le public des scènes lyriques aujourd'hui

Quiz's, sondages & Co.
Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14137
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 20 août 2007, 22:24

tuano a écrit :Le glass harmonica était (très) présent dans l'orchestre mais au moment de la cadence, habituellement un duo avec flûte obligée (vraisemblablement non écrit par Donizetti), Natalie Dessay préfère chanter entièrement seule, a cappella.

Se reporter au fil de discussion sur les représentations...
Et elle en a profité pour faire des variations de son cru ... sans aigus piqués (sa faiblesse actuelle depuis son retour).

Mais nous sommes totalement hors sujet ...

Pour celui-ci, le plus simple est de se référer à l'excellent bouquin "L'Opéra de Paris : Gouverner une grande institution culturelle", mine d'informations fiables, plutôt que d'aller à la pêche dans des forums 8)

musetta
Alto
Alto
Messages : 318
Enregistré le : 21 juil. 2005, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par musetta » 21 août 2007, 09:39

adecambrai a écrit : on ne s'embrasse avec passion, briquet en l'air, pendant "Ella giammai m'amo"
Si si si, à Vérone, entre autres. On chante et on siffle les grands airs aussi. Et on téléphone à ses copains ou on leur envoie des SMS pour partager ce bon moment.
Que du bonheur pour les voisins!

Avatar du membre
adecambrai
Alto
Alto
Messages : 412
Enregistré le : 07 nov. 2006, 00:00

Message par adecambrai » 21 août 2007, 10:09

musetta a écrit :
adecambrai a écrit : on ne s'embrasse avec passion, briquet en l'air, pendant "Ella giammai m'amo"
Si si si, à Vérone, entre autres. On chante et on siffle les grands airs aussi. Et on téléphone à ses copains ou on leur envoie des SMS pour partager ce bon moment.
Que du bonheur pour les voisins!
Cette chaleureuse ambiance me donne envie d'aller m'y mêler ! J'espère qu'on peut crier "Ouais" pendant les pianissimi, sinon c'est pas drôle ! :evil:

Avatar du membre
undamaris
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 163
Enregistré le : 01 mai 2007, 23:00

Re: publics

Message par undamaris » 21 août 2007, 10:57

JdeB a écrit :
mc06 a écrit : En fréquentant les salles parisiennes , j'ai tout de même constaté que la part de jeune public (- 35 ans) était beaucoup plus élévée qu'à Nice ( la présence de jeunes y est dérisoire alors qu'il existe une politique envers le jeune public : Opéra junior , Campus en Musique ) ;
oui, je le confirme, c'est un phénomène parisien.
Remarque hors sujet et méchante (mais qui explique peut-être cela...) : à Nice, dans les rues aussi on cherche les jeunes...

tuano
Basse
Basse
Messages : 9358
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 21 août 2007, 11:00

Pour renouveler le public, est-ce plus adéquat de s'adresser aux jeunes ou bien au personnes de 30-40 ans ?

Si on ne fait rien, est-ce qu'il n'y aura plus de public d'opéra ?

Il n'y a jamais eu autant de salles d'opéra en activité et c'est souvent plein. Y a-t-il vraiment un désintérêt pour l'opéra ou ne serait-ce pas plutôt l'inverse ? Quand j'ai voulu acheter une place pour la première de la Traviata au guichet, j'ai été très étonné qu'on me dise que c'était complet et qu'il ne restait plus une seule place même aveugle. A Garnier ??

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21012
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 21 août 2007, 11:04

tuano a écrit : Il n'y a jamais eu autant de salles d'opéra en activité.
tu veux dire à Paris. Parce que sur un plan général, c'est archi faux (surtout dans les provinces françaises et en Italie)

Il faut toujours garder à l'idée que ce qui se passe à Paris est très spécifique et n'est pas du tout généralisable.

En Italie, la Scala est toujours pleine pour les spectacles en italien, mais ailleurs ?? Même à Rome et à Venise, on assiste à une évolution très préoccupante.

En Espagne par contre, on constate un véritable renouveau avec un Teatro Real qui a atteint son rythme de croisière et un Opéra de Valencia qui prend un bel essor. Longtemps, il n'y a eu que le Liceo et un quasi désert.
Mais il s'agit plus d'un retard peu à peu comblé. L'offre reste sensiblemnt inférieure à ce qu'on propose en France.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

tuano
Basse
Basse
Messages : 9358
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 21 août 2007, 11:20

donc les Parisiens sont beaucoup plus mélomanes que les Provinciaux et les italiens ?... :?:

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21012
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 21 août 2007, 11:23

tuano a écrit :donc les Parisiens sont beaucoup plus mélomanes que les Provinciaux et les italiens ?... :?:
on peut être très mélomanes et ne pas sortir souvent à l'opéra.

L'offre lyrique en province et en Italie décline fortement et le public vieilli beaucoup.
C'est l'inverse à Paris.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

tuano
Basse
Basse
Messages : 9358
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 21 août 2007, 11:33

L'offre n'est-elle pas surtout fonction des décideurs politiques plutôt que de la curiosité du public ? Une question de priorité dans les financements... D'ailleurs l'opéra est plus financé pour son côté prestigieux que par amour de la musique. Mitterrand a fait beaucoup pour l'Opéra de Paris, Chirac pour le Châtelet mais aucun n'était mélomane ni n'a mené d'action pour favoriser l'écoute ou la pratique de la musique dans le système éducatif.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21012
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 21 août 2007, 11:39

tuano a écrit :L'offre n'est-elle pas surtout fonction des décideurs politiques plutôt que de la curiosité du public ? Une question de priorité dans les financements... D'ailleurs l'opéra est plus financé pour son côté prestigieux que par amour de la musique. Mitterrand a fait beaucoup pour l'Opéra de Paris, Chirac pour le Châtelet mais aucun n'était mélomane ni n'a mené d'action pour favoriser l'écoute ou la pratique de la musique dans le système éducatif.
Tout à fait d'accord.

N'oublions pas qu'à Bastille, F. Mitterrand n'a assisté qu'à la soirée d'inauguration, au dernier acte d'un Otello avec Domingo et à un concert de C. Trenet...

Quant à J. Chirac, il a remis la médaille de la Ville de Paris à une illustre cantatrice qu'il a désignée 11 fois dans son discours sous le nom de Montserrat Caballeros (olé !)
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre