Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Représentations
Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13538
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par HELENE ADAM » 24 oct. 2015, 16:29

xavierscriabine a écrit :Bon bon, alors Doctor Atomic tu vas trouver que c'est cacophonique j'en ai peur. :?

C'est bizarre quand même parce que la dissonance c'est une notion qui est relative, on s'habitue au fur et à mesure, au Moyen-Age la tierce était considérée comme dissonante par exemple, la quinte juste seule était (avec l'unisson et l'octave) la vraie consonance.
Nos oreilles d'aujourd'hui sont bien sûr habituées aux accords de 3 et 4 sons avec septième, mais normalement quelqu'un qui a écouté les oeuvres dont on vient de parler s'habitue progressivement à la dissonance et ne la perçoit plus comme systématiquement agressive.
C'est pour cela que je parle d'éducation musicale. Pour mes oreilles cette musique n'est pas dissonante du tout. Elle est évidemment très différente de celle de Gluck, mais j'entends autant de différences entre Gluck et Beethoven, ou entre Haendel et Strauss.
J'ai joué du Bartok ou du Schoenberg exactement comme j'ai joué du Mozart et du Chopin, en même temps, au même âge etc. (question de milieu musical familial).
Tout cela pour relativiser effectivement les différences de perception... et la notion de musique "agressive" ou non. :D

PS: j'aime beaucoup Adams comme toi, et pas seulement ses opéras. Son Gospel according to the other Mary, est excellent (Dudamel en a fait une bonne interprétation récemment).
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2168
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par Piem67 » 24 oct. 2015, 16:35

HELENE ADAM a écrit : C'est pour cela que je parle d'éducation musicale. Pour mes oreilles cette musique n'est pas dissonante du tout. Elle est évidemment très différente de celle de Gluck, mais j'entends autant de différences entre Gluck et Beethoven, ou entre Haendel et Strauss.
J'ai joué du Bartok ou du Schoenberg exactement comme j'ai joué du Mozart et du Chopin, en même temps, au même âge etc. (question de milieu musical familial).
Tout cela pour relativiser effectivement les différences de perception... et la notion de musique "agressive" ou non. :D

PS: j'aime beaucoup Adams comme toi, et pas seulement ses opéras. Son Gospel according to the other Mary, est excellent (Dudamel en a fait une bonne interprétation récemment).
Bravo, tu as tout à fait raison mais même sans cela me semble-t-il, quand on écoute de la musique depuis son plus jeune âge, on en vient à assimiler la dissonance comme le disait Xavier, à assimiler la violence et la rugosité des discours ce qui permet d'aborder progressivement des musiques du XX°, et puis quand on va à l'opéra, ce genre de discours passe beaucoup mieux avec une mise en scène. Je me souviens de la première fois où j'ai écouté Elektra, j'ai refermé le coffret de disques en me disant "on verra plus tard", et je l'ai peu après vu sur scène, et j'ai été complètement conquis !

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 9139
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par jerome » 24 oct. 2015, 16:49

Ben non pas forcément la preuve!! J'écoute de la musique depuis mon plus jeune âge, je vais à l'opéra depuis l'âge de 10 ans et en presque 40 années de fréquentation, j'en ai littéralement bouffé auditivement et visuellement de l'opéra "contemporain" et ça n'est jamais passé et ça ne passe toujours pas et ça ne passera jamais! il est des habitudes qui ne se prennent pas!

xavierscriabine
Baryton
Baryton
Messages : 1077
Enregistré le : 08 juin 2005, 23:00
Contact :

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par xavierscriabine » 24 oct. 2015, 16:58

Ce que je ne comprends pas c'est la "barrière Strauss" dont tu parles.
En fait ça ressemble à une simple barrière tonal/atonal, mais même cette barrière n'existe pas: je suppose que tu as écouté les opéras de Ravel, Szymanowski, Bartok, Prokofiev, Chostakovitch, Zemlinsky, Schreker, Britten... qui sont tous en plein dans cette frontière artificielle.
Aucun ne t'a intéressé?

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 9139
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par jerome » 24 oct. 2015, 17:07

oui je les ai écoutés parce que je ne suis pas hostile à la découverte! Résultat: ils m'ont tous déplu, certes à des degrés divers mais tout de même!

Olric
Ténor
Ténor
Messages : 617
Enregistré le : 02 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par Olric » 24 oct. 2015, 21:46

jerome a écrit :J'adorerais que cette production aille au MET et qu'elle se fasse détruire par le public! lol
Franchement, le public du Met comme référence !!! 8O C'est vrai, ils ont progressé, ils n'applaudissent plus à l'entrée des chanteurs, façon music hall...

Stefano P

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par Stefano P » 24 oct. 2015, 22:10

Olric a écrit :Franchement, le public du Met comme référence !!! 8O C'est vrai, ils ont progressé, ils n'applaudissent plus à l'entrée des chanteurs, façon music hall...
Vous allez encore nous fâcher avec les abonnés... :mrgreen:

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 9139
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par jerome » 24 oct. 2015, 22:12

Olric a écrit :ils n'applaudissent plus à l'entrée des chanteurs, façon music hall...
eh ben si! ils le font encore et ça fait partie de la vie d'une représentation lyrique quand on a de grands chanteurs dans du grand répertoire!

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2168
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par Piem67 » 24 oct. 2015, 22:14

jerome a écrit :
Olric a écrit :ils n'applaudissent plus à l'entrée des chanteurs, façon music hall...
eh ben si! ils le font encore et ça fait partie de la vie d'une représentation lyrique quand on a de grands chanteurs dans du grand répertoire!
j'imagine bien le public applaudir Chris Merritt lors de son entrée en scène quand il chantait (magnifiquement) dans Moses und Aron ! ^^

Olric
Ténor
Ténor
Messages : 617
Enregistré le : 02 janv. 2009, 00:00
Contact :

Re: Moses und Aron - Jordan/Castellucci - ONP - 10-11/2015

Message par Olric » 24 oct. 2015, 22:33

Schwannhilde a écrit : Je ne sais pas quoi penser de la mise en scène.
Quelqu'un a-t-il parlé positivement du travail de Castellucci ? Je n'ai pas lu tout le fil. J'y vais samedi prochain. Ce type d'opéra/oratorio devrait lui convenir. J'ai regardé quelques extraits sur Arte, et qui m'ont plu. J'aime beaucoup le bœuf, j'y ai vu une métaphore assez accessible par rapport au veau d'or, ou qui peut aussi bien figurer (ironiquement) la présence d'un dieu unique et massif, un peu stupide. Le magnétoscope au début, une référence explicite, ironique aussi, du genre : le Verbe du commencement...
Mais il ne faut pas chercher une "explication" à chaque fois. J'espère bien que certaines propositions resteront hermétiques. Ou multi-interprétables.
Les mises en scène de Castellucci font un va-et-vient, et c'est là sa force, entre un univers purement poétique et abstrait et le texte. Rien n'est gratuit, contrairement à ce croient certains. Il élargit la perception (de la musique, du texte) par des ressentis, des intuitions qu'on peut partager, ou non. C'est instinctif, pas intellectuel, ça établit une troisième dimension, un peu comme chez Mallarmé.

Répondre