La Divine aujourd'hui?

Les artistes
Avatar du membre
Tom
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 145
Enregistré le : 28 mai 2004, 23:00
Localisation : Paris

Message par Tom » 29 avr. 2005, 00:58

Ben, c'est-à-dire que si la divine Callas arrivait aujourd'hui, cela veut dire qu'elle n'aurait pas été là dans les années 50-60, et que donc, sans la figure tutellaire qu'elle a été pour de nombreuses chanteuses, le paysage lyrique d'aujourd'hui serait très différent... Question très difficile, donc...

Maintenant si elle revenait dans un paysage lyrique tel que celui d'aujourd'hui? Ben comme ca aurait quand même déja été fait (mettons, par une autre), ça donnerait une chanteuse avec une voix fatiguée, mais un génie théatral certain, une sorte de Delunsch, quoi! Une vie privée dont personne n'a rien à faire et de grandes discussions, entre ceux qui l'ont vue il y a 10 ans et disent "quand même, qu'est-ce que c'etait bien" et d'autres qui disent "oui, mais aujourd'hui, vraiment sa Traviata, ca ressemble plus à rien, vocalement!" et d'autres encore qui disent "Je m'en fous, c'est tellement émouvant, elle a tellement de présence!"

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 29 avr. 2005, 01:37

yves a écrit :écoute - t - on ses enregistrements sans penser à sa vie passionnée, à la femme qu'elle a été?? Comment la mettre en competition avec le présent sans penser à tout cela. :?:
Je trouve assez dévalorisant pour le génie callassien, qu'il soit vocal ou dramatique, de pouvoir penser que ce sont les aspects people du personnage qui font l'essentiel de la légende. D'autant plus que je crois que la plupart des mélomanes se foutent complètement de son histoire avec Onassis... si ce n'est qu'elle a vraisemblablement contribué à abréger significativement sa carrière.

Je ne vois aucune soprano à ce jour qui pourrait prétendre à rivaliser avec Callas, quelle que soit sa vie personnelle... Callas est une personnalité artistique unique, et la compétition est vaine tout simplement parce qu'aucune personnalité n'est encore apparue marquant les esprits et ses rôles avec autant d'intensité.

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 29 avr. 2005, 07:40

Oui, Callas est une personnalité artiqtique unique mais je crois que s'il n'y a effectivement aucune compétition possible, ce n'est pas parce que Callas est la meilleure mais parce que toutes les grandes chanteuses ont aussi une personnalité unique !

L'Isolde de Waltraud Meier n'est-elle pas plus marquante que celle de Callas, par exemple ?

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: La Divine aujourd'hui?

Message par DavidLeMarrec » 29 avr. 2005, 08:27

offenbach a écrit :Je me posais juste la question suivante: si la Divine n'arrivait qu'aujourd'hui, au mileu de tous ces chenteurs-acteurs fabuleux que le mode lyrique actuel nous offre, réussirait-elle toujours à bâtir une légende à son nom comme elle l'a fait? Serait-elle toujours la Divine? Ou alors ne serait-elle qu'une bonne chanteuse-comédienne alla Dessay?
Son jeu est daté (avec ses postures) ; son charisme, non. Il existe des interprétations plus fouillées psychologiquement, c'est bien normal, et l'époque insiste sur ces aspects-là (tant mieux!). Mais l'impact vocal qu'elle devait avoir dans un théâtre devait être phénoménal. Déjà que Delunsch ou Kirchschlager font de l'effet en salle, alors avec son énorme projection...

Je rejoins par là ce que disait Tuano à propos des basses qui ont une dimension supplémentaire en concert. J'ai aussi un grand souvenir de la capacité de Matthias Goerne à envelopper toute une salle dans sa voix, alors qu'au disque, il paraît plutôt engoncé.

David - meunieréveillé

Avatar du membre
yves
Ténor
Ténor
Messages : 573
Enregistré le : 22 déc. 2004, 00:00
Localisation : catalunya nord

Message par yves » 29 avr. 2005, 08:57

Friedmund a écrit :
yves a écrit :écoute - t - on ses enregistrements sans penser à sa vie passionnée, à la femme qu'elle a été?? Comment la mettre en competition avec le présent sans penser à tout cela. :?:
Je trouve assez dévalorisant pour le génie callassien, qu'il soit vocal ou dramatique, de pouvoir penser que ce sont les aspects people du personnage qui font l'essentiel de la légende. D'autant plus que je crois que la plupart des mélomanes se foutent complètement de son histoire avec Onassis... si ce n'est qu'elle a vraisemblablement contribué à abréger significativement sa carrière.

Je ne vois aucune soprano à ce jour qui pourrait prétendre à rivaliser avec Callas, quelle que soit sa vie personnelle... Callas est une personnalité artistique unique, et la compétition est vaine tout simplement parce qu'aucune personnalité n'est encore apparue marquant les esprits et ses rôles avec autant d'intensité.
[/size]

mon propos ne se voulait pas aussi réducteur que cela, déjà par rapport à l'immensité complexe de la femme en question. Certains ne voient callas que comme une "voix, et un jeu dramatique", d'autres la percoivent comme une femme d'un talent immense mais aussi comme une femme pour laquelle un homme sensible au charme feminin, ne peut rester indifferent. L'élégance, c'est pas angela qui la cultive avec son look assez "pouffe", ni dessay avec son look "gamine". C'était une époque qu'il est impossible de transposer aujourd'hui.
Si callas arrivait aujourd'hui, elle ne serait pas "la" callas. Car elle n'aurait pas l'occasion de l'être.
"Dieux et dieux font cloître"
Traité d'arithmétique céleste, 1651, p. 78.

bajazet

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 29 avr. 2005, 10:42

tuano a écrit :Oui, Callas est une personnalité artiqtique unique mais je crois que s'il n'y a effectivement aucune compétition possible, ce n'est pas parce que Callas est la meilleure mais parce que toutes les grandes chanteuses ont aussi une personnalité unique !

L'Isolde de Waltraud Meier n'est-elle pas plus marquante que celle de Callas, par exemple ?
Oui pour le premier point et sans doute pour le second (on ne va pas juger définitivement sur la seule Liebestod)... étant bien dit que je ne veux pas savoir à quoi ressemblerait l'Elvira de Waltraud Meier :D

Mais ce qui fait que Callas est une légende tient à un pouvoir de fascination qui n'était qu'à elle et à personne d'autre au cours du XXème. Et ce pouvoir de fascination est avant tout interprétatif et vocal.

Avatar du membre
licida
Messages : 23
Enregistré le : 26 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par licida » 29 avr. 2005, 10:44

tuano a écrit :
L'Isolde de Waltraud Meier n'est-elle pas plus marquante que celle de Callas, par exemple ?
bon alors je prends la plume(le clavier plutot) pour répondre à cet argument censé prouvé que Callas n'a pas forcément laissé de souvenir impérissable dans tous ses roles, ce qui se défend tout à fait, mais pour Isolde c'est vraiment un exemple injuste!

D'une part, parce que l'on ne possède de son Isolde que deux Liebestod en italien(Dolce e calmo) avec un chef affligeant en 1949 (Arturo Basile) mais une voix énorme que la jeune Maria(26 ans!!!!!) a du mal à nuancer; avec un chef passable en 1957(Antonio Votto) et une voix déjà émoussée qui souffre de cet eternel vibrato, ajoutons qu'en cette date le concert se déroulait à Athènes en plein air au théatre Herode Atticus où elle avait fait ses débuts(plutot stressant comme symbolique pour une diva qui sait que tout le public l'attend au tournant), dans de telles conditions il est donc difficile de la juger; ajoutez à cela quelques photos avec des costumes viellots et voilà tout ce que l'on possede de l'Isolde de Callas!

Dans ces conditions comment la comparer objectivement à celle de Waltraud Meier que j'ai découvert, ébloui, hier même et qui, comme me le disait mon voisin, "a chanté le rôle au nord au sud, à l'est à l'ouest"?!

Mais le cas d'Isolde est cependant interessant pour comprendre le succès de Callas à son époque et meme aujourd'hui: je ne suis pas du tout expert en chant wagnerien mais combien de chanteuses ont abordé Isolde à 24 ans dans un opéra sans doute pas très wagnerien mais aussi célebre en tout cas que La Fenice sous la baguette d'un chef aussi célébre et reconnu en 1947 que Serafin? Une Alexia Cousin n'a t'elle pas fait sensation elle aussi en se lançant dans cette meme voie au début de sa(courte) carriere en déclarant que son modèle était Callas et son destin Isolde et en prouvant qu'elle en avait les moyens(du moins dramatiques; vocalement je ne m'avancerais pas je ne connais pas assez). Meme si pour faire une bonne Isolde il ne suffit pas d'avoir l'age du rôle, c'est meme plutot suicidaire, avouez que cela fait sensation pour une chanteuse de démarrer sa carriere avec le role que touts ses consoeurs n'abordent qu'à leur apogée. De plus quand on écoute le disque de 1949 on se prend tout de meme à rever de l'Isolde qu'elle eu pu devenir(comme pour beaucoup de ses roles de début de carriere) tant la voix est large et puissante (mais pas très nuancée il faut bien le reconnaitre).

Bon voilà je sais pas si j'ai fait avancé le schmilblick mais j'espère au moins qu'on ne lui reprochera plus de n'avoir pas été la meilleure Isolde (comme elle a été la meilleure Norma ou Medea et tant d'autres) car elle n'a tout simplement pas eu l'occasion de pouvoir le devenir.

En tout cas continuez à faire des fils sur Callas j'adore ça!!

tuano
Basse
Basse
Messages : 9357
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 29 avr. 2005, 11:12

Je ne vois pas pourquoi dire que Callas n'est pas forcément la chanteuse la plus marquante dans tous les rôles du répertoire serait un "reproche" à son encontre.

Le fait que Meier ait abordé et chanté autant Isolde relève aussi de l'ordre du défi : c'est un rôle de soprano alors qu'elle est mezzo. Elle est certes plus âgée que Callas alors mais elle est sans doute davantage crédible scéniquement de toute façon.
Friedmund a écrit : Mais ce qui fait que Callas est une légende tient à un pouvoir de fascination qui n'était qu'à elle et à personne d'autre au cours du XXème. Et ce pouvoir de fascination est avant tout interprétatif et vocal.
Oui bien sûr mais Montserrat Caballé dans Joshua, n'est-ce pas proprement miraculeux ? Elisabeth Schwarzkopf dans le Chevalier à la Rose ? Lisa della Casa dans Arabella ?

Je rappelle encore que Callas n'a pas rayonné de manière évidente et péremptoire, elle ne s'est pas imposée facilement. A la Scala, il y avait les anti-Callas (qui vénéraient Tebaldi) et qui lui envoyaient des légumes sur scène au moment des saluts.

Avatar du membre
aladin
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 103
Enregistré le : 11 janv. 2005, 00:00
Contact :

Message par aladin » 29 avr. 2005, 11:22

La fascination qu'exerce Callas lui appartient, lui revient, et est difficilement comparable ou transposable, l'histoire ne se répétant jamais.

Elle a surgi à une époque , l'après guerre où les gens avaient besoin de théâtre, de héros, de vie, de façon exacerbée.

Callas était grecque, passionnée, et sans doute meurtrie aussi par bien des choses. Son parfum d'Orient est pour moi inimitable. On ne fera pas d'elle une actrice "réaliste" ou à tout faire, se pliant à l'esthétique du monde d'aujourd'hui. Le profil délibérément naturel, voire plus sexuellement provoquant des jeunes chanteurs rendraient sa classe, sa pudeur, sa sauvagerie, quelque peu décalées.A quoi bon la comparer à Meier ou à Dessay qui ont eu des contextes culturels si différents et n'aspirent pas aux même statut d'ailleurs( on n'aurait pas pu filmer Callas faisant du vélo et buvant de la bière, ou prenant le petit déjeuner avec ses enfants)

Elle avait d'ailleurs repoussé fermement les propositions de rôles Straussiens car elle les trouvait trop terre à terre, crûs, sans l'aura de rêve, de mystère dont elle avait besoin. Elle savait quel écrin lui convenait, le "bel Canto" et les personnages nimbés de poésie.Callas était une actrice naturelle, poétique, et faite pour le sublime.
On ne demanderait pas à Garbo de jouer du Botho Strauss.


Comme le disait Galina Visnhnievskaya, dans les pays totalitaires, on chante parce qu'on étouffe si on le fait pas, c'est un élan vital. Peut-être que cette génération de grands chanteurs brûlaient de quelque chose qui tient aussi à leur époque, à la guerre, qu'ils ont connu.

Aujourd'hui il n'y aurait pas la même place pour elle tout simplement parce que le monde a changé, on ne rend plus de culte aux divinités, on a autre chose à faire et peut-être n'est ce pas un mal! Les stars d''aujourd'hui sont perdues dans une masse énorme d'autres chanteurs. Te Kanawa disait qu'elle ne pourrait pas être une star aujourd'hui car il y avait trop de chanteurs. Et puis le marché du classique étant ce qu'il est aujourd'hui....

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 29 avr. 2005, 11:26

tuano a écrit :Elle est certes plus âgée que Callas alors mais elle est sans doute davantage crédible scéniquement de toute façon.
Etant donné le souvenir que laisse Callas à ceux qui l'ont vu en scène, c'est une hypothèse audacieuse... Vain débat auquel nous n'aurons pas la réponse de tout de façon.
tuano a écrit :Oui bien sûr mais Montserrat Caballé dans Joshua, n'est-ce pas proprement miraculeux ? Elisabeth Schwarzkopf dans le Chevalier à la Rose ? Lisa della Casa dans Arabella ?
Miraculeux sans doute, mais pas au point de forger une légende, puisque c'est bien de cela dont on parle. Par ailleurs, Callas a été miraculeuse dans une dizaine de rôles ce qui fait sa spécificité (nous avons déjà eu cette discussion sur le fil Callas précédent).

Quels que soient les mérites de Montsy et des deux éminentes straussiennes que tu as citées, Callas avait quelque chose qu'elles n'avaient pas: étreindre et fasciner dès les premières notes tout un auditoire, y compris de ceux pour qui l'opéra n'est pas coutumier. Je crois que la légende est surtout née de là.
tuano a écrit : Je rappelle encore que Callas n'a pas rayonné de manière évidente et péremptoire, elle ne s'est pas imposée facilement.
Pour peu qu'ouvrir la Scala 5 ans après ses débuts en Italie, et multiplier les ouvertures de saison les années suivantes ne soit rien. Et toutes ces soirées furent très largement triomphales, claques pro-tebaldiennes ou pas.

Répondre