Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Actualité, potins, débats.
Avatar du membre
Il prezzo
Alto
Alto
Messages : 344
Enregistré le : 17 mars 2013, 08:12

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par Il prezzo » 06 juil. 2018, 21:30

Ce n'est pas vraiment une carabistouille, mais rarement lu pareille bêtise.
Sur l'Ariadne aixoise, dans Libé.

En 1916, Richard Strauss compose Ariane à Naxos sans se douter qu’il met au jour ce qui deviendra cent ans plus tard un hymne fou du macronisme triomphant. Qu’on en juge: «L’homme le plus riche de Vienne» achète deux spectacles pour une de ses fêtes, un opéra tragique et un ballet comique, qu’il ne veut pas voir représentés l’un après l’autre, mais simultanément. Seront donc interprétés sur la même scène la solitude dramatique d’Ariane à Naxos et, en même temps, les déboires de Zerbinetta et de ses quatre amants. Programmer cette œuvre en ouverture du festival d’Aix tient presque du geste politique.

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3389
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par micaela » 06 juil. 2018, 21:32

Mais une c**ie de cette ampleur, c'est aussi une carabistouille...
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Avatar du membre
PlacidoCarrerotti
Hall of Fame
Hall of Fame
Messages : 13283
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par PlacidoCarrerotti » 06 juil. 2018, 22:18

Il prezzo a écrit :
06 juil. 2018, 21:30
Ce n'est pas vraiment une carabistouille, mais rarement lu pareille bêtise.
Sur l'Ariadne aixoise, dans Libé.

En 1916, Richard Strauss compose Ariane à Naxos sans se douter qu’il met au jour ce qui deviendra cent ans plus tard un hymne fou du macronisme triomphant. Qu’on en juge: «L’homme le plus riche de Vienne» achète deux spectacles pour une de ses fêtes, un opéra tragique et un ballet comique, qu’il ne veut pas voir représentés l’un après l’autre, mais simultanément. Seront donc interprétés sur la même scène la solitude dramatique d’Ariane à Naxos et, en même temps, les déboires de Zerbinetta et de ses quatre amants. Programmer cette œuvre en ouverture du festival d’Aix tient presque du geste politique.
A ranger avec "Vivaldi a composé de la musique d'attente téléphonique, deux cents ans avant l'invention du téléphone".
"Sono vecchia, grassa, brutta…ma sono sempre Tetrazzini !"

Avatar du membre
micaela
Basse
Basse
Messages : 3389
Enregistré le : 16 juil. 2015, 17:24
Localisation : paris

Re: Les carabistouilles des critiques (et des autres)

Message par micaela » 06 juil. 2018, 22:21

Même pas. La phrase sur Vivaldi est une blague un peu facile (et un peu usée) sur l'utilisation de sa musique. Ce commentaire se veut malin et décalé (je suppose) , c'est surtout bête et prétentieux.
S'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème Proverbe shadok

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 61 invités