Page 2 sur 2

Posté : 20 nov. 2006, 19:18
par tuano
Ruggero a écrit :et tu as acheté le Don Carlo de Karajan parce que Gruberova avait aussi ce rôle?
c'est sûr que la présence de Gruberova m'a davantage motivée que celle de Raimondi en Grand Inquisiteur mais il se trouve qu'elle ne chante pas la Voix du Ciel (tu confonds avec Barbara Hendricks !), elle a un rôle évidemment beaucoup plus important : Tebaldo. J'adore sa manière d'annoncer l'arrivée du Roi !

J'aime beaucoup Karajan et que je suis fan de Carreras et de Baltsa, j'aurais donc acheté ce coffret de toute façon.

Posté : 20 nov. 2006, 20:50
par Faro
Ruggero a écrit : Gudrun, mon cher, Gudrun!

Mais je te rejoins sur tes choix, en tout cas!

Oui, effectivement, mea maxima culpa! :oops: Gutrune!

Posté : 02 janv. 2007, 19:46
par silvio
tuano a écrit :
Ruggero a écrit :et tu as acheté le Don Carlo de Karajan parce que Gruberova avait aussi ce rôle?
c'est sûr que la présence de Gruberova m'a davantage motivée que celle de Raimondi en Grand Inquisiteur mais il se trouve qu'elle ne chante pas la Voix du Ciel (tu confonds avec Barbara Hendricks !), elle a un rôle évidemment beaucoup plus important : Tebaldo. J'adore sa manière d'annoncer l'arrivée du Roi !

J'aime beaucoup Karajan et que je suis fan de Carreras et de Baltsa, j'aurais donc acheté ce coffret de toute façon.
Et pour moi c'est la meilleure version en 4 actes....
Les hoeurs, l'orchesre et les solistes sont absolument fabuleux...Cppuccilli, Freni, Ghiaurov, Carreras, Baltsa, quel casting !!!!

Re: La plus belle voix enregistrée

Posté : 02 janv. 2007, 22:09
par Bil
tuano a écrit : quels morceaux enregistrés au disque ou en DVD vous ont donné l'impression de perfection esthétique... Des moments divins où on a l'impression d'entendre la plus belle voix du monde.
Elina Garanca dans son 1er air dans Bajazet de Vivaldi. Cet air particulier chanté par Garanca me fait l'effet d'atteindre la perfection esthétique.

Posté : 03 janv. 2007, 09:07
par Polyeucte
silvio a écrit : Et pour moi c'est la meilleure version en 4 actes....
Les hoeurs, l'orchesre et les solistes sont absolument fabuleux...Cppuccilli, Freni, Ghiaurov, Carreras, Baltsa, quel casting !!!!
Si les chanteurs sont en effets parfaits, la direction est pour moi un sommet d'horreur par sa lourdeur!

Posté : 03 janv. 2007, 10:13
par adecambrai
Polyeucte a écrit :
silvio a écrit : Et pour moi c'est la meilleure version en 4 actes....
Les hoeurs, l'orchesre et les solistes sont absolument fabuleux...Cppuccilli, Freni, Ghiaurov, Carreras, Baltsa, quel casting !!!!
Si les chanteurs sont en effets parfaits, la direction est pour moi un sommet d'horreur par sa lourdeur!
C'est la version dirigée par Karajan ? Ce que j'en ai entendu n'était pas si mauvais. Avec Ghiaurov et Cappuccilli il y a également une version dirigée par C.Abbado et je crois une autre dirigée par G.Prêtre.

Posté : 06 janv. 2007, 17:39
par Batone
silvio a écrit : Et pour moi c'est la meilleure version en 4 actes....
Les choeurs, l'orchesre et les solistes sont absolument fabuleux...Cappuccilli, Freni, Ghiaurov, Carreras, Baltsa, quel casting !!!!
Et Gruberova, Van Dam, Raimondi, Hendricks...

Posté : 06 janv. 2007, 18:00
par silvio
Ben pardon, justement ceux que tu cites, c'est pas eux qui m'ont fait aimer cette version....sorry

Posté : 06 janv. 2007, 18:49
par silvio
Et pour répondre à Polyeucte sur la lourdeur de la direction de Karajan ds sa version de Don Carlo, ça n'est absolument pas lourd c'est grandiose, les cordes chantent comme jamais (le début du dernier air d'Elisabetta, dernier acte) la dynamique est respectée les forte sont fortissimo et les piani pianissimo, c'est exactement ce que j'aime ds cette version, les contrastes et toutes ces nuances que peu ont réussi à faire sur toute la longueur avec en plus de merveillex chanteurs....
La version Solti est géniale, mais les chanteurs!!!!
La version Giulini est très belle égalmeent mais sans atteinre cellede Karajan

Posté : 06 juin 2007, 01:56
par baritono
Pour moi le plus bel enregistrement vocal, c'est un récital en live de Dietrich Fischer-Dieskau avec Gerald Moore au piano à Salzburg en 1957, en mono, dans un programme Schubert inégalé d'intelligence, de perfection vocale, de diction, d'affect...
Ça commence par Dem Unendlichen et ça finit par Abschied.
Tout simplement unique et somptueux !