Appel à solidarité : les anti-Caballé

Les artistes

La voix de Montserrat Caballé...

je la déteste!
5
45%
est banale et sans intérêt
6
55%
 
Nombre total de votes : 11

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 30 juin 2006, 00:58

Polyeucte a écrit : Enfin, je pensais que ce fils parlait de ceux qui n'aiment pas Caballé... hors, tout le monde se rue dessus pour diaboliser nos propos. J'estime pouvoir dire ce que je pense ici, sur un fils que les admirateurs de cette dame peuvent ignorer.
Tout à fait d'accord.

Pour conclure, je tiens à dire que je ne remets pas en cause le fait que ce soit une des grandes sopranos du XXè siècle, mais pour moi, elle n'a rien à voir avec une Callas, une Tebaldi, une Freni ou une L. Price. Ses interprétations ne me touchent pas du tout. Je les trouves molles et sa voix (que certains considèrent comme la plus belle) ne me parait pas si belle que ça.
C'est exactement ce que je pense. (Sauf pour Tebaldi qui m'ennuie mais qui au moins chante avec un plus joli timbre et sans appuis gutturaux).
Vous me dîtes "Caballé dans Verdi"? je réponds Callas et Price, et j'ai beau chercher, je n'entends rien d'intéressant chez Caballé. Sans compter les libertés qu'elle prend avec la partition, dans Aida par exemple : pourquoi ces pianissimi sur les suraigus alors que ça n'est pas dans la partition??? Sinon pour frimer! C'est malhonnête, point.
Vous me dîtes "Caballé dans le belcanto"? et je réponds encore Callas, Callas, Callas, et puis Gencer! et puis plus récemment Rost, et puis tant d'autres!
Vous me dîtes "Caballé dans Puccini", mais quel manque de sensualité!! quelle manque de fraîcheur dans sa Mimi, quelle fadeur dans sa Turandot! Vite, Nilsson! Vite, Gheorghiu (pas dans tout, mais certains rôles lui conviennent à merveille)!
Vous me dîtes "Caballé dans Mozart"? Je ne connais que sa Fiordiligi avec Davis, quel ennui, quel maniérisme, quelle voix qui s'écoute chanter!! Vite, Schwarzkopf! vite, Cuberli (tiens, en voilà une que je n'aimais pas et que je me mets à adorer!)!
et je ne parle pas du répertoire allemand... :roll:
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

paul
Alto
Alto
Messages : 415
Enregistré le : 23 nov. 2004, 00:00
Localisation : Igny (91)
Contact :

Message par paul » 30 juin 2006, 07:29

RuggeroRaimondi a écrit :
C'est la pureté du coup de glotte? C'est peut-être une très grande chanteuse pour ses compétences techniques et pour des lives que je n'ai pas entendus, mais j'ai une tout autre vision de ce en quoi consiste la pureté du timbre.
Il faut faire attention à l'appelation "coup de glotte".... Garcia, grand technicien du chant, parle du coup de glotte comme un élément technique positif qu'il est nécessaire de maîtriser! Pb de définition probablement.... :cry:

Avatar du membre
alagnaflorez
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 174
Enregistré le : 08 déc. 2005, 00:00
Localisation : Suisse romande

Message par alagnaflorez » 30 juin 2006, 20:23

Allez, je viens aussi y mettre mon petit grain de sel dans ce fil!
Le timbre de Caballé n'est pas des plus beaux, en effet, un peu criard, un peu dure, et cela s'est fortement aggravé avec le temps. La voix de mami s'est faite voix de chèvre (ouh la la, je suis quand même un peu dure). Mais il faut que je le dise, j'adore quand même Caballé, surtout dans le Bel Canto, dans Bellini. Quelle facilité, quelle ligne, quel phrasé, quelle musicalité incroyable. Dans Bellini, pour moi, elle est la référence. Oui, dans quelques rôles, elle est mémorable (Elvira, Norma, Aida) mais il y aussi beaucoup de rôles dans lesquelles elle est médiocre, et parfois même désastreuse. Elle a fait ensuite beaucoup de choses, en s'appliquant moins. Comme pour Pavarotti, sa facilité l'a desservie. Et je ne parle pas de son jeu de scène...
E il labbro mio mormorò un'ardente preghiera: Oh Dio ch'ella non sappia mai, non sappia mai, la mia vergogna! Ahimè!

JC87
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 129
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Limoges
Contact :

Vive Caballé !

Message par JC87 » 01 juil. 2006, 13:44

Je trouve le principe même de ce fil navrant. Que l'on n'aime pas Caballé pour des raisons diverses personnelles et par définition subjectives, je le comprends parfaitement mais que l'on recherche des alliances pour le seul plaisir d'en dire du mal ça me renverse. Je ne fais pas partie des thuriféraires de Callas mais franchement il ne me serait pas venu à l'idée de créer un fil juste pour la démolir. C'est mesquin, stupide et puéril et franchement ça ne contribue pas à donner de la légitimité dans leurs autres jugements et commentaires à celui qui en a pris l'initiative et à ceux qui y contribuent. En tous cas merci à tous ceux qui ont défendu Caballé, une voix que j'adore plus que toute autre mais une artiste dont je reconnais bien volontiers les défauts.

Avatar du membre
PaoloAlbiani
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 762
Enregistré le : 05 nov. 2004, 00:00
Contact :

Message par PaoloAlbiani » 01 juil. 2006, 16:23

RuggeroRaimondi a écrit :Vous me dîtes "Caballé dans Verdi"? je réponds Callas et Price, et j'ai beau chercher, je n'entends rien d'intéressant chez Caballé. Sans compter les libertés qu'elle prend avec la partition, dans Aida par exemple : pourquoi ces pianissimi sur les suraigus alors que ça n'est pas dans la partition??? Sinon pour frimer! C'est malhonnête, point.
Tu prends en exemple un rôle dont elle n'a jamais fait un cheval de bataille et qu'elle n'a que peu chanté. Les références verdiennes de Caballé sont ailleurs: Giovanna d'arco, Luisa Miller, Traviata, les deux Léonora, Elisabeth de Valois, les deux Amélia...

Evidement, dans Aïda, Price est une référence.... Comme Callas dans Traviata ou dans Ballo.... mais Caballé dans Luisa Miller ou dans Elisabeth de Valois se hisse à leurs niveaux.... et que dire de son Amélia extatique de Simon ou de sa Giovanna indispensable. Enfin, sa Léonora du Trovatore est une splendeur

Avatar du membre
calbo
Baryton
Baryton
Messages : 1809
Enregistré le : 01 mai 2006, 23:00
Localisation : Poitiers
Contact :

Message par calbo » 01 juil. 2006, 16:29

Et d'ailleurs, pourquoi se baser sur un ou deux rôles alors que Caballé a mené une carrière sur 3 ou 4 décennies et donc endossé de nombreux rôles. C'est comme si on jugeait Raimondi sur un seul rôle quand on sait qu'il en abordé des dizaines.
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto
Non fu mai quel cor capace

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Re: Vive Caballé !

Message par Ruggero » 01 juil. 2006, 23:50

JC87 a écrit :Je trouve le principe même de ce fil navrant. Que l'on n'aime pas Caballé pour des raisons diverses personnelles et par définition subjectives, je le comprends parfaitement mais que l'on recherche des alliances pour le seul plaisir d'en dire du mal ça me renverse. Je ne fais pas partie des thuriféraires de Callas mais franchement il ne me serait pas venu à l'idée de créer un fil juste pour la démolir. C'est mesquin, stupide et puéril et franchement ça ne contribue pas à donner de la légitimité dans leurs autres jugements et commentaires à celui qui en a pris l'initiative et à ceux qui y contribuent. En tous cas merci à tous ceux qui ont défendu Caballé, une voix que j'adore plus que toute autre mais une artiste dont je reconnais bien volontiers les défauts.
On n'est jamais obligé de lire un fil...
Je rappelle encore que, lors du fil sur "les anti-Raimondi", je ne me suis pas mis à publier des réponses méprisantes et inargumentées.

Ce n'est pas pour des raisons "personnelles" (quid?) que je n'aime pas Caballé, il me semble que j'ai suffisamment argumenté pour mériter qu'on me réponde sur des points précis et non par la réaffirmation de ses goûts personnels.
Je ne cherche pas des "alliances", un peu d'humour, tout de même! Je vais organiser un stage d'été pour les odbiens : "j'apprends à manier l'ironie sur les forums" :lol:

Je continue à m'émerveiller de la virulence des réactions dans ce fil. Il y a des réponses argumentées à mes remarques, quelques unes, comme celle de Paolo sur Aida, mais la plupart des réponses consistent bien plutôt en des attitudes outrées devant le sacrilège commis, c'est amusant mais ça ne va pas loin et ça n'apporte pas grand chose.
"mesquin, stupide et puéril" : puéril, je le revendique, je ne me vois pas grandir ; stupide, oui, si l'on lit mes messages sans en comprendre l'ironie ; mesquin, j'espère ne pas l'être dans les argumentations que j'ai développées et que j'ai parfois du mal à trouver chez mes contradicteurs.
:twisted:
Je sens que ce fil va commencer à tourner en rond...
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

Avatar du membre
Ruggero
Basse
Basse
Messages : 4634
Enregistré le : 02 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Ruggero » 01 juil. 2006, 23:56

PaoloAlbiani a écrit :
Tu prends en exemple un rôle dont elle n'a jamais fait un cheval de bataille et qu'elle n'a que peu chanté. Les références verdiennes de Caballé sont ailleurs: Giovanna d'arco, Luisa Miller, Traviata, les deux Léonora, Elisabeth de Valois, les deux Amélia...

Evidement, dans Aïda, Price est une référence.... Comme Callas dans Traviata ou dans Ballo.... mais Caballé dans Luisa Miller ou dans Elisabeth de Valois se hisse à leurs niveaux.... et que dire de son Amélia extatique de Simon ou de sa Giovanna indispensable. Enfin, sa Léonora du Trovatore est une splendeur
et pour les autres compositeurs que j'ai nommés?

C'est vrai que son Elisabetta (Giulini) est pas mal, quand on aime le timbre.
Mais sa Traviata, quelle horreur!! Bon, j'avoue, je n'ai pas le courage de la réécouter pour dire ce que je n'ai pas aimé. :oops:
Pour Léonore du Trouvère, je trouve que ça manque tellement de passion!
L'opéra semble voué à être le dernier refuge du besoin de la beauté artistique en toc.
(Bernard Shaw, 1898)

abaris
Basse
Basse
Messages : 2897
Enregistré le : 08 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par abaris » 02 juil. 2006, 00:07

RuggeroRaimondi a écrit :
C'est vrai que son Elisabetta (Giulini) est pas mal, quand on aime le timbre.
Il s'agit même probablement de la meilleure interprétation fixée au disque..... :wink:

Avatar du membre
PaoloAlbiani
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 762
Enregistré le : 05 nov. 2004, 00:00
Contact :

Re: Vive Caballé !

Message par PaoloAlbiani » 02 juil. 2006, 13:05

RuggeroRaimondi a écrit :Il y a des réponses argumentées à mes remarques, quelques unes, comme celle de Paolo sur Aida
Merci du compliment.
RuggeroRaimondi a écrit :et pour les autres compositeurs que j'ai nommés?
J'y viens...
RuggeroRaimondi a écrit :Vous me dîtes "Caballé dans le belcanto"? et je réponds encore Callas, Callas, Callas, et puis Gencer! et puis plus récemment Rost, et puis tant d'autres!
Evidement, Callas et Gencer sont insurpassables dans certains ouvrages bel cantistes (Anna Bolena, Roberto Devereux, Poliuto...) mais la grande Caballé a laissé des témoignages palpitants dans ces ouvrages: je pense à ses Reines Tudor qui, sans atteindre le niveau de Gencer, sont remarquables d'intensité et d'engagement.

D'autre part, Caballé a contribué a poursuivre la renaissance donizettienne engagée par Callas et Gencer, en interprétant des ouvrages tombés dans un oubli scandaleux: je pense à Parisina Este enregistré en 1974 sous la baguette d'Eve Queler avec Jérome Pruett et Louis Quilico; mais je pense aussi à Gemma di Vergy enregistré le 12 décembre 1975 à Naples lors d'une représentation mémorable avec Casselato Lamberti et Renato Bruson... et enfin à une Caterina Cornaro pris sur le vif à la salle Pleyel le 25 novembre 1973 avec Jaume Aragall. Ces enregistrements sur le vif témoignent d'un engagement vocal intense qui compense un jeu de scène plus que limité.
RuggeroRaimondi a écrit :Vous me dîtes "Caballé dans Puccini", mais quel manque de sensualité!! quelle manque de fraîcheur dans sa Mimi, quelle fadeur dans sa Turandot! Vite, Nilsson! Vite, Gheorghiu (pas dans tout, mais certains rôles lui conviennent à merveille)!
Je t'accorde volontiers que Puccini n'est pas le compositeur qui lui convient le mieux. Passons sur une Mimi assez plâte mais qui nous permet d'entendre en 1974 au Met, le grand Corelli en Rodolfo. Pour Turandot, il me semble que son côté fade ou froid, est plutôt une qualité pour incarner la "Princesse de glâce". Ceci dit, sa Turandot ne me convainc pas plus que ça. je lui préfère de loin la grande Birgit et son timbre glacial et intrinsèquement moins beau que celui de la diva catalane.
RuggeroRaimondi a écrit :Vous me dîtes "Caballé dans Mozart"? Je ne connais que sa Fiordiligi avec Davis, quel ennui, quel maniérisme, quelle voix qui s'écoute chanter!! Vite, Schwarzkopf! vite, Cuberli (tiens, en voilà une que je n'aimais pas et que je me mets à adorer!)!
Je suis d'accord.
RuggeroRaimondi a écrit :et je ne parle pas du répertoire allemand...
Egalement d'accord, sa Salomé n'a aucun intérêt, de même que les quatres derniers lieder de Strauss.

D'un mot, je reviens à Verdi qu'elle a servi avec un applomb et une fougue remarquable. Non seulement, elle a contribué à remettre en haut de l'affiche des ouvrages tombés des affiches: Aroldo, Giovanna d'Arco, il Corsaro (sa Medora est remarquable); mais elle a aussi et surtout défendu les grands ouvrages du Gran Vecchio: Luisa Miller, Traviata, Ballo in Maschera, I vespri siciliani ( quelle Elena...!!!), Don Carlo, La Forza, Il Trovatore, Simone...

Je ne dis pas que toutes ses incursions verdiennes sont mémorables mais certaines sont néanmoins infiniment intéressantes et méritent le respect: je pense notament à ses Elisabeth de Valois (je me répête, je sais... mais bon), à ses Léonora (les deux, je persiste et signe: celle de Trovatore est angélique à souhait et sa voix correspond parfaitement à l'image du personnage dans l'ouvrage), mais aussi à sa Maria/ Amélia de Simon (le live d'Orange peut en témoigner)...

Voilà, j'ai terminé ma profession de foi Caballienne.... Je ne cherche pas à convaincre, mais seulement à défendre une opinion et à, peut être, donner envie aux plus réfractaires de découvrir l'apport énorme de cette immense voix à l'histoire du chant.

Répondre