Flûte enchantée - Bastille (représentations février 05) III

Représentations
Répondre

Avez-vous aimé la production de la Fura dels Baus à Bastille ?

Le sondage s’est terminé le 30 mars 2005, 11:08

oui
13
28%
non
11
24%
ni aimé ni détesté
4
9%
pas vu le spectacle à Bastille
18
39%
 
Nombre total de votes : 46

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 24 févr. 2005, 16:13

Rameau a écrit : Enfin le sommet: Vous avez aimé La Grande duchesse? Eh bien vous n'avez rien compris. C'était très laid, la Grande Duchesse était transformée en cocotte et Offenbach ce n'est pas du tout ça. Vous voilà prévenus.
Il y a deux choses que Pelly a et qui seraient précieux à Mortier et ses sbires: le sens du théâtre et l'humour.
Mon cher Rameau, tu n'as rien compris, manifestement l'opéra doit être une prise de tête sinon, ça n'a bien sûr aucun intérêt :lol: .
Mais après tout ce n'est pas grave : il n'y a pas que l'opéra de Paris dans la vie et on peut très bien aller voir ailleurs, par exemple au Châtelet qui a le malheur de vouloir faire rire son public en programmant Offenbach sans le réactualiser dans une décharge à ordures ou un sous-marin nucléaire (au hasard...)
Kat.

Golaud
Alto
Alto
Messages : 490
Enregistré le : 30 janv. 2005, 00:00
Contact :

Message par Golaud » 24 févr. 2005, 16:18

En tout cas, merci Rameau pour ce compte-rendu détaillé de la rencontre avec Gérard.

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 24 févr. 2005, 17:25

je me fais l'avocat du diable et je complète
Rameau a écrit :Bien sûr, les malheureux comédiens n'y sont pour rien, et ils paient pour la profonde crétinerie des textes de ce M. Arguroll.
ils ont quand même accepté de les dire, ne les ont pas découvert à la dernière minute!!
quant aux débats annoncés et aux introductions, cela montre bien à quel point cette production manque de tout impact théâtral, dès lors qu'il faut un discours à côté pour expliquer ce qu'on a voulu faire.
je ne suis pas daccord, je pense que même les productions qui ne déchainent aucune ruée dans les brancards devraient faire l'objet d'une de ces réunions-débats dont je salue l'initiative. tout le monde ne peut pas s'acheter le programme où le metteur en scene justifie (ou non) sa production. le débat n'est pas forcément signe du caractère injustufu=iable d'une production, la preuve sur ODB on n'est pas d'accord sur certaines mises en scène bien plus consensuelles que cette flûte
marquons au passage qu'il a reconnu que cette production manquait de vie théâtrale et que certains poèmes (je dirais tous, mais passons) n'allaient pas très bien, et qu'il retravaillerait cet aspect pour la reprise.
il pense aussi que le rôle de Papageno est trop amoindri, que ça fait un déséquilibre entre l'aspect métaphysique et l'aspect instinctif de l'oeuvre
visiblement les matelas lui plaisent, mais "ce ne sont pas des matelas, parce qu'ils sont transparents" (fort bien, ce sont donc des matelas de plage; c'est vrai que le blanc, au bord de la mer, ça fait triste, on comprend qu'il les ait eus en solde).
il ne s'est pas contenté d'évoquer la transparence, mais a aussi dit que chez lui il ne peut pas rentre à l'intérieur de ses matelas, y ramper, faire des pyramides avec...
Enfin le sommet: Vous avez aimé La Grande duchesse? Eh bien vous n'avez rien compris. C'était très laid, la Grande Duchesse était transformée en cocotte et Offenbach ce n'est pas du tout ça. Vous voilà prévenus.
Il y a deux choses que Pelly a et qui seraient précieux à Mortier et ses sbires: le sens du théâtre et l'humour.
il a aussi trouvé très laide la mise en scène des Indes Galantes.[/quote]

Avatar du membre
Stolzing
Soprano
Soprano
Messages : 57
Enregistré le : 16 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Stolzing » 24 févr. 2005, 18:03

On peut au moins reconnaître à Mortier le courage d'aller au-devant du public, même si, apparemment, il n'a pas répondu aux questions gênantes. Il a effectivement un art certain de l'esquive: j'ai lu (ou entendu ?) une interview dans laquelle le journaliste se demandait ce que Katia Kabanova faisait dans un HLM et il a répondu qu'on n'allait tout de même pas situer un opéra aussi sinistre dans un ravissant village russe... Il suffisait alors de le mettre dans un village russe moche et triste... Et Marthaler est parti pour encore sévir à Paris, si j'en crois les pronostics... Ca promet...

Quant à cette flûte, dont je n'ai pas aimé la mise en scène pour les raisons déjà exposées par d'autres forumeurs et qu'il est inutile de répéter (mais quand même, qui a compris pourquoi Pamina transperce Sarastro et lui fait pisser le sang par hectolitres ? Ca me semble totalement absurde), ce qui m'a surtout frappé fut une distribution honnête, mais vraiment sans plus. Groves très décevant, raide, au phrasé peu soigné, Delunsch plutôt acide, "Ach ich fühl's" froid et expédié trop vite, Degout sympathique mais peu audible et donc pâle, etc. Rien de honteux, mais rien de vraiment bon non plus: j'ai franchement eu le sentiment de perdre ma soirée (si j'étais allé à la première, au moins j'aurais eu le soulagement de huer les Furieux du pas Beau).

Quant au programme, je le trouve symptômatique de la production: des pages et des pages de blabla sur la mise en scène, presque rien sur l'oeuvre, dépenser mon pognon pour ca :evil:

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 24 févr. 2005, 18:11

Stolzing a écrit : (mais quand même, qui a compris pourquoi Pamina transperce Sarastro et lui fait pisser le sang par hectolitres ? Ca me semble totalement absurde)
C'est vrai que ça peut paraître absurde et lorsque j'avais vu ça à la télé, j'avais trouvé la scène complètement incongrue. Un non ODBien m'a quand même dit qu'il avait trouvé cette scène en particulier très belle, avec le sang qui coule à l'envers.

Je trouve ça bien qu'il y ait enfin une mise en scène où Pamina tente enfin de poignarder Sarastro. Quand on lit les dialogues qui sont entre l'air de la Reine de la Nuit et celui de Sarastro, on voit qu'il y a une possibilité qu'elle songe réellement à tuer Sarastro. Pour elle, c'est lui le méchant à anéantir (qui l'a enlevé puis confié à un traître libidineux - super !) et sa mère qui est la gentille.

Dans l'air, Sarastro parle de pardonner l'ennemi. Pamina le poignarde mais elle sera pardonnée.

Ariadne
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 202
Enregistré le : 30 oct. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Ariadne » 24 févr. 2005, 22:41

Rameau a écrit :M. Mortier (...) a commencé à parler seul pendant 1/2 heure, avant de répondre en 2 minutes et très superficiellement aux dizaines de questions écrites
Il ne me semble pas avoir vu tellement de feuilles-questionnaires sur la table de conférence, et les auditeurs ne se sont pas bousculés pour poser leurs questions.

Et puis, il y a quand même eu une grande révélation: les matelas sont en réalité des éléments de Lego(?)...

Répondre