Genève saison 2019/2020

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21033
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Genève saison 2019/2020

Message par JdeB » 02 mai 2019, 15:11

Une création mondiale, sept nouvelles productions, trois productions invitées, quatre spectacles de danse, des artistes issus de différentes disciplines artistiques, une vision ancrée dans la ville et dans le monde, la saison 2019-2020 marque l’entrée en fonction du futur Directeur général du Grand Théâtre de Genève, Aviel Cahn.



Une saison qui se décline sur la devise OSER L’ESPOIR.



L’AMBITION

La ligne artistique d’Aviel Cahn inscrit l’opéra et la danse dans le XXIe siècle et ses enjeux contemporains. Le choix des œuvres et de leurs thématiques se veut réfléchi, alignant les productions qui ont un lien avec Genève, les débats actuels et l’identité de Genève comme ville des Nations Unies, de tradition humanitaire et de science. La mise en scène est un outil majeur de ce positionnement. De plus, de nombreux formats sont développés pour faire venir, participer et attirer de nouveaux publics, genevois de toutes espèces ou autres. L’accueil du public sera repensé en conséquence. Par ailleurs, l’offre de restauration sera revisitée pour être un accord avec cette ambition d’ouverture.



CROISÉE DES ARTS

Art contemporain, littérature, cinéma, théâtre ; les artistes des autres disciplines investissent le Grand Théâtre. Ainsi, Daniele Finzi Pasca, aux commandes de la Fête des Vignerons 2019, mettra en scène Einstein on the Beach, tandis que l’écrivaine exilée de Turquie Aslı Erdoğan retravaillera avec Luk Perceval le livret de Die Entführung aus dem Serail, le plasticien Adel Abdessemed mettra en scène Saint François d’Assise de Messiaen et le réalisateur et homme de théâtre Kornél Mundruczó nous racontera sur scène Voyage vers l’espoir d’après le film «oscarisé» de Xavier Koller. Le lien entre ballet et opéra sera renforcé, par exemple avec Les Indes galantes de Rameau.



MUSIQUE CONTEMPORAINE ET CRÉATION MONDIALE

La saison 2019-2020 débute par une œuvre marquante du XXe siècle, Einstein on the Beach du compositeur américain Philip Glass, une première suisse et une manière d’affirmer l’identité de la nouvelle direction avec une nouvelle production qui sera dirigée par le jeune chef suisse Titus Engel. Une création mondiale est également commandée à Christian Jost, Voyage vers l’espoir, inspirée du film éponyme de Xavier Koller, le seul long métrage suisse à avoir remporté un Oscar, en 1991, traitant déjà à l’époque de la migration, avec sensibilité et sans sensationnalisme. Mention également pour le chef-d’œuvre de Messiaen Saint François d’Assise, pour la première fois sur une scène suisse et dirigé par Jonathan Nott à la tête de son Orchestre de Suisse Romande.



COLLABORATIONS DANS ET AVEC LA CITÉ

« Un opéra d’aujourd’hui doit répondre aux questions d’aujourd’hui » explique Aviel Cahn. Ainsi, de nombreuses collaborations permettent de nourrir la réflexion et le débat avec la société, en témoignent les partenariats de la saison 2019-2020 : la Haute École de musique de Genève (HEM), le Musée international de la Réforme, Festival international et forum sur les droits humains (FIFDH), La Bâtie-Festival de Genève, le festival Antigel, le Centre européen de la recherche nucléaire (CERN), le MAMCO, Archipel, l’ensemble Contrechamps ou encore la HEAD. Dans cette ligne, les productions font écho à l’identité de Genève, par exemple Les Huguenots de Meyerbeer –première nouvelle production de cette œuvre dans la ville de Calvin depuis 1927 ! –, réinterrogeant à la fois le passé et le présent de la Cité.


LA PLAGE : SÉSAME VERS LE GTG

Intropéras, Late nights, spectacles réalisés par ou pour des enfants, Apéropéras, visites en tout genre, le Grand Théâtre dévoile une ambitieuse programmation hors des représentations d’opéra et de ballet. Baptisé La Plage et emmené par la dramaturge Clara Pons, ce volet tisse le lien avec la ville et les citoyens en développant une politique active de médiation, de création, de pédagogie et d’événements. Il veut faire du Grand Théâtre un lieu détendu, informel, ouvert à toutes et tous.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21033
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Genèce saison 2019/2020

Message par JdeB » 02 mai 2019, 15:25

donc à l'affiche
Einstein on the beach
Aïda
Orfeo
Les Indes galantes
Saint François d’Assise
L'enlèvement au sérail
Les Huguenots
Cenerentola
In the Penal colony
et la création mondiale de Voyage vers l'espoir

et en récitals N. Sierra, B. Appl, M. Crebassa, S. Degout, N. Dessay et I. Bostridge

il y a un repas de presse la semaine prochaine où je glanerai sans doute des détails (je ne sais pas naviguer dans l'espace presse du site officiel... :oops: )
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2505
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Genève saison 2019/2020

Message par Efemere » 02 mai 2019, 17:00

JdeB a écrit :
02 mai 2019, 15:11
(...) le réalisateur et homme de théâtre Kornél Mundruczó nous racontera sur scène Voyage vers l’espoir (...)
Une création mondiale est également commandée à Christian Jost, Voyage vers l’espoir, inspirée du film éponyme de Xavier Koller, le seul long métrage suisse à avoir remporté un Oscar, en 1991, traitant déjà à l’époque de la migration, avec sensibilité et sans sensationnalisme (...)
Reise der Hoffnung - Journey of Hope, en coproduction avec le Badisches Staatstheater de Karlsruhe (dont le projet fait partie des nominés de 2019 au Prix Fedora-Generali pour l'opéra, et qui n'a reçu, sur la plateforme de Fedora, qu'un seul don de 100 € sur les 25.000 recherchés – cf. > ici).

Christian Jost : compositeur allemand (né en 1963).
Livret de Kata Wéber (hongroise, née en 1980).
Décors et costumes de Monika Pormale (lettone, née en 1974).
Dans la distribution, il y aura le baryton-basse français Vincent Le Texier, le ténor néerlandais Marcel Beekman (dont le site indique « Early 2020 marks his appearance in the new opera Voyage vers l’espoir by Christian Jost in a first series of performances at the Grand Théâtre de Genève »).

SamVanDam
Soprano
Soprano
Messages : 53
Enregistré le : 05 oct. 2016, 13:48

Re: Genève saison 2019/2020

Message par SamVanDam » 02 mai 2019, 17:08


Markossipovitch
Alto
Alto
Messages : 418
Enregistré le : 05 août 2011, 23:00

Re: Genève saison 2019/2020

Message par Markossipovitch » 02 mai 2019, 17:20

Les Huguenots en mars 2020 dirigés par Marc Minkowski, c'est alléchant!

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5055
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Genève saison 2019/2020

Message par micaela » 02 mai 2019, 17:22

Oui et la distribution est alléchante elle aussi.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Christophe2017
Alto
Alto
Messages : 292
Enregistré le : 09 mai 2018, 15:40
Localisation : Lille

Re: Genève saison 2019/2020

Message par Christophe2017 » 02 mai 2019, 18:18

La scénographie d'Anna Viebrock, nettement moins alléchante , à mon goût!

Markossipovitch
Alto
Alto
Messages : 418
Enregistré le : 05 août 2011, 23:00

Re: Genève saison 2019/2020

Message par Markossipovitch » 02 mai 2019, 18:31

Carrément. Même si j'aurais préféré Lis ou Varnier ou Teitgen ou Courjal à Pertusi. Et Alvaro n'a plus les moyens d'un bon Saint Bris.

paco
Basse
Basse
Messages : 8662
Enregistré le : 23 mars 2006, 00:00

Re: Genève saison 2019/2020

Message par paco » 02 mai 2019, 18:54

les "Konstanze âgée", "Belmonte âgé, et "Osmin âgé" qui figurent dans la distribution présagent un Enlèvement au sérail bien prise de tête... Rien qu'en lisant ça je fuis ! :lol:

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 5055
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Genève saison 2019/2020

Message par micaela » 02 mai 2019, 20:24

Oui, après l'embrouillamini de la Flûte de Salzbourg, avec son narrateur, ça fait peur...
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pensée shadok

Répondre