Otello à la Bastille

Représentations
Avatar du membre
ugo_notte
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 124
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere UNDER the Rainbow
Contact :

Message par ugo_notte » 18 févr. 2005, 15:32

tuano a écrit :Placido Domingo n'avait pas une assez grande voix...
Pardon?????!!!!!! Depuis quand????!!!!!!


U.N. 8O 8O 8O 8O 8O 8O 8O 8O 8O 8O

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 févr. 2005, 15:37

ugo_notte a écrit :
tuano a écrit :Placido Domingo n'avait pas une assez grande voix...
Pardon?????!!!!!! Depuis quand????!!!!!!


U.N. 8O 8O 8O 8O 8O 8O 8O 8O 8O 8O
Je n'ai entendu qu'une fois Domingo il y a 4 ans dans Parsifal, et c'était un peu le constat que j'avais fait aussi... mais bon, c'était au Met, et la comparaison avec Urmana et Tomlinson est nécessairement défavorable aussi.

Ariadne
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 202
Enregistré le : 30 oct. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Ariadne » 18 févr. 2005, 22:56

Placido Domingo n'avait pas une assez grande voix...
Il y en a qui n'étaient pas nés quand il a chanté ce rôle à Bastille en 1990...

Avatar du membre
ugo_notte
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 124
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere UNDER the Rainbow
Contact :

Message par ugo_notte » 21 févr. 2005, 04:26

tuano a écrit : Il aurait fallu que je puisse voir Domingo sur scène pour avoir mon propre avis
Puisque tu étais à Vienna pour le Prophète et que tu as entendu Baltsa, tu dois savoir comment "sonne" Domingo qui chantait à ses côtés. Non?
Et c'est vrai que Baltsa était formidable!!

U.N.

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 21 févr. 2005, 08:58

L'Opéra de Vienne reprend souvent ses productions.
Je n'ai pas assisté à la première série mais celle avec Janez Lotric.

Avatar du membre
PaoloAlbiani
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 762
Enregistré le : 05 nov. 2004, 00:00
Contact :

Message par PaoloAlbiani » 21 févr. 2005, 16:52

Qui va à Otello ce soir

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 22 févr. 2005, 00:25

Ariadne a écrit :
muriel a écrit :L'orchestre de l'ONP est "énorme" , avec notamment 8 contrebasses et 4 cors. Il sonne très très fort.
Il faudra se plaindre auprès de Verdi: quel que soit l'endroit où l'on joue " Otello", il y aura toujours 4 cors(comme dans ses autres opéras d'ailleurs).
De plus, la direction de Gergiev est très nuancée, et il ne couvre jamais les chanteurs.
J'en sors. C'est vrai que globalement à part dans le monologue du III, Gergiev n'a jamais couvert les chanteurs ce soir. Par contre, plus la soirée a avancée plus il a 'tapé' fort, surtout au IV après la mort de Désdémone (et un tutti vraiment outrancier, et psychologiquement bien faux, au III, avant ' A terra, si nel livido').

Ces excès mis à part, j'ai trouvé la direction de Gergiev vraiment très personnelle et très souvent fascinante. Symphonique, lent, lyrique, il réinvente complètement certains passages (les cordes qui pleurent magnifiquement, toutes en lenteur, avant 'D'un uom que geme', le concertato du III traité comme un lamento, cet 'Ora e per sempre' complètement réinventé après une introduction lentissime et superbe, où bien encore l'alchimie sonore incroyable de sensualité du duo d'amour), et l'intérêt est presque constament soutenu de façon passionnante et avec beaucoup de richesse musicale.

Au niveau du cast, Alvarez est le plus convaincant, indubitablement parfait vocalement, mais manque un peu de charisme quand même (ce n'est pas la mise en scène qui lui en procurera, certes). Isokoski a battu les records ce soir à l'applaudimètre, et ce n'est que justice: ce fut la seule vraiment émouvante, et la voix est magnifique, même si l'on sent quand même que ce n'est pas son emploi naturel (et son italien est peu idiomatique, ce que je n'avais pas remarqué dans ses Mozart).

Quant à Galouzine, j'ose espérer que c'était un mauvais soir: aigu instable dès son entrée et les premières phrases duo d'amour, aphone et détimbré dès le milieu du III, peu de respect de la phrase musicale (je tremble encore de la mini-'vocalise' sur 'eburnea mano'), et des fautes de goûts et accidents à ne plus en finir (pour compenser le reste sans doute). Quelques huées au rideau final parmi des applaudissements polis en comparaison des autres chanteurs. Un brin de déception, c'était bien mieux la saison dernière ; j'espère que c'était une méforme passagère liée à ce soir, juste pour me faire démentir tout ce que j'avais dit ces derniers jours à son propos sur le forum :?

Quant à la mise en scène, je l'ai trouvée encore plus laide et grotesque que dans mon souvenir...

Avatar du membre
PaoloAlbiani
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 762
Enregistré le : 05 nov. 2004, 00:00
Contact :

Message par PaoloAlbiani » 22 févr. 2005, 12:46

Cette reprise d'Otello, sans être exceptionelle, a été malgré tout source de quelques satisfactions.

Orchestrales d'abord: il est rare d'entendre l'Orchestre de l'Opéra en aussi grande forme. Il faut dire qu'il est dirigé superbement par un Gergiev très concerné. Tantôt dramatique, tantôt lyrique, il tient sa phalange de main de maître et est toujours à l'écoute des artistes.... D'autre part, il ne couvre jamais le plateau même s'il se laisse parfois emporté par la grandeur de l'écriture orchestrale...

Scéniques ensuite: purgée des détails inutiles accumulés lors de la première série, cette mise en scène, sans être géniale, a le mérite d'être cohérente et assez agréable à regarder. Cependant, certains partis pris demeurent incompréhensibles et sans lien avec le livret (le meurtre d'Emilia par Iago; le pseudo rite vaudou autour du lit de Desdémone au IV, ou encore la laisse que Iago met autour du cou d'Otello à la fin di III).... Malgré cela, un décor assez esthétique et une direction d'acteur intéressante.

Le plateau réuni pour cette reprise est inégal ; passons sur des comprimarii irréprochables et sur un Cassio digne d'éloges, pour en arriver à la grande triomphatrice de la soirée, Soile Isokovski.
Disons le d'emblée, sa Desdémone est superbe, et rappelle à plus d'un titre, la Desdémone de Te Kanawa; le public ne s'y est d'ailleurs pas trompé puisqu'elle a reçu la plus grande ovation de la soirée.

Le Iago de Alvarez est présent mais il lui manque l'ampleur vocale demandée par le rôle et cette couleur si particulière aux barytons verdi. Il est cependant loin de démériter, mais est parfois dépassé par la largeur de l'écriture, notament dans le Credo. En outre, l'acteur se montre relativement convaincant.

Terminons par Galouzine. Je ne sais si sa contre performance d'hier soir est à mettre sur le compte d'une fatigue passagère (ce que je lui souhaite), où bien si la voix commence réellement à se perdre.... Toujours est il -et cela n'a rien à voir avec la voix- qu'il passe à côté de son Maure. Sur le stict plan vocal, la voix a perdu tout appui, les aigus sont émis à l'arrachée et le malaise vocal se fait sentir plus d'une fois au cours de la soirée. Au rideau final, quelques sifflets et des applaudissements froids et polis.

Dans l'ensemble, une soirée agréable..... et Otello est un chef d'oeuvre absolu !

Avatar du membre
lolorson
Messages : 15
Enregistré le : 11 nov. 2004, 00:00
Localisation : PARIS

Message par lolorson » 25 févr. 2005, 11:31

je n'ai pas compris pourquoi Otello se retrouvait pendu à une corde tenue par Iago :oops: et pourquoi Iago lâchait cette corde pour la donner à Roderigo :?: :?:
Ho une casa nell'Honan
con il suo laghetto blu
tutto cinto de bambu.
E sto qui a dissiparmi la mia vita,
a stillarmi il cervel sui libri sacri...

Avatar du membre
spooky1812
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 112
Enregistré le : 20 janv. 2005, 00:00

Message par spooky1812 » 25 févr. 2005, 12:18

JEUDI soir j'ai passer une bonne soirée mais personnellement je ne comprend pas pourquoi Soile Isokoski soit ovationnée, certes elle a une très belle voix mais pour moi sans aucune émotion, sans aucun jeux de scène, bref transparente. L'année derniere , j'avais le souvenir d'une Frittoli superbe d'élégance et d'émotion surtout dans ses deux airs au 4eme acte, et meme Gollardo-Domas était juste.
En ce qui concerne Iago de Alvarez, il a un très beau timbre mais je trouve qu'il en rajoute pas assez sur la compréhension de son personnage.Pour Cassio je trouve qu'il est aussi transparent ke Desdemone, je preferais Kauffmann l'année derniere.
Pour Otello, ben je trouve que la repetition général etait bien meilleure que les autres représentations.j'ai eu très peur pour lui dans son air dans le 3eme acte, "Dio! mi potevi scagliar" car il avait un problème de voix, ses aïgus etaient trop tirées enfin bon il a survécu.
En ce qui concerne la Mise en scène je la trouve interressante sauf les murs blancs, c'est mon seul Hic, sinon le dernier acte est le plus formidable sur le plan visuelle surtout pour le tableau final, tout en bordel, perso J'adore. De meme ke le début avec la mer projeté. Il manqué juste des enormes ventilateurs pour que le public recoivent du vent comme un tempete NON?
Bref , je suis un jeune fou d'Opera, ca fait la 3eme fois que je vois Otello et je crois que c'est pas la derniere fois tellement JE KIFF, (dsl pour mon langage de jeune)
Pour finir , le seul que je kiff grave c'est Gergiev, il a mis le feu dans la fosse, ca me rend ouf enfin voila....
aller bonne journée a tous

Répondre