Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Représentations
Avatar du membre
mowglie
Baryton
Baryton
Messages : 1110
Enregistré le : 30 nov. 2004, 00:00
Localisation : PARIS
Contact :

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par mowglie » 05 oct. 2016, 15:26

veniziano a écrit :Je ne suis absolument pas d'accord mais vraiment pas, avec le comte rendu d'Hélène Adam . Je tiens à dire en premier lieu que c'est le CHOEUR qui remporte la palme. Ce qu'il fait est absolument extraordinaire, des pianis impalpables , une puissance , une énergie . Leur premier mot "DIEU" , m'a donné le frisson, encore triple frisson pour le choeur d'hommes avec les bougies , beauté des voix , précision, respect absolu de la partition. Le premier acte est très réussi , le troisième aussi, malgré quelques détails inutiles. Le point faible est le second acte où l'on s'ennuie un peu, décor banal ,direction d'acteur quasi nulle, costumes hideux surtout le marcel verdâtre de Samson et la combinaison ordinaire de Dalila. Mais qui sont ces costumiers qui n'ont de nom que leur titre et qui ne sont en fait que de vulgaires que fripiers ?. Pour les chanteurs , Anita Rachvelishvili est magnifique de beauté vocale et de puissance, son Français n'est pas mal . Antonenko n'a pas la voix la plus belle du monde mais il a la voix du rôle, il assure crânement toutes les difficultés du rôle , et j'ai rarement entendu un ténor lancer sa note finale "en ces lieux" avec une telle facilité : Vickers , Domingo , et même Curra avaient souvent du mal avec cette note , bon il est vrai qu' Antonenko n'est pas un grand acteur mais il assume son role sans démérité loin de la. Je tiens à dire qu'il ne doit pas y avoir à l'heure actuelle plus trois chanteurs de haut niveau à pouvoir tenir le rôle. Bémol aussi pour le grand prêtre qui le charisme d'un bulot , oû sont les Fondary, les Vassard,? Le Veillard Hébreux est très bien ainsi que les seconds rôles ? Très bonne direction de Jordan qui montre indubitablement qu'il aime cette partition, d'ailleurs c'est lui qui a la plus grosse ovation.
Je souscris à 100% au sujet d'Antonenko ..
Gruss mir die Welt

thiboudoux
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 121
Enregistré le : 23 janv. 2012, 00:00
Contact :

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par thiboudoux » 05 oct. 2016, 17:05

J'ai assisté à l’avant-première samedi et à la première hier soir.

La mise-en-scène, qui n'aide pas vraiment à comprendre l'histoire, n'est quand même pas catastrophique.
L'acte 1 : Peut-être le moins "intéressant", mais cela reste superbe. La musique permet de faire oublier la mise en scène statique et sans énergie.
Le Choeur est absolument magnifique, quand il murmure "Dieu", d'une douceur et d'une tristesse saisissante, on est envahi par l'émotion. Antonenko est en bien meilleure forme que lors de son AÏda l'an dernier ! Les notes SONT JUSTES et l'homme est impliqué dans son rôle. La diction est en revanche à travailler...
Puis arrive Dalila, imposante, digne et radieuse avec le passage du choeur féminin « Voici le printemps". Quand Rachvelishvili chante ses premières paroles « Je viens célébrer la victoire", sa voix de velours est extrêmement bien contrôlée, et l'enchantement est à son paroxysme avec le "Printemps qui commence". Elle est comme un serpent, qui guette sa proie. La mise-en-scène fait penser à un animal en cage.
La fin de l'acte 1 aurait pu être un moment d'une grande délicatesse... mais une dame a eu la bonne idée de HURLER "BRAVOOOO" alors que l'orchestre jouait toujours.... 10 secondes madame, 10 secondes à attendre......

L'acte 2 : Nous voici pleinement dans l'opéra. Le drame commence vraiment à se nouer sous nos yeux. Dalila attend Samson pour se venger, chez elle. A ce moment-là, difficile de comprendre si elle est amoureuse ou non de Samson. Le duo entre le Grand Prêtre et Dalila est très convaincant (même si je trouve Silins un peu à côté du rôle. Arrive le grand moment "Mon coeur s'ouvre à ta voix", très beau mais hélas gâché par une mise-en-scène beaucoup trop érotique et gratuite. Très beau duo vocal quand même.
(Pour moi, l'acte 2 est le plus émouvant, haine et amour mêlés).

L'acte 3 : Visuellement l'acte le plus réussi. Nous retrouvons le mur de fer de l'ouverture du premier acte, avec Samson pour un repentir tout en "douleur". Le reste de l'acte 3 est surprenant. La musique festive devient un spectacle tragique par ce qui se déroule devant nous. Passage de mise-en-scène intéressant.

Vocalement, la salle est conquise par Anita/Dalila. Sa voix, son jeu d'actrice... un rôle sur mesure pour elle !
Antonenko arrive à émouvoir et surprendre par la puissance de sa voix. Le timbre n'est pas le plus superbe qui soit, mais il incarne vraiment Samson avec beaucoup de bravoure.
Le choeur, généreux , brillant , magistral , majestueux , puissant, émouvant, et d'une précision incroyable est le vrai 3ème personnage de la soirée.

La direction de Jordan est remarquable. Mes amis et moi avions souligné des petits décalages samedi lors de l’acte 1, qui n'étaient plus là hier soir, pour notre plus grand bonheur.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14424
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par HELENE ADAM » 05 oct. 2016, 17:29

thiboudoux a écrit :! Les notes SONT JUSTES
Tu étais placé où ? Parce que du deuxième balcon, crois-moi, tous ses aigus à l'acte 1 étaient un demi-ton en dessous. Je parle d'hier, je n'étais pas à l'avant-première jeune. :wink:
Mais je me méfie des distorsions de sons compte tenu de son timbre très spécial, selon les positionnements dans la salle.
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

thiboudoux
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 121
Enregistré le : 23 janv. 2012, 00:00
Contact :

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par thiboudoux » 05 oct. 2016, 17:33

Nous étions second balcon, premier rang plein centre...

veniziano
Ténor
Ténor
Messages : 542
Enregistré le : 29 août 2007, 23:00

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par veniziano » 05 oct. 2016, 19:02

Je confirme ce que dit thiboudoux, Antonenko n'a pas chanté faux , je persiste à dire que la mise en scène du 2 eme acte est la plus faible, dommage car c'est l'acte le plus intéressant pour les principaux personnages , amour , haine , trahison, tout y est, mais malheureusement on s'ennuie ferme malgré les beautés musicales de la partition: l'un des airs le plus sensuels de toute l'histoire de l'Opéra " mon coeur s'ouvre à ta voix" et un duo splendide qui sont d'ailleurs très bien chantés. Mais la chambre de Dalila décorée pour Joan Crawford avec ces rideaux satin crème, cette combinaison banale et surtout ce marcel hideux porté par Samson , c'est n'est ni fait ni fait ni à faire : il a du ventre , une costumière digne de ce nom aurait du l 'habiller autrement. Le pire, c'est la pauvreté de la direction d'acteur. Par ailleurs on évoqué Alagna dans ce rôle , je pense qu'il n'a absolument pas les moyens pour chanter Samson, bien sur son Français va être exemplaire et sa musicalité mais les notes aigües , aie aie aie.

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14424
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par HELENE ADAM » 05 oct. 2016, 19:17

veniziano a écrit :Je confirme ce que dit thiboudoux, Antonenko n'a pas chanté faux , je persiste à dire que la mise en scène du 2 eme acte est la plus faible, dommage car c'est l'acte le plus intéressant pour les principaux personnages , amour , haine , trahison, tout y est, mais malheureusement on s'ennuie ferme malgré les beautés musicales de la partition: l'un des airs le plus sensuels de toute l'histoire de l'Opéra " mon coeur s'ouvre à ta voix" et un duo splendide qui sont d'ailleurs très bien chantés. Mais la chambre de Dalila décorée pour Joan Crawford avec ces rideaux satin crème, cette combinaison banale et surtout ce marcel hideux porté par Samson , c'est n'est ni fait ni fait ni à faire : il a du ventre , une costumière digne de ce nom aurait du l 'habiller autrement. Le pire, c'est la pauvreté de la direction d'acteur. Par ailleurs on évoqué Alagna dans ce rôle , je pense qu'il n'a absolument pas les moyens pour chanter Samson, bien sur son Français va être exemplaire et sa musicalité mais les notes aigües , aie aie aie.
Ne nous battons pas, je n'ai pas entendu la même chose et il m'a évoqué les approximations habituelles de Todorovitch à l'acte 1 (avec un timbre similaire d'ailleurs, une ligne de chant peu sûre et parfois hachée). Par ailleurs il n'a donné quasiment aucune nuances dans son chant, tout d'un bloc, très en force, je suis désolée, c'est une appréciation artistique importante sur le respect de la partition de la part d'un artiste. Pour finir ce n'est pas du tout secondaire pour moi qu'on ne comprenne rien de ce qu'il chante, pas du tout, je l'ai dit et je le maintiens. Je me demande toujours en l'espèce, si l'artiste lui même comprend bien ce qu'il chante ce qui est un vrai problème.
C'est moi qui ai évoqué Alagna qui, je crois, devait prendre le rôle (?) (ou devrait d'ailleurs ?)
Je n'ai entendu qu'un air chanté par lui récemment (et plus anciennement dans CD d'airs Français) : "Vois ma misère hélas...".
Impossible de dire ce que l'ensemble du rôle donnerait mais je ne pense pas que les aigus d'un tel rôle lui poseraient le moindre problème, vu son répertoire actuel (ce n'est pas Manrico LOL)

Ecoutez ça si vous avez 5 minutes... :wink: Pas besoin de surtitre
http://www.musicme.com/Roberto-Alagna/t ... 74491.html
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

thiboudoux
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 121
Enregistré le : 23 janv. 2012, 00:00
Contact :

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par thiboudoux » 05 oct. 2016, 23:16

HELENE ADAM a écrit :Ecoutez ça si vous avez 5 minutes... :wink: Pas besoin de surtitre
http://www.musicme.com/Roberto-Alagna/t ... 74491.html

C'est effectivement très sensible et nuancé. Mais l'enregistrement date de 2001, et ce n'est vraiment pas le passage le plus difficile de l'opéra. En revanche, effectivement, pas besoin de surtitre, et je ne dis pas la même chose pour Antonenko ;)

Je comprend que tu n'as pas aimé Antonenko. Attendons les commentaires des autres soirées.

dongio
Baryton
Baryton
Messages : 1362
Enregistré le : 05 nov. 2006, 00:00
Contact :

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par dongio » 06 oct. 2016, 08:45

Je vais lancer un pavé dans la mare, désolé, mais cette soirée de première a été tristement mauvaise à plus d'un effet pour moi.
Ainsi donc d'abord Mr Damiano Michieletto s'est mis en tête de nous faire comprendre que "Samson et Dalila" est un opéra où l'héroïne (pauvre fille en nuisette la plupart du temps, et aux mains du Grand Prêtre libidineux quasi mafieux qui n'a qu'une envie , c'est de se la faire) est amoureuse de Samson, et, culpabilisant à mort de l'avoir livré aux philistins, finit par se suicider en s'aspergeant d'essence et faire sauter en même temps toute la smala qui l'entoure . Vl'à une idée qu'elle est bonne. Dieu sait si je suis contre la didascalie à l'emporte pièce mais là cela ne marche pas car tout ce qui est montré est l'antithèse du texte même, et ne fait que correspondre au fantasme du metteur en scène irrespectueux de l'oeuvre.
Ajoutez à cela un décor laid fait d'une maison style Frank Lloyd Wright californienne meublée chichement (on n'est pas chez Jean Michel Franck) qui surplombe au I une cour pavée (j'ai pensé d'abord à une habitation d'un commandant de camp de concentration, type Amon Götz, dominant la foule des prisonniers...mais peut être parce que j'avais encore en mémoire l'extraordinaire lever de rideau dans la dernière production de Bastille où Pizzi faisait surgir de l'obscurité totale des figures fantômatiques nues ou habillées de pyjamas rayés...) mais l'idée n'est pas poursuivie et aboutie), qui devient au II la chambre de Dalila, et au III la salle de bal où se trémousseront choeurs et figurants après la Bacchanale, et vous aurez une idée de l'opulence du décor, le tout enserré dans un cadre de carrelages ... Ah oui, ne cherchez pas de beaux costumes, ils ont dû rester au vestiaire et ce ne sont pas les portants que l'on apporte au III avec les nippes sur ceintres qui changent la donne. Laid. Moche. Insignifiant.
Orchestre poussif, pâteux, sonnant mal (Ettinger dans Tosca le faisait scintiller autrement plus richement) , oscillant entre le confidentiel (remarquable à certains moments: l'accompagnement de "Printemps qui commence") et le clinquant de bazar (la Bacchanale, certes pas la musique la plus subtile jamais composée). Quelques décalages notés entre les pupitres, et un Jordan pâle et globalement insignifiant. Chung à la dernière reprise était autrement intéressant. Dont acte. Ratage modeste, et ennui.
Antonenko est un Samson fruste et à la voix monocorde et monochrome. Tout est chanté d'un même bloc malgré un français correctement phrasé et prononcé: oui, les aigus sont là mais la ligne de chant est bousculée au I à plusieurs reprises et on ne peut résumer un tel rôle au dernier aigu. Quant au personnage scénique dans son marcel poussiéreux...Piètre acteur, chanteur di forza sans nuances. Mieux vocalement que son Radamès récent qui était largement inadéquat, mais loin de soulever un enthousiasme que d'autres ténors ont pu susciter (Domingo, Vickers ou même Cura, ce dernier jouant dans une autre cour).
Je passerai sous silence le Grand Prêtre d'Egils Silins qui à aucun moment ne caractérise le personnage immonde qu'il est sensé représenter avec qui plus est une voix trop claire, instable et à la ligne de chant pauvrement conduite.
Où chercher les satisfactions?
Tout d'abord du côté des choeurs absolument remarquables et faisant frissonner dès le I, les "Dieu" murmurés et éplorés, bouleversés, implorant, resteront longtemps dans la mémoire. Puissance du son et des ensembles, joints à des moments de douleur ramassée font que l'on applaudit de tout coeur à cette performance remarquable. Bravo et merci.
De bons Abimelechs ou Vieillard Hébreux (respectivement Nicolas Testé et Nicolas Cavallier), ce dernier apportant la noblesse requise au personnage.
Du côté de Dalila enfin, car Anita Rachvelishvili campe une séductrice de grande classe vocale (scéniquement c'est autre chose car le metteur en scène ne la met pas vraiment en valeur) et on se rappellera longtemps son "Printemps qui commence" murmuré, séduisant, rêveur, au pouvoir érogène manifeste. Ses airs du II, notamment "mon coeur s'ouvre à ta voix" ne furent pas tout à fait de la même eau à mon sens car plus extérieurs , mais là aussi ce fut la faute au metteur en scène qui ne sut pas utiliser le moment pour en faire quelque chose de plus attractif pour Samson et le spectateur. On est toutefois un cran en dessous de Shirley Verrett ou de Jessye Norman qui arrivaient à faire exploser les fermetures éclairs. Le III, qui montre scéniquement Samson à son meilleur (même si son "Dieu vois ma misère" ne tire pas les larmes pour les raisons évoquées ci dessus), la ridiculise en la faisant se dandiner et affadit grandement le personnage encore une fois.
Petits moments donc pour ce qui devait être une belle soirée espérée. J'espère que le Met ne regrette pas d'avoir été associé à ce pauvre spectacle, ou du moins qu'avec des chanteurs plus adéquats (hors Rachvelishivili encore une fois) plus concernés et adaptés il arrive à sauver la mise.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21938
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par JdeB » 06 oct. 2016, 08:50

mauvais à l'ONP ????!!!! mais il ne faut pas le dire, sinon on passe comme moi pour un snob :lol:
oui, décor d'une rare laideur...
j'avais de toute façon décidé d'attendre la reprise avec RA
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

dongio
Baryton
Baryton
Messages : 1362
Enregistré le : 05 nov. 2006, 00:00
Contact :

Re: Saint-Saëns - Samson et Dalila - Jordan/Michieletto - ONP - 10/2016

Message par dongio » 06 oct. 2016, 09:00

Créons le club des snobs! JdB président, dongio secrétaire.
Autres membres se signaler.

Répondre