I puritani (CD)

L'actu; découvertes, sorties, critiques et conseils !
Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 23 mai 2005, 15:48

Xavier a écrit :J'ai lu quelque part que l'enregistrement sutherland/Bonynge I avait aussi failli être transposé puisqu'il était qu'estion qu'Arturo soit chanté par... Corelli 8O
J'aurais trouvé étonnant que Corelli se dégonfle devant deux contre-ré et un ré-bémol... En tout cas, c'est dommage d'avoir perdu Corelli dans ce rôle là, surtout ces années là, et pour Duval.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 23 mai 2005, 15:59

Xavier a écrit :
billybudd a écrit :
muriel a écrit :Gedda le chante aussi en fausset non ? mais c'est très beau.
Il est vrai que Pavarotti change brusquement de sexe en une fraction de seconde, c'est curieux comme impression sonore.
Disons qu'il le fait en falsettone appuyé (je ne sais pas si c'est le terme technique exact, mais au son c'est à peu près ca). c'est à dire qu'il le fait en voix mixte, alors que pavarotti se pince les couilles.
Je suis assez d'accord avec ton explication. Je rajouterai qu'à mon humble avis, le fa de Pavarotti a dû être fait à 3 cm du micro mais que s'il l'avait essayé en salle, ça aurait ressemblé à du Piau-piau* :wink:
Même au disque je trouve ce fa de Pavarotti destructeur. Le changement de voix est radical, la sonorité émaciée et assez laide pour tout dire... Ou bien il aurait fallu que Pavarotti 'amène' le fa, en montant progressivement les aigus préalables en voix de tête. Cela aurait été moins 'cirque' et plus musical. Je préfère de toute façon mille fois Kraus en Arturo à qui que ce soit.

Avatar du membre
ElectroCampra
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 241
Enregistré le : 24 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par ElectroCampra » 23 mai 2005, 16:11

tuano a écrit : Il doit évidemment être fait en voix de tête. Si c'est en poitrine, c'est miraculeux et super mais je préfère un contre-fa écrit de tête qu'une note de poitrine plusieurs tons en dessous.
Y a un truc que j'arrive pas à comprendre et qui semble courant un peu partout: c'est la transposition 1 ton ou 1,5 ton ou 2 tons en dessous (ou au dessus).
Prenez un air en si majeur que Charpentier décrit "dur et plaintif" (d'autres ont ajouté pour le qualifier: colère, jalousie, fureur, délire), vous le transposez 1 ton en dessous: vous obtenez du la majeur. Or que dit Charpentier du la majeur: Joyeux et champêtre! (les mêmes autres ont ajouté: gaité juvénile, confiance en Dieu...)
Avec certaines tonalités, cela peut à peu près fonctionner (ré majeur vers ut majeur), mais avec d'autres c'est une catastrophe (voir ci-dessus).

Moi ça me sidère qu'on puisse changer la tonalité et donc l'atmosphère d'un air parce que M. et Mme le (la) chanteur(se) n'est pas capable de le chanter à cette hauteur (ou bien pour briller un peu plus, quand on le monte un peu)!
Ne serait-il pas mieux qu'au moment de la note fatidique (car c'est souvent sur très peu de notes que ça coince), celle-ci soit abaissée d'une tierce (ou d'autre chose tout en restant dans les harmoniques)? Certes ce sera moins spectaculaire (puisque l'ambitus sera moins grand) mais cela respectera au moins ce que le compositeur a écrit.

Bon! en même temps, j'y connais pas grand chose. :roll:
Ne serait-ce pas un bon fil: pour ou contre les changements de tonalité?
Pour le punir, laissez le vivre...

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 23 mai 2005, 16:16

ElectroCampra a écrit :
tuano a écrit : Il doit évidemment être fait en voix de tête. Si c'est en poitrine, c'est miraculeux et super mais je préfère un contre-fa écrit de tête qu'une note de poitrine plusieurs tons en dessous.
Y a un truc que j'arrive pas à comprendre et qui semble courant un peu partout: c'est la transposition 1 ton ou 1,5 ton ou 2 tons en dessous (ou au dessus).
Prenez un air en si majeur que Charpentier décrit "dur et plaintif" (d'autres ont ajouté pour le qualifier: colère, jalousie, fureur, délire), vous le transposez 1 ton en dessous: vous obtenez du la majeur. Or que dit Charpentier du la majeur: Joyeux et champêtre! (les mêmes autres ont ajouté: gaité juvénile, confiance en Dieu...)
Avec certaines tonalités, cela peut à peu près fonctionner (ré majeur vers ut majeur), mais avec d'autres c'est une catastrophe (voir ci-dessus).

Moi ça me sidère qu'on puisse changer la tonalité et donc l'atmosphère d'un air parce que M. et Mme le (la) chanteur(se) n'est pas capable de le chanter à cette hauteur (ou bien pour briller un peu plus, quand on le monte un peu)!
Ne serait-il pas mieux qu'au moment de la note fatidique (car c'est souvent sur très peu de notes que ça coince), celle-ci soit abaissée d'une tierce (ou d'autre chose tout en restant dans les harmoniques)? Certes ce sera moins spectaculaire (puisque l'ambitus sera moins grand) mais cela respectera au moins ce que le compositeur a écrit.

Bon! en même temps, j'y connais pas grand chose. :roll:
Ne serait-ce pas un bon fil: pour ou contre les changements de tonalité?
Tout à fait d'accord: une pira sans contre-ut mais qui reste en ut restera toujours plus écatante qu'une pira en si mais avec 'aigu éclatant', histoire d'impressionner les foules. Cela dit, pour Puritani, il fallait déjà permettre à l'oeuvre de vivre: sans les transpositions des 'belcantistes' des premières années d'après-guerre, ces oeuvres n'auraient sans doute pas survécues suffisament longtemps pour laisser éclore les ténors rossiniens et belliniens dont nous disposons aujourd'hui, à même d'affronter les tessitures meurtrières des Rubini d'antan.

valery
Ténor
Ténor
Messages : 843
Enregistré le : 13 mars 2003, 00:00

Message par valery » 23 mai 2005, 16:33

Oui, ce n'est pas Callas qui transpose dans la version EMI. C'est Di Stefano qui fait transposer tout le monde, là où il intervient, nuance! Je ne le supporte pas dans ce rôle.
Xavier, tu défends Duval, je comprends bien tes arguments, mais la voix n'est pas ensoleillée comme celle de BigP.

Oh, j'oubliais un magnifique live avec Sutherland et Kraus: San Francisco 1966.

D'ailleurs, quel dommage que les contrats discographiques aient empêché d'avoir des disques studios Sutherland/Gedda ou Sutherland/Kraus! Surtout que Sutherland et Kraus ont souvent chanté ensemble sur scène de 1959 à 1989 (30 ans pile!) et qu'ils s'entendaient bien.

REGRETS ETERNELS!

Avatar du membre
billybudd
Soprano
Soprano
Messages : 56
Enregistré le : 18 mars 2005, 00:00
Localisation : In fernem Land unnahbar euren schritten...

Message par billybudd » 23 mai 2005, 16:48

Friedmund a écrit :
Xavier a écrit :
billybudd a écrit :
muriel a écrit :Gedda le chante aussi en fausset non ? mais c'est très beau.
Il est vrai que Pavarotti change brusquement de sexe en une fraction de seconde, c'est curieux comme impression sonore.
Disons qu'il le fait en falsettone appuyé (je ne sais pas si c'est le terme technique exact, mais au son c'est à peu près ca). c'est à dire qu'il le fait en voix mixte, alors que pavarotti se pince les couilles.
Je suis assez d'accord avec ton explication. Je rajouterai qu'à mon humble avis, le fa de Pavarotti a dû être fait à 3 cm du micro mais que s'il l'avait essayé en salle, ça aurait ressemblé à du Piau-piau* :wink:
Même au disque je trouve ce fa de Pavarotti destructeur. Le changement de voix est radical, la sonorité émaciée et assez laide pour tout dire... Ou bien il aurait fallu que Pavarotti 'amène' le fa, en montant progressivement les aigus préalables en voix de tête. Cela aurait été moins 'cirque' et plus musical. Je préfère de toute façon mille fois Kraus en Arturo à qui que ce soit.
Exactement. Ca tranche au point qu'une oreille un tant soit peu non avertie pourrait croire que c'est une vieille soprano sur le retour qui vient y mettre son grain de sel...
Vieni, vieni fra queste braccia
Amor, delizie e vita
Vieni, vien tel ripeto: t'amo siìììììììììììììììì!
T'amo d'immenso amor!

Avatar du membre
Xavier
Rainbow Maker
Messages : 1062
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : Somewhere over the rainbow
Contact :

Message par Xavier » 23 mai 2005, 16:58

Ceux qui chantent Credeasi misera ont trois options :

1. miracle ou à peu près : un ré bémol sur le premier Un solo istante, l'ira frenate(AAAAAAH) et un fa au même endroit à la reprise (Big lulu, Gedda)

2. j'peux peu mais j'fais tout : deux ré bémol (Kraus)

3. le même mais en plus bas : pas de contre note la première fois mais un ré bémol la seconde (Duval)

X

Avatar du membre
aroldo
Baryton
Baryton
Messages : 1754
Enregistré le : 29 nov. 2004, 00:00

Message par aroldo » 23 mai 2005, 18:22

tuano a écrit :
muriel a écrit :J'ai lu que c'était le seul contre-fa écrit. C'est vrai ?
Tu veux dire, le seul de l'histoire de la musique ?
Il y en a certainement d'autres mais pas dans des opéras entrés au répertoire.



J'en sais rien mais j'ai toujours lu que c'était une erreur de lecture de partition : un ré pris pour un fa par Rubini (ou un autre .... bref un ténor célèbre de l'époque)
l'enlevement de Clarissa a été un des évènements de ma jeunesse.

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 23 mai 2005, 18:25

Je ne trouve pas ça très crédible. Soit le fa ne posait pas problème au ténor et dans ce cas-là, je ne vois pas pourquoi Bellini se serait abstenu d'en écrire au moins un, ou bien c'était déjà inhumain pour le ténor et alors il aurait regardé sa partition attentivement avant d'essayer de battre le record du monde !

malko
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 185
Enregistré le : 03 oct. 2004, 23:00
Contact :

Message par malko » 23 mai 2005, 18:46

C. Merrit ne l'a-il- pas chanté lui aussi (capté d'ailleurs en live) ?
Au reste c'est à lui que je dois, lors d'un lointain concert italien, la plus fantastique note de poitrine entendue (un contre mi je crois) dans un extrait de Tancrède.

Répondre