Page 13 sur 39

Posté : 13 déc. 2006, 00:31
par malko
Certains propos tenus ici sont pitoyables et indignes d'un site consacré à l'art lyrique.
Ce n'est plus seulement Alagna qui est humilié; mais aussi les intervenants naïfs comme moi qui pensaient trouver ici des valeurs communes tel un minimun de respect pour les artistes lyriques.
En fait, c'est les arènes romaines; du pain et des jeux ou peut être bien, le cercle des incosolables artistes ratés...

(Le plus drôle étant que Vienne fera le plein d'odebiens en mars tout comme Orange, cet été)

Posté : 13 déc. 2006, 00:38
par Ruggero
Martine a écrit :Dans l'article paru dans Le Parisien d'aujourd'hui, on peut lire :
"... De son côté, Alain Lanceron, le Directeur d'EMI France, soutient le chanteur "qui a voulu stigmatiser des pratiques d'un autre âge. ..."
Le dossier Alain Lanceron :
modules.php?name=Content&pa=showpage&pid=133

et celui consacré à Alagna :
modules.php?name=Content&pa=showpage&pid=8

Posté : 13 déc. 2006, 00:47
par abaris
malko a écrit :Certains propos tenus ici sont pitoyables et indignes d'un site consacré à l'art lyrique.
Ce n'est plus seulement Alagna qui est humilié; mais aussi les intervenants naïfs comme moi qui pensaient trouver ici des valeurs communes tel un minimun de respect pour les artistes lyriques.
En fait, c'est les arènes romaines; du pain et des jeux ou peut être bien, le cercle des incosolables artistes ratés...

(Le plus drôle étant que Vienne fera le plein d'odebiens en mars tout comme Orange, cet été)
Ce que je trouve sidérant dans ce genre de posts, c'est qu'il n'y a pas un mot sur les autres chanteurs de cette production, eux qui ont été vraiment humiliés par l'attitude d'Alagna, notamment la pauvre Komlosi qui a dû chanter toute seule le duo Amnéris-Radamès. Hallucinant.

Posté : 13 déc. 2006, 00:50
par Ruggero
C'est vrai que c'est au fond ce qu'il y a de plus triste dans cette affaire, le je-m'en-foutisme d'Alagna vis-à-vis de ses collègues.

Posté : 13 déc. 2006, 00:55
par Ruggero
Photos de Palombi en jeans avec Amneris :

http://www.corriere.it/Primo_Piano/Spet ... cala.shtml


:lol: :lol: :lol:

J'imagine la gueule de Zeffirelli en voyant ça au milieu de ses porte-piques enduits de crème brune et empagnés de blanc...
:lol:

Posté : 13 déc. 2006, 01:03
par Ruggero

Posté : 13 déc. 2006, 02:12
par silvio
Merci pour avoir mis ce lien ds ton post...Grâce à ces images on peut mieux se rendre compte à quel point ce public milanais du logione est incorrect et irrespectueux....C'est là bien sur que se trouve la claque mafieuse qui polue cette sale mythique depuis trop longtemps. On peut constater qu'à la fin de son "celeste Aida" sa voix est belle, son aigu (si b) même s'il est trop haut comme d'hab, n'est absolument pas à siffler, ou à conspuer, c'est vraiment n'importe quoi...La video a subi un montage sans doute, ce qui fait que nous ne pouvons pas très bien nous rendre compte de la durée des huées....Même s'il s'en va comme un gamin capricieux, je trouve que ces huées ne sont pas justifiées...Je pensais sincèrement au début de toutes nos remarques au sujet de ce "scandale" qu'il avait raté son air d'entrée, craqué une note ou autre, mais non même pas...
Des huées dès le début alors qu'il n'a rien raté, c'est vraiment louche, très louche même....
Pardonnez moi de prendre partie de cette façon, mais je n'aime pas tellement ces habitudes coutumières de ce théâtre qui permettent de conspuer ces artistes parce qu'ils n'ont pas payé la claque locale ou parce qu'ils ne sont pas des italiens, nès italiens et vivants en Italie..

Posté : 13 déc. 2006, 07:30
par parisfredo
J'ai entendu des artistes dans ce théatre se faire siffler pendant tout un acte mais rester en scène et retourner la situation . L'attitude d'Alagne est inadmissible , c'est une injure au public . Ce manque de courage de la part de la pseudo star de l'art lyrique est une preuve supplémentaire qu'il cherche à masquer sa déchéance vocale .

Posté : 13 déc. 2006, 08:58
par anne75
abaris a écrit :
malko a écrit :Certains propos tenus ici sont pitoyables et indignes d'un site consacré à l'art lyrique.
Ce n'est plus seulement Alagna qui est humilié; mais aussi les intervenants naïfs comme moi qui pensaient trouver ici des valeurs communes tel un minimun de respect pour les artistes lyriques.
En fait, c'est les arènes romaines; du pain et des jeux ou peut être bien, le cercle des incosolables artistes ratés...

(Le plus drôle étant que Vienne fera le plein d'odebiens en mars tout comme Orange, cet été)
Ce que je trouve sidérant dans ce genre de posts, c'est qu'il n'y a pas un mot sur les autres chanteurs de cette production, eux qui ont été vraiment humiliés par l'attitude d'Alagna, notamment la pauvre Komlosi qui a dû chanter toute seule le duo Amnéris-Radamès. Hallucinant.
Je suis bien d'accord avec toi. Par contre, je vais en effet à Orange, mais surtout pour IL TROVATORE avec ou sans Roro !

Posté : 13 déc. 2006, 09:00
par maitreluther
malko a écrit :Certains propos tenus ici sont pitoyables et indignes d'un site consacré à l'art lyrique.Ce n'est plus seulement Alagna qui est humilié; mais aussi les intervenants naïfs comme moi qui pensaient trouver ici des valeurs communes tel un minimun de respect pour les artistes lyriques.
En fait, c'est les arènes romaines; du pain et des jeux ou peut être bien, le cercle des incosolables artistes ratés...

(Le plus drôle étant que Vienne fera le plein d'odebiens en mars tout comme Orange, cet été)
Qu'est-ce qui est digne ou indigne?
Alagna est-il digne de sa réputation de vedette (réputation qu'il s'emploit à créer lui-même) lorsque son sib est au-dessus (comme d'habitude disent certains) donc faux et accompagné d'un vibrato désagréable.
RA est-il digne de l'art qu'il est sencé représenter lorsqu'il abandonne ses collègues?
RA est-il digne lorsqu'il dit que sur les 7 cachets que doit lui verser la Scala 6 sont consacrés au frais d'hotel et que donc il ne chante pas à la Scala pour l'argent?
Il faudrait que ce roitelet déconnecté des réalités sorte de son palais pour voir qu'avec 1 seul de ses cachets certaines familles vivent pendant 1 an.
S'il est à court il n'a qu'a faire comme Marielle dans Les Grands Ducs : une petite quête à la fin du spectacle. Pour la réussir, il faut inspirer la pitié pas être pitoyable.