Riccardo Muti a démissionné

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Stolzing
Soprano
Soprano
Messages : 57
Enregistré le : 16 févr. 2005, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Stolzing » 08 avr. 2005, 11:14

RuggeroRaimondi a écrit :
Golaud a écrit :
tuano a écrit :Pour en revenir un peu au sujet : Muti dirigera le Philharmonique de Vienne à Paris le 4 mai. Est-ce que quelqu'un y sera ?
Oui, moi ! Je suis fan de Riccardo et je ne rate aucun de ses concerts parisiens. En plus il dirige la 3e symphonie de Scriabine, oeuvre rarement jouée dans laquelle il excelle.
mitou!
Ich auch !

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 08 avr. 2005, 20:27

lyricomaniaque a écrit :Même le "Don Carlo" si décrié à l'époque me semble infiniment supérieur à d'autres lectures plus routinières.
Toujours avec ses ruptures de tempi, si surprenantes. Mais elles ont, dans cette version plus peut-être que dans d'autres de ses enregistrements, toujours des justifications. Et ces relances incessantes du drame font qu'on a l'impression de réentendre Don Carlo pour la première fois. C'est si juvénile et si juste...

Qu'importe alors son goût en matière scénique !
Au disque je m'en fiche. :) Après, entre le Don Giovanni de Strehler où tout le monde crève d'ennui et le Rheingold de Stuttgart, vilain mais pédagogique, c'est tout choisi pour moi...

alors qu'une mise en place dans un décor peut permettre à de vrais artistes de se libérer musicalement.
A condition qu'ils soient bien préparés ! On en revient donc au point de départ : un bon metteur en scène présent, qu'il soit plutôt "décor à l'ancienne" ou eurotrash, ça aide.

Quant à la raideur philologique, elle nous a certes privés de certains contre-ut, mais nous a permis d'entendre aussi des lignes, des phrasés et des effets (fin de "La Donna è mobile", etc...) parfaitement inscrits dans la dramaturgie des compositeurs.
Très juste. Dirai-je que, même en abolissant le côté cirque qui prévaut souvent à l'ut traditionnel (du genre de le triple contre-ut de Corelli avec Schippers a-l'ar-mi), je trouve le sol de Di quella pira bien plus beau. En revanche, certains aigus ajoutés dans Ah sì ben mio ou Parmi veder le lagrime scorrenti peuvent être très efficaces dans la phrase.

Là encore, cet excès m'a semblé bénéfique. C'est la diversité qui est excitante, et les options de Muti m'ont apporté des éclairages nouveaux.
Moizoci ! Les couleurs de son Trovatore, je ne les avais jamais entendues dans Verdi. Et le D'amor sull'alli rosee, je n'ai pas pu me départir de sa poésie.

David - mutin

Avatar du membre
DavidLeMarrec
Ténor
Ténor
Messages : 630
Enregistré le : 02 nov. 2003, 00:00
Localisation : Bordeaux
Contact :

Message par DavidLeMarrec » 08 avr. 2005, 20:53

Ariadne a écrit :L'ONF est "transfiguré" quand il joue avec Muti, Haitink, Davis, Masur...et pas avec Nelson? Il ne faudrait pas confier les clés de la Rolls à n'importe qui.
Si, justement, avec Nelson ! Son Benvenuto Cellini m'a fait penser à la Damnation de Markevitch, rien de moins. Chaque extravagance de l'orchestration de Berlioz prend sens, sans excès, précisément, paire parfaite avec le texte. Une direction un peu mons précise, mais plus souple que chez Markevitch. Une double révélation pour moi que cette oeuvre et ce chef, dans ces conditions ! Bref, par rapport aux enregistrements avec l'EOP, la transfiguration est totale.

David - montagneux

Ariadne
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 202
Enregistré le : 30 oct. 2004, 23:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Ariadne » 08 avr. 2005, 23:39

Donc, c'est l'orchestre qui a amélioré le chef :D

giorgio
Messages : 19
Enregistré le : 15 août 2004, 23:00
Contact :

Message par giorgio » 09 avr. 2005, 11:20

tuano a écrit :
giorgio a écrit :
tuano a écrit : En plus, c'est l'un des publics les plus infects du monde : huer Tebaldi, Callas, Caballé... et plus récemment Fleming dans une performance qui n'avait rien d'indigne... bref, il n'y a vraiment pas grand chose qui m'incite à aller à la Scala.
Oui ,mais à la Scala ,il y a le maestro de la claque. :wink:
Comment ça, "oui mais" ? Es-tu ironique ?
L'existence d'une claque ne me rend pas le public de la Scala plus sympathique, bien au contraire !
Si tu ne donnes pas....on te sifflera !!!

Capulet
Messages : 22
Enregistré le : 13 janv. 2005, 00:00

Misinformation

Message par Capulet » 09 avr. 2005, 16:04

Parmi la misinformation perpetuée par la maffia qui voulait forcer son départ, on a arrivé à dire que la reputation internationale de Riccardo Muti était mauvaise, et qu'on "ne savait ce qu'il allait faire s' il quittait La Scala", alors que la vérité est que plusieurs orchestres Américains, et surtout le New York Philharmonic, se le disputent, qu' il a des invitations partout en Europe, alors que La Scala, avec ces fauves au service de qui sait qui, qui ont "réussi" à se livrer de Muti, va avoir des graves difficultés à trover un remplaçant, ou à justifier ses budgets.

C' est évident qu' aucun personnage au niveau Muti va vouloir se faire la victime de ces animaux.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 09 avr. 2005, 16:27

Maffia, animaux...après les termes de racaille, attentat, censure voici des propos encore bien vengeurs et diffamatoires. Peut-on savoir au moins la raison qui te fait éructer autant contre le personnel de la Scala et décharger autant de haine?

En ce qui concerne la désinformation, je trouve tes explications assez caricaturales et loin de la réalité d'une situation complexe...

Capulet
Messages : 22
Enregistré le : 13 janv. 2005, 00:00

Message par Capulet » 10 avr. 2005, 14:30

Je ne suis pas du tout intéréssé à la discussion syndicats et syndicalisme. Ce que m' intéresse est l' avenir des arts en générale et du Teatro alla Scala en particulier.

Riccardo Muti ne laissait pas faire.

Les supporters de Berlusconi qui veulent introduire les spectacles genre Yanni, Trois Ténors, etc ne seront jamais arrivés à le faire pendant qu' un Muti était aux contrôles. Mais surtout ils procurent dominer l' espace médiatique et culturel. Pourquoi?

Parce que les syndicats qui s' opposent à la droite Berlusconienne ont besoin du terrain culturel, étant donné que Berlusconi contrôle deja tous les médias éléctroniques, les radios, la télévision. La Scala est l' intitution culturelle la plus prestigieuse de la Lombardie (dont Milan est la capitale) et la Ligue Lombarde, parti nationaliste, un des soutiens les plus indispensables de Berlusconi.

L' administrateur Fontana était l' homme des syndicats. Mais il avait un grand probleme: sans être pourtant un berlusconien, Muti ne voulait lui laisser faire non plus. Muti était le principal obstacle à la transformation de La Scala en un ballon de football politique. (Croire que la raison était le choix de repertoire est vraiment digne d' un gauchard Français...)

Le maire de Milan a viré Fontana. Et les syndicats se sont revoltés contre....Muti! Alors Muti démissionne. Qui reste en place? Le nouveau nommé du gouvernement milanais, qui maintenant n' a plus de Muti pour l'empecher de suivre l' agenda berlusconienne! Le nouveau administrateur sait très bien à quoi on l' a nommé, et ne pense surtout pas démissionner. Si la saison est en panne, tant mieux!

Il y a des éléments dans les milieux syndicaux qui ont deja admis qu' ils ont déconné. Comme a dit le NEW YORK TIMES dans un bon et long article à ce sujet, ils ont "jété dehors le bébé en place de l' eau du bain". A la longue, Muti aurait été plus naturellement un allié des syndicats que de Berlusconi, pourvu qu' on lui ait laissé le contrôle artistique et respecté sa dignité. En perdant Muti, ils ont fait une belle faveur à la droite.

La rumeur (plus important que les faits dans la politique Italienne!) est que quelques uns dans les syndicats ont été corrompus par l' ennemi, ou bien qu' il y a un tiers agenda caché. Mais le cours suivi par les syndicats a été incroyablement stupide dès le début. Qui, sauf eux, allait croire qu' on les laisserait gérér La Scala?? Leur meilleur chance était de limiter le champ d' action de leurs ennemis en soutenant Muti. Cette chance, ils l' ont foutu, et maintenant ils veulent berner le public avec leurs "mesures de force"...

Mais le public ne va pas prendre le côté des syndicats. Ils sait parfaitement que ces cretins ne s' intéréssent du tout à La Culture. S'ils s' intéréssaient à la culture, comme le public, ils fairont comme le public, et soutiendraient Riccardo Muti.

Grâce à eux, La Scala est maintenant entre les mains des philistins.

Avatar du membre
Friedmund
Baryton
Baryton
Messages : 1124
Enregistré le : 20 nov. 2004, 00:00
Localisation : Paris
Contact :

Message par Friedmund » 10 avr. 2005, 14:38

Capulet a écrit : (Croire que la raison était le choix de repertoire est vraiment digne d' un gauchard Français...)
Je vais faire l'effort de ne pas prendre cela pour une insulte personnelle :)

C'est au moins l'opinion émise par les journaux (y compris musicaux): Fontana voulait des ouvrages moins rares et élitistes pour remplir la Scala... sans doute pour éviter des dérives finacières, artistiques, politiques voire pires encore.

mcs
Ténor
Ténor
Messages : 951
Enregistré le : 21 janv. 2004, 00:00
Contact :

Message par mcs » 10 avr. 2005, 17:32

Capulet a écrit :Je ne suis pas du tout intéréssé à la discussion syndicats et syndicalisme.
qu'est ce que ce serait si vous l'étiez !!!!!
mcs

Répondre