LUMINEUSE ELISABETH GRÜMMER

Les artistes
Avatar du membre
phenix
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 106
Enregistré le : 27 déc. 2004, 00:00

Message par phenix » 02 mars 2005, 17:20

Tiens nous au courant. :wink:

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 04 mars 2005, 22:30

Réécouté il y a quelques jours, le duo d'Otello Schock-Grummer. Dieux que c'est beau! Malgré l'allemand, je ne crois jamais avoir entendu ce duo si bien chanté, et un Otello aussi musical.

Avatar du membre
tristan
Ténor
Ténor
Messages : 578
Enregistré le : 22 mai 2004, 23:00
Localisation : paris
Contact :

son récital ORFEO...

Message par tristan » 04 mars 2005, 23:01

.....renferme, pour moi, un trésor:
Ses FRAUEN LIEBE UND LEBEN ,modèles de simplicité ,de féminité parfaite et d' émotion!
Vos posts m' ont donné envie de réentendre son cd TESTAMENT:il est vrai que ses SCHUBERT sont miraculeux ,comme un rêve éveillé !
Quant au duo d' OTELLO , il est ,quoique "exotique",vraiment intéressant
par son charme purement mélodique.....qui nous change de performances plus....athlétiques!
Un des IMMENSES BIENFAITS d' ODB, c' est que les amis nous donnent envie de redécouvrir des trésors enfouis au fin fond de nos discothèques, sinon de nos coeurs!

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 15 juil. 2005, 15:22

À paraître en France à la fin juillet, une anthologie Grümmer (live et radio) que certains d'entre vous ont peut-être déjà, et dont je rappelle le contenu pour les autres :

¶ Così : "Come scoglio" (1953)
¶ Noces : "Dove sono" et duo de la lettre avec Güden (en allemand) (1951)
¶ Freischutz : "Und ob die Wolke" (1954) et duo avec Lisa Otto (1951)
¶ Tannhäuser : "Dich teure Halle" (1953)
¶ Meistersinger : "Ja, ihr seid es ! Ja du bist es !" avec Peter Anders (1951)
¶ Dame de pique : air de la Neva (en allemand) (1946)
¶ Contes d'Hoffmann : duo "C'est une chanson d'amour" avec W. Ludwig (1951)

¶ Lieder avec piano (1953) :
? Schumann: Die Soldatenbraut, Der Page, Wifmund, Der Nußbaum, Volksliedchen.
? Wolf (SUBLIMES) : Ach des Knaben Augen, Führ mich Kind nach Bethlehem, Schlafendes Jesuskind, Auf eine Christblume.

1 CD Melodram, collection "25 unforgettable voices", n° 3 (distr. Abeille).

Zelenka
Ténor
Ténor
Messages : 504
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00

Message par Zelenka » 15 juil. 2005, 17:11

Merci Bajazet pour cette bonne nouvelle. Est-ce que quelqu'un sait si E. Grummer a enregistré die vier letzten Lieder de Strauss ?
Merci par avance.

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 15 juil. 2005, 17:14

Vier letzte Lieder par Grümmer : il existe un enregistrement radio à Berlin en 1970, dir. Richard Kraus. Melodram l'avait publié en CD.

On le trouve aujourd'hui dans un splendide coffret chez Gala (GL 100. 554) avec diverses prises berlinoises et munichoises de lieder (Mozart, Schubert, Schumann, Brahms, Wolf, Reger, Strauss). On y entend une rareté de Strauss : les Hymnes de Hölderlin, que Mattila avait enregistrés avec Abbado.

P.S. J'en profite pour signaler la parution chez Relief d'une Carmen en allemand, dirigée par Jochum, où Grümmer chante Micaela.

Avatar du membre
MarshallinWerdenberg
Messages : 42
Enregistré le : 23 mars 2005, 00:00
Contact :

Message par MarshallinWerdenberg » 15 juil. 2005, 17:25

Oui Zelenka!
Il existe une version des Vier letzte Lieder par Elisabeth Grümmer; il s'agit d'un concert de 1970 dirigé par Richard Kraus à la tête du Berliner Sinfonie Orchester (donc en toute fin de carrière pour elle qui était née en 1911), et l'enregistrement est disponible sur le double CD Gala intitulé Concerts de Berlin et de Munich (référence GL 100.554). C'est du Grümmer, donc comme toujours proche de la perfection: solaire, élégant, qui "seul au coeur arrive"...
Le seul minuscule bémol reste la date tardive de l'enregistrement, elle qui a gardé sa voix INTACTE très longtemps (l'enregistrement le plus tardif que je connaisse hormis celui-ci date de 1965, la voix toujours à son zénith!), et c'est vrai que l'on sent sur trois ou quatre notes l'usure du temps... Mais globalement, cela reste une excellente version.
NB: les tempi sont plutôt rapides...
Bien à vous, Zelenka,
Die Feldmarshallin, Prinzesin Werdenberg

"Und in dem Wie, da liegt der ganze Unterschied"

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 15 juil. 2005, 17:29

Allez, tant que nous y sommes ?

qui a entendu la Maréchale de Grümmer, dans l'intégrale publiée par Gala, avec Greindl et Kerstin Meyer, dir. Varviso ?

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 15 juil. 2005, 17:44

MarshallinWerdenberg a écrit :Le seul minuscule bémol reste la date tardive de l'enregistrement, elle qui a gardé sa voix INTACTE très longtemps (l'enregistrement le plus tardif que je connaisse hormis celui-ci date de 1965, la voix toujours à son zénith!), et c'est vrai que l'on sent sur trois ou quatre notes l'usure du temps...
Certo, mais l'émotion est palpable tout du long, et Im Abendrot est bouleversant. Et puis Grümmer dans n'importe quoi, à n'importe quelle date, qui ne serait pas preneur? :wink:

Avatar du membre
MarshallinWerdenberg
Messages : 42
Enregistré le : 23 mars 2005, 00:00
Contact :

Message par MarshallinWerdenberg » 15 juil. 2005, 18:13

Je crois que c'est dans le coffret des Introuvables du Chant mozartien chez EMI, mais il existe une "Come scoglio" par Grümmer de toute beauté, le plus parfait en tout cas qu'il m'ait été donné d'entendre; est-ce trop rêver que de songer à une intégrale de l'opéra???
Même chose en ce qui concerne le Capriccio de Strauss; j'en ai vu des photos, mais quelqu'un pourrait-il me renseigner sur l'existence éventuelle d'une version interprêtée par Grümmer? (au moins la scène finale suffirait à me combler...).
Bien à vous,
Die Feldmarshallin, Prinzesin Werdenberg

"Und in dem Wie, da liegt der ganze Unterschied"

Répondre