Il turco in Italia/Bartoli/Covent Garden

Représentations
Avatar du membre
perrine
Ténor
Ténor
Messages : 751
Enregistré le : 03 août 2003, 23:00
Contact :

Message par perrine » 14 juin 2005, 16:01

bonjour à tous,
je ne t'ai pas vu Christopher. En tous cas, nos amis ont beaucoup apprécié les places ! Ils te remercient encore.

Merci aussi pour ce compte rendu qui replonge dans l'ambiance. Un superbe moment passé au roh grace à la mise en scène et au plateau vocal et musical.

Coté scènique, Moshe Leiser and Patrice Caurier, apparement des habitués de Covent Garden ont reussi à donner ce souffle burlesque et amusant sans tomber dans la facilité et la lassitude. Le public Londonien a été friand de ces petits effets de scène : les gitans qui dépouillent un touriste, la bagarre fourchette avec pates, la tete dans le plat de pates, le bel ephébe ...

La direction de Adam Fischer est enlevée, dynamique et sait rester fine. Tres applaudi.

Plateau vocal excellentissime. Ils sont tous aussi excellents acteurs.

Le Selim de Ildebrando d'Arcangelo est noble, beau timbre, belle présence.

Alessandro Corbelli en Don Geronio, mari désabusé est une fois encore un as de l'interprétation. Il sait allier sa maitrise vocale à toutes les situations, comiques ou non.

Thomas Allen au cours role de Prosdocimo présente une belle voix claire et fine, et son role parait d'une facilité surprenante.

Le poete Narciso de Barry Banks a aussi été tres apprécié.

La Zaida de Heather Shipp est un role un peu ingrat car elle ne fait que subir le jeu des autres. Elle a une jolie voix, mais un vibrato un peu large.

et enfin, Fiorilla. Cecilia Bartoli nous offre une palette extraordinaire de couleurs, de variations vocales et de jeu scénique. Elle sait etre peste quand il le faut, mais aussi touchante quand elle se rend compte qu'elle a un peu abusé de la situation. Ses parties 'lyriques' sont un réel bonheur de justesse d'interprétation et de phrasé.
C'était tres agréable de la voir autrement qu'en récital et cela confirme qu'elle est une artiste accomplie qui se fait plaisir, et qui nous fait plaisir.

Je ressigne des que possible à covent garden !

Montfort
Ténor
Ténor
Messages : 706
Enregistré le : 22 mai 2005, 23:00
Localisation : Paris XVI

Message par Montfort » 15 juin 2005, 08:41

violetta a écrit :Jusque là je trouve que le critique ne s'avance pas beaucoup ... j'aimerais bien avoir des échos de spectateurs sur la prestation "réelle" de Bartoli, plutôt que les a priori du Guardian sur ceux qui l'aiment ou pas.
De mon côté je la trouve excellente dans certaines choses, moins dans d'autres, et j'aime bien "juger sur pièces" .. malheureusement nous n'avons pas d'occasions de l'écouter dans des opéras à Paris (snif).
En effet, c'est bien une des questions à son sujet : pour la voir sur scéne dans un opéra, je suis allé à Pesaro (c'était en 1989, elle chantait Lucilla dans la Scala di sceta).
Autrement, je ne l'ai vue qu'en récital, ce que je suis désormais moins enclin à faire, à cause du choix des compositeurs qu'elle a décidé de défendre.

Montfort
Eccomi alfine in Babilonia

tuano
Basse
Basse
Messages : 9358
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 15 juin 2005, 09:50

Montfort a écrit : pour la voir sur scéne dans un opéra, je suis allé à Pesaro (c'était en 1989, elle chantait Lucilla dans la Scala di sceta).
Tu es allé à Pesaro expressément pour voir Bartoli, en 1989 ??

Montfort
Ténor
Ténor
Messages : 706
Enregistré le : 22 mai 2005, 23:00
Localisation : Paris XVI

Message par Montfort » 15 juin 2005, 11:08

tuano a écrit :
Montfort a écrit : pour la voir sur scéne dans un opéra, je suis allé à Pesaro (c'était en 1989, elle chantait Lucilla dans la Scala di sceta).
Tu es allé à Pesaro expressément pour voir Bartoli, en 1989 ??
Bien sur que non, ne serait-ce que parce que, l'époque, elle était moins connue : en fait, j'y suis allé pour écouter June A. dans Riccardo et Zoraide (avec à la suite un petit périple bien agréable en Ombrie et Toscane).

Montfort
Eccomi alfine in Babilonia

Avatar du membre
Masetto
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 109
Enregistré le : 13 févr. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Cecilia encore

Message par Masetto » 17 juin 2005, 07:52

Enfin je ne suis pas le seul à apprécier CB, mais je suis encore étonné d'entendre dire 1/ que sa voix n'est pas très puissante 2/ que ce n'est pas une bonne actrice
1 bis / dans les quatuors, quintuors et autres septuors typiquement rossiniens qu'on entend dans cette production de Covent garden, son timbre si reconnaissable dominait parfois le lot (et pourtant Corbelli, Allen et D'Arcangelo n'ont pas des voix fluettes)
2 bis / pour donner une réalité à Fiorilla malgré dans les accoutrements dont on l'affuble tout au long de l'opéra, CB fait fait preuve d'un abattage et d'une diversité de jeu bien dans la lignée des actrices (de Magnani à Pampanini) que j'ai citées dans mon post et loin d'être ridicule elle insuffle la vie à cette marionnette plus napolitaine que jamais et ceux qui trouvent qu'elle minaude trop n'ont qu'à se passer en boucle l'oeuvre complète de Robert Bresson sur leur lecteur de DVD jusquà la fin des temps...

Caroline
Messages : 34
Enregistré le : 12 mai 2005, 23:00
Localisation : Nord de la Bourgogne

Re: Cecilia encore

Message par Caroline » 17 juin 2005, 08:12

Masetto a écrit :Enfin je ne suis pas le seul à apprécier CB, mais je suis encore étonné d'entendre dire 1/ que sa voix n'est pas très puissante 2/ que ce n'est pas une bonne actrice
1 bis / dans les quatuors, quintuors et autres septuors typiquement rossiniens qu'on entend dans cette production de Covent garden, son timbre si reconnaissable dominait parfois le lot (et pourtant Corbelli, Allen et D'Arcangelo n'ont pas des voix fluettes)
2 bis / pour donner une réalité à Fiorilla malgré dans les accoutrements dont on l'affuble tout au long de l'opéra, CB fait fait preuve d'un abattage et d'une diversité de jeu bien dans la lignée des actrices (de Magnani à Pampanini) que j'ai citées dans mon post et loin d'être ridicule elle insuffle la vie à cette marionnette plus napolitaine que jamais et ceux qui trouvent qu'elle minaude trop n'ont qu'à se passer en boucle l'oeuvre complète de Robert Bresson sur leur lecteur de DVD jusquà la fin des temps...
:D Non, caro Masetto, tu n'es pas seul! 8)

Et un grand merci à ceux qui ont fait des comptes-rendus si détaillés, c'est "comme si on y était"... :wink:

Avatar du membre
Christopher
Basse
Basse
Messages : 2002
Enregistré le : 10 janv. 2004, 00:00
Localisation : sud

Message par Christopher » 22 juin 2005, 20:19

Des photos de la production sur le lien suivant :

http://www.operajaponica.org/reports/londonletter.htm

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 22 juin 2005, 20:28

Une réflexion en voyant ces photos londoniennes : ça fait plusieurs années que j'ai l'impression, en tombant sur des photos de productions du Rossini bouffe, de voir toujours le même spectacle ou à peu près. transposition dans les années 50 ou 60, le macho-latin-lover en marcel, éléments de décor vaguement kitsch ou stéréotypés mais avec 2nd degré inside, etc.

Donc je pose la question : n'est-ce pas la nouvelle convention esthétique pour ce répertorie désormais ? Comme si on ne pouvait plus le monter que de cette façon. C'est juste une impression.

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 22 juin 2005, 21:13

bajazet a écrit :Une réflexion en voyant ces photos londoniennes : ça fait plusieurs années que j'ai l'impression, en tombant sur des photos de productions du Rossini bouffe, de voir toujours le même spectacle ou à peu près. transposition dans les années 50 ou 60, le macho-latin-lover en marcel, éléments de décor vaguement kitsch ou stéréotypés mais avec 2nd degré inside, etc.

Donc je pose la question : n'est-ce pas la nouvelle convention esthétique pour ce répertorie désormais ? Comme si on ne pouvait plus le monter que de cette façon. C'est juste une impression.
Convention esthétique ? Je dirais plutôt lieu commun...

Comme tous les opéras sérieux qui traitent d'une quelconque oppression doivent se dérouler dans les années 30 avec des uniformes fascistes.

Cela dit, j'adore la tête d'Alessandro Corbelli !
Image
Vraiment il devrait faire du cinéma, il y a une force comique rare dans les expressions de son visage : il est malheureux qu'un tel talent soit réservé aux specteurs d'opéra des premiers rangs.

En plus d'être un chanteur exceptionnel, la plus grande clef de fa bouffe depuis Enzo Dara mais c'est aussi un acteur comique prodigieux !

X

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14168
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 22 juin 2005, 22:43

Montfort a écrit :
tuano a écrit :
Montfort a écrit : pour la voir sur scéne dans un opéra, je suis allé à Pesaro (c'était en 1989, elle chantait Lucilla dans la Scala di sceta).
Tu es allé à Pesaro expressément pour voir Bartoli, en 1989 ??
Bien sur que non, ne serait-ce que parce que, l'époque, elle était moins connue : en fait, j'y suis allé pour écouter June A. dans Riccardo et Zoraide (avec à la suite un petit périple bien agréable en Ombrie et Toscane).

Montfort
"Ricciardo" c'était en 90.
Et dans "La Scala di seta" c'était Focile.
Le "bouffe" de 89, c'était "L'Occasione".
Enfin, me semble-t-il...

Répondre