Dumesny, haute-contre de Lully (R. Van Mechelen) - CD Alpha, 2019

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Répondre
Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3032
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Dumesny, haute-contre de Lully (R. Van Mechelen) - CD Alpha, 2019

Message par EdeB » 03 janv. 2020, 15:21

Dumesny, haute-contre de Lully

(Les débuts avec Lully)
Jean-Baptiste Lully
Isis, LWV 54 – Ouverture
Persée, LWV 60 – « Cessons de redouter la fortune cruelle… »
Armide, LWV 71 – « Plus j'observe ces lieux, et plus je les admire… »
Amadis, LWV 63 – « Bois épais, redouble ton ombre… »
Acis et Galatée, LWV 73 – « Faudra-t-il encore vous attendre... »
Ritournelle

(La mort de Lully et ses premiers successeurs)
Jean Baptiste Lully
Achille et Polyxène, LWV 74 – « Patrocle va combattre, et j'ai pu consentir... »
Miserere, LWV 250

Pascal Collasse
Achille et Polyxène – « Quand, après un cruel tourment... »
Achille et Polyxène – Entracte
Achille et Polyxène – « Ah! Que sur moi... » - Prélude

Marin Marais et Louis de Lully
Alcide – « Mon amoureuse inquiétude… »
Alcide – « Ne pourrais-je trouver de remède… »

(La voie se libère)
Pascal Collasse
Thétis et Pelée – « Ciel ! En voyant ce temple redoutable… »
Enée et Lavinie – « J'entends d'agréable concerts… »

Henry Desmarest
Didon – « Infortuné que dois-je faire? »
Didon – Le soleil est vainqueur (instrumental)

Marc-Antoine Charpentier
Médée, H.491 – « Que je serais heureux, si j'étais moins aimé ! »
Médée, H.491 – Second air pour les Argiens - Sarabande

(La fin de carrière de Dumesny)
Elisabeth Jacquet de la Guerre
Céphale et Procris – « Amour, que sous tes lois… »

Henry Desmarest
Théagene et Cariclée – « Ma vertu cède au coup… »
Les amours de Momus – « Lieux charmants, retraites tranquilles »

Charles-Hubert Gervais
Méduse – Air - Sarabande - Menuet

Henry Desmarest
Les Fêtes galantes – « Ebbro far voglio il mio core… »
Circé – « Ah! Que le sommeil est charmant… »

André Cardinal Destouches
Amadis de Grèce – « Hélas! Rien n'adoucit… »

André Campra
L'Europe galante – « Sommeil, qui chaque nuit… »

Reinoud van Mechelen, ténor et direction musicale
Ensemble A Nocte tempaoris

CD Alpha, 2019. (Enregistrement réalisé en 2018)


Image

Des saveurs 5-étoiles !

La petite histoire a des raccourcis savoureux… Ainsi, revenait-il à Louis Gaulard Dumesny (ou Dumesnil, Duménil, Dumény, du Mény, ou Du Mesny) (v. 1635-1702/1715) d’être l’un des interprètes préférés de l’ancien marmiton qu’avait été Jean-Baptiste Lullÿ…. Passé en quelques années de la cuisine de l’intendant Foucault à la scène de l’Académie royale de Musique (en 1675), il figura d’abord dans les chœurs de Thésée et d’Atys (1676), avant de tenir des petits rôles et de figurer en Alphée dans Proserpine (1680). C’est ainsi « qu’on connut ses talents », et le chanteur de quelques quarante ans, devenu incontournable, devint le créateur des héros de Persée (1682), Phaéton (1683), Amadis (1684), Roland (1685), Armide (1686) et Acis et Galatée (1686). Après la mort de Lully, il reste tout autant sollicité et contribue à la création d’opéras de Marais, Charpentier, Destouches ou Campra.
Aidé par une prestance reconnue par ses contemporains, il fut formé à la scène par Lully lui-même. Mais cet interprète d’exception avait un défaut majeur : il ne savait pas lire la musique ! Aussi fallait-il lui enseigner ses rôles note à note, ce qui explique sans doute la relative brièveté de ses interventions, défaut pallié par une grande mémoire et la complexité de rôles exigeants écrits sur mesure pour une voix ayant monté dans l’aigu avec le temps. Certains contemporains soulignent qu’il lui arrivait parfois aussi de chanter faux. Le relâchement de la discipline à l’Académie royale de musique après la mort de Lully aurait favorisé le penchant à la bouteille de Dumesny qui s’empâta alors et devint plus querelleur. On ne sait quand il décède, s’étant retiré en 1700 avec une pension.

Si les programmes consacrés à des interprètes spécifiques font florès depuis quelques années, ce sont surtout les castrats et les interprètes du XVIIIe siècle qui ont attiré l’attention des labels. On doit donc se réjouir que la tessiture mal comprise de la haute-contre à la française (les contemporains de Dumesny s’interrogeaient d’ailleurs sur l’exacte typologie vocale du chanteur : haute-contre ou haute-taille ?) fasse l’objet de ce panorama révélant de nombreux inédits, et illustrant de manière magistrale combien les continuateurs lullistes se sont coulé dans le moule établi par le grand ancien, tout en cultivant leurs spécificités… au service d’un interprète inspirant.

Surprise ! L’évocation des débuts de Dumesny est la moins convaincante, pâtissant d’un excès d’alanguissement (la délicatesse de l’accompagnement paralyse en partie un Renaud somnambule), mais dès l’Achille et Polyxène bicéphale (Lully n’ayant achevé son ouvrage, c’est Colasse qui s’en chargea, et bien bellement, ne peut-on que se dire à l’audition de ces airs), on ne peut être qu’enthousiasmé par la suavité virile et la tendre vigueur de ces peintures de héros heureux ou tourmentés, figures enchanteresses par la délicatesse des ornements, par une prononciation partiellement historisante parfaite de noblesse et d’un naturel soulignant les méandres d’une rhétorique sophistiquée. Enfin, la beauté du timbre de Reinoud Van Mechelen et la parfaite osmose entre A Nocte Tempaoris (aux flûtes parfois trop en avant) achèvent de séduire : on ne peut que regretter que ce répertoire si riche renfermant tant de merveilles toujours dissimulées, ne soit pas mis encore plus avant par les programmateurs…. Ainsi, le « Ma vertu cède au coup » (Théagène et Cariclée) engloutit dans ses volutes entêtantes, l’Achille angoissé, puis soulagé emporte par son aristocratique puissance, ses Enée balancent entre incertitude et suavité ; quant aux scènes de sommeil, elles mettent en valeur les qualités poétiques du présent interprète et la fluidité de son émission, tout comme le seul air italien du disque.

Après ce premier volet, Reinoud van Mechelen a le projet de se pencher sur les carrières de Pierre Jélyotte (voir le dossier sur ODB-opéra) et Joseph Legros. Gageons qu’ils seront tout aussi passionnants !

Emmanuelle Pesqué
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

Iphigenie42
Soprano
Soprano
Messages : 97
Enregistré le : 16 janv. 2017, 10:30

Re: Dumesny, haute-contre de Lully (R. Van Mechelen) - CD Alpha, 2019

Message par Iphigenie42 » 18 janv. 2020, 08:29

Tout à fait d accord. Un disque passionnant qui permet de découvrir des oeuvres peu ou pas jouées. Et il y a la très belle voix de Reinoud van Mechelen au service de ce répertoire.
Quant à l original ( Dumesny) on se dit que sa vie et sa carrière sont dignes d'un roman !
Vivement la suite avec Jelyotte et Legros.

houppelande
Ténor
Ténor
Messages : 742
Enregistré le : 01 juil. 2011, 23:00

Re: Dumesny, haute-contre de Lully (R. Van Mechelen) - CD Alpha, 2019

Message par houppelande » 18 janv. 2020, 09:00

EdeB a écrit :
03 janv. 2020, 15:21
après la mort de Lully aurait favorisé le penchant à la bouteille de Dumesny qui s’empâta alors et devint plus querelleur. On ne sait quand il décède, s’étant retiré en 1700 avec une pension.
Tiens, à 65 ans ! Déjà !

Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3032
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Re: Dumesny, haute-contre de Lully (R. Van Mechelen) - CD Alpha, 2019

Message par EdeB » 01 févr. 2020, 18:30

Iphigenie42 a écrit :
18 janv. 2020, 08:29
Tout à fait d accord. Un disque passionnant qui permet de découvrir des oeuvres peu ou pas jouées. Et il y a la très belle voix de Reinoud van Mechelen au service de ce répertoire.
Quant à l original ( Dumesny) on se dit que sa vie et sa carrière sont dignes d'un roman !
Vivement la suite avec Jelyotte et Legros.
Tout à fait d'accord sur tous ces points... Cette série de disques promet beaucoup ! Quels beaux projets excitants... Alpha fait bien de les soutenir.

Quant à la biographie de Dumesny, j'aimerais bien en lire une bien documentée... mais c'est un travail de romain que de reconstituer en détail la vie et la carrière d'un interprète et certains considèrent que ce type d'entreprise est futile, donc je doute qu'on puisse en lire une un jour. (Hélas !)
Une monstrueuse aberration fait croire aux hommes que le langage est né pour faciliter leurs relations mutuelles. - M. Leiris
Mon blog, CMSDT-Spectacles Ch'io mi scordi di te : http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Mon blog consacré à Nancy Storace : http://annselinanancystorace.blogspot.fr/

sopranolove
Ténor
Ténor
Messages : 633
Enregistré le : 16 avr. 2014, 14:17

Re: Dumesny, haute-contre de Lully (R. Van Mechelen) - CD Alpha, 2019

Message par sopranolove » 11 févr. 2020, 17:18

Et si vous vous adressiez à la Bibliothèque de l'Opéra ? Il y a sûrement beaucoup de choses disponibles, des dossiers d'artistes par exemple, même si leur domaine principal concerne l'Opéra de Paris à partir de l'ouverture du Palais Garnier.
On peut aussi trouver des choses sur les sites spécialisés comme Le Magazine de l'Opéra baroque par exemple.

Répondre