Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Représentations
Avatar du membre
MariaStuarda
Basse
Basse
Messages : 7270
Enregistré le : 13 févr. 2013, 14:33
Localisation : Paris
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par MariaStuarda » 08 déc. 2015, 17:46

Stefano P a écrit :Houla, tout le monde m'a l'air chaud bouillant sur ce coup-là ; j'ai hâte de lire les CR demain, ça risque d'être assez rockn'roll ! :bangin:

"Criez, forêts profondes ! Croulez rochers ! Torrents, précipitez vos ondes !"
En pleine forme !!!!
Un joyeux mélange explosif Stars + politique + martiens Youpi !!!
Vivement ce soir (ils ne pourront pas se retenir)

PS : M'enfin moi je lirai que les CR des gens FIABLES

elisav
Baryton
Baryton
Messages : 1877
Enregistré le : 18 juin 2012, 23:00

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par elisav » 08 déc. 2015, 17:57

Mon pronostic: ce fil sera un des trois plus longs fils de l'année; probablement le plus long (ONP + JK). :wink:

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21805
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par JdeB » 08 déc. 2015, 21:17

Reprise il y a 2 minutes. Jordan très applaudi.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21805
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par JdeB » 08 déc. 2015, 22:45

JK très applaudi après Nature immense mais pas de délire non plus. Dans le duo, il donne l'ut dièse en mixte de fausset et de piano.
Choeurs, solistes et chef très applaudis de manière assez égale
Bronca totale pour la msc

Voilà pour mes échos reçus de la première
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2244
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par Piem67 » 08 déc. 2015, 23:41

Mise en scène (sur laquelle je ne reviens guère puisque l'essentiel a été dit ici et j'ai pas envie de la décrire tant elle m'a insupporté) sans aucun intérêt pour moi, je ne vois pas le rapport avec le livret de l'opéra, ça part vraiment vraiment trop "loin" (c'est le cas de le dire).

Ça m'a pollué toute la soirée. Émotion anesthésiée sauf à de rares moments. Admirable Sophie Koch, vraiment. Beauté de la ligne, investissement, émotion, du grain art. Kaufmann superbe mais peu valorisé par la mise en sc. Son "Nature immense" fut magnifique. Et puis cet art de placer des sortes de "mini sanglots" au bon endroit de phrases pathétiques, ça me tue, j'adore. J'ai par contre pas du tout aimé Bryn Terfel dont j'ai trouvé la voix fatiguée, chantant davantage Scarpia que Méphistophélès... et encore, sans classe car c'est ce dont il manquait le plus pour moi. Beaucoup de sons ouverts assez moches dans l'aigu, ça sonne évidemment pas du tout français ce qui est très ennuyeux pour ce rôle (ça passe bcp mieux pour Faust je trouve, surtout avec la voix ambrée de Kaufmann).

Je n'ai jamais été emballé par Jordan et c'est pas cette soirée qui me fera changer d'avis. C'est propre, trop propre, et lisse. Ça manque de théâtre, de contrastes, de fureur. Bref, ce n'est pas berliozien.

Le public était très calme durant la première partie mais après le tombé du rideau de cette première partie, à manifesté son mécontentement après la fin des applaudissements, c'était étrange mais sppntané (et compréhensible). Durant la seconde partie, le public à manifesté sa colère bcp plus, et pendant la musique parfois.

Aux saluts, je crois n'avoir jamais entendu une telle bronca. Pratiquement plus aucun applaudissement. Impressionnant. Mais moi qui suis pourtant adepte de relectures quand elles sont intelligentes et qu'elles apportent quelque chose à l'œuvre, là, pour moi ça n'a aucun intérêt. Ce n'est pas scandaleux dans le sens Tcherniakov dans Dialogues des Carmélites, c'est juste moche (trèèès moche) et sans intérêt.

(Messages tapé depuis mon téléphone pour vous en faire profiter, désolé pour les fautes je corrigerai plus tard)

Avatar du membre
Adalbéron
Basse
Basse
Messages : 2337
Enregistré le : 01 mars 2015, 20:51

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par Adalbéron » 08 déc. 2015, 23:52

Hermanis ne s'est pas présenté ce soir ?
« Life’s but a walking shadow, a poor player / That struts and frets his hour upon the stage / And then is heard no more. It is a tale / Told by an idiot, full of sound and fury, / Signifying nothing. »
— Shakespeare, Macbeth

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2244
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par Piem67 » 08 déc. 2015, 23:55

Ben si justement ! C'est ce qui a provoqué la bronca dont je parlais ! Lui et son équipe sont ressorties tout de suite après leurs salut laissant les musiciens seuls sur scène, ce qui a provoqué un redoublement des applaudissements pour eux !

Avatar du membre
cosimus
Ténor
Ténor
Messages : 762
Enregistré le : 14 mai 2015, 13:39

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par cosimus » 08 déc. 2015, 23:56

Adalbéron a écrit :Hermanis ne s'est pas présenté ce soir ?
Si: Jonas Kaufmann est allé le chercher et Hermanis est apparu avec ses collaborateurs: huées sans le moindre bravo contraire! Très vite ils sont repartis en coulisse.
Tu avais bien rendu compte du spectacle et il n'y a guère à ajouter. J.Kaufmann a été au top dans "Nature immense" mais un peu en retrait pour le reste. S. Koch a eu du mérite dans son "d'amour l'ardente flamme": malgré les rires du public devant les escargots copulant et un intempestif "à quoi ça sert?" d'un spectateur excédé, elle l'a chanté imperturbablement et de façon très poétique à mon sens.
Quant à la mise en scène... non seulement le concept d'ensemble est plaqué sur l'œuvre mais c'est fait de façon plutôt incohérente malgré les écrans qui reviennent nous dire que c'est le voyage sur Mars qui se prépare! Il n'y a pas à donner plus de détails car ce serait vraiment sans intérêt puisque sans rapport avec la Damnation
"Est modus in rebus", Horace

"La vérité luit de sa propre lumière;& on n'éclaire pas les esprits avec la flamme des bûchers." Marmontel, Bélisaire,

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5418
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par Loïs » 08 déc. 2015, 23:57

Ben moi j'aime bien les escargots (même si une sextape de gastéropodes après un taureau en aquarium et un lapin broyé par des protubérances manmaires cela fait beaucoup pour l'opéra de Paris cette année), cela donne un côté baveux certes aux baisers de Faust et Marguerite et il y aussi un non sens entre leur hermaphrodisme et le ballet de spermatozoides maisd au final cela ne m'a pas défrisé (j'en ai vu d'autres et ne vais pas me lancer dans une bataille d'Hernani de salon car cela ne le mérite pas). Ok j'arrete mon humour à la c... et vais me coucher on verra plus clair demain!

Question pourquoi Marguerite s'appelle Margarita au premier acte puis Marguerite au second pour retrouver son prénom initial au final?

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14200
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Berlioz - La Damnation de Faust - Jordan/Hermanis - ONP - 12/2015

Message par HELENE ADAM » 09 déc. 2015, 00:03

Je vais aller dans le même sens, hélas. :cry:

Pour faire vite : je n'ai pas aimé la mise en scène, je n'ai pas aimé Bryn Terfel et j'ai tout juste apprécié Jordan. Heureusement qu'il y avait Kaufmann (magique) et Koch, à la hauteur, et les choeurs décidément en forme à l'ONP ces derniers temps.

La mise en scène est boursouflée, prétentieuse et complètement hors sujet au sens où elle juxtapose un sujet (plein et entier) n'ayant aucun rapport avec le texte ni la musique. Elle rajoute du texte en surimpression pour faire passer son idée.
Heureusement, après l'entracte, les chanteurs ont davantage de latitude et d'action sur la scène, le métier et le sens du théâtre de Kaufmann, Koch et Terfel faisant le reste, cela s'anime, on peut arriver à oublier les à côtés et à se concentrer sur le beau chant.
Après un léger retard à l'allumage m'a t!il semblé, Kaufmann entre dans son rôle et démontre, pour moi comme presque toujours, ses immenses talents d'interprètes, la beauté de la voix et du timbre s'alliant à une maitrise du phrasé et des nuances incomparables. Mais c'est surtout dans la deuxième partie qu'il livre tout son talent. (et négocie tous ses aigus sans la moindre difficulté).
Koch reste toujours difficilement compréhensible mais son chant est beau et assuré et elle est émouvante en Marguerite malgré les accoutrements de la mise en scène. Sa complicité très forte avec Kaufmann fait les quelques bons moments de cet opéra malgré la mise en scène, leurs scènes communes sont très réussies et totalement convaincantes.
Terfel est très engagé mais son personnage de Méfisto n'est pas crédible et sa voix a de sacrés ratés, notamment dans les arpèges descendants, harmonies douteuses, voix pas très jolie par moment. Déçue.
Les danseurs sont très performants mais comme je n'ai pas été convaincue par la mise en scène, leurs danses m'ont paru décalée et peut esthétiques (bien que fort bien exécutées).
Pour finir, quand la scène s'anime vraiment, quelques grands moments d'émotion passent furtivement grâce aux deux K, mais c'est quand même globalement frustrant d'avoir deux pointures comme eux sur le plateau et de gâcher pour partie leurs performances incontestables par un encombrement absurde visuel et scénique.
J'ai été déçue aussi par Jordan de manière inattendue pour moi. Trop lent, pas assez de reliefs, trop sonore aussi à plusieurs reprises. Beaucoup mieux comme le reste dans la deuxième partie.




PS : Contrairement à Piem, j'ai déjà entendu plusieurs fois à Bastille des broncas aussi monumentales, dont deux récemment : à la Première de l'Aida mise en scène par Py et à la Générale de la Fanciulla del West il y a deux ans (oublié le metteur en scène mais lui n'a pas du oublier la salle). France Musique avait même fait un article intitulé : A-t-on le droit de huer une Générale? En général dès la deuxième ça se calme....

PS second : c'est le metteur en scène qui a été hué et seulement lui. C'était très clair et sans ambiguité, les chanteurs et Jordan ont été très, très applaudis (tous).

PS tiers : beaucoup, beaucoup de toux....
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Répondre