Otello à la Bastille

Représentations
Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6729
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 17 févr. 2005, 23:35

Kat a écrit : Iago formidable de C. Alvarez, démoniaque, méchant comme il faut, très bien chantant. S. Isokoski chantait superbement son rôle de Desdemone, avec parfois des intonations dans l'aigu qui me faisaient penser à Varady... mais la comparaison s'arrête là. Elle semble trop extérieure au rôle, peu fragile finalement, et elle est une actrice plutôt "empotée". Néanmoins, c'était un vrai bonheur à entendre et je n'ai pas perçu ce vibrato qui apparemment à gêné ceux qui ont assisté à la générale.
Une magnifique soirée :D !
Kat.
J'en étais sûr! Il était évident qu'à la Générale Isokoski ne chantait pas au mieux et évitait à plusieurs reprises de tenir trop longtemps certaines notes. J'irai le 5 mars, et peut être aura t'elle améliorer son jeu.

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 17 févr. 2005, 23:39

A la décharge d'Isokoski, il faut bien avouer que la mise en scène ne l'aide pas pour camper un rôle... (je ne dirai pas ce que je pense de Desdemone :lol: !). Vocalement elle était superbe et nous a gratifiés de très beaux piani dans l'aigu.
Kat.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 18 févr. 2005, 02:06

De tout de façon, si c'est bien la production la plus abominable que j'ai vue à la Bastille (Iago pisse toujours contre le mur au I, et se roule toujours sur son canape au II pendant le credo???), un Otello avec un tel chef et un tel cast, ca ne se refuse pas.

J'y vais lundi, les yeux fermés, mais les oreilles bien ouvertes.

Et puis qu'est ce que tout le monde a contre Galouzine??? Des voix pareilles il n'y en a plus (quel autre Otello aujourd'hui, a part Heppner?), et en souvenir de son Hermann Paris devrait lui offrir des fleurs jusqu'à la fin de sa carrière!

Avatar du membre
ugo_notte
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 124
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere UNDER the Rainbow
Contact :

Message par ugo_notte » 18 févr. 2005, 04:32

David-Opera a écrit : Evitez les critiques négatives sur une générale,
Moi je dirais plutôt, évitez TOUTE critique avant la première. SVP.

U.N.

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 18 févr. 2005, 08:03

Friedmund a écrit :De tout de façon, si c'est bien la production la plus abominable que j'ai vue à la Bastille (Iago pisse toujours contre le mur au I, et se roule toujours sur son canape au II pendant le credo???), un Otello avec un tel chef et un tel cast, ca ne se refuse pas.
Concernant l'acte I, je n'ai pas fait attention, mais pour l'acte II, oui Iago éprouve toujours le besoin de se rouler sur le canapé pour en arriver à avoir la tête en bas et les bras en croix, genre crucifix renversé :roll: .
Je suis d'accord que Galouzine était renversant dans Hermann il y a quelques années, mais sa voix me paraît de plus en plus engorgée. Alors oui, il a une puissance phénoménale, mais il pourrait de temps en temps nuancer le propos au lieu de chanter tout fortissimo/forte. Comme ça, Otello n'apparaît plus que comme un dangereux psychopathe et on n'épprouve absolument aucune pitié pour lui, on ne sent vraiment pas la montée de la folie : il semble fou dès le début ! Enfin, Galouzine a osé des piani à la mort d'Otello (heureusement !) et franchement, personne ne s'en est offusqué :lol: , c'était même une agréable surprise.
Kat.

muriel
Basse
Basse
Messages : 2959
Enregistré le : 17 nov. 2003, 00:00
Localisation : Arles

Message par muriel » 18 févr. 2005, 10:10

Soirée formidable en effet !
Il me semble que l'orchestre n'a jamais été aussi bon, sauf peut-être dans Pelléas, au fait c'était les bleus ou les verts ?
Bravo à Valery Gergiev.

Les 3 rôles principaux étaient exceptionnels.
Soile Isokoski était tout simplement parfaite , beaucoup de nuances dans sa voix et que d'émotion ...
Galouzine d'une puissance incroyable (je l'avais vu dans le Trouvère et je ne l'ai pas vraiment reconnu).
Alvarez, très charmant avec un look à la Banderas dans Zorro (j'étais très loin !), est monté en puissance après l'acte 1.

Gordon Gietz m'a étonnée au début, mais vers la fin, je ne l'entendais plus. Il a peu d'aigu à chanter , ça tombe bien.

Mise en scène sans grand intérêt en dehors de la tempête.
On ne sait pas à quelle époque cela se passe. Il n'y a aucune cohérence d'un acte à l'autre.

Question idiote: je n'ai eu, à aucun moment, l'impression que Otello était ténor ...(c'était mon premier Otello sur scène), il est tellement grave, tellement puissant et il n'a pas vraiment d'aigus à chanter.
C'est ça un tenore spinto ?
Dans le duo avec Iago, les voix sont terriblement proches.
Quand je pense que la plupart des ténors veulent arriver vers ce rôle ... je vois mal Alagna chanter aussi fort et dans ce registre, mais bon.
(je passerais sur le caractère schizophrène dangereux ...)

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 18 févr. 2005, 10:31

Otello est "moins" ténor que la plupart des autres rôles de ténors du répertoire mais ça reste très aigu... pour moi ! J'ai essayé de chanter le duo de l'acte I cette semaine devant le DVD de Covent Garden et les notes hautes sont franchement hors de portée pour moi (sauf si j'utilise ma voix de tête, bien sûr).

violetta
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 247
Enregistré le : 10 juin 2004, 23:00

Message par violetta » 18 févr. 2005, 10:38

N'est-ce pas une voix de ténor "sombrée" voire barytonnante que l'on imagine le mieux dans ce rôle (un peu le style de voix de Caruso). J'avais eu la même impression de voix hybride entre ténor et baryton en entendant Galouzine. Pour ma part j'ai trouvé qu'il avait chanté très faux l'année dernière, mais j'ai peut-être mal entendu. Cela m'intéresserait d'avoir plus d'info sur le type de voix auquel on rattache le rôle d'Otello.

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6729
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Message par David-Opera » 18 févr. 2005, 10:49

tuano a écrit : Otello est "moins" ténor que la plupart des autres rôles de ténors du répertoire mais ça reste très aigu... pour moi ! J'ai essayé de chanter le duo de l'acte I cette semaine devant le DVD de Covent Garden et les notes hautes sont franchement hors de portée pour moi (sauf si j'utilise ma voix de tête, bien sûr).
S'il on souhaite un profil de voix idéal, à l entrée d'Otello "Exultate", la voix doit être puissante et rayonnante, pour petit à petit dés l'acte II s'assombrir au fur et à mesure que son mental se laisse envahir par la paranoia et la jalousie. Du quasi impossible et en fait Galouzine colle de mieux en mieux avec le personnage au fil du drame de par son timbre.

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 18 févr. 2005, 10:58

Roberto Alagna avait livré une version bouleversante de l'air final d'Otello à la salle Pleyel il y a quelques années. Je n'ai jamais été autant impressionné par lui qu'à ce moment-là.

Otello fait partie des rôles inchantables où extrêmement peu d'interprètes trouvent grâce aux oreilles des critiques : Mario del Monaco ne faisait que crier; Placido Domingo n'avait pas une assez grande voix...

Je n'ai vu cet opéra que deux fois, et en version de concert. Giuseppe Giacomini avait, pour le coup, une voix vraiment barytonnante. Lorsque je l'ai vu, je connaissais très mal l'opéra et j'ai cru pendant longtemps que c'était un baryton.
José Cura a un timbre assez barytonnant aussi (mais moins) mais il ne m'a pas tellement convaincu dans le rôle. C'était correctement chanté mais comme d'habitude avec lui, quel manque d'éclat !

D'après les critiques que j'ai lues sur l'Otello de Ben Heppner, il aborde le rôle d'une manière relativement légère, sans chercher à produire des décibels.

Répondre