L'opéra, objet intellectuel?

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 07 août 2005, 22:15

Gioachino a écrit :
Friedmund a écrit : Iris, Marschner, Mercadante ou bien encore Dalibor ou la Nuit de Mai etc.

Pourquoi n'aurait-il pas tout autant raison de nous abreuver de ces répertoires là?
Moi tu sais, je ne connais pas ça donc je pense que ces oeuvres sont pas indispensables au répertoire des maisons d'opéra (si ça se trouve ce sont des bêtises éléctro-accoustiques ou des baroqueries) :wink:
En deux mots: pourquoi donc certaines raretés seraient autorisées voire fortement soutenues, alors que certaines autres justifieraient leur rareté de leur médiocrité?

Qu'est ce qui définit qu'un opéra a de la valeur ou non?

Avatar du membre
Kat
Ténor
Ténor
Messages : 558
Enregistré le : 04 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris

Message par Kat » 07 août 2005, 22:17

Friedmund a écrit :En deux mots: pourquoi donc certaines raretés seraient autorisées voire fortement soutenues, alors que certaines autres justifieraient leur rareté de leur médiocrité?

Qu'est ce qui définit qu'un opéra a de la valeur ou non?
Dans un monde virtuel : les critiques, les musicologues, et... le public !....
Dans le monde réel : le directeur d'une maison d'opéra :lol: !
Kat.

Avatar du membre
Julien
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 120
Enregistré le : 25 mars 2003, 00:00
Localisation : Désormais en plaine

Message par Julien » 07 août 2005, 22:30

Alain a écrit :Oui, je suis d'accord, l'opéra c'est du théâtre. ....
Bof, pas convaincu.

On dit souvent que l'opéra est un spectacle total qui allie de nombreuses disciplines, c'est vrai.

Cependant, m'est avis que la ligne de fond de cet art est et reste la musique et le chant. Combien de passionnés de théâtre gardent-ils soigneusement les bandes son de leurs pièces favorites ? Peu j'imagine.

En revanche, si nous les passionnés d?opéra, pouvons accumuler des centaines de cires, CD (voire des milliers), c?est bien que le chant dans l?opéra peut se suffire à lui-même dans une grande mesure.

Evidemment, quand le spectacle théâtral est en plus de bonne facture ? c?est la cerise sur le gâteau !

Bonne nuit à tous,
Julien
" Hé Gioconda ! ton aigu, tu le pointes ou tu le tires ? "
Bajazet, le 16.09.04
-----------------------
"On le perd ! On le perd ! Défibrillez le forum !"
Guy, fin août ou début septembre 2005

tuano
Basse
Basse
Messages : 9362
Enregistré le : 30 mars 2003, 23:00
Localisation : France
Contact :

Message par tuano » 07 août 2005, 22:32

Pas bêtes tes remarques.

Bonne nuit à toi aussi !

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 07 août 2005, 22:38

Julien a écrit :Cependant, m'est avis que la ligne de fond de cet art est et reste la musique et le chant. Combien de passionnés de théâtre gardent-ils soigneusement les bandes son de leurs pièces favorites ? Peu j'imagine.
Heu... :oops:

En revanche, si nous les passionnés d?opéra, pouvons accumuler des centaines de cires, CD (voire des milliers), c?est bien que le chant dans l?opéra peut se suffire à lui-même dans une grande mesure.
Au contraire, le disque exige de rendre par la seule voix toutes les attitudes du théâtre.


Je pense donc que cela dépend surtout de l'auditeur, de ses attentes.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 07 août 2005, 22:49

Julien a écrit :En revanche, si nous les passionnés d?opéra, pouvons accumuler des centaines de cires, CD (voire des milliers), c?est bien que le chant dans l?opéra peut se suffire à lui-même dans une grande mesure.
Parce que le chant d'opera doit intégrer sa part de théâtre.

Avatar du membre
umberto
Messages : 11
Enregistré le : 22 mai 2005, 23:00
Localisation : pas trop loin du Capitole

Message par umberto » 07 août 2005, 23:47

Vraiment passionnant ce fil. Il prouve en tout cas que l'opéra est l'art de tous les excès et qu'il est impossible de l'intellectualiser à tort. Il y a tant de façon d'aimer l'opéra et justement aimer ne peut pas être qu'intellectuel ou pulsionnel c'est un délicat équilibre pour chacun et de plus il peut changer au cours de sa vie de lyricomane( si pas maniaque). J'aime toujours tous le styles d'opéra et j'en aime de plus en plus. Depuis peu ( 6ans) j'aime passionnément les baroques et pourtant Puccini(par exemple) me fait toujours de l'effet pas le même qu'à 18 ans bien sure .... je refuse de devoir choisir un style contre un autre, une époque contre une autre . La seule chose qui s'impose à moi comme un choix sur lequel je ne peux pas grand chose c'est les voix que j'aime et celles que je n'aime pas. Et je me demande même si là n'est pas le coeur du sujet c'est très difficile de convaincre quelqu'un d'aimer un voix . On peut se mettre d'accord sur des aspects de telle voix , de sa technique mais savoir pourquoi on l'aime ou pas?????

Je ne crois pas que dans l'absolu il y ait des opéras meilleurs que d'autres. moi j'en préfère certains mais je ne juge pas le plaisir de ceux qui en aiment d'autre. Sur le nombre d'opéras crées nous en écoutons bien peu et heureusement que les salles présentent des standards poltiquement corrects et également des découvertes parfois pleines de poussières ou de bijoux ( c'est plus rare)...Pour moi le dernier bijoux est Temistocle .
Le ton passioné sur ODB montre bien que le concensus est difficile à trouver et HEUREUSEMENT que nous pouvons de pas être d'accord et pourtant échanger nos idées...gardons nous de trop juger, restons ouverts aux pasions des autres mais avant tout essayons de respecter le travail , pas facile, des artistes, avouez que le ton de certains sur certains fil est .... ce qu'il est..... (pour ma part je m'en veut encore d'avoir violemment siffler Grace Bumbry à Orange parcequ'elle n'avait pas chanter le ré bémol de la fin de l'air du somnambulisme de Macbeth et pourtant j'avais adoré sa laydi macbeth...mais la frustration est fatale au bon sens ...)
L'opéra est un art de folie et il fait appel à notre part de folie dans ce qu'elle a de plus poétique et vivante il ne peut y en avoir que plusieurs :wink:et heureusement pas une seule :lol:

Avatar du membre
Neil_Schicoff_tenor
Alto
Alto
Messages : 403
Enregistré le : 17 janv. 2005, 00:00

Message par Neil_Schicoff_tenor » 08 août 2005, 08:03

Bonjour!

Je pense que, dans le coeur d'un mélomane, l'opéra, et son statut, évoluent. On se laisse au départ porter par la beauté de la musique et du chant (comme cela m'était arrivé pour Don Giovanni, mon premier disque d'opéra!). A ce moment-là, l'opéra n'est pas encore tout-à-fait du théâtre, et on a tendance à louer des mises en scène traditionelles (d'où peut-être le succès de Zeffirelli à Vérone, l'un des hauts lieux de l'opéra "populaire"). Peu à peu, on reconnait l'importance du drame dans une oeuvre, et on commence à trouver ennuyeux les metteurs en scène, les chefs et les chanteurs qui n'en tiennent pas compte. C'est le début! Viennent ensuite les soirées où on a "osé" un spectacle moderne, et si l'expérience convainc (pour cela, il faut bien entendu que le spectacle soit moderne ET intelligent!), on sera, par d'autres oeuvres et spectacles novateurs, poussés à une profonde réflexion, qui fouille au plus profond du contexte historique, social, artistique de l'époque du compositeur, et qui cherche des échos de ces contextes dans notre monde actuel. A partir de cet instant, l'opéra devient effectivement quelque chose d'intellectuel, un sujet de philosophie, plus qu'une belle pièce de musée!

clem

Avatar du membre
Windgassen
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 245
Enregistré le : 19 mai 2005, 23:00
Localisation : Morbihan

Message par Windgassen » 08 août 2005, 08:12

Comme l'a dit le maître vénéré, l'opéra est l'art total.

Pour moi l'art est avant tout EMOTION, EMOTION, EMOTION

Quoi de plus beau que de renifler tout au long d'une butterfly émouvante... de sentir sa gorge remuer quand une basse ne régurgite pas, mais chante, chante, chante, quand la lumière est belle, quand c'est beau en toute simplicité.

dans une salle d'opéra, je vis des émotions et au diable toutes les autres considérations pseudo intellectualistes!
Des Schweigens Herrin
heisst mich schweigen
fass' ich, was sie verschwieg,
verschweig' ich, was sie nicht fasst.

www.janicebaird.com/

Avatar du membre
Windgassen
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 245
Enregistré le : 19 mai 2005, 23:00
Localisation : Morbihan

Re: VI

Message par Windgassen » 08 août 2005, 08:18

DavidLeMarrec a écrit :Tiens ! Friedmund fait exploser le trollomètre... Très joli troll, néanmoins, que je m'empresse de seconder.

Friedmund a écrit :"E vietato giocare"

- ni opposition ontologique entre l'émotion que véhicule la représentation et la réflexion qu'elle nourrit.


Bref, tes couples me semblent un peu artificiels. Enfin, tu voulais un débat chaud, et il n'est pas mal amené du tout.

J'en ai enlévé la majorité... Désolé david, ce genre de post est illisible et de surcroit ennuyeux.

Bravo à friedmund pour ce Fil!
Des Schweigens Herrin
heisst mich schweigen
fass' ich, was sie verschwieg,
verschweig' ich, was sie nicht fasst.

www.janicebaird.com/

Répondre