Otello à la Bastille

Représentations
Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14758
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 18 févr. 2005, 11:12

tuano a écrit :Otello est "moins" ténor que la plupart des autres rôles de ténors du répertoire mais ça reste très aigu... pour moi ! J'ai essayé de chanter le duo de l'acte I cette semaine devant le DVD de Covent Garden et les notes hautes sont franchement hors de portée pour moi (sauf si j'utilise ma voix de tête, bien sûr).
Mine de rien, ça culmine quand même au contre-ut ...
Donc, un vrai rôle de ténor, et pas de baryton avec des aigus.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 févr. 2005, 11:47

Kat a écrit : Alors oui, il a une puissance phénoménale, mais il pourrait de temps en temps nuancer le propos au lieu de chanter tout fortissimo/forte. Comme ça, Otello n'apparaît plus que comme un dangereux psychopathe et on n'épprouve absolument aucune pitié pour lui, on ne sent vraiment pas la montée de la folie : il semble fou dès le début ! Enfin, Galouzine a osé des piani à la mort d'Otello (heureusement !) et franchement, personne ne s'en est offusqué :lol: , c'était même une agréable surprise.
Kat.
Cela me rappelle une anecdote ou Mario del Monaco expliquait qu'il savait très bien qu'il fallait faire un piano sur "et j'étas une chose à toi" dans Carmen, mais qu'il n'y arrivait pas quoi qu'il fasse.

Je me souviens d'avoir vu a la TV (sur Arte je crois), le dernier Otello du Maggio, et Galouzine y campait un Otello calme et résigné, sans violence excessive, tout en subtilité.

Bien sûr la voix est très particulière, mais quelle couleur d'orgue, quel magnétisme... Galouzine est une force de la nature, et il me semble faire partie de ces chanteurs qui savent s'imposer uniquement par la fascination animale que dégage leur voix (je pense à Meier ou Rysanek, ou Carreras pour les ténors).

Franchement, j'aime entendre l'art consommé et élégant d'un Alagna, mais quelques sensations fortes à la Galouzine je trouve cela beaucoup plus rare et parfois plus excitant :D

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 févr. 2005, 11:58

violetta a écrit :N'est-ce pas une voix de ténor "sombrée" voire barytonnante que l'on imagine le mieux dans ce rôle (un peu le style de voix de Caruso). J'avais eu la même impression de voix hybride entre ténor et baryton en entendant Galouzine. Pour ma part j'ai trouvé qu'il avait chanté très faux l'année dernière, mais j'ai peut-être mal entendu. Cela m'intéresserait d'avoir plus d'info sur le type de voix auquel on rattache le rôle d'Otello.
Je pense que c'est une déformation de l'histoire de l'interprétation du rôle qui a été Wagnérisé à outrance, mais aussi le fait que les interprètes majeurs du rôle ont tous été des ténors très "centraux", voire des anciens barytons (Vinay, Domingo, Melchior etc).

Pour moi, l'idéal vocal d'Otello reste un beau lirico-spinto italien, et le plus convaincant des Otello Giovanni Martinelli dans ses live du Met à la fin des années 30.

Un très beau Radamès bien timbré d'une jolie couleur me semble parfaitement faire l'affaire s'il ne surjoue pas dramatiquement le rôle: Martinelli, Lauri-Volpi, Merli ont laissé des enregistrements vocalement superbes, et de vrais ténors.

Maintenant, Otello c'est aussi un rôle, habité par des légendes d'interprétation qui ont su lui donner une vie incroyable de vérité, au premier rang desquelles figurent les grands tragédiens du XXeme siecle, de Vinay à Domingo en passant par Vickers. Je maintiens que des trois, d'ailleurs, c'est bien Domingo qui a sans doute le plus la voix du rôle, même si les deux autres sont autrement plus géniaux dans l'expression dramatique, et subliment les carences de leur voix (manque d'aigu, de lumière, d'italianita comme dirait Segalini) par leur génie dramatique.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 févr. 2005, 12:13

tuano a écrit : Otello fait partie des rôles inchantables où extrêmement peu d'interprètes trouvent grâce aux oreilles des critiques : Mario del Monaco ne faisait que crier; Placido Domingo n'avait pas une assez grande voix...
Je pense surtout qu'Otello, comme tous les grands rôles dramatiques du répertoire, souffre d'une certaine tradition de surdramatisation des rôles liées aux conséquences du vérisme et de la sale manie des orchestres de jouer de plus en plus fort et de plus en plus lentement.

Turandot a été créée par un lirico, Otello par un lirico-spinto, et n'oublions pas que Wagner souhaitait des acteurs qui sachent chanter plutôt que des chanteurs qui jouent (et par ailleurs Wagner demandait que ses partitions soient jouées alla breve, et cherchait à minimiser l'impact de l'orchestre à Bayreuth).

Quand la musicalité l'emportera sur l'outrance, on retrouvera tout un ensemble de chanteurs pour chanter ces rôles, et on ne restera pas en attente permanente de forces de la nature pour les chanter (ce qui n'empêche pas par ailleurs d'aimer les forces de la nature... à commencer par Galouzine :D )

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 févr. 2005, 12:17

PlacidoCarrerotti a écrit :
tuano a écrit :Otello est "moins" ténor que la plupart des autres rôles de ténors du répertoire mais ça reste très aigu... pour moi ! J'ai essayé de chanter le duo de l'acte I cette semaine devant le DVD de Covent Garden et les notes hautes sont franchement hors de portée pour moi (sauf si j'utilise ma voix de tête, bien sûr).
Mine de rien, ça culmine quand même au contre-ut ...
Donc, un vrai rôle de ténor, et pas de baryton avec des aigus.
Oui, et au contre-ut du duo du III, s'ajoute l'Esultate brillant avec son si bémol quasiment à nu, le duo du I, et toute la fin du II extrêmement tendue (le duo si pel cielo met systématiquement en difficulté tous les ténors centraux chantant le rôle, alors que des interprétations de lirico-spinto comme Martinelli, Lauri-Volpi ou Bjorling en rendent toute la force) .

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 18 févr. 2005, 12:32

Friedmund a écrit :Maintenant, Otello c'est aussi un rôle, habité par des légendes d'interprétation qui ont su lui donner une vie incroyable de vérité, au premier rang desquelles figurent les grands tragédiens du XXeme siecle, de Vinay à Domingo en passant par Vickers. Je maintiens que des trois, d'ailleurs, c'est bien Domingo qui a sans doute le plus la voix du rôle, même si les deux autres sont autrement plus géniaux dans l'expression dramatique, et subliment les carences de leur voix (manque d'aigu, de lumière, d'italianita comme dirait Segalini) par leur génie dramatique.
Tu viens de citer les trois ténors (encore que Vinay, il y a eu débat) qui représentent vraiment pour moi ce que peut être Otello et Vickers malgré sa voix un peu déplaisante (à mon goût) était bouleversant. Jamais on n'a confondu ces trois là avec Iago : c'est pourtant ce qui pouvait se produire à plusieurs reprises hier soir entre Galouzine et Alvarez (premier duo de l'acte II) tellement la voix du premier est barytonante. Galouzine m'avait impressionée et bouleversée en Hermann, mais jamais je n'ai cru à son Otello, et je ne parle que du rôle pas d'aspect vocal. A mon sens Galouzine est monolithique : fou des le départ, peu ou pas de tendresse envers Desdemone au duo de l'acte I (mais il chante forte et elle piano alors ça n'aide pas), il ne semble pas assez "torturé" car il ne doute jamais de la culpabilité de Desdemone (je pense à la scène de l'acte III où il la traite de vile courtisane, en fait, elle croit qu'il revient à lui et brutalement, presque de façon innatendue il lui jete l'insulte à la figure : Galouzine est si rageur du début à la fin qu'on attend l'insulte, il n'y a pas de progression), du coup on ne ressent aucune pitié pour lui et Iago a la tâche trop facile.
Kat.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 févr. 2005, 12:44

Kat a écrit :Tu viens de citer les trois ténors (encore que Vinay, il y a eu débat) qui représentent vraiment pour moi ce que peut être Otello
A parler franchement, je préférerai voir Vickers ou Vinay lundi plutôt que Galouzine, évidemment :D

Mais bon faute de grives-Vickers, on mange des merles-Galouzine, et je pense que ce plat là, à défaut d'être aussi raffiné est des plus agréables. Cela fait longtemps que l'on a pas entendu tel Otello, Domingo excepté et Heppner juste naissant dans le rôle, alors mon idée est plutôt de m'en réjouir et de prendre les (nombreuses) qualités qu'à Galouzine à offrir dans le rôle (à commencer par la somptuosité et la puissance de la voix).
Kat a écrit :Tu viens de citer les trois ténors (encore que Vinay, il y a eu débat) qui représentent vraiment pour moi ce que peut être Otello et Vickers malgré sa voix un peu déplaisante (à mon goût) était bouleversant. Jamais on n'a confondu ces trois là avec Iago : c'est pourtant ce qui pouvait se produire à plusieurs reprises hier soir entre Galouzine et Alvarez (premier duo de l'acte II) tellement la voix du premier est barytonante.
Ben dans l'enregistrement de Toscanini, entre notre Vinay-Otello barytonnant et notre Valdengo-Iago ténorisant...
Kat a écrit :Vickers malgré sa voix un peu déplaisante (à mon goût)
Que le grand Saint-Jon te pardonne :P

Mais ses Otello ne sont pas les enregistrments qui illustrent le mieux la beauté (très particulière j'en conviens) de sa voix.

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 18 févr. 2005, 12:48

Friedmund a écrit :
Kat a écrit :Vickers malgré sa voix un peu déplaisante (à mon goût)
Que le grand Saint-Jon te pardonne :P

Mais ses Otello ne sont pas les enregistrments qui illustrent le mieux la beauté (très particulière j'en conviens) de sa voix.
j'espère bien :D !
Kat.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 févr. 2005, 12:57

Kat a écrit :
Kat a écrit :
Friedmund a écrit :Vickers malgré sa voix un peu déplaisante (à mon goût)
Que le grand Saint-Jon te pardonne :P

Mais ses Otello ne sont pas les enregistrments qui illustrent le mieux la beauté (très particulière j'en conviens) de sa voix.
j'espère bien :D !
Kat.
La voix de Vickers est devenue de plus en plus nasale avec le temps, alors il faut l'écouter jeunes (ses lives de 58 dans Don Carlo, Medea et Siegmund sont tous les trois enivrants) comme son Florestan-Klemperer ou son Siegmund-Leinsdorf.

Et j'aime plus que tout son Winterreise chez EMI, où la voix a nue, déjà vieillie imprime des profondeurs et une fascination incroyable.

Mais, bon, si je commence à parler de Jon Vickers, je vais devenir lyrique et délirer à plein :P

Golaud
Alto
Alto
Messages : 490
Enregistré le : 30 janv. 2005, 00:00
Contact :

Message par Golaud » 18 févr. 2005, 13:18

Heureux de voir que mes impressions globales de la générale sont partagées par les spectateurs de la première !
ugo_notte a écrit :
David-Opera a écrit : Evitez les critiques négatives sur une générale,
Moi je dirais plutôt, évitez TOUTE critique avant la première. SVP.
N'en déplaise à certains, les répétitions générales s'assimilent de plus en plus à des avant-premières et il est rare que les chanteurs marquent lors de ces soirées.
Isokoski était vraisemblablement peu en forme à la générale et je me réjouis que les petites réserves que j'avais émises n'aient été que passagères.
De toute façon, une critique (ou plutôt un "bilan d'impressions" pour ne pas employer de terme péjoratif) n'est valable que pour une représentation donnée. Un chanteur a tout à fait le droit d'être moins en forme un soir qu'un autre. Et je n'avais pas la prétention d'inculquer une vérité générale à travers mes remarques (tout de même très modérées....)

Répondre