Les Huguenots - Liège - juin 2005

Représentations
Avatar du membre
Christopher
Basse
Basse
Messages : 2123
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : sud

Message par Christopher » 27 juin 2005, 19:00

Barberine a écrit :Décidément, Gilles Ragon en a surpris plus d'un/une J'aimerais savoir ce qu'en a pensé Christopher dans le Schmidt de Werther de Londres 2004. Je ne l'avais, certes, pas trouvé aussi bon ni vocalement ni scéniquement.
Et bien justement, il m'avait fait une très bonne impression dans le rôle de Schmidt dans la production de Werther au ROH en Octobre dernier. sa courte prestation était vaillante, belle voix de ténor. je partais confiant pour Les Huguenots mais les réactions des premiers OdBiens me faisait craindre le pire. Et en fin de compte, il a été très bon samedi dernier.

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

Message par tristan » 27 juin 2005, 20:00

valery a écrit :
Le comble dans cette histoire c'est que les ballets des Huguenots sont très réduits pour un Grand Opéra.

Je trouve cette oeuvre géniale, vous excuserez mon enthousiasme :)
Je partage ton avis , VALERY!
Ns avons eu l' occasion d' en parler samedi , autour de la statue de GRETRY!

MEYERBEER n' avait pas son pareil pour trouver les "ingrédients" nécessaires pour séduire le public de son temps auprès duquel il jouissait d' une réputation "KOLOSSALE" qu' on a peine à imaginer aujourd' hui:
-Rôles spectaculairement vocaux et périlleux!
-Alternance de duos, trios, sextuors, ensemblesz , grands airs et choeurs foisonnant d' invention!
-Intrigues faisant appel à l' histoire....et à l' imaginaire collectif d' un public désireux de rêver.....
-Morceaux de bravoure qui sont devenus autant de "tubes"!

Ce qu' on lui reproche "communément":
-Style hybride ,sans véritable originalité...*
-Facilité mélodique.....et harmonique.....
-Musique racoleuse.....
-Désir de flatter le gôut "populaire!!
-Mais surtout.......recherche du PLAISIR FACILE!!!!!

Serait-il par hasard ,interdit de prendre du PLAISIR......même facile?

Après tout , entre ceux qui savent donner du plaisir et....ceux qui savent le prendre, pourquoi mettre des interdits?

TRISTAN,qui raffole en été, des chansons napolitaines, de la "vieille chanson française, de l' opéra-comique de son GRAND-PERE......et de MEYERBEER!

Real
Soprano
Soprano
Messages : 55
Enregistré le : 16 mars 2003, 00:00
Localisation : Au Québec
Contact :

Message par Real » 27 juin 2005, 21:07

Valéry a écrit
Je trouve cette oeuvre géniale, vous excuserez mon enthousiasme :)[/quote]

Oh, il ne faut pas t'excuser. Quand on a affaire à un dieu de l'opéra, pourquoi ne pas l'adorer tout simplement? La fin de ton intervention me fait penser à la fin de l'analyse que Gérard Condé fait de l'oeuvre dans L'Avant Scène Opéra. Il parle de la haute tenue musicale de l'ensemble et il ajoute: «Après avoir passé un mois en tête à tête avec la partition c'est devenu , à mes yeux, une sorte d'évidence, j'en demande pardon aux sceptiques.»
À cela je peux simplement ajouter que les sceptiques seront un jour confondus. Ça j'en suis convaincu. :box:

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 01 juil. 2005, 20:44

Clement a écrit :
valery a écrit : Et puis quand on donne Don Carlos à Vienne, avec ballet et tout et tout, on commence à 17h. Point final.
Un ami, à qui j'ai filé le virus opératique, a vu ce Don Carlos archi intégral. il ne s'est pas ennuyé une seconde !

qui songerait à couper Parsifal ??
Moi je trouve qu'il y a des longueurs dans Don Giovanni, hein, et puis ce trio des masques, à quoi ça sert ? ça ralentit l'action et n'était fait que pour séduire le public de l'époque. et puis ces airs de Zerlina ou Ottavio, ce sont d'inutiles parenthèses uniquement faites pour le public et les chanteurs de l'époque etc... sinon il faudrait resserrer un peu la tessiture de certains airs, trop difficiles aujourd'hui, comme "Or sai", ou "mi tradi", abaisser les airs du ténor, couper les vocalises inutiles et uniquement faites pour séduire le public (etc...) à la fin de "non mi dir".
et insérer une version pour baryton de "je ne regrette rien" de Piaf à la place du final (on coupe l'ensemble final bien sûr), pour bien saisir les implications actuelles d'une oeuvre qui a du mal à nous parler aujourd'hui. d'ailleurs on pourrait transposer l'action sur un ring de boxe, illustrant le tragique destin de Piaf et Cerdan. Don Gio en petite robe noire.
Voilà comment on rend une oeuvre accessible !!
Gaffe, Clément est en passe de devenir le conseiller musical de l'ONP ! En tout cas, il me coupe l'herbe sous les pieds, moi qui tenais un beau sujet de BD...

David - SusAuxClément-Attila!

Répondre