Opéra de Lille - 2019/20

Actualité, potins, débats.
SamVanDam
Soprano
Soprano
Messages : 67
Enregistré le : 05 oct. 2016, 13:48

Opéra de Lille - 2019/20

Message par SamVanDam » 03 mai 2019, 16:01

Brochure:
https://www.opera-lille.fr/fichier/o_me ... 20_web.pdf

The Indian Queen
Henry Purcell
Emmanuelle Haïm / Guy Cassiers
5—12 octobre

Into the Little Hill
George Benjamin
Alphonse Cemin /Jacques Osinski
6 novembre

Zauberland
(Le Pays enchanté)
Une rencontre
avec Dichterliebe
Robert Schumann
Bernard Foccroulle /Katie Mitchell
6—7 décembre

Les Pêcheurs de perles
Georges Bizet
Guillaume Tourniaire /FC Bergman
23 janvier—4 février

Telegrams from the Nose
(théâtre musical)
Sarhan / Kentridge
Hors-les-murs 7 février

Les Noces, variations
Arthur Lavandier d’après
Les Noces de Figaro de Mozart
Quentin Hindley /Maëlle Dequiedt
7—8 mars
Hors-les-murs 15 mars

Coronis
Sebastián Durón
Vincent Dumestre /Omar Porras
22—25 mars

Falstaff
Giuseppe Verdi
Antonello Allemandi /Denis Podalydès
12 mai—2 juin

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2188
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Opéra de Lille - 2019/20

Message par Piem67 » 07 mai 2019, 17:08

Pas très excitant non ?...

Quand je vois la direction artistique de cette maison, je me dis que c'est sans doute vers quoi se dirige aussi Eva Kleinitz à l'Opéa du Rhin... Ca m'attriste un peu...

Avatar du membre
David-Opera
Basse
Basse
Messages : 6030
Enregistré le : 06 févr. 2004, 00:00
Localisation : Boulogne Billancourt
Contact :

Re: Opéra de Lille - 2019/20

Message par David-Opera » 07 mai 2019, 17:21

Je ne partage pas ce point de vue. Le rare Indian Queen, le Zauberland que j'ai vu aux Bouffes du Nord, austère certes, mais poignant, Into the little Hill, un dès grands succès de Benjamin, des découvertes, Coronis et Telegrams from the Nose, il n'y a que ceux qui attendent les tubes du grand répertoire qui ne peuvent être que déçus.
Mais pour les curieux d'esprits, c'est une saison prometteuse.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5475
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Opéra de Lille - 2019/20

Message par micaela » 07 mai 2019, 17:37

C'est quand même assez désespérant pour un amateur d'opéra, même prêt à découvrir des raretés ou des mises en scène décalées.
Dans l'opéra du XIXème et XXème siècle (disons jusqu'au début des années 60), il existe des tas d'œuvres peu jouées qui mériteraient d'être exhumées (on voit ce type de raretés dans d'autres programmations de province). L'opéra classique (entre le baroque et le bel canto) est très peu joué aussi. Il n'y a pas que Mozart à cette période. Haydn par exemple a composé de très beaux opéras.
Zauberland, les Noces variations et Telegrams from the nose ne sont pas vraiment des opéras, mais des variations à partir d'un opéra (pour les Noces), un travail à partir d'œuvres de Schumann (pour Zauberland) et du théâtre musical pour le dernier. Ca peut donner de très beaux résultats, mais l'amateur d'opéra n'y trouvera pas forcément son compte.
The Indian Queen est un semi-opéra, avec donc beaucoup de scènes parlées (encore plus peut-être que dans un Singspiel).
Reste donc en opéras "purs et durs" : Falstaff, les Pêcheurs de perles , Into the little hill, et Coronis (une zarzuela baroque). Pour Coronis, là, même si on n'est pas hyper fan de baroque, ça peut valoir le déplacement, les œuvres en espagnol étant plutôt rares sur nos scènes.
Quant à l'amateur de tubes, il n' a quasiment rien à se mettre sous la dent .
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Avatar du membre
aurele
Basse
Basse
Messages : 2271
Enregistré le : 30 août 2006, 23:00
Contact :

Re: Opéra de Lille - 2019/20

Message par aurele » 07 mai 2019, 20:18

Rien d'excitant effectivement, j'irai peut-être voir Les pêcheurs de perles et Falstaff. Tout dépendra de mes disponibilités niveau emploi du temps, en sachant qu'en mai je veux absolument aller à Amsterdam voir Die Frau ohne schatten. Il y a La dame de pique à Bruxelles fin avril - début mai également.

ottokar
Messages : 13
Enregistré le : 30 janv. 2006, 00:00
Contact :

Re: Opéra de Lille - 2019/20

Message par ottokar » 11 mai 2019, 12:28

Caroline Sonrier se fiche des amateurs d'opéra, elle tient absolument à ce que son institution ne soit pas ringarde, c'est tout ce qui compte. Donc pas d'oeuvres du répertoire, et quand il y a en a, c'est toujours dans des mises en scènes ineptes qui contredise l'oeuvre dans tous les sens (cf. Rodelinda et La Flûte cette saison). Mais enfin, il faut absolument dé-pou-ssie-rer ces oeuvrettes pénibles qu'on voudrait nous infliger sans en changer le texte ou en respectant l'oeuvre avec une mise en scène conforme au livret...mais où va-ton ? Comment qu'on va faire pour que les JEUNES ils viennent alors ?

paco
Basse
Basse
Messages : 8941
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Opéra de Lille - 2019/20

Message par paco » 11 mai 2019, 12:48

ottokar a écrit :
11 mai 2019, 12:28
Donc pas d'oeuvres du répertoire,
ça ce n'est pas exact, seule la saison qui se termine a fait exception. Elle a tout de même inauguré son mandat avec Mme Butterfly, à une époque où un G.Mortier, suivi par toute la presse bien-pensante, expliquait qu'il fallait arrêter de programmer du Puccini ... Et il y a eu force Don Giovanni, Nozze, Cosi, Rigoletto, Nabucco, Lucia, Idomeneo, Fliegende, etc. On ne peut pas dire qu'elle n'ait pas programmé de répertoire.
ottokar a écrit :
11 mai 2019, 12:28
et quand il y a en a, c'est toujours dans des mises en scènes ineptes qui contredise l'oeuvre dans tous les sens
ça en revanche ce fut souvent le cas en effet (mais pas toujours non plus)

Zelenka
Ténor
Ténor
Messages : 504
Enregistré le : 12 août 2004, 23:00

Re: Opéra de Lille - 2019/20

Message par Zelenka » 12 mai 2019, 07:38

Oui, la programmation est bien un choix politique : s'adresser à une minorité "cultivée", déjà introduite à l'opéra, cherchant un moyen de se distinguer du "bas peuple" (des "riens" dans la novlangue en cours). L'ensemble des citoyens payent des impôts, directs ou indirects, une infime minorité, le plus souvent privilégiée, profitent des subventions publiques à la culture.

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2188
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Re: Opéra de Lille - 2019/20

Message par Piem67 » 12 mai 2019, 07:57

Zelenka a écrit :
12 mai 2019, 07:38
Oui, la programmation est bien un choix politique : s'adresser à une minorité "cultivée", déjà introduite à l'opéra, cherchant un moyen de se distinguer du "bas peuple" (des "riens" dans la novlangue en cours). L'ensemble des citoyens payent des impôts, directs ou indirects, une infime minorité, le plus souvent privilégiée, profitent des subventions publiques à la culture.
Oula....
Mais l'argent des municipalités destiné à la culture ne vas pas qu'en direction des "privilégiés"... L'argent de la culture va tout autant aux maisons de quartier qui ont des activités culturelles (et qui touchent à des disciplines comme le hip-hop, le slam, que sais-je...), aux bibliothèques, aux musées, aux écoles de musique où, me semble-t-il, on ne croise pas que des "privilégiés"... surtout si la municipalité a une action éducative active, ce qui est le cas partout maintenant.

C'est aussi pour des festivals de tout genre, y compris cinéma en plein air, arts du cirque, arts de la rue... A Strasbourg, le budget de la culture, c'est par exemple la "Carte Culture" qui permet à TOUS les étudiants de bénéficier d'un tarif unique de 6 € pour TOUT spectacle, quel qu'il soit. Et les étudiants ne viennent pas tous de chez les "privilégiés" (et ils vont à l'opéra comme ils vont au cinéma)...

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21416
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Opéra de Lille - 2019/20

Message par JdeB » 12 mai 2019, 08:11

Non, les privilégiés de la culture qui vont à l'opéra dans le but de se distinguer ne visent pas à se distinguer du bas peuple (car pour eux ces gens-là n'existent même pas) mais par rapport à ceux qui ont autant de fric qu'eux voire plus mais qui sont plus sensibles aux choses purement matérielles, qui persistent dans des goûts classe moyenne de base et ne possèdent pas les codes des cultureux et du monde policé.

Mais un "lyriqueux" pur et dur sera considéré comme un semi-plouc par certains mélomanes "sérieux" portés sur la musique de chambre, le contemporain, etc, par certains théâtreux arty etc

Au dernier repas de presse, mes collègues intellos jugeaient inconcevable que certains d'entre nous n'aient jamais vu un spectacle de Bieito, ne soient pas allés à la création des Bienveillantes, ...

Les gens riches et cultivés pensent que la culture est leur monopole mais mardi, après ce repas, j'ai passé l'après-midi avec deux jeunes de 21 ans, Lucca et Marcio. Lucca est flic stagiaire et rêve de devenir bodybuilder pro. Marcio est croque-mort et rêve de vivre de sa peinture. Ils sont issus des classes populaires avec des parents immigrés. Ils ont un bac pro. Lucca lit du Cioran et écoute du Vivaldi et du Chostakovitch. Marcio a demandé à un ami cadre sup, son premier client, que je lui ai présenté au Salon du BB, de lui jouer une valse. Le cadre dirigeant a cru qu'il parlait de celle d'Amélie Poulain mais non, c"était celle de Tchaïkovski. Il travaille ce morceau pour son nouveau chouchou et l'a invité à Bastille pour Lady M.
Le coloc de Lucca, un vieux journaliste culturel roumain qui lui a mis Cioran dans les mains, est invité à l'ambassade de Roumanie fin mai pour la remise d'un prix de danse et veut s'y rendre avec le superbe jeune homme qui partage son appart' mais Lucca a très peur d'y aller ("je vais me taper la honte, c'est pas mon monde, tu vois, mon Jérôme, non !"") mais pas à l'Opéra car pour lui Chostakovitch est un compositeur "très connu et très facile à écouter"
La veille, à Bordeaux, j'ai pris un pot avec leur pote d'enfance, Laurent, étudiant dans une école de commerce (en Master à la rentrée), fils d'un directeur commercial, à fond dans la muscu lui aussi, qui n'aime que le hip hop mais qui est partant pour m'accompagner à Carmina burana, musique emblématique du monde du BB.
Comme quoi, les stéréotypes et les généralités sur la jeunesse et sur les goûts des classes sociales...Bref...
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Répondre