Lecocq:Docteur Miracle-Lebon/Surot-Saint-Etienne 4/10/2019

Représentations
Répondre
petitchoeur
Mezzo Soprano
Mezzo Soprano
Messages : 215
Enregistré le : 19 sept. 2009, 23:00

Lecocq:Docteur Miracle-Lebon/Surot-Saint-Etienne 4/10/2019

Message par petitchoeur » 09 oct. 2019, 14:03

ImageLE DOCTEUR MIRACLE
Musique de Charles Lecocq (1832-1918)
Livret de Léon Battu et Ludovic Halévy
Création le 8 avril 1857 aux Bouffes-Parisiens

Mise en scène, décors et costumes : Pierre Lebon,
Lumières : Bertrand Killy

Laurette : Makeda Monnet
Silvio : David Ghilardi
Le Podestat : Laurent Deleuil
Véronique : Lara Neumann
Assistant du Docteur Miracle : Pierre Lebon

Piano : Martin Surot


Production : Bru Zane France
Coproduction : Opéra de Saint-Etienne/Opéra de Tours
Décor et costumes réalisés par les ateliers de l'Opéra de Tours
Sur une idée du Palazzetto Bru Zane.
Prochaines représentation à l'Opéra de Tours les 12,13 et 14 décembre 2019.

Opéra de Saint-Etienne le 4 octobre 2019


Charles Lecocq (1832-1918) est, comme Bizet et Gounod, un élève de Jacques Fromental Halévy (de son vrai nom : Elias Lévy) au conservatoire de Paris. Il remporte ex-aequo avec Bizet un concours d'opérette lancé par Jacques Offenbach sur un livret imposé de Ludovic Halévy (le neveu du précédent) et Léon Battu : Docteur Miracle. Occasion pour Offenbach de remplir son théâtre, récemment ouvert en 1855, les Bouffes-Parisiens, et faire connaître ses goûts musicaux en incitant les compositeurs à écrire des opéras comiques dans la tradition française avec pour objectif de produire une « œuvre la plus proche de la  comédie musicale ». Le jury est présidé par Daniel-Fraçois-Esprit Auber, directeur du Conservatoire. Peuvent concourir les musiciens qui ont remporté le Grand prix de Rome les années précédentes. La sélection se fait en deux tours selon un strict règlement : écoute anonyme, vote à bulletin secret. Contrairement au premier tour (les candidats pouvaient proposer une œuvre de leur choix), au deuxième tour les cinq candidats retenus se voient imposés le livret du Docteur Miracle. Lecocq et Bizet l'emportent et se partagent le prix : 1200 francs-or et une médaille en or de 300 francs. Les deux ouvrages sont donnés à la suite l'un de l'autre le 8 avril 1857 aux Bouffes-Parisiens. En dépit de ce premier succès Lecocq devra attendre longtemps avant d'être reconnu. Il décide alors de s'installer en Belgique, loin du « Roi de Paris », Offenbach ! En 1872, à Bruxelles, est créée La Fille de Madame Angot qui connaît rapidement un succès mondial, confirmé par Giroflé-Girofla en 1874. Il rentre alors à Paris où il produira, avec des succès mitigés, encore vingt-cinq opérettes. Il meurt en 1918 à la veille de la reprise triomphale de La Fille de Madame Angot à l'Opéra-Comique.
La famille Bru est fondatrice du laboratoire pharmaceutique UPSA. Elle est à l'origine de la Fondation Bru, engagée dans le mécénat humanitaire et culturel dont le Centre de musique romantique française de Venise. Ce Centre est installé dans un palais du XVIIème siècle restauré en 2009. Il conçoit des concerts et des spectacles, produit des enregistrements, accueille des chercheurs, organise des colloques, publie des partitions mises à la disposition de tous, propose des formations, assure une animation auprès des jeunes publics, diffuse de la musique sur Bru Zane Classical Radio. Avec un seul objectif : faire connaître la musique romantique française. De très nombreuses œuvres, la plupart du temps oubliées, ont été produites dans les maisons d'opéra en France grâce à cette fondation (lire les très nombreux fils sur ODB). Citons seulement celles coproduites très récemment avec l'Opéra de Saint-Etienne :
- Dante de Benjamin Godard  en mars 2019 :
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... t=bru+zane
- Cendrillon de Nicolas Isouard  en mai 2019 :
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... t=bru+zane
Et tout naturellement faire redécouvrir Charles Lecocq. Aujourd'hui le Docteur Miracle, une oeuvre en un acte d'une durée d'une heure environ.

Image
crédit photo: Michel Slomka

Un jeune militaire, Silvio,est amoureux de Laurette, fille du Podestat de Padoue, qui s'oppose à leur union. Le Podestat, recherchant un nouveau domestique, embauche un dénommé Pasquin qui est chargé de surveiller Laurette et de congédier Silvio s'il se présente. Pasquin n'est autre que Sylvio déguisé en valet ! Silvio prépare une omelette servie au repas familial. Déjeuner terminé, le Podestat quitte la maison recommandant à Pasquin de surveiller Laurette qui, alors, reconnaît son amoureux. Le Podestat rentre inopinément et les trouvent enlacés : il chasse Pasquin/Silvio, qui a juste le temps de lui glisser un billet lui apprenant que l'omelette servie était empoisonnée et que sa fin est toute proche. Affolé, le Podestat réclame un médecin tandis que son épouse, ravie, tente de lui faire signer un testament en sa faveur. Le docteur Miracle accourt et déclare qu'il ne commencera ses soins qu'après avoir obtenu la main de Laurette. Mort de peur, son père accepte illico tandis que Véronique, son épouse, se lamente de ne pas avoir été débarrassée de son encombrant époux et de na pas toucher l'héritage. La comédie se termine par deux révélations : l'omelette n'était pas empoisonnée et le Docteur Miracle et Silvio ne font qu'un...

Image
crédit photo: Michel Slomka

Pierre Lebon assure la mise en scène, les décors et les costumes de cette opérette. De plus, jouant le rôle de l'assistant du docteur, il joue la comédie et chante ! Le décor unique de petite dimension n'occupe qu'une partie de la scène laissant de part et d'autre un espace aux acteurs qui ne sont pas en scène. Des ouvertures nombreuses permettent d'apparaître ou de quitter la scène subrepticement pour la plus grande joie des spectateurs: fenêtre, rideau, escalier, trappe dans les planchers. Tous les costumes sont rouges : robes de Valentine et de Laurette vaporeuses et virevoltantes. Celui du Podestat, affublé d'un ventre énorme et d'un minuscule haut de forme, rouge lui aussi, est extravagant. Une mise en scène au cordeau pleine de mouvements, de jongleries, de danse, d'acrobaties, avec un Pasquin sur le modèle des valets du théâtre français des XVIIème et XVIIIème siècles : luron rusé et ingénieux face à un Podestat naïf et ridicule. Pierre Lebon, excellent bateleur et bon chanteur, est en scène avant le début du spectacle en homme-sandwich vantant les mérites des pilules du Docteur Miracle. Nous nous retrouvons sur des tréteaux d'une commedia dell'arte  avec toute la fantaisie, la rapidité et l'exagération des gestes et des attitudes qui rendent toutes les situations cocasses et drôles. Sans l'improvisation !

Image
crédit photo: Michel Slomka

Laurent Deleuil, le Podestat, possède une voix claire, expressive, bien projetée au timbre velouté. Il a été repéré comme membre du studio de l'Opéra National du Rhin. Lara Neumann, Véronique, est aussi bonne comédienne que chanteuse. Elle fait partie de la Clique des Lunaisiens qui a enthousiasmé les spectateurs  des Bouffes du Nord en juin 2017 :
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... ra+neumann
La voix de Makeda Monnet, est puissante et d'une fraîcheur adaptée à la jeunesse de son héroïne, Laurette. David Ghilardi, Silvio, est un valet de comédie déluré et un amoureux convaincu . Très remarqué dans Maison à Vendre de Nicolas-Marie Dalayrac redécouvert à Reims en 2018  grâce, encore lui ! au Palazzetto Bru Zane.
http://www.odb-opera.com/viewtopic.php? ... d+Ghilardi
Martin Surot est au piano. Son instrument et lui-même sont intégrés dans le décor. Il est homme-orchestre avec beaucoup de brio. Et prend manifestement beaucoup de plaisir à jouer cette musique délicieuse, pleine de fantaisie et sans prétention.
Un spectacle réjouissant remarquablement monté.
Pierre Tricou
PS : prochaines représentations à l'Opéra de Tours les 12,13 et 14 décembre 2019

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 69 invités