Otello à la Bastille

Représentations
Répondre
Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 25 févr. 2005, 12:20

lolorson a écrit :je n'ai pas compris pourquoi Otello se retrouvait pendu à une corde tenue par Iago :oops: et pourquoi Iago lâchait cette corde pour la donner à Roderigo :?: :?:
"Ecco il leone" : pour montrer qu'il tient le fameux lion en laisse et que même Roderigo peut le dominer aussi ?
une solution à deux balles... :roll:
Kat.

Avatar du membre
Lanou
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 114
Enregistré le : 06 nov. 2004, 00:00

Message par Lanou » 25 févr. 2005, 12:32

lolorson a écrit :je n'ai pas compris pourquoi Otello se retrouvait pendu à une corde tenue par Iago :oops: et pourquoi Iago lâchait cette corde pour la donner à Roderigo :?: :?:
Je crois que c'est histoire de dire qu'il le tient comme un chien à une laisse; puiqu'à ce moment il dit ecco il leone=voici le lion, c'est comme le tourner en dérision(je parle comme un gosse de 5 ans).
Bref, j'y suis allé hier avec frère et belle soeur consort(non, les deB ne levez pas la main, je ne parle pas de vous :wink: ), qui n'ont pas tellement osé me dire que c'était un peu chiant. Et moi aussi j'ai paradoxalmeent préféré la production de l'année dernière.
Gergiev est un grand chef d'orchestre, mais bon, j'ai l'impression qu'il dirige son orchestre et moins les chanteurs.
Galouzine est pitoyable, la voix engorgée dès le début, le couac n'est jamais très loin(tiens, anagramme de lion...), et les notes aiguës sont arrachées, pas vraiment criées, mais comme poussées, et detonnant de toutes les autres harmoniques du reste de la tessiture. Rien de très bon là dedans(quant au futur...).
Isokoski fabuleuse, des frissons partout dans le dos, une très bonne projection qui compense une certaine faiblesse de puissance, mais relative.Des piani dignes de gruberova(d'autres diraient de caballé), prononciation peu idoine et exotique, hihihhihihihi.
C. Alvarez bon phraseur et jouant le jeu jusqu'au bout, je l'ai trouvé bon comédien et bon chanteur, sans être transcendantal, ce qui est déjà bien par rapport à galouzine.
La msc me plaît toujours autant, même si son coût de revient doit être très inférieur de ce qui a été versé pour la créer...
Gioir!
Sempre libera degg'io
Follegiare di gioia in gioia
Vo'che scorra il viver mio
Pei sentieri del piacer.

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 25 févr. 2005, 15:58

Lanou a écrit : Bref, j'y suis allé hier
Lanou, on s'est encore ratés!!! :chair:

Galouzine pas mal, mais il a la fâcheuse tendance de ne pas tenir les notes jusqu'à la fin. Alvarez bien, mais pas extraordinaire pour moi. Isokoski est splendide. Gergiev excellent. les tubards sont au meilleur de leur forme.

Avatar du membre
lolorson
Messages : 15
Enregistré le : 11 nov. 2004, 00:00
Localisation : PARIS

Message par lolorson » 25 févr. 2005, 17:40

Moi tu ne m'a pas raté...à propos merci pour la photo de Gergiev que tu m'as donné... :lol:
vas-tu au don giovanni en VC le 6 mars à la vilette ?
Ho une casa nell'Honan
con il suo laghetto blu
tutto cinto de bambu.
E sto qui a dissiparmi la mia vita,
a stillarmi il cervel sui libri sacri...

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 25 févr. 2005, 17:45

Pas de défense de cette mise en scène que je persiste à penser indéfendable, mais...
PaoloAlbiani a écrit :demeurent incompréhensibles et sans lien avec le livret (le meurtre d'Emilia par Iago;!
Si je ne me trompe pas, c'est le cas chez Shakespeare
Kat a écrit :
lolorson a écrit :je n'ai pas compris pourquoi Otello se retrouvait pendu à une corde tenue par Iago :oops: et pourquoi Iago lâchait cette corde pour la donner à Roderigo :?: :?:
"Ecco il leone" : pour montrer qu'il tient le fameux lion en laisse et que même Roderigo peut le dominer aussi ?
une solution à deux balles... :roll:
Kat.
Histoire j'imagine de motiver Rodrigo pour le meurtre de Cassio, en faisant monter son sentiment de puissance (dominer celui qui est maître de l'objet de propre son désir inassouvi, Desemona, c'est plutôt fort...)

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 26 févr. 2005, 14:28

au fait, vous avez remarqué que Gergiev dirige avec un cure-dent?

Avatar du membre
Vicks
Messages : 11
Enregistré le : 24 févr. 2005, 00:00

Message par Vicks » 27 févr. 2005, 19:52

hé oui...

Belle représentation ce dimanche.
Isokoski plutôt moins en forme que pour les trois premières;
Galouzine n'a jamais chanté mieux, sauf peut-être pour la générale;

L'orchestre est de plus en plus splendide. Il faut le voir !!!

Christian
Messages : 8
Enregistré le : 22 août 2004, 23:00
Localisation : Paris

Message par Christian » 27 févr. 2005, 20:26

Vicks a écrit :hé oui...

Belle représentation ce dimanche.
Isokoski plutôt moins en forme que pour les trois premières;
Galouzine n'a jamais chanté mieux, sauf peut-être pour la générale;

L'orchestre est de plus en plus splendide. Il faut le voir !!!

Tout à fait d'accord. Après la Flûte auquelle j'ai assistée voici un mois, je me sens reconcilié avec l'Opéra...pour combien de temps??

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 27 févr. 2005, 21:31

Vicks a écrit :hé oui...

Belle représentation ce dimanche.
Isokoski plutôt moins en forme que pour les trois premières;
Galouzine n'a jamais chanté mieux, sauf peut-être pour la générale;

L'orchestre est de plus en plus splendide. Il faut le voir !!!
J'ai vraiment le sentiment que Galouzine varie énormément d'un jour à l'autre, à lire les critiques de tout le monde...

mc92
Soprano
Soprano
Messages : 87
Enregistré le : 31 mars 2004, 23:00

Message par mc92 » 27 févr. 2005, 22:53

Cet après-midi il s'agissait de mon second otello live (le premier était en 2001 à Nice avec Cura,Frittoli,Raimondi).
Le spectacle souvent critiqué ne m'a pas choqué (après remaniements) , étant surtout passe-partout pas vraiment digne de l'ONP.C'est plutôt la distribution qui a retenu mon attention.Dans le rôle-titre , Galouzine s'en sort grâce à son expérience mais son chant a bien décliné depuis son séduisant Calaf des Chorégies de 97.Huit ans plus tard sa voix s'est élargie mettant en péril sa partie aigue ,le style s'est relâché (diction approximative).Isokoski (entendue ici à contre-emploi dans Liu) campe une Desdémona fragile et émouvante mais on ne la sent pas totalement à l'aise dans le répertoire verdien.C.Alvarez a davantage d'affinités avec ce répertoire (style, diction) comme en atteste son efficace Iago.Bons seconds rôles et choeur de l'opéra parfait.
Enfin, Gergiev dirige toutes en nuances un orchestre à l'effectif renforcé, permettant au drame verdien de se nouer.

Répondre