumières Philippe Grosperrin
Eurydice Julie Fuchs
L’Opinion publique Sarah Laulan
Cupidon Amélie Robins
Vénus Caroline Mutel
Diane Caroline Géa
Junon Jeanne-Marie Lévy
Minerve Raphaèle Andrieu
Orphée Samy Camps
Jupiter Francis Dudziak
Pluton/Aristée Florian Laconi
John Styx Jacques Lemaire
Mercure Éric Vignau
Mars Alain Iltis

Chœur, Ballet et Maîtrise de l’Opéra Grand Avignon
Orchestre Régional Avignon-Provence
Enfants musiciens du Conservatoire du Grand Avignon

Nouvelle production
En co-production avec l’Opéra de Reims et l’Opéra de Marseille


Parce que né le 20 juin 1819, il y aura donc bientôt deux-cents ans, Jacques Offenbach devrait se voir honoré tout au long de cette année ; et pas seulement dans son pays d'adoption, qui l'adopta tant bien que mal de son vivant, origines germaniques et juives obligent, mais qui se rattrapa très vite par la suite, à commencer par des funérailles d'état en 1880.
En réalité, s'il est un compositeur qui n'a nul besoin de commémoration pour être joué c'est bien lui tant ses œuvres sont présentes sur le territoire, dans les petits comme dans les grands théâtres. Sans doute l'opéra National pourrait-il se joindre aux festivités, avec, par exemple, une nouvelle production des Contes d'Hoffmann qui pourrait remplacer celle de R.Carsen créée il y a de cela dix-neuf ans ou bien, pourquoi pas, une Vie parisienne à Garnier.
Toujours est-il que Fées du Rhin à Tours, Périchole à Bordeaux, Barkouf à Strasbourg, Belle Hélène à Nancy, auront anticipé le bicentenaire avant Madame Favart à ...Favart, Barbe-Bleue à Lyon ou encore Maître Péronilla au TCE.

En octobre 1858, Offenbach, qui dépensa toute sa vie sans compter, produisit Orphée aux Enfers avec des moyens dignes de s'attirer les foules qui faillirent cependant ne pas venir. C'est paradoxalement à la suite de critiques détestables que le public, puis Napoléon III lui-même, firent du compositeur la consécration et de cette opéra-bouffe un succès qui ne s'est jamais démenti.

Après une Belle Hélène donnée en 2014 en hommage à Jérôme Savary, et une Île de Tulipatan durant le Festival d'Avignon 2018, Offenbach fait son retour avec cet Orphée aux Enfers dans la cité des Papes, ou plutôt en dehors car donné au provisoire théâtre Confluence du Grand Avignon, en attendant le retour des spectacles à l'Opéra de la place de l'Horloge.
La production précédente, de mars 2008, était signée Claire Servais.
Coproduit avec Reims et Marseille, cet Orphée aux Enfers version 2018 succède à une Vie parisienne de 2005, souvent reprise depuis, mise en scène par Nadine Duffaut, laquelle s'était déjà frottée à la Fille du Tambour Major pour Nice.

Dans cette version en quatre actes (1874) l'action est transposée, sans que cela fasse sens, dans les années cinquante, ce qu'atteste, outre les costumes, l'allusion à l'acte II au sketch de Bourvil sur l'eau ferrugineuse.
Le décor d' Eric Chevalier, rapidement modifiable à vue par un système de simples panneaux sur roulettes, représente une rue bordée de boutiques parmi lesquelles se trouvent celle du luthier Orphée et celle d'Aristée, vendeur de souvenirs et de miel. Tout un petit monde bigarré va et vient, curé en soutane et bonne sœur à cornette, boucher et pâtissier, journaliste, classe de jeunes violonistes marchant en rang, etc. contribuant à rendre la scène très vivante au risque de faire perdre l'essentiel au spectateur. On retrouvera d'ailleurs étonnamment à chaque acte cette foule de silhouettes agitées.

Image
Crédit photos Cédric Delestrade

Cette commère d'Opinion publique tient, idée on ne peut plus pertinente, un salon de coiffure, lieu si propices aux commérages, fréquenté par une Eurydice très apprêtée et peu en phase avec son Orphée de mari, arborant pull Jacquard et pantalon à carreaux.
Santiags au pieds, Aristée troque chemisier, béret et lavallière roses contre casquette et blouson de cuir noirs, pour reprendre l'apparence d'un Pluton mieux assorti à sa bande de loubards tout droit sortis des Enfers.
A l'Olympe, les boutiques prennent l'aspect et les teintes verdâtres d'un luxueux salon de thé, aux vitrines emplies de macarons colorés, tenu par une Junon pleine d'autorité et un Jupiter impérieux en costume crème.
Aux murs évidemment tendus de rouge, le monde des Enfers fait penser à un cabaret de luxe plutôt qu'à un boudoir.
Le bal infernal, quant à lui, sera bien “original“ comme stipulé par le livret puisque les dieux seront déguisés …. en dieux, et entourés de personnages familiers: Charlot, Elvis, Robin des bois,etc.

Image
Crédit photos Cédric Delestrade

C'est donc visuellement distrayant, un peu trop aux actes I et II, ni prétentieux ni vulgaire, inventif à l'image des costumes de Katia Duflot et des chorégraphies d'Eric Belaud; l'irruption d'un petit amour armé d'un Fly Tox dans le ballet des mouches ne manque pas de faire...mouche.

Les rôles principaux sont tenus diversement, à commencer par[ b] Julie Fuchs[/b] en prise de rôle. Celle-ci campe une Eurydice assez corsetée, un peu trop grande dame.
Vocalement, tout est bien en place, musical, la voix est superbe, les aigus brillants et le bas du registre nourri, mais un peu de piquant dans la caractérisation du personnage et dans les vocalises de son hymne à Bacchus, peut-être influencé par son costume d'Ange bleu, n'enlèveraient rien à son panache.
Florian Laconi, déjà familier d'Offenbach avec les rôles de Pâris et d'Hoffmann à son répertoire, est très à l'aise dans celui d'un Pluton à l'énergie communicative, sûr de lui, émission franche, timbre et élocution clairs, vibrato mieux contrôlé au fur et à mesure de la soirée.
La voix chaleureuse de Samy Camps convient bien à Orphée, langoureux et expressif dans son concerto pour violon, touchant dans l'adieu à ses élèves.
Francis Dudziak, à la voix fatiguée et à la justesse peu assurée notamment dans son duo de la mouche, campe toutefois un imposant Jupiter sur le retour aux prises avec ses dieux et déesses au premier rang desquels on a pu remarquer un Cupidon à la fraîcheur de timbre et au chant agile en la personne d'Amélie Robins, irrésistible avec ses policemen dans les couplets des baisers.

Image
Crédit photos Cédric Delestrade

John Styx aux couplets béotiens bien détaillés de Jacques Lemaire, engoncé dans un costume noir (et non livrée) digne d'un croque-mort avec ce qu'il faut d'accent anglais; Opinion Publique de Sarah Laulan aboyant hélas son rôle; Mercure d'Eric Vignau, cycliste pépère mais intelligible ; Mars,Vénus et Diane correctes, complètent le tableau.

Dominique Trottein est à son affaire avec un orchestre réactif et léger dans l'esprit comme dans la lettre, jamais tapageur, auquel malheureusement la trop large fosse de cet espace éphémère ne saurait rendre justice, le son paraissant aplani.
Chœurs et Maîtrise ont été très bien préparés et leurs interventions participent du succès d'un spectacle bon enfant auquel aura manqué un brin de peps, où tout le monde a l'air de s'amuser, public multi-âges compris.

Eric Gibert
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21416
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par JdeB » 02 janv. 2019, 16:56

Excellente cette critique, merci Eric !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
pingpangpong
Baryton
Baryton
Messages : 1055
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Re: Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par pingpangpong » 02 janv. 2019, 17:00

:wink: Merci sincèrement, Jérôme ! Par contre je n'arrive pas à joindre les photos. Le quota serait dépassé alors que pas une seule n'a été prise en compte....
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21416
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par JdeB » 02 janv. 2019, 17:01

il faut en parler à Jean-Yves (Oylandoy).

Si tu veux retourner à Avignon, n'hésite pas !

j'apprécie beaucoup ce que tu fais sur ODB
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
pingpangpong
Baryton
Baryton
Messages : 1055
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Re: Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par pingpangpong » 02 janv. 2019, 17:03

C'est sympa, ça me touche... cette critique je l'ai relue un certain nombre de fois.... Au fait, l'hôtel était extra, bien situé et le petit dèj impeccable.
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21416
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par JdeB » 02 janv. 2019, 17:04

pingpangpong a écrit :
02 janv. 2019, 17:03
C'est sympa, ça me touche... cette critique je l'ai relue un certain nombre de fois.... Au fait, l'hôtel était extra, bien situé et le petit dèj impeccable.
Pris par les innombrables petites choses d'ODB (et surtout la gestion de trolls insupportables que j'aurais dû virer beaucoup plus tôt), j'ai oublié d'encourager notre équipe de rédacteurs et je vous prie de m'en excuser. Puis c'est vrai que je suis de nature très avare de compliments (sauf pour mes culturistes favoris :lol: ) ce que je tiens de ma mère.

cool ! moi aussi j'aime bien loger au Bristol, près des remparts... :D
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
pingpangpong
Baryton
Baryton
Messages : 1055
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Re: Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par pingpangpong » 02 janv. 2019, 17:14

En plus la gare est à côté, le système de navette permettant de se rendre à Confluence est au point et l'accueil sympa.
Pour le reste, je comprends, c'est oublié. Il y a parfois des choses assez ingrates à faire pour que tout fonctionne comme on le voudrait.
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21416
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par JdeB » 02 janv. 2019, 17:17

Merci de ta compréhension.

Depuis le printemps dernier, si on oublie la polémique sur les nantis de Munich, ce qu' ODB est en train de devenir ressemble enfin, après 16 ans d'efforts quasi quotidiens de ma part et l'apport de tant de membres de ce site, à ce que je voulais lire !
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

houppelande
Ténor
Ténor
Messages : 742
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Re: Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par houppelande » 02 janv. 2019, 17:22

pingpangpong a écrit :
02 janv. 2019, 16:53
Parce que né le 20 juin 2019, il y aura donc bientôt deux-cents ans,
Moi, je ne compte que 7 mois ! :mrgreen:
Merci pour cette critique.

Avatar du membre
pingpangpong
Baryton
Baryton
Messages : 1055
Enregistré le : 09 déc. 2007, 00:00
Contact :

Re: Offenbach - Orphée aux Enfers - Trottein/Duffaut - Avignon - 12/2018

Message par pingpangpong » 02 janv. 2019, 17:26

JdeB a écrit :
02 janv. 2019, 17:17
Merci de ta compréhension.

Depuis le printemps dernier, si on oublie la polémique sur les nantis de Munich, ce qu' ODB est en train de devenir ressemble enfin, après 16 ans d'efforts quasi quotidiens de ma part et l'apport de tant de membres de ce site, à ce que je voulais lire !
Alors on n'a pas fini de lever nos verres si je comprends bien ! A la tienne, à la nôtre et à tous les contributeurs d'ODB ! :cheers:
Enfin elle avait fini ; nous poussâmes un gros soupir d'applaudissements !
Jules Renard

Répondre