Evolution de l'art lyrique (technique, public, environnement)

Quiz's, sondages & Co.
Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5464
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Evolution de l'art lyrique (technique, public, environnement)

Message par Loïs » 22 juin 2020, 16:41

JdeB a écrit :
22 juin 2020, 16:36
Écoute Karajan est mort en 1989
Là pour le coup, c'est moi qui ne voit plus le rapport avec la choucroute

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21937
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Evolution de l'art lyrique (technique, public, environnement)

Message par JdeB » 22 juin 2020, 16:43

Loïs a écrit :
22 juin 2020, 16:41
JdeB a écrit :
22 juin 2020, 16:36
Écoute Karajan est mort en 1989
Là pour le coup, c'est moi qui ne voit plus le rapport avec la choucroute
pour ceux qui programment aujourd'hui et les interprètes actuels, sauf exception, c'est la préhistoire et souvent juste un nom.
il y a de moins en moins de culture de la tradition interprétative.

tu m'as pas répondu sur le sujet où on t'attend le plus, ce que tu appelles la gaytitude (qu'il faudrait définir)
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5464
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Evolution de l'art lyrique (technique, public, environnement)

Message par Loïs » 22 juin 2020, 16:47

JdeB a écrit :
22 juin 2020, 16:43
Loïs a écrit :
22 juin 2020, 16:41
JdeB a écrit :
22 juin 2020, 16:36
Écoute Karajan est mort en 1989
Là pour le coup, c'est moi qui ne voit plus le rapport avec la choucroute
pour ceux qui programment aujourd'hui et les interprètes actuels, sauf exceptions, c'est la préhistoire et souvent juste un nom.
ah ok et d'ailleurs en HS j'ai été assez surpris de son passage aussi rapide de demi-dieu vivant à mort oublié. Mais mon évolution remontant aux différentes étapes depuis les années 50, voilà pourquoi il s'y trouvait même si je pense que cette idée qu'il poursuivit de souscalibrer s'avéra être une impasse sans continuateurs

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14817
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Evolution de l'art lyrique (technique, public, environnement)

Message par PlacidoCarrerotti » 22 juin 2020, 18:29

JdeB a écrit :
22 juin 2020, 16:14
un directeur d'Opéra obéit à une autre logique que celle du commercial. Ce qu'il vise ce n'est pas forcément son public mais d'être adoubé par ceux qui peuvent lui permettre de passer au stade supérieur :D
C'est exactement ça.

Et ça peut marcher dans les deux sens : pour un maire de province, il faudra parfois équilibrer le choix d'un nouveau directeur entre des médias prompts à vous traiter de réacs et un public (ou un résidu de public) qui peut l'être et détester la modernité. Un élu pense d'abord à sa réélection :lol:
- J'ai fait mon chemin et ma fortune dans les arts.
- Vous les cultivez, monsieur ?
- Pas si bête! je les exploite !
(La Sirène, Auber & Scribe)

paco
Basse
Basse
Messages : 9374
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Evolution de l'Opéra (technique, public, environnement)

Message par paco » 22 juin 2020, 19:16

Loïs a écrit :
22 juin 2020, 16:07
Pour autant si tu as creusé le sujet , au delà du nombre d'instruments, peut on considérer que le volume sonore qu'on en tirait ainsi que la pate sont comparables? .
ça je n'en ai guère d'idée. Il est certain que des cordes en boyau procurent un son plus "chaud", mais moins puissant que des cordes métalliques. Quoique ce ne soit pas si évident, je suis certain qu'on me démontrera plein d'exceptions ...

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14817
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Evolution de l'Opéra (technique, public, environnement)

Message par PlacidoCarrerotti » 22 juin 2020, 19:33

paco a écrit :
22 juin 2020, 19:16
Loïs a écrit :
22 juin 2020, 16:07
Pour autant si tu as creusé le sujet , au delà du nombre d'instruments, peut on considérer que le volume sonore qu'on en tirait ainsi que la pate sont comparables? .
ça je n'en ai guère d'idée. Il est certain que des cordes en boyau procurent un son plus "chaud", mais moins puissant que des cordes métalliques. Quoique ce ne soit pas si évident, je suis certain qu'on me démontrera plein d'exceptions ...
On dirigeait beaucoup plus vite qu’aujourd’hui à Paris au XIXe (ailleurs je ne sais pas). Est-ce qu’on ne joue pas naturellement moins fort quand on est obligé de jouer rapidement ?
- J'ai fait mon chemin et ma fortune dans les arts.
- Vous les cultivez, monsieur ?
- Pas si bête! je les exploite !
(La Sirène, Auber & Scribe)

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5464
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Evolution de l'art lyrique (technique, public, environnement)

Message par Loïs » 22 juin 2020, 20:11

JdeB a écrit :
22 juin 2020, 16:43
tu m'as pas répondu
Désolé je n'avais pas vu (un peu à la bourre)
JdeB a écrit :
22 juin 2020, 16:43
sur le sujet où on t'attend le plus, ce que tu appelles la gaytitude (qu'il faudrait définir)
Ah bon ?(dit le faux cul)

Ben en fait j’en vois 4 (attention qu’on ne me fasse pas dire que c’est le sujet essentiel de mon post et que tout le reste n’est qu’élément secondaire ), mais soyons clair la présence visible de gays dans une maison d’opéra en occident et en premier lieu dans les capitales et grandes villes est proportionnellement plus élevée qu’en d’autres rassemblements publics et de manière générale on trouvera toujours plus de gays au m² dans un théâtre d’opéra que de blondes physiquement intelligentes dans un opéra baroque. Alors c’est parti :tomato: :tomato: :tomato: :
- Propre aux USA : les cabales contre les personnalités jugées homophobes ou trop proches de gouvernements eux aussi mal vus (exemple Gergeiev)
- Statistiquement ce n’est pas neutre (en quantité et en capacité à consommer) donc une part de marché à capter et ainsi des messages commerciaux ciblés (publicité dans des magazines par exemple), encore au stade embryonnaire pour les salles de spectacles, plus tangible pour les maisons de disque et leurs couvertures (pour l’instant je n’ai pas vu, hors Bartoli, une soprano ou une mezzo poser topless mais je me demande à quand remonte le dernier contre-ténor habillé)
- Justement le contre-ténor nouveau qu’on nous lance chaque saison toujours plus épilé, toujours plus virevoltant que ses prédécesseurs et qui relègue Jimmy Summerville au statut de camionneur surtestostéroné.
- Les mises en scènes qui confinent au racolage, bon ok disons à l’allumage (je commence à faire une indigestion de cul de ténor). Je suis prêt à parier que si on confie à Olivier Py la mise en scène de Suor Angelica, il arrivera à nous foutre des mecs à poil

PS: je mets à dispos quelques accessoires pour effectuer la ponctuation: :2guns: :bangin: :argue: :2guns: :censored2: :crash: :death: :gun2: :lightsabre: :protest: :tomato: mais peut être :clown2: :prop: voire :bow_arrow:

paco
Basse
Basse
Messages : 9374
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Evolution de l'Opéra (technique, public, environnement)

Message par paco » 22 juin 2020, 20:51

PlacidoCarrerotti a écrit :
22 juin 2020, 19:33
paco a écrit :
22 juin 2020, 19:16
Loïs a écrit :
22 juin 2020, 16:07
Pour autant si tu as creusé le sujet , au delà du nombre d'instruments, peut on considérer que le volume sonore qu'on en tirait ainsi que la pate sont comparables? .
ça je n'en ai guère d'idée. Il est certain que des cordes en boyau procurent un son plus "chaud", mais moins puissant que des cordes métalliques. Quoique ce ne soit pas si évident, je suis certain qu'on me démontrera plein d'exceptions ...
On dirigeait beaucoup plus vite qu’aujourd’hui à Paris au XIXe (ailleurs je ne sais pas). Est-ce qu’on ne joue pas naturellement moins fort quand on est obligé de jouer rapidement ?
Effectivement les tempi étaient beaucoup plus rapides, et cela a duré quasiment jusqu'aux années 1910-1920 (quand je pense qu'à l'Opéra on expédiait une Valkyrie en 3h45 entractes compris...). Il est possible que jouer vite amène à jouer moins fort, c'est le cas par exemple pour les traits virtuoses aux cordes. Cependant j'ai souvenir d'articles de presse lus dans les archives de la BnF, au sujet de divers Faust et autres Thais à l'Opéra, où le journaliste se plaint à la fois de tempi délirants de vitesse, "et en même temps" d'un orchestre trop fort obligeant les chanteurs à s'époumoner.
Mais théoriquement ton analyse est juste.

Avatar du membre
Loïs
Basse
Basse
Messages : 5464
Enregistré le : 06 févr. 2013, 11:04
Localisation : sans opera fixe

Re: Evolution de l'Opéra (technique, public, environnement)

Message par Loïs » 22 juin 2020, 21:06

paco a écrit :
22 juin 2020, 20:51
PlacidoCarrerotti a écrit :
22 juin 2020, 19:33
paco a écrit :
22 juin 2020, 19:16
Loïs a écrit :
22 juin 2020, 16:07
Pour autant si tu as creusé le sujet , au delà du nombre d'instruments, peut on considérer que le volume sonore qu'on en tirait ainsi que la pate sont comparables? .
ça je n'en ai guère d'idée. Il est certain que des cordes en boyau procurent un son plus "chaud", mais moins puissant que des cordes métalliques. Quoique ce ne soit pas si évident, je suis certain qu'on me démontrera plein d'exceptions ...
On dirigeait beaucoup plus vite qu’aujourd’hui à Paris au XIXe (ailleurs je ne sais pas). Est-ce qu’on ne joue pas naturellement moins fort quand on est obligé de jouer rapidement ?
Effectivement les tempi étaient beaucoup plus rapides, et cela a duré quasiment jusqu'aux années 1910-1920
Et qu'est ce qui a été à l'origine du changement?

paco
Basse
Basse
Messages : 9374
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Evolution de l'Opéra (technique, public, environnement)

Message par paco » 22 juin 2020, 22:57

Loïs a écrit :
22 juin 2020, 21:06
paco a écrit :
22 juin 2020, 20:51
Effectivement les tempi étaient beaucoup plus rapides, et cela a duré quasiment jusqu'aux années 1910-1920
Et qu'est ce qui a été à l'origine du changement?
Aucune idée ... Je ne suis même pas capable de dater précisément le tournant, manquant de matière là-dessus après la 1ère guerre mondiale.

Même Wagner a été progressivement ralenti, c'est flagrant quand on écoute ou regarde de vieux live vidéo des années 50 à 70. Ce qui me frappe notamment ce sont les silences, qui dans ces années-là duraient juste ce qui est écrit dans la partition et qui aujourd'hui sont étirés à l'infini (sans doute pour permettre un jeu de scène Regie bien cérébral pour meubler le silence). Le plus spectaculaire dans le genre est le 1er acte de Die Walküre, en un demi-siècle en live on l'a allongé de presque 10 minutes (j'ai encore de vieux programmes de salle des années 70 où il durait 55 minutes, contre souvent 1h05 de nos jours). Or cet acte est un concentré de silences (les échanges de regard Sieglinde/ Siegmund puis avec Hunding etc.), ils étaient bien moins soulignés auparavant.
Quand je revois le Tristan d'Orange, pourtant dirigé par le plus poussif des chefs de sa génération, je suis frappé par la vigueur des tempi par rapport à aujourd'hui - et surtout par la brièveté des silences, les phrases s'enchaînent comme une pièce de théâtre, sans interruptions excessives-.

Je parle bien du live, en studio c'est différent.

Répondre