Le meilleur candidat ODB à la succession de Gérard Mortier

Quiz's, sondages & Co.
Répondre

Qui ici serait votre candidat préféré pour devenir le prochain directeur de l'Opéra National de Paris ?

Christopher
2
5%
Martine
2
5%
JdeB/EdeB
5
13%
Ruggero
5
13%
Catherine
3
8%
PlacidoCarrerotti
4
10%
GiuliaGrisi
1
3%
Tuano
3
8%
Vous-même si vous n'avez pas été cité
11
28%
autre réponse
3
8%
 
Nombre total de votes : 39

palamede

Message par palamede » 20 oct. 2009, 15:50

Rameau a écrit : Quand Strehler a travaillé ses Noces, il a répété, avec toute sa passion, avec sa capacité d'adapter son travail aux artistes avec lesquels il travaillait : c'est impossible à reprendre
Teresa Berganza regrettait d'ailleurs que Strehler ne soit pas revenu quand elle a chanté Cherubino à Garnier car "sans doute aurait-il modifié ses indications scéniques, forcément très différentes de ce qu'il avait conçu pour Frederica von Stade".

Avatar du membre
Rameau
Baryton
Baryton
Messages : 1810
Enregistré le : 12 oct. 2003, 23:00
Contact :

Message par Rameau » 20 oct. 2009, 15:53

Mais je trouve que l'usage est en train de changer: on parle de plus en plus de musique du XXe siècle là où on parlait de contemporain autrefois. Ce n'est pas une mauvaise chose, d'ailleurs.
"Le monde appartient à ceux qui aiment le neuf"
Marc Bloch

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14155
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 20 oct. 2009, 16:28

Rameau a écrit :Cette idée d'opéras avec de jeunes chanteurs et un prix des places moitié moindre est totalement irréaliste et montre surtout un manque de compréhension des équilibres financiers d'un spectacle d'opéra. Vous pouvez économiser sur les chanteurs, soit, mais c'est une broutille face aux coûts structurels d'une maison d'opéra (orchestre, chœur, billetterie, personnel administratif, maintien en état du bâtiment, chauffage, eau, communication, et tout ce que j'oublie). Votre machin, c'est un gouffre financier qui ne tiendrait pas 6 mois.

Et franchement si on veut développer un opéra populaire, la première chose à faire, c'est d'oublier Paris et de renforcer les structures lyriques en province et en banlieue parisienne !
Icarounet a écrit :
jean-didier a écrit :
Icarounet a écrit :
Répertoire contemporain (dirigé par Sylvain Cambreling)

Der Rosenkavalier de Strauss : repr? : Lott, Koch, Rydl
Pelleas et Mélisande de Debussy : repr Wilson : Dessay, Degout, Le Roux
Porgy and Bess de Geschwinn : N.P? : Aaron-White
Wozzeck de Berg : repr Marthaler : Keenslyde-Meier
Assassino nella cathedrale de Lighetti : N.P Carsen : Furlanetto
Ce n'est pas tellement ce que j'appellerais répertoire contemporain ...
Bein ils sont tous du XXeme siècle. Non?
Le mot contemporain a un sens, quand même. Peut-être quelques personnes fort âgées se sentent-elles contemporaines du Chevalier ou de Wozzeck... Il faudrait informer certains lyricomanes que nos contemporains s'appellent Henze, Sciarrino, Lachenmann, Widmann, Holliger, et que leurs œuvres méritent aussi d'être jouées, bien plus que les oeuvres secondaires dont on nous abreuve sous prétexte qu'il y a cinquante ans elles étaient au répertoire...Quant à "Assassino nella cathedrale de Lighetti", c'est très mignon (en plus du nom du compositeur, comme quoi on aurait tort de croire que les amateurs d'opéra sont si bons que ça en italien...).
D'un autre côté, les Bassarides ça a près de 45 ans 8) et "notre contemporain" Henze ne me semble pas avoir écrit d'opéra depuis !

En ce qui concerne Lachenmann, j'en resterai à La petite fille aux allumettes qui fit dire à un spectateur " y en a encore combien dans la boite". Je préfère encore Chénier, et même Gioconda !

J'avais en revanche bien aimé le Melancholia , dans les créations récentes.

Ceci pour dire que "tout nouveau" ça ne veut pas dire forcément "tout beau".
"Quand on se cogne la tête avec un livre et que ça sonne creux, cela ne veut pas dire que le livre est vide". (Otto Klemperer)

Avatar du membre
jeanch
Baryton
Baryton
Messages : 1209
Enregistré le : 10 avr. 2005, 23:00
Localisation : Paris

Message par jeanch » 20 oct. 2009, 16:34

Et quand bien même on aurait rien écrit d'intéressant depuis 60 ans, Debussy, Strauss et Berg ne sont en rien des compositeurs contemporains.

Quant à Henze, son catalogue lyrique ne s'est pas arrêté aux Bassarides. Pour parler des créations les plus récentes : L'Upupa (Salbourg, 2003) et Phaedra (Berlin, 2007).
http://de.wikipedia.org/wiki/Hans_Werner_Henze

palamede

Message par palamede » 20 oct. 2009, 16:35

PlacidoCarrerotti a écrit :D'un autre côté, les Bassarides ça a près de 45 ans 8) et "notre contemporain" Henze ne me semble pas avoir écrit d'opéra depuis !
La Chatte anglaise ?

faustin
Basse
Basse
Messages : 2891
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

reprise d'une mise en scene en l'abscence de son auteur

Message par faustin » 20 oct. 2009, 20:18

Rameau a écrit :
Sauf qu'une mise en scène, c'est un organisme vivant qui n'a pas une durée de vie illimitée. Quel rapport y aura-t-il entre Strehler et la production qu'on va mettre sous son nom? Aucun ! Quand Strehler a travaillé ses Noces, il a répété, avec toute sa passion, avec sa capacité d'adapter son travail aux artistes avec lesquels il travaillait : c'est impossible à reprendre! Croire qu'on puisse reconstituer cette force vitale qu'apportait Strehler à ses productions, c'est une sottise absolue, que seules des personnes qui ne comprennent rien au théâtre peuvent vouloir répandre. Faire subir ce traitement aux Noces de Strehler, c'est un viol, c'est traîner un grand artiste dans la boue, et il aurait certainement protesté avec violence contre cet outrage ignoble (il avait déjà essayé d'éviter la reprise de la production à Bastille dans les années 90).

Reprendre une mise en scene sans que son auteur soit associe au travail, soit qu'il soit occupe ailleurs, soit qu'il soit mort, ca se fait tres souvent et ca ne suscite generalement pas d'objections si c'est correctement fait. On ne crie ni a la trahison ni au viol, on estime que c'est un hommage rendu a l'auteur. Par exemple la reprise de la mise en scene de Herbert Wernicke du Chevalier a la rose a ete bien accueillie. Bien entendu cela demande du savoir faire et du talent.

Faustin
clavier qwerty

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14155
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par PlacidoCarrerotti » 20 oct. 2009, 22:52

palamede a écrit :
PlacidoCarrerotti a écrit :D'un autre côté, les Bassarides ça a près de 45 ans 8) et "notre contemporain" Henze ne me semble pas avoir écrit d'opéra depuis !
La Chatte anglaise ?
Exact ! 1983. C'est son Falstaff ou qui sait son Otello ?!

Je me suis bien trompé sur ce coup en effet. Comme le fait remarquer jeanch, il y a aussi l'Upupa entre autres.
"Quand on se cogne la tête avec un livre et que ça sonne creux, cela ne veut pas dire que le livre est vide". (Otto Klemperer)

tuano
Basse
Basse
Messages : 9358
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 20 oct. 2009, 22:59

Faut dire qu'à chaque fois, il annonce que ce sera son "dernier" opéra.

Répondre