LUMINEUSE ELISABETH GRÜMMER

Les artistes
Répondre
Avatar du membre
lyricomaniaque
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 197
Enregistré le : 16 févr. 2004, 00:00

LUMINEUSE ELISABETH GRÜMMER

Message par lyricomaniaque » 24 févr. 2005, 08:59

Suite aux propositions faites dans le cadre du sujet sur Astrid-la-fatale, j'ouvre le feu crépitant sur Elisabeth, la lumière vocale faite cantatrice.

Grümmer, c'est pour moi ce frémissement, cette émotion légère, discrète, mais profonde et qui sait prendre d'un coup d'un seul la couleur du diamant le plus noir ; c'est le velours mêlé à des javelots scintillants ; c'est aussi une probité artistique sans tapage, un regard sur les partitions baigné de respect pour l'auteur et plein de vie ; c'est aussi un regard !

Je voudrais évoquer tout d'abord le "Don Giovanni" filmé de Fricsay (que l'on peut trouver sur certains sites...) : elle avait annulé une partie des représentations et ne souhaitait pas être filmée... mais a accepté sous la pression des responsables de la captation : elle est tout simplement prodigieuse, ne ratant pas une note, engagée dramatiquement, et avec, bonheur suprême, le sourire qui irradie son visage à la fin de "Non mi dir" : un bonheur de tous les instants !

Mais on peut retrouver son portrait de Anna à plusieurs reprises - Mitropoulos 56 demeurant pour moi la meilleure bande, avec sur "la chied'il tuo cor" une tenue de souffle qu'elle n'a ni avant ni après !!!Et quel plateau ! quelle tension !!! quel chef !!!!

Fiordiligi n'existe qu'en extraits, mais on peut à présent profiter en CD de sa merveilleuse Pamina avec Solti ( Gala) où elle émerge au milieu d'un plateau inégal.

Mais plus encore que Pamina, c'est la Contessa qui représente à mes yeux, avec Anna, son plus beau rôle mozartien : Walhala a publié une intégrale en allemand dirigée par Fricsay QUE JE N'HÉSITE PAS À PLACER DANS LES 4 OU 5 MEILLEURES INTÉGRALES ! Kunz est mieux que chez Karajan, Güden meilleure que chez Kleiber, Schöffler est satisfaisant, Schlemm étonnante et Grümmer... est l'ABSOLUE PERFECTION, avec une tenue et une retenue d'une classe patricienne, et une fin de "Dove sono" qui est l'exact équilibre mozartien : ligne et expansion : un véritable feu d'artifice, avec des aigus qui jaillissent comme des bombes !!! Jouissif, vraiment ! Quant à Fricsay, il remet les pendules à l'heure : on n'a attendu aucun chef "baroque" pour imposer des tempi frénétiques à la "folle journée", le tout avec un équilibre et une maîtrise qui leur sont bien supérieures. Un bonheur de tous les instants. Une intégrale en italien fait déjà beaucoup de buit et sort en France chez Ponto... à suivre !

Grümmer, c'est Agathe, aussi, avec la même force d'évidence : Keilberth, Furt, mais, à mes yeux, encore plus chez Kleiber père, avec un plateau vraiment enivrant - dont l'incroyable Proebstl qui fait de "Schweig" un morceau de pure virtuosité électrique ! Le "Und ob die Wolke" de cet enregistrement doit figurer dans une anthologie du beau chant céleste digne de ce nom : peut-être un des 10 plus grands moments musicaux jamais enregistrés...

Pour le réperoire wagnérien, Grümmer, c'est Elsa, bien sûr. Plus que l'intégrale de studio un peu tardive, je recommande chaudement Matacic 59 chez Golden Melodram (CD) : Konya + Blanc + Gorr + Grümmer + Crass + Wächter !!! Elisabeth est d'une liquidité stupéfiante, mais surtout est véritablement déchaînée (le diamant noir !) dans son affrontement du II - finale face à Ortrud devant l'assemblée. Quelle explosion !!!! L'"oiseau blessé" que conspuait tellement Silja - laquelle n'avait pas digéré d'être rejetée à son profit : bravo le respect artistique ! - devient fauve, puis redevient meurtri. Inoubliable.

Il vient de sortir des extraits de "Meistersinger" dirigés par Beecham : dès que je les aurai j'en ferai part, à moins qu'un autre ODBien ne les ait déjà !!!

Il paraît qu'il faut se jeter sur le coffret Gala, avec des Quatre derniers Lieder de Strauss à tomber par terre...

En tout cas, Elisabeth Grümmer, c'est le chant lumière impérissable !

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21014
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 24 févr. 2005, 09:47

Je souscris tout à fait au post très inspiré de Lyrico, à l'enthousiasme communicatif.

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 24 févr. 2005, 11:30

J'opine du bonnet, également !

Le chant de Grümmer rayonne non seulement de perfection vocale mais d'humanité, et même (osons le dire) de spiritualité : voir son Agathe, par exemple. J'approuve absolument les réflexions de Lyricomaniaque sur son Elsa de Bayreuth !
Fischer-Dieskau la citait comme modèle de diction allemande, sans que la fluidité et le moelleux du chant en souffrent.

Est sorti récemment un Rosenkavalier live de Berlin, où elle chante la Maréchale (et non Oktavian comme dans les extraits xhez EMI avec Rysanek). Qui a entendu ce live ?

Je me permets d'ajouter quelques enregistrements de lied ou d'oratorio:

En premier lieu, la compilation Testament, avec des Schubert et des Brahms fabuleux : qui chante comme elle "Auf dem Wasser zu singen"?

Chez Orfeo, un album Mendelssohn, Schoeck, Wolf, plus Frauenliebe und Leben.

Un récent album chez Melodram regroupe airs d'opéras et lieder de Schumann et Wolf: admirable de bout en bout.

Pour l'oratorio, je mettrai au premier plan deux disques EMI: son Requiem allemand de Brahms, avec Kempe (à mon sens, le plus beau "Ihr habt nun Traurigkeit" enregistré); et l'extraordinaire Passion selon saint Jean de Bach dirigée par Forster, avec (excusez du peu) Wunderlich, Fischer-Dieskau, Josef Traxel et Christa Ludwig.

P.S. Le Don Giovanni filmé n'est-il pas plutôt dirigé par Furtwängler ?
Les Quatre derniers lieder proposés par le coffret Gala sont d'autant plus étonnants qu'ils datent je crois de 1970 !

Avatar du membre
Rameau
Baryton
Baryton
Messages : 1810
Enregistré le : 12 oct. 2003, 23:00
Contact :

Message par Rameau » 24 févr. 2005, 11:40

J'aime aussi beaucoup cette chanteuse, et j'ajouterais à cette liste l'Idomeneo de Mozart, dirigé lui aussi par Fricsay (Salzbourg 1961; DG/Festspieldokumente) avec un instinct dramatique étonnant (cf. par exemple l'intégration des danses à des fins théâtrales). Grümmer fait une petite erreur en entrant quelques secondes trop tôt dans Tutte nel cor (oui, car Grümmer chante Elettra, pas Ilia). On peut être gêné par l'option à deux ténors (Kmentt et Haefliger, pour être précis), mais ça mérite vraiment d'être écouté. Grümmer elle-même dresse un portrait complet d'Elettra, prenant en compte à la fois la tendresse et la violence de son personnage.

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 24 févr. 2005, 11:45

Entièrement d'accord.
La direction de Fricsay est un modèle, et Grümmer, dans une sorte de contre-emploi, est stupéfiante. Et Lorengar n'est pas mal en Ilia ...

Avatar du membre
lyricomaniaque
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 197
Enregistré le : 16 févr. 2004, 00:00

Message par lyricomaniaque » 24 févr. 2005, 11:57

Quelques oublis impardonnables, en effet.

L'Elettra est d'une majesté de timbre unique, Fricsay à nouveu fabuleux... Certes, Kmentt est sommaire à pleurer, mais Lorengar et Haefliger méritent le détour. Grümmer rentre trop tôt dans "Tutte nel cor" mais réussit en doublant la phrase d'entrée à retomber dans le tempo !!!! Et TOUS les apsects vocaux et psychologiques du rôle y sont : qui réussit l'entrée + "soave zeffiri" + "D'Oreste" ??? Dans le premier, en dépit d'un garve sourd, elle s'engage avec véhémence ; dans le troisième air elle libère toute la sauvagerie métallique de sa voix, et dans le second, elle file des phrases legato avec spiritualité.

Autre oubli : le "Rosenkavalier" : je l'ai reçu avant-hier et ne l'ai pas encore écouté... Avec Meyer (Kerstin), Otto et Varviso, on peut miser dessus, tout de même !

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21014
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 24 févr. 2005, 12:07

bajazet a écrit :Entièrement d'accord.
La direction de Fricsay est un modèle, et Grümmer, dans une sorte de contre-emploi, est stupéfiante. Et Lorengar n'est pas mal en Ilia ...
Un peu teuton mais très bon.

Ultime précision: c'était le 26 juillet 1961 et je l'ai en coffret 33t Melodram.
Peut-être existe-t-il une réédition CD...

Avatar du membre
lyricomaniaque
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 197
Enregistré le : 16 févr. 2004, 00:00

Message par lyricomaniaque » 24 févr. 2005, 12:09

Je possède l'"Idomeneo" en coffret CD "DG Festspiel Dokumente". Il a donc bien été réédité.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21014
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 24 févr. 2005, 13:30

Beaucoup de raretés in vivo dans un coffret de deux 33t chez Melodram:
Der Freischütz avec Furtwängler Salzbourg 1954, puis avec A. Rother (Berlin 1951),
Meistersinger (Beecham, 1951), avec H. Hotter, P. Anders !!
Dame de Pique (Berlin, 1946),
Contes d'Hoffmann (Berlin, 1951),
Des Scènes de Faust avec DFD (1956), d'autres Schubert, des Wolf, des Schumann (1953 et 1956)
Des Nozze avec H. Güden dir. Fricsay (Cologne, 1951)

Avatar du membre
lyricomaniaque
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 197
Enregistré le : 16 févr. 2004, 00:00

Message par lyricomaniaque » 24 févr. 2005, 13:36

Autre oubli (!) : la "Dame de Pique" disponible en CD chez Gala. Schock y est flamboyant (rajoutant tout le long de la partition des aigus...) et Grümmer assume cette tessiture tendue avec facilité et le frémissement attendu. Son grand air dans la dernière partie est le meilleur que je connaisse : jamais elle ne donne la sensation de crier !!! Et quelle pudeur ! Les autres sont honorables. Deux précisions : c'est en allemant et c'est très réduit : mais pour qui aime l'oeuvre, c'est indispensable !

Les "Meistersinger" sont publiés ce mois-ci en CD (toujours en extraits).

Le "Freischütz" vient d'être réédité en CD mais dons un son annoncé parfait (bande "stéréo" annonce-t-on même sur la pochette !!!). MMe Furt cautionne (elle a donné la bande !)... qui l'a acheté ?

Répondre