L'école de chant français, Paris et la province

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

L'école de chant français, Paris et la province

Message par Lucas » 04 avr. 2019, 11:21

Le fil sur la retransmission de Don Carlos sur Arte étant parti dans tous les sens, je propose de le recadrer en se limitant à l'essor de l'école de chant français (ou francophone).

A votre avis, assiste-t-on à un renouveau de l'âge d'or de l'école de chant français?

Quels sont les artistes actuels qui vous comblent le plus?

Pensez-vous qu'ils soient suffisamment présents sur les scènes françaises?

Y-a-t-il un décalage entre Paris et la province?

Quels sont les concerts et les enregistrements récents ou à venir qui vous semblent les plus intéressants?

Quels seraient vos souhaits en la matière?

Voici un copier-coller reprenant les interventions qui traitaient du sujet sur le fil dédié à Don Carlos et attention au hors-sujet :
Lucas a écrit :
02 avr. 2019, 10:53
Je relance ce sujet (dont le fil initial a été fermé) en raison de la diffusion sur Arte de ce spectacle pendant tout le mois d'avril.

A vrai dire, j'en salivais d'avance dans la mesure où je n'avais assisté qu'à la représentation B qui m'avait néanmoins enthousiasmé.

Malheureusement quelle déception en raison de la diction consternante de l'ensemble du cast à l'exception de Tézier et d'Abdrazakov

La palme en la matière revient à Garanca, voix superbe qui a malheureusement avalé un chamallow, talonnée de près par Yoncheva qui nous sert une bouillie de voyelles et dont les stridences pénibles dissimulent mal une parfaite inadéquation stylistique. Quand on pense que certains la comparent à Callas qui faisait claquer les consonnes comme personne avec un registre grave et une caractérisation dramatique dont Yoncheva ne peut que rêver.

Un exemple parmi cent : dans le grand air d'Elisabeth au second acte culminant par "Tu vas revoir la France, porte lui mes adieux", on entend "tu a e uoi a fance pau eu lui mes aïeux" Pas sûr que nos aïeux soient vraiment concernés à moins qu'elle n'ait parlé de pot-au-feu, les paris sont ouverts ...

Franchement, à l'aune de ce spectacle qui ne mérite guère sa flatteuse réputation, j'ai souvent pensé au Don Carlos en studio de Claudio Abbado où tout le monde, à l'exception de Raimondi et Domingo, chantait en espéranto ...

Mais plus encore, je ne comprends pas pourquoi on ne confie pas tous ces rôles à des chanteurs français. L'école de chant nationale connait un âge d'or qu'on n'avait pas vu depuis un demi siècle et Courjal, Deshayes et Gens (sous réserve qu'elle ait gardé sa forme vocale de l'enregistrement avec Rousset) donnerait ainsi une réplique autrement idiomatique à Alagna et Tézier (ou Degout si l'on voulait bien penser à lui)

Bref, je sais bien que "nul n'est prophète en son pays" mais quand même ...
Markossipovitch a écrit :
02 avr. 2019, 10:58
Tout à fait d'accord avec toi, Lucas!
HELENE ADAM a écrit :
02 avr. 2019, 11:06
Sans vouloir relancer toujours les mêmes discussions, il est généralement acquis que les chanteurs français ont une meilleure diction en français que les autres mais d'une part, il y a des exceptions, d'autre part, c'est une règle (chaque chanteur dans sa langue), qui n'a pas trop de sens.
Parmi les exceptions : il suffit d'aller écouter Spyres en ce moment dans le Postillon à Favart pour voir qu'il n'a strictement rien à envier aux "natifs" comme Alagna, Dubois, Barbeyrac ou Degout en diction impeccable. Mais c'est vrai quasiment pour tous les chanteurs américains et... bien d'autres.
Quant à la "règle", elle n'est vraiment pas souhaitable ! Imagine-t-on que Netrebko n'aie chanté que le répertoire russe (car un tel souhait ne peut pas marcher que pour un pays dans un art qui est international par nature) ou Garança le répertoire... letton ?
Concernant le plus connu des chanteurs français, Alagna, impossible de plus, de ne pas penser qu'une bonne partie de ses engagements, relève de son propre choix (il a un poids suffisant pour cela)...
La diction cela se travaille (et se retravaille), pour tous les artistes et c'est vrai que Kaufmann a eu une bien meilleure diction dans Werther ou dans sa tournée "grand opéra français" que lors de ce Don Carlos à Paris par exemple.

PS : le cas "Garança" est spécifique : c'est un peu sa manière de chanter dans n'importe quelle langue... :mrgreen:
HELENE ADAM a écrit :
02 avr. 2019, 11:06
il suffit d'aller écouter Spyres en ce moment dans le Postillon à Favart pour voir qu'il n'a strictement rien à envier aux "natifs"
Lucas a écrit :
02 avr. 2019, 10:53
Bien sûr que Spyres est une exception aujourd'hui tout comme l'était Berganza hier.

Malheureusement, les chanteurs aussi scrupuleux sont aujourd'hui l'exception et il suffit de voir Netrebko déchiffrer Lohengrin sur un prompteur pour s'en convaincre.

Enfin, je parle de ce Don Carlos et d'aucun autre spectacle et je maintiens que, sur le plan linguistique, c'est un désastre. Sans les sous-titres, on ne comprend rien!

Enfin il me semble que l'école de chant français connaît un âge d'or comme jamais et il serait temps d'en prendre conscience. Inutile d'aller systématiquement chercher ailleurs ce que l'on a sous la main.
Markossipovitch a écrit :
02 avr. 2019, 11:18
Je répète ce que j'ai dit maintes fois : ajoutons à la liste Jérôme Varnier, Jean Teitgen, François Lis, totalement sous-exploités, Alexandre Duhamel, quasi absent de l'ONP, Julien Dran à qui l'on n'offre que des pannes, trop de chanteurs magnifiques sous-employés par des directeurs de casting au petit pied...
jerome a écrit :
02 avr. 2019, 11:20
Lucas a écrit :
02 avr. 2019, 10:53
à l'aune de ce spectacle qui ne mérite guère sa flatteuse réputation
c'est rien de le dire! Moi qui adore cette œuvre, je me suis emmerdé avec cette mise en scène moche et à la transposition sans aucun intérêt. Nul à chier!
Et effectivement, je te rejoins sur beaucoup de points musicalement parlant.
micaela a écrit :
02 avr. 2019, 11:24
+ 1 Il faudrait d'ailleurs dire chanteurs francophones, sinon que ferait-on des artistes belges ou québécois ?
Et puis il ne faut pas confondre prononciation et diction. Un diction claire avec un accent est préférable à une bouillie servie par un francophone…
Oui, l'ONP fait en ce moment une large part à de jeunes chanteurs. Voire la saison prochaine, et aussi par exemple le prochain Don Giovanni, qui fait une large part à la jeune génération.
Pour Julien Dran, c'est dommage de le voir cantonné aux petits rôles à l'ONP, mais ça relève sans doute en partie d'un choix : pour le moment, il préfère peut-être aborder des rôles plus importants sur des scènes moins exposées.
Lucas a écrit :
02 avr. 2019, 11:27
Markossipovitch a écrit :
02 avr. 2019, 11:18
Je répète ce que j'ai dit maintes fois : ajoutons à la liste Jérôme Varnier, Jean Teitgen, François Lis, totalement sous-exploités, Alexandre Duhamel, quasi absent de l'ONP, Julien Dran à qui l'on n'offre que des pannes, trop de chanteurs magnifiques sous-employés par des directeurs de casting au petit pied...
Un exemple parmi cent : l'intervention de Thibault qui annonce "Le roi" au second acte. La diction est parfaite, le timbre fort beau et l'on y prête d'autant plus attention qu'on comprend enfin quelque chose après un océan d'esperanto.

Je jette un coup d’œil à la distribution : Eve-Maud Hubeaux. Inconnue au bataillon et pourtant, la reine c'est elle. Je regarde sa fiche sur Wikipedia : elle chante beaucoup à Lyon, Lausanne et Barcelone mais très peu de choses à Paris. Honte à Lissner ...
HELENE ADAM a écrit :
02 avr. 2019, 11:26
Oui francophone est le bon terme en effet puisqu'on parle "prononciation" ou "diction" et pas "nationalité" en effet.
C'est ce que j'ai voulu dire naturellement
micaela a écrit :
02 avr. 2019, 11:24
l'ONP fait en ce moment une large part à de jeunes chanteurs. Voire la saison prochaine, et aussi par exemple le prochain Don Giovanni, qui fait une large part à la jeune génération.
Mais ce n'est pas dans Don Giovanni que j'ai envie de les entendre mais dans le répertoire français. Pourquoi ne pas avoir pensé à Véronique Gens pour Elisabeth? Est-ce trop tard?

Quant à cette Eve-Maud Hubeaux, elle aurait avantageusement remplacé Garanca dans Eboli. Le timbre, au demeurant fort beau, est peut être moins légendaire que celui de Garanca mais quel style!
Lucas a écrit :
02 avr. 2019, 11:41
micaela a écrit :
02 avr. 2019, 11:33
je comprends, ce fil est une occasion de déverser un peu plus de bile sur les productions de l'ONP;
Il est normal qu'on parle de l'ONP pour critiquer un spectacle de la Bastille. Tu préfèrerais qu'on parle de l'Opéra de Liège?
micaela a écrit :
02 avr. 2019, 11:33
Hubeaux chante Thibault à Paris et Eboli à Lyon, pour l'instant, à ce stade de sa carrière, ça ne me semble pas scandaleux.
Et bien ci, c'est peu admissible et manifestement, on fait à Lyon le travail que Lissner ne fait pas à Paris

J'ajouterai que la prestation de Kaufmann est très quelconque. Outre le français appris entre deux avions dans une version qu'il ne reprendra pas, la voix est trop dramatique et mûre, ne suggérant à aucun moment la jeunesse et les élans de l'infant. Tout est trop calculé et "fake" et j'ai trouvé que sur le plan de la prestation scénique (mais pas vocale car il est trop léger pour le rôle), Pavel Černoch lui était très préférable

Sinon, Markossipovitch, outre Alagna, connaissez-vous d'autres chanteurs français susceptibles de bien chanter Don Carlos?
HELENE ADAM a écrit :
02 avr. 2019, 11:53
Lucas a écrit :
02 avr. 2019, 11:41
Et bien ci, c'est peu admissible et manifestement, on fait à Lyon le travail que Lissner ne fait pas à Paris
Indépendamment de cette Eboli, Eve-Maud Hubeaux, est une mezzo-soprano qui monte, beaucoup moins connue que Garança au moment où ce cast a été décidé (probablement dès 2014 au vu des agendas des stars engagées), mais qui multiplie maintenant les engagements de plus en plus importants. Vue sa jeunesse (née en 1988), c'est au contraire une vraie chance que l'ONP l'ait engagée en Tebaldo dans une production à retentissement international, qui a contribué incontestablement à la faire mieux connaitre puisque son talent dans ce petit rôle a été systématiquement souligné. L'avantage de figurer (bien) dans une production de ce type, est que la presse internationale est présente dès la première, si, par bonheur, elle vous a remarqué, c'est une accélération évidente pour votre carrière.
Elle chante lors de la prochaine saison. à Paris : Suzuki dans la reprise de Butterfly à l'ONP, Telbaldo dans celle de Don Carlo (en Italien cette fois), Isis dans Isis au TCE. Not so bad....

PS : aucune envie de reprendre la discussion sur ce Don Carlos. Dans la salle c'était du délire à la fin de chaque représentation et un grand souvenir opéra en direct pour moi. Jamais regardé le film...
PS2 : les artistes même les plus en vue, ont commencé dans de tout petits rôles de quatrième zone. Il n'y a que rarement des exceptions dans ce nécessaire chemin vers la gloire ( :lol: )
Markossipovitch a écrit :
02 avr. 2019, 17:02
Pour répondre à Lucas, je ne vois qu'Alagna pour le rôle actuellement, mais c'était bien en français qu'il fallait le distribuer.
Pour répondre à d'autres... si vous voulez un robinet d'eau tiède qui encense un établissement qui frustre autant de chanteurs que de spectateurs, allez voir du côté de l'AROP.
Lucas a raison de rappeler des réalités bien évidentes autant que tristes pour les amateurs de l'art lyrique.
Lucas a écrit :
02 avr. 2019, 17:09
Markossipovitch a écrit :
02 avr. 2019, 17:02
Pour répondre à Lucas, je ne vois qu'Alagna pour le rôle actuellement, mais c'était bien en français qu'il fallait le distribuer.
C'est un peu ce que je craignais mais comme vous connaissez mieux que moi les chanteurs français plein d'avenir, j'espérais que vous auriez le nom d'un éventuel successeur.

Pour ma part, outre son absence dans Don Carlos en français (heureusement que je l'ai entendu là-dedans il y a 20 ans au Châtelet), je regrette vraiment qu'il n'ait pas profité de l'année Berlioz pour enregistrer La damnation de Faust par exemple où il aurait été parfait

Enfin, à ce type d'emploi près, je trouve que le chant français en ce moment, c'est Byzance!
Markossipovitch a écrit :
02 avr. 2019, 17:10
Là aussi je suis d'accord. C'est fort dommage.Il sera bientôt trop tard.
Bernard C a écrit :
02 avr. 2019, 17:12
Non , pour la Damnation, les américains ont un style incomparable _actuellement_
Je n'attends nullement Roberto Alagna dans Berlioz, même si j'aime énormément ce qu'il fait notamment récemment dans le répertoire français.
( Il a le sang trop chaud)
Bernard
Lucas a écrit :
02 avr. 2019, 17:28
Tiens, en relisant un ancien fil, je tombe sur cette suggestion de Jérôme qui s'était amusé à faire une pochette imaginaire et idéale d'un enregistrement des Huguenots. Dommage que personne ne s'en soit inspiré pour Don Carlos ... car Courjal (Philippe II), Gens (Elisabeth), Deshayes (Eboli) et Tézier (Rodrigue) auraient formé un "carré d'as" parfait. On rajoutait Alagna et c'était "in the pocket of the kangaroo"
jerome a écrit :
18 sept. 2018, 19:51

Souhaits:

Image
Et cela nous aurait agréablement changé du volapük du Don Carlos de l'an dernier ...
HELENE ADAM a écrit :
02 avr. 2019, 11:06
PS : le cas "Garança" est spécifique : c'est un peu sa manière de chanter dans n'importe quelle langue... :mrgreen:
Oui, elle est hors concours : timbre sublime mais diction inepte

Quand on la regarde de près, c'est un modèle pour l'ouverture du pharynx

Revers de la médaille : elle est tellement obsédée par cette contrainte technique qu'elle a en permanence une patate chaude dans la bouche qui l'empêche de bien articuler
jerome a écrit :
02 avr. 2019, 22:22
Lucas a écrit :
02 avr. 2019, 17:28
Tiens, en relisant un ancien fil, je tombe sur cette suggestion de Jérôme qui s'était amusé à faire une pochette imaginaire et idéale d'un enregistrement des Huguenots. Dommage que personne ne s'en soit inspiré pour Don Carlos ... car Courjal (Philippe II), Gens (Elisabeth), Deshayes (Eboli) et Tézier (Rodrigue) auraient formé un "carré d'as" parfait. On rajoutait Alagna et c'était "in the pocket of the kangaroo"
Mais mon Lucas, figure-toi que je l'avais fait aussi pour Don Carlos:

Image
JdeB a écrit :
03 avr. 2019, 07:48
ODB a reçu tous ces artistes (sauf Robinson dont je n'ai jamais entendu parler) !

Je doute fort que KD puisse se hisser au niveau d'Eve-Maud Hubeaux, formidable princesse Eboli à Lyon.
Je ne vois pas trop V. Gens (entendue avant-hier) en Elisabeth à ce stade de sa carrière où alors avec les Talens lyriques...
j'aime beaucoup Courjal mais Philippe II ne semble pas son meilleur rôle.
je préfère Degout à Tézier en Posa
philopera a écrit :
03 avr. 2019, 07:49
JdeB a écrit :
03 avr. 2019, 07:48

Je ne vois pas trop V. Gens (entendue avant-hier) en Elisabeth à ce stade de sa carrière où alors avec les Talens lyriques...
Moi je l'ai entendue dans Marguerite l'année dernière et c'était éprouvant. Alors Elisabeth 8O 8O
JdeB a écrit :
03 avr. 2019, 07:54
philopera a écrit :
03 avr. 2019, 07:49
JdeB a écrit :
03 avr. 2019, 07:48

Je ne vois pas trop V. Gens (entendue avant-hier) en Elisabeth à ce stade de sa carrière où alors avec les Talens lyriques...
Moi je l'ai entendue dans Marguerite l'année dernière et c'était éprouvant. Alors Elisabeth 8O 8O
oui, sa Marguerite était hors sujet. Avant hier elle a retrouvé sa probité artistique en Armide de Lully/Francoeur mais effectivement je ne l'imagine pas du tout en Elisabeth non plus
srourours a écrit :
03 avr. 2019, 08:58
JdeB a écrit :
03 avr. 2019, 07:54
philopera a écrit :
03 avr. 2019, 07:49
JdeB a écrit :
03 avr. 2019, 07:48

Je ne vois pas trop V. Gens (entendue avant-hier) en Elisabeth à ce stade de sa carrière où alors avec les Talens lyriques...
Moi je l'ai entendue dans Marguerite l'année dernière et c'était éprouvant. Alors Elisabeth 8O 8O
oui, sa Marguerite était hors sujet. Avant hier elle a retrouvé sa probité artistique en Armide de Lully/Francoeur mais effectivement je ne l'imagine pas du tout en Elisabeth non plus
Idem. J'adore Gens mais je ne l'entends absolument pas dans VERDI. Hubeaux doit être préférable à deshayes que j'entends trop soprano 2 pour le rôle. Courjal ça devrait être pas mal du tout. Et pour Posa, Dégoût n'est pas prêt de rechanter le rôle je pense...
Lucas a écrit :
03 avr. 2019, 09:23
philopera a écrit :
03 avr. 2019, 07:49
JdeB a écrit :
03 avr. 2019, 07:48

Je ne vois pas trop V. Gens (entendue avant-hier) en Elisabeth à ce stade de sa carrière où alors avec les Talens lyriques...
Moi je l'ai entendue dans Marguerite l'année dernière et c'était éprouvant. Alors Elisabeth 8O 8O
Sur Véronique Gens, vous ne faites que conforter mes craintes émises dans un autre fil.

Et pourtant, il y a 8 ans, son air d'Elisabeth au dernier acte était superbe dans le récital ci-dessous :

Image
srourours a écrit :
03 avr. 2019, 08:58
Hubeaux doit être préférable à deshayes que j'entends trop soprano 2 pour le rôle. Courjal ça devrait être pas mal du tout. Et pour Posa, Dégoût n'est pas prêt de rechanter le rôle je pense...
Oui, Hubeaux que je viens de découvrir et dont j'ai parlé hier serait une Eboli idéale

Quant à Courjal, on peut entendre son grand air de Philippe II sur YT et c'est royal

Enfin, suis-je le seul à en avoir ras-la-casquette de René Pape distribué dans le Don Carlo italien de l'an prochain à l'ONP? Franchement, outre Courjal, on peut trouver aujourd'hui beaucoup mieux dans la jeune génération, du coté des deux Alexander (Tsymbalyuk et Vinogradov) notamment et l'on ne dénoncera jamais assez la fainéantise des directeurs artistiques des grandes salles qui préférent distribuer des chanteurs à la retraite (Domingo, Nucci, Furlanetto dans la Forza de Londres dans un rôle jadis défendu par Siepi et Ghiaurov à leur zénith!) au lieu de donner leur chance à des jeunes chanteurs infiniment plus talentueux et à l'agenda un peu clairsemé au prétexte qu'ils sont probablement moins "bankable"

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21805
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: L'école de chant français, Paris et la province

Message par JdeB » 04 avr. 2019, 11:46

oui, il a plus d'excellents jeunes ténors francophones qu'avant : Barbeyrac, Behr, Bernheim, Borras, Dran, Dubois, etc
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: L'école de chant français, Paris et la province

Message par Lucas » 04 avr. 2019, 12:19

Au chapitre des enregistrements récents merveilleux, il y a cette version des pêcheurs de perles que je trouve très supérieure au DVD du Met avec Damrau, Polenzani et Kwiecien qui ne déméritent pas mais sonnent très exotiques. une fois de plus, on se rend compte que la réunion d'un cast international ne fait pas une grande version.

C'etait la première fois que j'y découvrais la merveilleuse voix mixte de Cyrille Dubois et le timbre fruité de Julie Fuchs qui m'ont fait forte impression. Cette gravure a été qualifiée "d'enregistrement du mois" par Richard Martet dans Opéra Magazine et c'est sa critique enthousiaste qui a déclenché mon achat. Et surtout, outre les qualités vocales, on comprend tout :

Image

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21805
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: L'école de chant français, Paris et la province

Message par JdeB » 04 avr. 2019, 12:22

oui, cette intégrale a été rodée à Lille et au TCE où nous étions de nombreux oddiens avec des avis mitigés mais le Cd a été très salué par la critique en effet.

viewtopic.php?f=6&t=18862&hilit=Bloch

Rappelons que c'est sur ODB qu'on a parlé pour la première fois de Julie (elle venait tout de juste de sortir du CNSM ! il y a bientôt 9 ans) et que c'est à ODB qu'elle a donné sa première interview
viewtopic.php?f=12&t=8784&p=149438&hilit=Fuchs#p149438

Nous avons reçu d'ailleurs toute la fine fleur du chant français sauf JF Borras mais c'est prévu pour bientôt, du côté de Toulouse...

je m'étonne donc que tu aies attendu la critique de Richard Martet de ces Pêcheurs pour t'intéresser à elle...

On a vraiment l'impression que pour toi tout passe par le disque, qu'on existe comme artiste que fort d'une intégrale réussie ce qui est assez atypique sur ODB
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: L'école de chant français, Paris et la province

Message par Lucas » 04 avr. 2019, 13:35

JdeB a écrit :
04 avr. 2019, 12:22
Je m'étonne donc que tu aies attendu la critique de Richard Martet de ces Pêcheurs pour t'intéresser à elle...
Disons que la critique sur ODB a été assez partagée, comme tu l'as toi même écrit, quand celle de Richard Martet était enthousiaste

De surcroît, il y a des critiques avec lesquels je suis souvent en phase et que je lis donc avec plus d'attention que d'autres : Richard Martet et Piotr Kaminsky pour l'opéra ou Christian Merlin et Christophe Huss pour la musique orchestrale en font partie
JdeB a écrit :
04 avr. 2019, 12:22
On a vraiment l'impression que pour toi tout passe par le disque, qu'on existe comme artiste que fort d'une intégrale réussie ce qui est assez atypique sur ODB
C'est une image fausse largement véhiculée par ceux qui ne partagent pas mes vues. A ta décharge, quand une rumeur est véhiculée matin, midi et soir, on peut finir par la croire.

Au cours de la dernière quinzaine, j'ai notamment assisté au concert de Shawn Mendes à Bercy, à l'Othello de la Bastille et au Sacre du Printemps (couplé avec le concerto pour orgue de Poulenc) par Jansons et l'orchestre de la radio bavaroise à la Philharmonie.

En revanche, je tiens à ce qu'un concert reste une fête et ne me sens pas obligé d'y consacrer toutes mes soirées. Je pense que ce n'est pas toi qui me le reprochera ...

Enfin, mes goûts musicaux étant assez éclectiques, la part relative dédiée à l'opéra est moins importante que chez d'autres.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21805
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: L'école de chant français, Paris et la province

Message par JdeB » 05 avr. 2019, 12:22

Dans ma phrase 'Je m'étonne donc que tu aies attendu la critique de Richard Martet de ces Pêcheurs pour t'intéresser à elle..." le "elle" désignait Julie Fuchs dont nous avons parlé ici très régulièrement dès ses tous premiers pas dans la carrière et non l'intégrale des Pêcheurs.

Moi je ne reproche rien à aucun spectateur sur ses choix de spectacle ni sur le rythme de ses sorties; chacun occupe sa vie comme il veut/peut. Je me moque bien sûr du ridicule de ceux qui postent sur leur réseau des photos de leur invitation de presse posée sur leur programme de salle, des étoiles de l'hôtel où on nous loge, nous pisse-critiques, du cocktail VIP etc
et je déplore parfois que des jeunes qui ont tout à apprendre de la vie, passent leur temps en salle et sur les réseaux (pour le faire savoir).

oui, il faut que çà reste une fête et un moment singulier, le contraire d'une routine, je suis 100 % d'accord

Pour en revenir au sujet, l'école de chant français se porte bien, oui, pour autant il ne faut pas croire que les générations d'avant, trop sous-estimées, n'étaient composées que de faibles talents : un Fondary, un Vernhes, une Garner, une Dupuy, un Le Roux, un Lafont, une Lagrange, etc étaient aussi des artistes de premier plan
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
raph13
Basse
Basse
Messages : 3017
Enregistré le : 03 déc. 2005, 00:00
Localisation : Paris

Re: L'école de chant français, Paris et la province

Message par raph13 » 05 avr. 2019, 13:29

Je rajoute Pollet et Denize à ta liste :D
« L’opéra est comme l’amour : on s’y ennuie mais on y retourne » (Flaubert)

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: L'école de chant français, Paris et la province

Message par Lucas » 05 avr. 2019, 13:41

JdeB a écrit :
05 avr. 2019, 12:22
Et je déplore parfois que des jeunes qui ont tout à apprendre de la vie, passent leur temps en salle et sur les réseaux (pour le faire savoir).
Je ne partage pas ton sentiment sur l'attitude des jeunes. Ils ont une soif de découverte, peuvent bénéficier d'un tarif à 10 euros pour les moins de 26 ans et ont raison d'en profiter. A leur place, j'agirais de même. Il n'y a rien d'ostentatoire là-dedans et je suis toujours heureux de lire leurs avis, conscient du fait que, sans eux, la musique classique risquerait de devenir un objet de musée

De surcroît, ils n'ont pas besoin de "cirer les pompes" des théâtres pour obtenir une place qui leur est quasiment offerte et leurs critiques sont donc infiniment plus objectives que celles de certains "ainés" qui font la course aux accréditations
JdeB a écrit :
05 avr. 2019, 12:22
Pour en revenir au sujet, l'école de chant français se porte bien, oui, pour autant il ne faut pas croire que les générations d'avant, trop sous-estimées, n'étaient composées que de faibles talents : un Fondary, un Vernhes, une Garner, une Dupuy, un Le Roux, un Lafont, une Lagrange, etc étaient aussi des artistes de premier plan
Ce n'est pas faux mais disons qu'il n'y a pas eu, comme aujourd'hui, une éclosion tous azimuts de talents.

Sinon, oui, Alain Vernhes fut magnifique et j'ai un souvenir exceptionnel de sa prestation dans le rôle du "père" de Louise donnée au Châtelet. Son seul tort est d'avoir fait carrière en même temps que José Van Dam qui l'a injustement éclipsé. Et pourtant, il y avait de la place pour deux.

Enfin, pour en revenir aux concerts et enregistrements récents, Il y a des rumeurs, ici ou là, selon lesquelles le Samson d'Alagna et Lemieux donné au TCE, l'an dernier, aurait fait l'objet d'un enregistrement en studio. Pour avoir assisté à la seconde représentation, j'espère que cela se confirmera tant Lemieux, en dépit d'un timbre moins "gorgeous" que Garanca, y a déployé des trésors de subtilité et une diction très supérieure à sa consœur.

Toujours au chapitre des concerts, une "Damnation de Faust" est programmée les 25 et 26 avril à Strasbourg avec une distribution prestigieuse alliant des chanteurs étrangers ayant fait l'effort de bien travailler le français (DiDonato et Spyres et je vois d'ici Hélène rougir de plaisir) et Courjal sous la baguette de Nelson. Diapason promet la diffusion d'un enregistrement sous label Erato dans la foulée des représentations.

Enfin, comme on en a peu parlé à la rubrique "discographie", j'aimerais attirer l'attention sur l'enregistrement des "Nuits d'été" de Berlioz par Stéphane Dégout/Roth/Les siècles. On peut certes préférer une version pour mezzo mais l'art de la diction du baryton est superbe et le couplage avec un Harold en Italie, dominé par une Tabea Zimmermann très engagée, n'appelle que des éloges. Ce disque a d'ailleurs été bardé de diplômes (Choc de Classica, 4 clefs de Télérama etc ...)

Image

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21805
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: L'école de chant français, Paris et la province

Message par JdeB » 06 avr. 2019, 09:42

HS Concernant les jeunes, moi j'écris " parfois (...) des jeunes" et toi tu généralises. Bien sûr qu'on est très content que le public se renouvelle et que c'est super sympa qu'il existe une tarification très douce pour les moins de 28 ans., j'en ai bénéficié à qui mieux mieux dans ma jeunesse (où on venait juste de mettre en place ce système) mais je ne sortais que 30-35 fois par an et je croquais aussi la vie à pleines dents, loin d'être prisonnier de ce ghetto.

En fait, moi je ne connais très bien que les jeunes du Fit Game et moins bien ceux de l'opéra. Lundi au TCE pour un opéra français (Armide), un gamin est venu se replacer après l'entracte aux places de presse, près de moi (je lui donnerai 17-18 ans, peut-être moins) avec son gros sac à dos de lycéen lambda et sa thermos. Il s'est précipité sur un ex ODbien que j'ai viré pour lui faire la bise et l'inciter à venir le rejoindre sur ce rang K mais l'autre m'ayant reconnu a préféré se replacer plus bas, très de côté. ODB a vraiment hérité de jeunes gratinés depuis 16 ans ! A part Raph et Nico (ASVO), que des cas...

En tout cas, pour rester dans le sujet on ne peut que déplorer que dès qu'un opéra français est à l’affiche, la moyenne d'âge du public fasse un bon de 10 à 15 ans :cry:

Oui, je serai à Strasbourg pour cette Damnation.

Oui, Lemieux est bien supérieure à Garanca en Dalila et tant mieux si l'enregistrement du TCE est édité

HS2 un critique musical n'a pas besoin du dire du bien de tout pour être accrédité, absolument pas (même si certains sites donnent cette impression !). Il a besoin d'être dans les petits papiers de son rédac chef et de se montrer poli avec les AP (attaché(e)s de presse). Mais il est vrai qu'il est rarement totalement sincère dans ses écrits pour ne pas perdre trop de temps avec les artistes les plus susceptibles et leurs groupies hard.
"Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." J-C Van Damme.
Odb-opéra

Avatar du membre
Lucas
Basse
Basse
Messages : 2209
Enregistré le : 07 janv. 2005, 00:00
Contact :

Re: L'école de chant français, Paris et la province

Message par Lucas » 06 avr. 2019, 10:48

JdeB a écrit :
06 avr. 2019, 09:42
Un critique musical n'a pas besoin du dire du bien de tout pour être accrédité.
Nous sommes tout à fait d'accord et c'est pourquoi, j'ai écrit cela :
Lucas a écrit :
05 avr. 2019, 13:41
De surcroît, les jeunes n'ont pas besoin de "cirer les pompes" des théâtres pour obtenir une place qui leur est quasiment offerte et leurs critiques sont donc infiniment plus objectives que celles de certains "ainés" qui font la course aux accréditations
Fort heureusement, il y a de nombreux critiques qui ne confondent pas professionnalisme et complaisance. Et très souvent, un bon rédacteur en chef les encouragera à dire les choses. Il suffit de voir l'intégrité d'un Richard Martet qui a osé descendre en flamme l'Yseult calamiteuse de Serafin pour s'en convaincre. Et Piotr Kaminsky n'a pas non plus sa langue dans sa poche et c'est tant mieux.

Malheureusement, certains critiques pensent qu'en écrivant des papiers indulgents, ils s'attireront les bonnes grâces de certains théâtres; ce qui parfois n'est pas toujours faux quand on se souvient qu'à une époque pas si lointaine, l'ONP a suspendu les accréditations des journalistes du Monde au prétexte que leurs critiques n'étaient pas bonnes.

De ce fait, par pur arrivisme ou nombrilisme, certains critiques enverront sciemment dans le mur des spectateurs trop naïfs qui "jetteront leur argent par la fenêtre" pour voir un spectacle médiocre.

Rien à voir naturellement avec nos globe trotters qui parcourent le monde par pure passion et paient leur place
JdeB a écrit :
06 avr. 2019, 09:42
Oui, je serai à Strasbourg pour cette Damnation.

Oui, Lemieux est bien supérieure à Garanca en Dalila et tant mieux si l'enregistrement du TCE est édité
Si tu as des infos sur l'enregistrement de cette Dalila qui est à l'état de rumeur, je suis preneur. L'entourage d'Alagna, qui y fut aussi remarquable, doit bien être au courant.

Pour la Damnation de Faust de Strasbourg, l'annonce de l'enregistrement a été très officiellement faite dans le journal "Diapason" de ce mois

Enfin, que penser de cet enregistrement de La reine de Chypre dont la distribution me tente bien? L’œuvre vaut-elle le coup? On a du en parler quelque part mais je n'arrive pas à mettre la main dessus :

Image

Répondre