Wagner - Tristan et Isolde - Flor/Joël - Toulouse 01-02/2015

Représentations
jeantoulouse
Ténor
Ténor
Messages : 645
Enregistré le : 27 mai 2012, 23:00

Re: Wagner-Tristan und Isolde-Flor / Joël-Toulouse-01 & 02/2

Message par jeantoulouse » 02 févr. 2015, 11:25

Représentation du 01/02/2015

Claus Peter Flor direction musicale
Nicolas Joel mise en scène
Andreas Reinhardt décors et costumes
Vinicio Cheli lumières

Robert Dean Smith Tristan
Hans-Peter Koenig Le Roi Marc
Elisabete Matos Isolde
Stefan Heidemann Kurwenal
Thomas Dolié Melot
Daniela Sindram Brangaene
Paul Kaufmann Un Jeune matelot / Un Berger
Jean-Luc Antoine Un Pilote

Chœur du Capitole
Alfonso Caiani direction
Orchestre national du Capitole
Production du Théâtre du Capitole (2007)


La reprise aujourd’hui de la production de Tristan proposée par Nicolas Joël en 2007 mérite-t-elle l’indignation de « dessoles » ou l’enthousiasme du public ? A l’issue de cette représentation dominicale, je gommerai volontiers les imperfections, limites et maladresses , au profit d’une plus large approbation d’un spectacle qui réserve de bien beaux moments, surtout pour la direction orchestrale et des chanteurs à bien des égards remarquables.
Une mention spéciale pour le public toulousain qui face à certaines défaillances, loin de manifester sa déception, a voulu prouver par ses applaudissements nourris que l’art vivant est fragile et qu’une artiste mérite pour son engagement, son exigence, son courage et ses qualités d’être félicitée au-delà même de quelques faiblesses.

En 2015, nous célébrons la création de Tristan et Isolde présenté à Munich le 10 juin 1865. En remontant le Tristan de 2007, le Capitole de Toulouse complète les récentes productions wagnériennes de Rienzi et de Tannhäuser et en confie la maitrise musicale à Claus Peter Flor dont nous avons salué les prestations dans Hansel et Gretel, Madame Butterfly et La Flute enchantée, les deux dernières réglées par … Nicolas Joël.

Intemporalité du mythe, abstraction de la mise en images. Aucun accessoire superflu, une scène souvent nue, l’essentiel de la dramaturgie est dévolue aux éclairages et à quelques éléments dont la simplicité ou le dénuement intéressent ou irritent, invitent à la réflexion ou à la perplexité... .
Nicolas Joël explicite ainsi son intention : « mettre sur scène des éléments qui m’ont toujours fasciné à l’audition de “Tristan” et que j’ai rarement vus sur scène, je parle des éléments de nature cosmique que j’entends autant dans la musique que dans le texte. Je veux parler plus particulièrement de la mer et de la nuit. » Comment traduit-il ces choix ?
Pour l’acte I, trois grands triangles articulés et montés sur vérins, dont le central figure l’étrave d’un navire qui fend l’onde : l’équipe technique parvient sans bruit à suggérer par les mouvements du dispositif la houle, l’instabilité, le tangage dont est secouée la carène du bateau. Cet intéressant assemblage et son remuement n’indiquent pas seulement le lieu de l’action prévue par le livret ; ils connotent le roulement des passions, la violence contenue non des éléments, mais des élans du cœur et épousent le rythme lancinant d’une musique déjà sensuelle. Des incrustations rougeâtres sur ce « plancher flottant » peuvent même évoquer des éclats de lave brûlante.
L’acte II est plus dépouillé encore. Le plateau est nu et la nuit que réclame intensément Isolde enveloppe les amants. L’immensité d’un ciel étoilé accueille, telle une ouverture cosmique, le duo d’amour, « pressentiment sublime de crépuscule sacré » selon les mots mêmes de Tristan.
L’acte III se charge d’éléments mystérieux : un monolithe en forme de nuage surplombe l’aire où Tristan agonise ; un promontoire en forme de nef, écho de l’acte I, accueille la Mort d’Isolde, tandis que se déchirent les voiles noirs d’un ciel désormais ouvert.
Lieu d’abstraction, aire du mythe, symbolisme des couleurs. Isolde la blonde se pare d’un fourreau blanc dont les fentes laissent apparaitre des bas rouges, préliminaire d’une passion encore cachée intimement. Et c’est vêtue d’une robe d’apparat écarlate que l’héroïne se consume de passion, jusqu’à l’incandescence. Tristan le sombre reste le héros paré de noir et se célèbrent dès lors du rouge et du noir les noces mystiques

De cette sobre écriture dramaturgique, on retiendra de surprenantes images, des fonds de scènes construits comme des tableaux, ceux de Magritte par exemple dont La Bataille de l’Argonne illustre étrangement l’affiche de la représentation (nuage insolite, mégalithe suspendu, croissant de lune…). Joël aurait ainsi cherché à construire un univers insolite, irréel, mais dont les éléments identifiables seraient bizarrement réunis, comme dans un monde parallèle, un ailleurs intemporel. C’est moins un point de vue – car on n’apprend rien sur « Tristan » - qu’une vision. Mais cette conception s’accommode mal des prosaïsmes qui parsèment la mise en scène : lunettes noires de Brangaene, uniforme d’officier marin mal seyant de Melot, épées magiques, chaussures rouges ôtées par Isole et qui au centre du décor nu focalisent l’attention pendant le duo d’amour, feuilles mortes tombant des cintres pour le récit de Marc et qui distraient inutilement…! Ne parlons pas de la direction d’acteurs réduite à sa plus simple expression et qui n’interdit même pas des gestes ô combien conventionnels : la main sur le cœur devient ici une norme.

Image

Sur le papier, la distribution s’annonce de tout premier ordre. Robert Dean Smith, magnifique ténor wagnérien en Tristan, Hans Peter Koenig en Roi Marc, Daniela Sintram pour Brangaene… Seule on peut a priori craindre pour l’Isolde de Elisabete Matos, dont les dernières prestations (le Roi Arthus à Bastille ! ) n’ont pas convaincu critiques et autres mélomanes.

La prestation de la soprano portugaise s’avère aujourd’hui inégale, déclinant au fur et au mesure de l’avancée du drame. Remarquable de puissance, de présence, d’autorité, de lyrisme au I, solide et investie au II, très fragile au dénouement. Dès les imprécations initiales, elle darde des aigus acérés comme des flèches. Son récit du I est empreint de douleur, et le dialogue avec Tristan plein de sauvage certitude. Le duo d’amour la trouve engagée et passionnée, mais des duretés apparaissent. Exténuée, hors du jeu dès son entrée du III, elle affronte crânement le liebestod, mais craque durement le Lust final. Omettre cette défaillance serait maladroit. La souligner serait injuste, pis ! injurieux. Aux saluts, le public a manifestement retenu l’essentiel d’une performance que l’on n’attendait pas à ce niveau. On s’inquiétait pour son Isolde ; on attend avec impatience et confiance sa Turandot de juin in loco.

Robert Dean Smith, grand habitué du rôle, notamment à Bayreuth est un magnifique Tristan, alors même que les moyens pourraient paraître, a priori un peu sous dimensionnés : la voix en effet très claire semble d’abord fragile. Mais, magnifiquement projetée, elle s’avère étonnamment puissante et solide. Dans ce petit théâtre (somme toute), les nuances les plus raffinées, les subtilités d’une interprétation ô combien musicale se font entendre à merveille. Peut-on écouter aujourd’hui un Tristan plus blessé, plus douloureux, qui tient la distance avec une noblesse et une vaillance qui touchent et qu’on admire ? Dans les déferlements du troisième acte, la performance, dramatique et lyrique se révèle d’une impressionnante intensité. Les visions hallucinatoires du héros sonnent avec une force désespérée qui prennent à la gorge. Certes, des scories, des imperfections gênent-elles les puristes. Mais l’auditeur bouleversé ne peut retenir que l’émotion née de cette incarnation exceptionnelle. Belle prestation saluée comme il se doit.

A propos de Hans-Peter Koenig, j’avais été frappé par cette phrase glanée sur le blog d’un wagnérophile: « Ce chanteur a le privilège d’humaniser chaque personnage qu’il aborde ». Quand il s’agit de la haute figure du Roi Mark, cette humanité est d’une profondeur, d’une tendresse que sert une voix grave, profonde, chaleureuse. Toute la grandeur d’un personnage est là, poignante, devant nous. Autorité, noblesse, beauté de la voix, on applaudit tout, admiratifs. Triomphe aux saluts.

Image

Je découvrais Daniela Sindram et c’est une révélation. Brangaene physiquement d’apparence fragile, mais à la présence magnétique, dont on comprend qu’elle puisse être la compagne d’Isolde tant, comme elle, elle irradie de feu, de force, de volonté farouche, usant d’une voix de mezzo peu commune, longue, ardente et sensuelle. Une artiste assurément remarquable que les Toulousains avaient remarquée dans le rôle travesti d’Adriano dans le Rienzi capitolin. C’est peu dire qu’elle obtient sa part d’applaudissements !

Si l’on ajoute le Kurwenal solide et puissant de Stefan Heidemann, le Melot tonique du jeune baryton français Thomas Dolié, et la voix souple du ténor allemand Paul Kaufmann dans un double rôle, on obtient une distribution exceptionnelle qui confirme la place éminente du Capitole de Toulouse sur la scène lyrique nationale et son exigence artistique.

La direction de Claus Peter Flor se révèle tout à la fois puissante et poétique. Il obtient des musiciens une précision dans les attaques, un souffle dans les élévations lyriques, une force dramatique, mais aussi la clarté du discours qui rendent pleinement justice au génie wagnérien. On admire surtout l’articulation des mouvements, la puissance des forces que soulèvent les passions. Pas de sécheresse, pas de précipitation. Du prélude au final, l’enchainement fluide impose la densité des climats, la fièvre de la passion et répétons-le une immense poésie. Comme toujours, mais plus encore dans cette partition, on se doit de féliciter chacun des pupitres, et de louer la splendide cohérence de cet orchestre du Capitole, décidément magnifique.

Un beau et noble Tristan, dans une mise en scène sobre, mais trop figée, qui repose sur le seul dispositif technique élaboré, de belles images, une interprétation passionnée. Une reprise saluée par un public conquis et généreux.

Jean JORDY

dessoles
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 212
Enregistré le : 07 nov. 2004, 00:00

Re: Wagner-Tristan und Isolde-Flor / Joël-Toulouse-01 & 02/2

Message par dessoles » 02 févr. 2015, 19:28

Je n'avais pas parlé de l'aspect vocal et musical sachant la perfection de la critique de "jeantoulouse" que je suis dans le moindre détail. Tout est dit. Par contre,j'insiste,je m'insurge contre la mise en scène vu mercredi...peut être que dimanche des"boulons" ont été resserrés...et je precise ,aussi, que ce ne sont pas les décors qui m'ont heurtés ,simples,voire esthétisants, ce sont les rapports des personnages entre eux: faux,inexpressifs au possible...jamais nous n'avons pu entrer dans leur histoire.

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 2865
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: Wagner-Tristan und Isolde-Flor / Joël-Toulouse-01 & 02/2

Message par raph13 » 12 févr. 2015, 10:04

jeantoulouse a écrit :Seule on peut a priori craindre pour l’Isolde de Elisabete Matos, dont les dernières prestations (le Roi Arthus à Bastille ! ) n’ont pas convaincu critiques et autres mélomanes.
Il ne me semble pas que Matos ait déjà chanté à Bastille
Et le Roi Arthus ne sera présenté qu'en mai prochain :?:
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12981
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner-Tristan und Isolde-Flor / Joël-Toulouse-01 & 02/2

Message par HELENE ADAM » 12 févr. 2015, 10:26

raph13 a écrit :
jeantoulouse a écrit :Seule on peut a priori craindre pour l’Isolde de Elisabete Matos, dont les dernières prestations (le Roi Arthus à Bastille ! ) n’ont pas convaincu critiques et autres mélomanes.
Il ne me semble pas que Matos ait déjà chanté à Bastille :?:
Le Roi Arthus à l'opéra du Rhin....
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14166
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Wagner-Tristan und Isolde-Flor / Joël-Toulouse-01 & 02/2

Message par PlacidoCarrerotti » 12 févr. 2015, 10:27

raph13 a écrit :
jeantoulouse a écrit :Seule on peut a priori craindre pour l’Isolde de Elisabete Matos, dont les dernières prestations (le Roi Arthus à Bastille ! ) n’ont pas convaincu critiques et autres mélomanes.
Il ne me semble pas que Matos ait déjà chanté à Bastille :?:

Mais comme le Roi Arthus n’a pas non plus encore été donné, la phrase est techniquement exacte : Matos n’a pas pu convaincre la critique de son interprétation dans le Roi Artus puisque elle n’a pas encore eu lieu.
En plus, il faut qu'elle change préalablement de sexe pour devenir Tiago Matos et commencer par le petit rôle d'un chevalier dans cet ouvrage ...

http://www.operadeparis.fr/saison-2014- ... on?genre=1
"Quand on se cogne la tête avec un livre et que ça sonne creux, cela ne veut pas dire que le livre est vide". (Otto Klemperer)

Avatar du membre
HELENE ADAM
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 12981
Enregistré le : 26 sept. 2014, 18:27
Localisation : Paris
Contact :

Re: Wagner-Tristan und Isolde-Flor / Joël-Toulouse-01 & 02/2

Message par HELENE ADAM » 12 févr. 2015, 10:58

PlacidoCarrerotti a écrit :
raph13 a écrit :
jeantoulouse a écrit :Seule on peut a priori craindre pour l’Isolde de Elisabete Matos, dont les dernières prestations (le Roi Arthus à Bastille ! ) n’ont pas convaincu critiques et autres mélomanes.
Il ne me semble pas que Matos ait déjà chanté à Bastille :?:

Mais comme le Roi Arthus n’a pas non plus encore été donné, la phrase est techniquement exacte : Matos n’a pas pu convaincre la critique de son interprétation dans le Roi Artus puisque elle n’a pas encore eu lieu.
En plus, il faut qu'elle change préalablement de sexe pour devenir Tiago Matos et commencer par le petit rôle d'un chevalier dans cet ouvrage ...

http://www.operadeparis.fr/saison-2014- ... on?genre=1
En fait elle a chanté (et a été beaucoup critiquée effectivement) dans le Roi Arthus mais à l'opéra du Rhin (mars-Avril 2014)
Lui : Que sous mes pieds se déchire la terre ! que sur mon front éclate le tonnerre, je t'aime, Élisabeth ! Le monde est oublié !
Elle : Eh bien ! donc, frappez votre père ! venez, de son meurtre souillé, traîner à l'autel votre mère

Mon blog :
https://passionoperaheleneadam.blogspot.fr

Avatar du membre
Philippes
Ténor
Ténor
Messages : 670
Enregistré le : 27 mars 2005, 00:00
Contact :

Re: Wagner - Tristan et Isolde - Flor/Joël - Toulouse 01-02/

Message par Philippes » 07 août 2015, 13:29

Une drôle d'histoire à Toulouse :

http://www.ladepeche.fr/article/2015/08 ... tions.html

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14166
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Wagner - Tristan et Isolde - Flor/Joël - Toulouse 01-02/

Message par PlacidoCarrerotti » 07 août 2015, 13:58

Philippes a écrit :Une drôle d'histoire à Toulouse :

http://www.ladepeche.fr/article/2015/08 ... tions.html
Incroyable ... On se croirait dans Colombo.
"Quand on se cogne la tête avec un livre et que ça sonne creux, cela ne veut pas dire que le livre est vide". (Otto Klemperer)

Répondre