On chante à l'opéra

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Vincenzo
Soprano
Soprano
Messages : 98
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Localisation : Paris

Message par Vincenzo » 16 juil. 2005, 17:04

Clement a écrit : En revanche dans le bel canto seria du XVIII, cela me paraît fort rare. il me vient à l'esprit les premiers airs de Romilda dans Serse (qu'écoutent Serse et Arsamene). mais il s'agit là d'un livret très ancré dans le siècle précédent.
Dans l'oratorio Sedecia de Scarlatti, Anna apprend un chant à son fils à la fin du I, "ferma O barbaro !", et lui reprend cet air-chanson au II.
Dans le Giulio Cesare de Haendel il y a l'air de Cléopâtre "V'adoro, pupille" entre les deux couplets duquel Jules s'exclame: "Non ha in cielo il tonnante melodia che pareggi un si bel canto."

V.

Avatar du membre
licida
Messages : 23
Enregistré le : 26 mars 2005, 00:00
Localisation : Paris

Message par licida » 16 juil. 2005, 17:44

Ne peut-on pâs ajouter aussi certains choeurs?Celui des bohemiennes dans la Traviata, voire le Chi dell gitano du Trovatore, sorte de chanson à donner du courage aux travailleurs(décidemment ces bohemiens! ils chantent tout le temps! :lol: ); celui de l'Olimpiade de Vivaldi(O care padre selve d'Argene)?
Sinon on peut penser à la chanson de Gretry que ressasse la comtesse de la Dame de pique, ou à l'Ombre legère de Dinorah(là j'ai un doute quand même: est-ce une chanson à part entiere ou juste une folie mise en musique? en d'autres termes Dinorah eut elle chanté sa folie dans une pièce de théâtre?); sinon, et là je suis sur, Les oiseaux dans la charmille d'Olympia, Elle a fui la tourterelle d'Antonia, La chanson de kleinzach d'Hoffmann et p'tetre aussi L'amour lui dit la belle de Giulietta(eh ben ça en fait des exemples pour un seul opéra!!); et puis aussi le La la la la de Rigoletto après qu'on lui a enlevé sa fille.
Enfin il y a aussi le cas des parodies: J'ai perdu mon Eurydice dans Orphée aux Enfers, la chanson de la Folie dans Platée...
Voila je sais pas si j'ai fait avancé le schmilmachinchose mais toutes ces folles qui chantent ça donne à réfléchir non?A l'opéra où le chant règne(ah tiens une porte ouverte! Fonçons! :lol: ), les folles et les fous chantent dans une sorte de mise en abyme, de second degré du chant, d'une nouvelle irréalité tandis que l'irréalité premiere de la scène entre dans l'illusion réferentielle.
Licida(blablateur à ses heures perdues)

Caroline
Messages : 34
Enregistré le : 12 mai 2005, 23:00
Localisation : Nord de la Bourgogne

Message par Caroline » 16 juil. 2005, 17:58

Dans Nina de Paisiello, le berger chante pour distaire Nina de sa folie et Nina a appris une chanson à ses gens (elle la leur fait répéter et leur montre comment la chanter) pour lui rappeler son Lindoro...

C.

Avatar du membre
Gioachino
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 135
Enregistré le : 27 sept. 2004, 23:00
Contact :

Message par Gioachino » 16 juil. 2005, 18:28

Euh.... les airs de la folie sont des passages de chant "dramatique" (je veux dire théâtral), pas vraiment des chansons. On peut penser que le personnage chante réellement mais rien n'est sur.
Et dans Armida de Rossini, l'air d'Armida "D'amore al dolce impero" peut aussi est considéré comme une chanson alors, un divertissement destiné à séduire Rinaldo, au même titre que le ballet qui suit.

Tiens sinon, dans L'Heure espagnole de Ravel, ils viennent tpus chanter à la fin "le muletier, ect...;" un peu comme un vaudeville (tiens il y a des sortes de vaudevilles à l'opéra, dans La Gazza ladra par exemple).

Avatar du membre
Abigaille
Alto
Alto
Messages : 431
Enregistré le : 10 sept. 2004, 23:00
Localisation : Dans un bourg où la vie est cher...
Contact :

Message par Abigaille » 16 juil. 2005, 18:48

Le veau d'or est encore debout...et puis il y a les choeurs qui chantent des chansons.

Lily
Ténor
Ténor
Messages : 535
Enregistré le : 09 juil. 2004, 23:00
Contact :

Message par Lily » 16 juil. 2005, 18:54

Trois exemples, dans l'opéra français :

- l'air des clochettes de Lakmé et , dans ce même opéra, la berceuse "Sous le ciel tout étoilé" ; les deux sont chantés par Lakmé et adressés à Gérald, mais dans des contextes et avec des buts différents ...

- la chanson d'Ascanio, dans Benvenuto Cellini, chanson très gaie mais où le personnage est seul en scène ; il rit tout seul, quoi.

- la sérénade de Smith, dans la Jolie Fille de Perth.

Et un exemple chez les Italiens :

- le duo entre la gondolière Nina (incarnée par Adina) et le sénateur Tre Denti (Dulcamara), à l'occasion des "noces" de Belcore et Adina, dans l'Elisire d'amore.

Ah et ... le célébrissime "Casta diva" ne peut-il avoir sa place dans ce fil ? (je ne connais pas assez Norma ...)

Avatar du membre
Tom
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 145
Enregistré le : 28 mai 2004, 23:00
Localisation : Paris

Message par Tom » 16 juil. 2005, 19:09

A propos de la Jolie Fille de Perth, j'ajoute l'air de Ralph: Lalalalalal Tralala, je ris, je chante!

Béatrice et Bénédict également avec la scène où Somarone chante sa chanson avec le choeur et n'arrive pas à improviser

Et je tente les 4 demoiselles d'honneur du Freischüz :?:

bajazet
Basse
Basse
Messages : 2413
Enregistré le : 12 juin 2004, 23:00
Contact :

Message par bajazet » 16 juil. 2005, 19:32

Tom a écrit :Et je tente les 4 demoiselles d'honneur du Freischüz :?:
Ben oui : couplets-refrain, si c'est pas une chanson, ça !

Reste le cas du premier air d'Ännchen, "Kommt ein schlanker Bursch' gegangen" : c'est une forme ostensible de polonaise, texte strophique si je me souviens bien, et le personnage y raconte une petite histoire vaguement allégorique de la situation théâtrale. Il me semble que ça entrerait très bien dans la catégorie : Chanson !

Pour revenir à l'opéra seria du XVIIIe siècle, il me semble que le modèle de livret à la Métastase exclut le phénomène. Ce n'est pas un hasard si les deux exemples cités dans Haendel (Serse et Giulio Cesare) s'en écartent très nettement.

N.B. Non mais, au train où va l'inventaire, on va croûler sous les chansons !!!

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 16 juil. 2005, 19:37

En vrac: le chanteur italien dans Rosenkavalier, et dans le même esprit les chanteurs de Capriccio et Dame de Pique, le Fritz/Pierrot de Die tode Stadt, la chanson de la nourrice au II de Boris Godounov, le chant du veilleur de nuit dans Meistersinger, et celui des veilleurs dans Frau ohne Schatten, Hansel und Gretel contient plusieurs chansons (celle du père, du marchand de sable, de la sorcière, des enfants...), le O blonde Ceres de Iopas dans les Troyens, le chant d'Elena dans Mefistofele, la chanson de l'edelweiss dans la Wally, la sérénade de Leopold dans la Juive, Marcel dans les Huguenots, les chants de l'Orfeo monteverdien, ainsi que les chants de Neron/Lucain et d'Arnalta dans Incoronazione...

Et pour finir en souriant, évidemment le tableau final du Viaggio a Reims :D

philipppe
Baryton
Baryton
Messages : 1398
Enregistré le : 17 févr. 2005, 00:00

Re: On chante à l'opéra

Message par philipppe » 16 juil. 2005, 19:56

Xavier a écrit :D?ailleurs on chante peu, à ce qu?il me semble, chez Wagner sauf bien sûr dans Les maîtres chanteurs de Nuremberg et... lors du concours de chant de Tannhäuser !
X
on chante pas mal dans le Hollandais : le Timonier, les marins...

N'oublions pas aussi la sérénade de Don Juan

Répondre