Bilan de la première saison de Gérard Mortier (2)

Actualité, potins, débats.
Répondre
Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Re: au fond, où est le problème?

Message par Friedmund » 23 juil. 2005, 18:34

faustin a écrit :Réponse au message de Friedmund du 17 juillet 18h02
***********************************************

J'imagine qu'un lecteur pourrrait facilement nous renvoyer dos à dos. Faustin
Sans aucun doute, mais, et je veux le dire particulièrement aujourd'hui où certains autres fils portent une pointe d'animosité bien violente, ce renvoi dos à dos se fait en toute amitié. :D

La controverse est ce qui nous permet de nous enrichir, l'amitiéque ce soit agréable quelles que soient les tensions du débat. Ce qui fait le charme d'un forum, et particulièrement de celui-la, c'est de pouvoir être dans le plus parfait désaccord de fond, dans la plus parfaite amitié humaine. :D
faustin a écrit : Au fond, où est le problème? Dans l'immensité du répertoire, il faut bien faire un choix et je ne vois pas quel choix serait assez mal fait pour ne pas nous faire progresser en une saison suivie avec assiduité dans la délectable découverte ou redécouverte des richesses de ce fabuleux répertoire.

Faustin
Ce qui est problématique avec la programmation de Mortier c'est son aspect répétitif. On a le sentiment d'y manger en permanence l'alternance de deux plats, ou bien les titres les plus éculés du répertoire, ou bien le menu "XXème". Pour les premiers, on peut devenir facilement écoeuré à sa 8ème production de Bohème ou 5ème production de l'Elixir. Pour les 'nouveautés', on peut souhaiter sortir de temps en temps du terroir "XXème siècle", et goûter à tous ces plats que l'on ne nous sert jamais à l'ONP.

La monomanie de Mortier autour du XXème est doublement pesante, par saturation de XXème, et par la privation absolue de vérisme, de bel canto ou de grand opéra... entre autres (l'opéra tchèque? Vivaldi? les romantiques allemands? Haydn? etc).
faustin a écrit : Il se trouve que pour la saison 2004-2005 de l'Opéra de Paris, j'ai mal accepté qu'une programmation si enthousiasmante et sans doute porteuse d'originalité autrement, pourquoi aurait-elle été à ce point contestée, soit l'objet d'attaques aussi virulentes.
Voir ci-dessus. Indigestion de XXème.
faustin a écrit :Pour ce qui est des déclarations jugées intempestives de Gerard Mortier, je dois dire que je ne les approuve pas vraiment; quand je l'entends parler à la radio, je me dis, Mon Dieu, quel gaffeur!
Quand on est offensif, méprisant et que l'on dénigre les goûts des autres, on s'expose nécessairement à de l'agressivité de qui l'on a blessé. Et quand on est méprisant envers autrui, on se trouve vite confronté à ses propres manques. Mortier ne se poserait pas en tel étalon de valeur, les réactions seraient sans doute moins virulentes.

Car le bilan de Mortier, honorable en soi, n'est par contre pas à la hauteur de ses déclarations, voire en parfaite contradiction: distributions médiocres, prix des places en augmentation vertigineuse, répertoire d'une banalité effroyable en grande partie (malgré ses déclarations...) et monomaniaquement moderne d'une autre part, exclusion de tout nouveau public de l'ONP (par la programmation, le prix des places, le mode de réservation etc).

Maintenant, en conclusion, une part du public peut se sentir plutôt maltraitée par Mortier... et donc avoir un besoin de révolte. Et comme les maltraitances sont nombreuses, la révolte s'en va finissant come un colpo di canone .

faustin
Basse
Basse
Messages : 2891
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

mais enfin, qu'est-ce qu'on lui reproche?

Message par faustin » 24 juil. 2005, 15:22

Réponse au message de PlacidoCarrerotti du 17 juillet 18h42
******************************************************

Merci cher PlacidoCarrerotti pour cette réponse très circonstanciée. Je partirai de la question : pourquoi tant d?hostilité à l?égard de l?actuel Directeur de l?Opéra de Paris, au moins sur ce forum, au delà, je ne sais pas.


Pour ce qui est de l?augmentation du prix des places, c?est lui faire un mauvais procès. Il a certainement reçu des instructions dans ce sens. Je vais personnaliser un peu. Je ne pense pas que ce soit indiscret de signaler que très souvent je rencontre à l?opéra Louis Schweitzer, ancien PDG de Renault, avec Francis Mer le plus lyricomane des patrons. Pourquoi diable l?État financerait les loisirs aussi culturels soient ?ils de cet ancien capitaine d?industrie ? Lui-même, avec le civisme qui le caractérise, n?en demande sûrement pas tant. Il n?est pas normal que l?argent de l?État aille aux plus riches. Par ailleurs, cette massive subvention que reçoit l?Opéra de Paris grève le budget du Ministère et c?est autant d?argent en moins pour des formations musicales plus jeunes, et mille autres initiatives culturelles qui ne demandent qu?à être soutenues. Mais chut, faites comme si je ne l?avais pas écrit.


Est-ce la personne du directeur de l?Opéra de Paris qui est en cause? De sa personne, on ne parlera pas. On n?en parle pas, mais on se trouve d?accord pour dire qu?il n?a rien du simple administratif que certains voudraient qu?il soit. Il s?implique à fond dans ses spectacles, il les remanie au besoin, aucun détail ne lui échappe, ce qui explique qu?il emploie pour les qualifier la première personne du pluriel « notre mise en scène », ce qui lui est reproché. On ne parle pas de sa personne mais on rappelle au passage quelques épisodes de son passé de directeur de maison d?opéra. Cette histoire de charter Paris-Bruxelles, telle qu?elle est décrite, me laisse perplexe. Ainsi, la renommée de Gerard Mortier serait basée sur une opération de relations publiques hautement mystificatrice. Une ficelle grosse comme un câble de marine, ce qui, à l?époque n?aurait pas dû échapper à la vigilance des spectateurs bruxellois floués dans l?affaire, ni à la presse du pays pas complètement aveugle ni de mèche, ainsi qu?aux spectateurs parisiens pas forcément d?accord dans leur ensemble pour servir de faire valoir. Tout cela est difficile à croire. Ce que je veux bien croire, c?est qu?il y a bien eu des effort légitimes pour intéresser le public français aux spectacles de Théâtre Royal de la Monnaie mais pas dans le but retors de susciter une pénurie artificielle de places.


Pourquoi la programmation de la saison 2004-2005 mise en ?uvre par Gerard Mortier a-t-elle suscité des réactions à ce point hostiles ? Je me suis trouvé vivement pris à parti pour l?avoir qualifiée d?audacieuse . Tu m?expliques en me donnant tous les détails qu?il n?y a pas d?audace à mettre à l?affiche des titres aussi connus et souvent représentés. Je l?admets mais je perçois un problème : si cette programmation n?avait rien d?audacieux, pourquoi a-t-elle été à ce point mise à mal ? Parce qu?elle n?aurait pas été « bonne », c?est-à-dire parce qu?elle n?aurait pas comporté assez ?uvres intéressantes ? Personne ne l?a prétendu. Il faut donc admettre que cette programmation a pris à rebrousse-poil une partie du public, ce qui d?ailleurs a été largement exprimé sur ce forum. J?en déduis une certaine frilosité de ce public, qui n?aime pas être dérangé dans ses habitudes ni conduit dans des directions qui ne lui sont pas familières et j?en déduis aussi qu?il y a bien eu quelque audace à le faire. Ces réactions d?hostilité me paraissent en tout état de cause excessives, ne rendant pas justice aux mérites de la programmation et les propos de Gerard Mortier sont somme toute assez fondés même si dans les fonctions qu?il occupe, il n?est pas diplomatique de sa part de s?exprimer comme il le fait.


Pour ce qui est de la référence à Covent Garden, je n?ai pas eu la chance de fréquenter cette maison qui est certainement un très haut lieu de l?art lyrique, mais dont les conceptions ne sont pas celles de l?Opéra de Paris et ne peuvent pas l?être. Covent Garden ne reçoit pas de subventions de la part de l?État, c?est une maison élitiste, les places y sont chères, ce qui peut se faire dans la capitale de la finance qu?elle est devenue Londres. Dans ces conditions, la gestion est très dépendante du taux de remplissage et la direction ne peut pas se permettre beaucoup d?aventures du genre Saint-François d?Assise. J?ai eu connaissance de leur programme, malheureusement je n?ai pas gardé la brochure, il me semble que c?est bien dans la liste des vingt opéras les plus représentés au monde qu?ils vont puiser pour construire leur programmation. Mais je ne cherche pas à critiquer cette maison dont je ne cesse de recevoir des échos très favorables et où je serais heureux de me rendre un jour.

Faustin

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21389
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 24 juil. 2005, 15:31

G. Mortier a récolté ce qu'il a semé: des réprimandes, des leçons hautaines, de l'intransigeance, de l'excès, de la morale, du mépris aussi parfois.

Mais il lui reste 4 saisons. Croisons les doigts.

Jérôme qui aime aussi les gaffeurs.

Avatar du membre
jeanch
Baryton
Baryton
Messages : 1209
Enregistré le : 10 avr. 2005, 23:00
Localisation : Paris

Re: mais enfin, qu'est-ce qu'on lui reproche?

Message par jeanch » 24 juil. 2005, 20:42

faustin a écrit :Je partirai de la question : pourquoi tant d?hostilité à l?égard de l?actuel Directeur de l?Opéra de Paris, au moins sur ce forum, au delà, je ne sais pas.
Chaque fois que je parle avec des gens à l'opéra (mes voisins ou dans la queue), les gens ressentent un certain malaise avec Mortier. Je ne connais personne d'aussi "mortiérophile" :wink: que toi Faustin.

Avatar du membre
richie3774
Ténor
Ténor
Messages : 515
Enregistré le : 06 avr. 2004, 23:00
Localisation : Quaregnon Belgique
Contact :

Re: mais enfin, qu'est-ce qu'on lui reproche?

Message par richie3774 » 24 juil. 2005, 22:41

faustin a écrit :Pour ce qui est de l?augmentation du prix des places, c?est lui faire un mauvais procès. Il a certainement reçu des instructions dans ce sens. Je vais personnaliser un peu. Je ne pense pas que ce soit indiscret de signaler que très souvent je rencontre à l?opéra Louis Schweitzer, ancien PDG de Renault, avec Francis Mer le plus lyricomane des patrons. Pourquoi diable l?État financerait les loisirs aussi culturels soient ?ils de cet ancien capitaine d?industrie ? Lui-même, avec le civisme qui le caractérise, n?en demande sûrement pas tant. Il n?est pas normal que l?argent de l?État aille aux plus riches. Par ailleurs, cette massive subvention que reçoit l?Opéra de Paris grève le budget du Ministère et c?est autant d?argent en moins pour des formations musicales plus jeunes, et mille autres initiatives culturelles qui ne demandent qu?à être soutenues. Mais chut, faites comme si je ne l?avais pas écrit.
Faustin, je ne doute pas de ta sincérité quand tu veux défendre Gégé, mais là tu pratiques des amalgames assez étonnants. Prétendre que Gégé a augmenté le prix de toutes les places de l'ONP pour que les patrons paient plus cher, là ça me la coupe.

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 14494
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: mais enfin, qu'est-ce qu'on lui reproche?

Message par PlacidoCarrerotti » 25 juil. 2005, 08:42

richie3774 a écrit :
faustin a écrit :Pour ce qui est de l?augmentation du prix des places, c?est lui faire un mauvais procès. Il a certainement reçu des instructions dans ce sens. Je vais personnaliser un peu. Je ne pense pas que ce soit indiscret de signaler que très souvent je rencontre à l?opéra Louis Schweitzer, ancien PDG de Renault, avec Francis Mer le plus lyricomane des patrons. Pourquoi diable l?État financerait les loisirs aussi culturels soient ?ils de cet ancien capitaine d?industrie ? Lui-même, avec le civisme qui le caractérise, n?en demande sûrement pas tant. Il n?est pas normal que l?argent de l?État aille aux plus riches. Par ailleurs, cette massive subvention que reçoit l?Opéra de Paris grève le budget du Ministère et c?est autant d?argent en moins pour des formations musicales plus jeunes, et mille autres initiatives culturelles qui ne demandent qu?à être soutenues. Mais chut, faites comme si je ne l?avais pas écrit.
Faustin, je ne doute pas de ta sincérité quand tu veux défendre Gégé, mais là tu pratiques des amalgames assez étonnants. Prétendre que Gégé a augmenté le prix de toutes les places de l'ONP pour que les patrons paient plus cher, là ça me la coupe.
D'autant que les les patrons en question ne paient pas leur places DU TOUT puisqu'ils disposent d'abonnements "entreprises".

Au bout du compte, qui paie les places des invités de France Telecom ou de la Caisse des Dépôts ? Nous.

Avatar du membre
Tatiana
Messages : 49
Enregistré le : 17 janv. 2005, 00:00
Localisation : Düsseldorf

Message par Tatiana » 25 juil. 2005, 10:53

Enfin pas tout à fait...Les entreprises comme Renaut et FT sont des entreprises mécènes de l'ONP: quand elles font des dons, elles ont des abattements fiscaux avantageux...Et quand tu négocies qq chose, c'est toujours sympa de payer un spectacle à ton client, ça passe sur les frais généraux. Donc, non ce n'est pas le particulier qui paie les places des grands patrons...

Les coûts fixes de l'ONP sont subventionnés par l'Etat, (personnel), et tous les artistes invités et le prod doivent être financées par les recettes billetteries et le mécénat.(d'ailleurs les tarifs AROP aussi ont considérablement augmenté, encore plus que ceux de l'ONP)...

Trois explications sont donc possibles: soit la subvention nationale a diminué de 30% (augmentation générale des prix), soit Gégé avait parié sur une chute de la fréquentation et pour maintenir la jauge financière, il fallait bien plumer les spectateurs, soit, certains artistes invités cette année coûtent BEAUCOUP plus chers que prévus...Pour G&P et Tistan(je crois, je ne suis pas certaine), ça a directement été reporté sur le prix des places....pour le reste....Qui voit on en permanence à l'ONP???? :roll:

Amicalment
T.
Ah! Le Bonheur était si proche...

Avatar du membre
Rodrigue
Alto
Alto
Messages : 286
Enregistré le : 06 juin 2004, 23:00
Localisation : Paris

Message par Rodrigue » 25 juil. 2005, 11:00

Qui VOYAIT-on régulièrement à l'ONP tu voulais dire... :roll:

(autant je suis plutôt intéressé par les productions, autant les distributions laissent à désirer)

Avatar du membre
Tatiana
Messages : 49
Enregistré le : 17 janv. 2005, 00:00
Localisation : Düsseldorf

Message par Tatiana » 25 juil. 2005, 12:48

En fait je pensais plutôt au grand ami de Mortier, un certain Sylvain C.
Ah! Le Bonheur était si proche...

faustin
Basse
Basse
Messages : 2891
Enregistré le : 21 déc. 2003, 00:00
Localisation : Paris

le beurre et l'argent du beurre

Message par faustin » 25 juil. 2005, 17:36

richie3774 a écrit :
faustin a écrit :Pour ce qui est de l?augmentation du prix des places, c?est lui faire un mauvais procès. Il a certainement reçu des instructions dans ce sens. Je vais personnaliser un peu. Je ne pense pas que ce soit indiscret de signaler que très souvent je rencontre à l?opéra Louis Schweitzer, ancien PDG de Renault, avec Francis Mer le plus lyricomane des patrons. Pourquoi diable l?État financerait les loisirs aussi culturels soient ?ils de cet ancien capitaine d?industrie ? Lui-même, avec le civisme qui le caractérise, n?en demande sûrement pas tant. Il n?est pas normal que l?argent de l?État aille aux plus riches. Par ailleurs, cette massive subvention que reçoit l?Opéra de Paris grève le budget du Ministère et c?est autant d?argent en moins pour des formations musicales plus jeunes, et mille autres initiatives culturelles qui ne demandent qu?à être soutenues. Mais chut, faites comme si je ne l?avais pas écrit.
Faustin, je ne doute pas de ta sincérité quand tu veux défendre Gégé, mais là tu pratiques des amalgames assez étonnants. Prétendre que Gégé a augmenté le prix de toutes les places de l'ONP pour que les patrons paient plus cher, là ça me la coupe.


Toujours un peu dur de se faire comprendre dans les forums! (pas seulement celui-ci). Bien entendu, il faut raisonner sur des moyennes, et même "segmenter" les populations qu'on envisage mais comme c'est rébarbatif et pas très cool d'avoir l'air de donner un cours d'économie matinée de statistiques, et moins parlant, j'ai un peu personnalisé la question et j'ai évoqué le cas du très assidu Louis Schweitzer qui semble ne manquer aucun spectacle de l'Opéra de Paris. Louis Schweitzer mis à part, il est bien évident que ce ne sont pas les couches les moins favorisées de la société qui vont le plus à l'opéra, et qui occupent les places les plus chères; en moyenne, je dis bien en moyenne, je dois le préciser car on ne va pas manquer de me tomber dessus pour me citer autant de cas qu'on voudra de personnes qui ne sont pas riches et qui vont souvent à l'opéra.

C'est bien ce qui est problématique dans cette subvention, c'est de l'argent pris à l'ensemble des Français, aux pauvres comme aux riches et qui va aux riches; ce n'est pas d'ailleurs le seul cas, pendant longtemps, les impôts ont financé un Concorde déficitaire utilisé par les super-riches.

Mais cete subvention sert à payer les frais fixes de l'opéra! Quand Mortier augmente le prix des places, il ne fait pas diminuer le montant de cette subvention. Et c'est encore plus injuste, car quand le prix des places est en hausse, cela exclut le public peu fortuné qui dès lors ne peut plus bénéficier du résultat produit par l'argent de cette subvention. C'est une double injustice.


Il reste que cette subvention est d'une grande utilité et doit être défendue, même si on comprend le Ministère de vouloir la limiter un peu au moins dans sa croissance. C'est l'absence de subvention qui fait de Covent Garden une maison très élitiste, ce qui d'ailleurs semble lui aller fort bien, avec, et j'attends qu'on me démente si je me trompe, une programmation qui recourt très largement à la liste des vingt titres les plus joués dans le Monde.


J'ai bien précisé que le nouveau directeur, avec un certain discernement qu'il faut lui reconnaître, n'est-ce pas, n'avait pas augmenté le prix de toutes les places, qu'il n'avait pas trop mal traité les utilisateurs de places à bon marché, je crois l'avoir expliqué mais je veux bien y revenir. Il ne s'agit pas du tout de places sans visibilité, comme cela a été suggéré.


Je vois que décidemment on ne passe rien à Gerard Mortier à qui on demande tout et son contraire, le beurre et l'argent du beurre, des distributions dignes du Met, dès qu'on voit arriver un chanteur pas trop connu qui vient de Slovaquie ou du Kazakhstan, on crie au scandale et des tarifs de pays de l'Est d'il y a trente ans. Franchement, je crois qu'il n'est pas personnellement en cause dans ces affaires de gros sous, que la question se poserait dans des termes rigoureusement identiques à n'importe quel nouveau directeur qui recevrait de ses autorités de tutelle les mêmes instructions.

Faustin

Répondre