Bilan de la première saison de Gérard Mortier

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
EdeB
Dossiers ODB
Messages : 3014
Enregistré le : 08 mars 2003, 00:00
Localisation : Ubi est JdeB ...

Message par EdeB » 11 juil. 2005, 20:04

Cette discussion me parait assez absurde.
Je ne vois pas en vertu de quoi un administratif se mêlerait de travail artistique, comme le fait généralement Mortier (en plus des dérapages sémantiques du style « notre mise en scène » quand il parle du travail des artistes engagés, à moins qu?il n?use du pluriel de majesté !, son réglage des lumières était assez ridicule?) Qu?il gère l?établissement et éventuellement participe aux choix de programmation, c?est du ressort de son activité. Sait-on gré au plombier de bien réparer la tuyauterie ? Non, on considère qu?il fait correctement ce pour quoi il est payé, et on râle si le boulot est mal fait ! De même, un directeur d?opéra est supposé respecter tous les styles et fournir une saison qui honore tous les goûts quoi qu?il puisse en penser, dans le respect du cahier des charges donné l?administration de tutelle et dans le respect du budget alloué.
Un directeur d?établissement public est supposé faire une programmation équilibrée avec l?argent du contribuable, et non servir ses goûts personnels et flatter son ego. Que des dérives existent, c?est humain et assez courant, mais c?est sans doute une des rares fois où un responsable se répand à ce point dans la presse pour commenter ses goûts, ses options, se mettre en avant et analyser quel est selon lui le public idéal d?opéra. (On avait déjà eu droit au « je déteste Lully donc pas de Lully à l?ONP » de Gall, mais outre que c?était resté assez inaperçu, cette déclaration lapidaire avait quand même une certaine logique étant donné les effectifs nécessaires pour l?orchestre lulliste et la jauge de Garnier, sans parler de Bastille !). On peut déplorer qu?un directeur engage des gens faisant partie de son réseau et de sa sensibilité, mais c?est humainement normal et c?est le cas partout.
Ce qui ne passe pas, en tout cas pour moi, c?est cette mise en espace permanente de la parole de Mortier, de ses goûts, de ses envies, de ce qu?il considère que l?opéra doit être etc? [Dire par ex, que l?opéra ne doit pas être un divertissement, c?est méprisant et insultant vis-à-vis d?une partie du public. L?opéra, cela peut être (parfois, pour certains) une entreprise d?analyse intellectuelle, tout en restant du FUN ! Après tout, il y a plusieurs formes de plaisir, et l?une n?a pas à prendre préséance sur l?autre. On n?est pas obligé d?aimer Janacek, il n?y a pas que Traetta dans la vie, et Meyerbeer a tout autant droit de cité pour parler de l?intolérance ou du colonialisme que Delibes ou Monteverdi pour dénoncer les man?uvres politiques !!!]
Ce sont ces dérives-là que je lui reproche. Cette espèce de dogmatisme affiché, que je trouve très surprenant de la part d?un homme que j?ai connu par le passé fort accessible, courtois et passionné par son travail. De quelqu?un qui a réalisé à La Monnaie des saisons passionnantes qui faisaient baver d?envie tous les mélomanes européens. D?un directeur artistique qui a donné, le premier, sa chance à un jeunot appelé Peter Sellars, et qui lui a laissé carte blanche pour fabriquer certains jalons historiques de l?histoire de la dramaturgie européenne.
Mais il semblerait que la malédiction Salzbourgeoise du « pot de chambre de l?Autriche » (pour citer son fils le plus connu !) ait encore frappée !
Ce besoin irrésistible de se mettre en scène (jusqu?à interpoler dans ses traductions simultanées lors du Passeport Tristan, des remarques sur son rapport avec l??uvre, en oubliant de traduire les ¾ des propos de Salonen ou Viola !), ce besoin d?exister, de se montrer, est presque touchant dans son ardeur systématique. Qu?un directeur soit accessible, voilà qui change agréablement de certaines directions précédentes, mais n?est-ce pas en faire beaucoup trop ? Ici, comme pour tout le reste, c?est une question de MESURE. Se mettre en scène n?est PAS le travail d?un directeur d?opéra, il est supposé s?effacer pour laisser parler les ?uvres et ceux qui les incarnent ou les servent sur le plateau ou dans la fosse. Toute autre attitude est du hors-sujet.
Je ne critique pas tant que cela sa saison, qui somme toute, est aussi mauvaise ou aussi bonne que celles de Gall. Après tout, dans une usine comme la Grande Maison, on ne peut plaire à tout le monde tout le temps. Surabondance de Janacek ? C?était une année anniversaire, après tout, on a entendu pire sous Gall. Ce qui me gène, c?est la Comm? qui entoure ces choix, ce martèlement intensif?
De grâce, Monsieur Mortier, faites comme vos prédécesseurs, faites ce que vous voulez (après tout, il n?y a que le Ministère de la Culture qui peut râler efficacement, si les taux de remplissage sont trop bas ), mais de grâce, TAISEZ VOUS : la parole est d?argent, mais le silence est d?or !

Emmanuelle, qui avait hurlé de joie, en duo avec son mari (JdeB), à l'annonce de la nomination de G Mortier, et qui ne fut jamais une groupie d'Hugues Gall.

PS : La grosse erreur tactique (et reconnue en tant que telle) à Paris est l?augmentation subite du prix de places et de certains abonnements (qui aurait dû être étalée sur plusieurs saisons, en sachant que l?ONP aura vocation à rattraper peu ou prou les prix pratiqués ailleurs : l?Etat ne va pas continuer à payer la différence du prix réel de revient au siège ?d?après ce que j?ai lu je ne sais plus trop où, entre 1800 et 2500 Francs par tête de pipe, selon les productions !!)

PPS : quand aux autographes salzbourgeois, j?ai été témoin d?une de ces saynettes qui m?avait laissée une impression mitigée à l?époque.

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21014
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 11 juil. 2005, 20:10

Kristoff a écrit :
JdeB a écrit :non, ce fil reste ouvert. La discussion avance même si certains sont des irréductibles.
Mais qui sont les "irréductibles"?
Les pro Mortier?
C'est trop facile!
je n'ai jmais dit ça !
je clarifie mon propos: il restera toujours des irréductibles, dans les deux camps, mais ce n'est pas une raison pour empêcher le déroulement du débat.

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 11 juil. 2005, 20:12

EdeB a écrit :(en plus des dérapages sémantiques du style « notre mise en scène » quand il parle du travail des artistes engagés,
Là, il y a sans doute une explication : c'est une façon d'inclure lesdits articles dans la Maison, ce qui est plutôt sympathique. La mise en scène qu'ils fabriquent, c'est celle que leur a commandée par G.Mortier, celle que les équipes de techniciens vont réaliser, celle dans laquelle les artistes vont se représenter, celle dont les spectateurs vont bénéficier. Je trouve le côté collégial plutôt sympathique, même si l'expression est peut-être étrange.

David - allezsavoirpourquoi,jem'attacheàmonfondsdecommerce ;)

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21014
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 11 juil. 2005, 20:19

La Maison c'est l'Opéra national de Paris, il suffit de dire les choses simplement.

Lorsqu'il déclare à Télérama : "Aïda parle du colonialisme (sic), Par contre je ne vois pas ce que je peux faire avec Lakmé": c'est quand même du grand comique involontaire, non ?

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 11 juil. 2005, 20:27

JdeB a écrit :La Maison c'est l'Opéra national de Paris, il suffit de dire les choses simplement.
N'oublions pas que sa langue maternelle n'est pas le français, et qu'il peut d'autant plus faire des maladresses.
Oui, il aurait pu dire "cette mise en scène", mais s'il parle de la Maison, pourquoi pas "notre mise en scène". Je maintiens que c'est plutôt sympathique. Gégé dit suffisamment n'importe quoi sans qu'on coupe les cheveux en trente-huit.

Lorsqu'il déclare à Télérama : "Aïda parle du colonialisme (sic), Par contre je ne vois pas ce que je peux faire avec Lakmé": c'est quand même du grand comique involontaire, non ?
Mon cher Jérôme, tu sembles oublier que l'évidence n'a aucune valeur. Seule l'inintelligibilité est universelle, disait quelqu'un (j'ai oublié qui).

Sinon, effectivement, comme ses propos sur le théâtre grec, ses propos sur Aida sont une preuve inquiétante de la méconnaissance de ce que Gégé aime ou dénigre, parfois.

En l'occurrence, le "je" me gêne, puisque ce n'est pas à lui de faire, mais à l'artiste à qui il confiera le projet. J'imagine bien le ministre de la Culture dire "ma mise en scène"... Pourquoi pas "mon contre-fa", aussi !

David - :!:

Avatar du membre
PaoloAlbiani
Modérateur ODB
Modérateur ODB
Messages : 762
Enregistré le : 05 nov. 2004, 00:00
Contact :

Message par PaoloAlbiani » 11 juil. 2005, 20:37

Lorsqu'il déclare à Télérama : "Aïda parle du colonialisme (sic),
Alors là????? J'en apprend une bien bonne....... Une fois que l'on a dit cela, on a tout dit.... Cette phrase est COLLECTOR..... Comme David, le "je" me gêne, mais cela procède probablement du culte de la personnalité dont parlait Friedmund

Cette vérité de La Palisse prouve une chose: chacun son métier....
Que les admistratifs administrent, que les chanteurs chantent, que les metteurs en scène mettent CORRECTEMENT en scène, que les chefs dirigent en respectant la partition, et l'opéra s'en portera mieux.

Paolo, un peu moralisateur ce soir....

Avatar du membre
Abigaille
Alto
Alto
Messages : 431
Enregistré le : 10 sept. 2004, 23:00
Localisation : Dans un bourg où la vie est cher...
Contact :

Message par Abigaille » 11 juil. 2005, 20:49

A quand un Nabucco qui se déroulera pendant la guerre 39-45?
C'est génial ça toutes ces transpositions!

PS:la phrase de télérama c'est la cerise sur le gâteau!

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 11 juil. 2005, 21:00

Abigaille a écrit :PS:la phrase de télérama c'est la cerise sur le gâteau!
A ce degré-là ce n'est plus une cerise, mais une barrique de coulis.

Avatar du membre
Abigaille
Alto
Alto
Messages : 431
Enregistré le : 10 sept. 2004, 23:00
Localisation : Dans un bourg où la vie est cher...
Contact :

Message par Abigaille » 11 juil. 2005, 21:06

:lol:
Le coulis de cerise sur une pièce montée!

Avatar du membre
JdeB
Administrateur ODB
Administrateur ODB
Messages : 21014
Enregistré le : 02 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par JdeB » 11 juil. 2005, 21:10

mais non, sur une pyramide !

Verrouillé