Dialogues des Carmélites: mise en scène attaquée en justice

Actualité, potins, débats.
Répondre
Gorianchikov
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 180
Enregistré le : 31 déc. 2007, 00:00
Localisation : Wallonie
Contact :

Message par Gorianchikov » 28 oct. 2012, 12:46

Don du poème
Je t’apporte l’enfant d’une nuit d’Idumée !
Noire, à l’aile saignante et pâle, déplumée,
Par le verre brûlé d’aromates et d’or,
Par les carreaux glacés, hélas ! mornes encor
L’aurore se jeta sur la lampe angélique,
Palmes ! et quand elle a montré cette relique
A ce père essayant un sourire ennemi,
La solitude bleue et stérile a frémi.
Ô la berceuse, avec ta fille et l’innocence
De vos pieds froids, accueille une horrible naissance
Et ta voix rappelant viole et clavecin,
Avec le doigt fané presseras-tu le sein
Par qui coule en blancheur sibylline la femme
Pour des lèvres que l’air du vierge azur affame ?

Stéphane Mallarmé

Leyla
Ténor
Ténor
Messages : 601
Enregistré le : 08 juil. 2005, 23:00
Contact :

Message par Leyla » 28 oct. 2012, 13:17

Gorianchikov a écrit :Don du poème
Je t’apporte l’enfant d’une nuit d’Idumée !
Noire, à l’aile saignante et pâle, déplumée,
Par le verre brûlé d’aromates et d’or,
Par les carreaux glacés, hélas ! mornes encor
L’aurore se jeta sur la lampe angélique,
Palmes ! et quand elle a montré cette relique
A ce père essayant un sourire ennemi,
La solitude bleue et stérile a frémi.
Ô la berceuse, avec ta fille et l’innocence
De vos pieds froids, accueille une horrible naissance
Et ta voix rappelant viole et clavecin,
Avec le doigt fané presseras-tu le sein
Par qui coule en blancheur sibylline la femme
Pour des lèvres que l’air du vierge azur affame ?

Stéphane Mallarmé
En l'occurrence, Poulenc, à qui la gestation des Dialogues a coûté beaucoup de souffrances, était fier de l'enfant qu'il avait eu tant de mal à mettre au monde. Il n'a eu nul besoin d'une Maria ou d'une Geneviève pour la vivifier. Et surtout pas d'un metteur en scène "intelligent" pour lui faire subir une opération de chirurgie esthétique. La dernière scène est complètement dénaturée dans cette production, et c'est le spectacle munichois qui est "l'enfant d'Idumée", à l'image de ce que devient Mère Marie dans le fantasme du metteur en scène.

Avatar du membre
maitreluther
Baryton
Baryton
Messages : 1415
Enregistré le : 22 janv. 2006, 00:00

Message par maitreluther » 28 oct. 2012, 13:32

Piem67 a écrit :
maitreluther a écrit :
xavierscriabine a écrit :Et donc si on n'aime pas, on met les gens en taule??

:cry:

Un pianiste qui fait 50 fausses notes dans un concerto de Prokofiev, c'est quoi, 6 mois ferme?...
Une "artiste" a bien été condamnée pour avoir posé ses lèvres sur un tableau! Ce faisant, elle a créer, d'après ta théorie une oeuvre nouvelle. Elle n'a pas respecté l'oeuvre originale et ce dictateur de peintre s'en est ému! Quel tyran!
Ca n'a rien à voir. Dans le cas dont tu parles, il s'agit de vandalisme sur une œuvre originale.
On est bien d'accord, et certaine mises en scène s'y apparentent, sauf que les vandales en question ne peuvent pas détruire l'original.
Leurs méfaits ne resteront pas dans l'histoire, ils voudraient reproduire les houleuses représentations d'Hernani, mais n'est pas Hugo qui veut et pour cela, il faudrait savoir écrire autre chose que son n° de compte bancaire au dos d'un chèque.
c'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule
(audiard)

Avatar du membre
jerome
Basse
Basse
Messages : 9719
Enregistré le : 03 mars 2003, 00:00
Localisation : NANCY

Message par jerome » 28 oct. 2012, 14:19

maitreluther a écrit :
Piem67 a écrit :
maitreluther a écrit :Une "artiste" a bien été condamnée pour avoir posé ses lèvres sur un tableau! Ce faisant, elle a créer, d'après ta théorie une oeuvre nouvelle. Elle n'a pas respecté l'oeuvre originale et ce dictateur de peintre s'en est ému! Quel tyran!
Ca n'a rien à voir. Dans le cas dont tu parles, il s'agit de vandalisme sur une œuvre originale.
On est bien d'accord, et certaine mises en scène s'y apparentent,
oui et c'est rien de le dire! :cheers:

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2253
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 28 oct. 2012, 16:05

maitreluther a écrit :
On est bien d'accord, et certaine mises en scène s'y apparentent, sauf que les vandales en question ne peuvent pas détruire l'original. Leurs méfaits ne resteront pas dans l'histoire
Bon ben alors pourquoi s'égosiller pareillement pour demander une condamnation en justice ?
maitreluther a écrit : , ils voudraient reproduire les houleuses représentations d'Hernani, mais n'est pas Hugo qui veut et pour cela, il faudrait savoir écrire autre chose que son n° de compte bancaire au dos d'un chèque.
Résumer le travail d'un metteur en scène comme Tcherniakov à un chèque est signe que tu n'as jamais dû voir un de ses spectacles. Avec Carsen (certains de ses spectacles), Claus Guth (mon préféré) et Tcherniakov, il y a une REELLE et PROFONDE réflexion sur l'œuvre. Que le résultat plaise ou pas, c'est une chose, mais on ne peut nier la qualité intrinsèque du travail, la logique et la solidité du point de vue.

Leyla
Ténor
Ténor
Messages : 601
Enregistré le : 08 juil. 2005, 23:00
Contact :

Message par Leyla » 28 oct. 2012, 16:09

Piem67 a écrit :
maitreluther a écrit :
On est bien d'accord, et certaine mises en scène s'y apparentent, sauf que les vandales en question ne peuvent pas détruire l'original. Leurs méfaits ne resteront pas dans l'histoire
Bon ben alors pourquoi s'égosiller pareillement pour demander une condamnation en justice ?
maitreluther a écrit : , ils voudraient reproduire les houleuses représentations d'Hernani, mais n'est pas Hugo qui veut et pour cela, il faudrait savoir écrire autre chose que son n° de compte bancaire au dos d'un chèque.
Résumer le travail d'un metteur en scène comme Tcherniakov à un chèque est signe que tu n'as jamais dû voir un de ses spectacles. Avec Carsen (certains de ses spectacles), Claus Guth (mon préféré) et Tcherniakov, il y a une REELLE et PROFONDE réflexion sur l'œuvre. Que le résultat plaise ou pas, c'est une chose, mais on ne peut nier la qualité intrinsèque du travail, la logique et la solidité du point de vue.
Mais on s'en moque pas mal de son "point de vue", s'il nie le fondement même de l'oeuvre. La partition nie ce que le "metteur en scène" tente de plaquer sur elle. Tcherniakov et ses pareils n'ont qu'à écrire leurs propres pièces, s'ils en sont capables.

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2253
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 28 oct. 2012, 16:09

Leyla a écrit :
Gorianchikov a écrit :Don du poème
Je t’apporte l’enfant d’une nuit d’Idumée !
Noire, à l’aile saignante et pâle, déplumée,
Par le verre brûlé d’aromates et d’or,
Par les carreaux glacés, hélas ! mornes encor
L’aurore se jeta sur la lampe angélique,
Palmes ! et quand elle a montré cette relique
A ce père essayant un sourire ennemi,
La solitude bleue et stérile a frémi.
Ô la berceuse, avec ta fille et l’innocence
De vos pieds froids, accueille une horrible naissance
Et ta voix rappelant viole et clavecin,
Avec le doigt fané presseras-tu le sein
Par qui coule en blancheur sibylline la femme
Pour des lèvres que l’air du vierge azur affame ?

Stéphane Mallarmé
En l'occurrence, Poulenc, à qui la gestation des Dialogues a coûté beaucoup de souffrances, était fier de l'enfant qu'il avait eu tant de mal à mettre au monde. Il n'a eu nul besoin d'une Maria ou d'une Geneviève pour la vivifier. Et surtout pas d'un metteur en scène "intelligent" pour lui faire subir une opération de chirurgie esthétique. La dernière scène est complètement dénaturée dans cette production, et c'est le spectacle munichois qui est "l'enfant d'Idumée", à l'image de ce que devient Mère Marie dans le fantasme du metteur en scène.
Une chose m'étonne dans tout cela, c'est que passée cette production munichoise, l'œuvre est toujours la même, elle existe, elle vit, on peut la lire, l'écouter. C'est s'énerver pour bien peu de choses.
Du vandalisme sur une œuvre dénature l'œuvre à jamais. Ce n'est absolument pas le cas ici puisque l'œuvre peut très bien être remontée dans une autre production plus "respectueuse", voire avec les décors de la création (horriblement démodés d'ailleurs).

Avatar du membre
maitreluther
Baryton
Baryton
Messages : 1415
Enregistré le : 22 janv. 2006, 00:00

Message par maitreluther » 28 oct. 2012, 16:13

Piem67 a écrit :
maitreluther a écrit :
On est bien d'accord, et certaine mises en scène s'y apparentent, sauf que les vandales en question ne peuvent pas détruire l'original. Leurs méfaits ne resteront pas dans l'histoire
Bon ben alors pourquoi s'égosiller pareillement pour demander une condamnation en justice ?
maitreluther a écrit : , ils voudraient reproduire les houleuses représentations d'Hernani, mais n'est pas Hugo qui veut et pour cela, il faudrait savoir écrire autre chose que son n° de compte bancaire au dos d'un chèque.
Résumer le travail d'un metteur en scène comme Tcherniakov à un chèque est signe que tu n'as jamais dû voir un de ses spectacles. Avec Carsen (certains de ses spectacles), Claus Guth (mon préféré) et Tcherniakov, il y a une REELLE et PROFONDE réflexion sur l'œuvre. Que le résultat plaise ou pas, c'est une chose, mais on ne peut nier la qualité intrinsèque du travail, la logique et la solidité du point de vue.
Peut-on encore appeler réflexion et point de vue sur l'oeuvre lorsque le résultat est le contraire de ce qui est écrit et composé?
Le premier prof venu lui foutrait un zéro en parlant de contre-sens ou d'incompréhension du sujet, mais vu le nom du monsieur, il faudrait crier au génie! A partir de quel cachet un metteur en scène est un génie quelle que soit la bouse qu'il pond dans le nid du créateur qu'il vampirise?
c'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule
(audiard)

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2253
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 28 oct. 2012, 16:13

Leyla a écrit : Mais on s'en moque pas mal de son "point de vue",
Tu dis la même chose des interprètes ? Quand tu vas écouter Andreas Staier jouer du MOzart par exemple, tu te dis aussi "on s'en fout pas mal de son point de vue" ? PArce que lui aussi il a un point de vue !
Leyla a écrit : La partition nie ce que le "metteur en scène" tente de plaquer sur elle.
Absolument pas. La partition inclut l'interprétation dans sa définition pour la simple et bonne raison que pour "vivre", elle a besoin d'être jouée et montée.
Leyla a écrit : Tcherniakov et ses pareils n'ont qu'à écrire leurs propres pièces, s'ils en sont capables.
Ce n'est pas leur métier. Ils sont interprètes, pas créateurs. Tu dirais la même chose d'un interprète musical qui te plaît pas ? TU dirais à Andreas Staier de composer plutôt que de jouer Mozart comme il le joue ?

Avatar du membre
Piem67
Basse
Basse
Messages : 2253
Enregistré le : 28 févr. 2005, 00:00
Localisation : Strasbourg

Message par Piem67 » 28 oct. 2012, 16:15

maitreluther a écrit : Peut-on encore appeler réflexion et point de vue sur l'oeuvre lorsque le résultat est le contraire de ce qui est écrit et composé?
Le premier prof venu lui foutrait un zéro en parlant de contre-sens ou d'incompréhension du sujet,
Un prof comme Jérôme tu veux dire ? Ah là, c'est à craindre en effet. Et encore, il pourrait même être menacé d'être traîné au Tribunal. ^^
maitreluther a écrit :A partir de quel cachet un metteur en scène est un génie quelle que soit la bouse qu'il pond dans le nid du créateur qu'il vampirise?
Et oui, on disait ça des impressionnistes au départ...

Répondre