Wagner – Parsifal – Bychkov / Laufenberg – Bayreuth – 07-08/2019

Représentations
Répondre
Efemere
Basse
Basse
Messages : 2390
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Wagner – Parsifal – Bychkov / Laufenberg – Bayreuth – 07-08/2019

Message par Efemere » 13 août 2019, 09:55

PARSIFAL

Bühnenweihfestspiel (« festival scénique sacré ») en trois actes de Richard Wagner (1813-1883), sur un livret en allemand du compositeur d'après le roman de chevalerie Parzival (XIIIe siècle) de Wolfram von Eschenbach (v. 1170-1220).
Création le 26 juillet 1882 au palais des festivals de Bayreuth (Bayreuther Festspielhaus).
:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Le Festival de Bayreuth reprend pour la troisième année consécutive la production créée le 25 juillet 2016.

Sept représentations en 2019 : 30 juillet, 2, 5, 15, 19, 22 et 26 août (cf. ici).


▪Chef d'orchestre : Semyon Bychkov
▪Mise en scène : Uwe Eric Laufenberg
▪Décors : Gisbert Jäkel
▪Costumes : Jessica Karge
▪Lumières : Reinhard Traub
▪Vidéo : Gérard Naziri
▪Dramaturgie : Richard Lorber
▪Chef de chœur : Eberhard Friedrich

▪Amfortas : Ryan McKinny
▪Titurel : Wilhelm Schwinghammer
▪Gurnemanz : Günther Groissböck
▪Parsifal : Andreas Schager
▪Klingsor : Derek Welton
▪Kundry : Elena Pankratova
▪1. Gralsritter : Martin Homrich
▪2. Gralsritter : Timo Riihonen
▪1. Knappe : Alexandra Steiner
▪2. Knappe : Mareike Morr
▪3. Knappe : Paul Kaufmann
▪4. Knappe : Stefan Heibach
▪Klingsors Zaubermädchen : Katharina Konradi
▪Klingsors Zaubermädchen : Ji Yoon
▪Klingsors Zaubermädchen : Mareike Morr
▪Klingsors Zaubermädchen : Alexandra Steiner
▪Klingsors Zaubermädchen : Bele Kumberger
▪Klingsors Zaubermädchen : Marie Henrie
▪Altsolo : Simone Schröder

-------------------------------------------------------------------------------------


Pour cette production, le metteur en scène initialement prévu était Jonathan Meese, qui a été évincé à l'automne 2014 et remplacé par Uwe Eric Laufenberg, directeur du Hessisches Staatstheater Wiesbaden (depuis août 2014).
À la fin de juin 2016, le Festival annonçait que le chef d'orchestre Andris Nelsons se retirait ; trois semaines avant la première, la direction était confiée à Harmut Haenchen, également présent en 2017 (remplacé par Marek Janowski le 5 août 2017).

La production de 2016 a fait l'objet d'une retransmission vidéo en direct (le 25 juillet 2016) et d'un enregistrement commercialisé par Deutsche Grammophon – double DVD (EAN : 0044007353509) et Blu-ray (EAN : 0044007353530) sortis le 21 juillet 2017.

En cette saison, des titulaires des rôles principaux de l'édition 2016, ne restent que la soprano russe Elena Pankratova (Kundry) et le baryton-basse américain Ryan McKinny (Amfortas) – absent en 2018 (qui a vu programmé Thomas Johannes Mayer).
Le Parsifal de 2016, Klaus Florian Vogt, est distribué en Walther von Stolzing depuis 2017 et a également chanté Lohengrin cette année. Le baryton-basse allemand Gerd Grochowski, Klingsor en 2016, est mort en janvier 2017.

Depuis 2017, le ténor autrichien Andreas Schager interprète le rôle de Parsifal – il avait remplacé Klaus Florian Vogt en 2016 lors d'une représentation (6 août), et le baryton-basse australien Derek Welton est Klingsor (sauf le 14 août 2017, où ce fut Werner van Mechelem).
La direction musicale est assurée par le maestro américain (d'origine soviétique) Semyon Bychkov, après celle de 2018 (ses débuts à Bayreuth).

____________________________________________________

À propos de la production, voir les fils d'ODB : ici (en 2016) et ici (en 2018).

En juillet 2018, j'avais découvert ce spectacle, dont la mise en scène, sans me plaire, ne m'a pas à nouveau gênée cette année.
Les deux représentations auxquelles j'ai assisté récemment, les 30 juillet et 5 août derniers, ont été deux très grands moments musicaux pour moi, grâce essentiellement à l'orchestre dirigé par Bychkov, qui a éclipsé tout le reste (faiblesses de la mise en scène, petites failles de quelques chanteurs, etc.) – une direction que j'ai perçue comme fluide, rigoureuse, avec des tempi amples sans être trop lents et de très belles envolées.

Le 30 juillet, Günther Groissböck a été magistral. Le 5 août, sa voix sonnait un peu tirée au début, mais rapidement, le chanteur a retrouvé de sa superbe. De même, Ryan McKinny, assez convaincant lors de la première, mais faiblard à l'acte I quelques jours après, chevrotant presque et quasi monolithique, s'est rattrapé au dernier acte.
Très bon Klingsor de Derek Welton à mes deux séances.
Quant à Elena Pankratova, simplement correcte et sans panache d'après moi, comme en 2018, elle m'a scotchée la seconde fois ; peut-être pas remise de son indisposition qui l'avait empêchée de se produire dans Lohengrin III (3 août), elle avait démarré avec un vibrato inhabituel et assez prononcé ; à l'acte II, elle a pu se surpasser et offrir une prestation époustouflante avec Andreas Schager, lui aussi captivant lors de leur scène commune qui a tenu en haleine tout le public.
Et dernier acte du 5 août : je l'ai trouvé encore plus beau que la première fois.


Image

Image

Wim
Alto
Alto
Messages : 253
Enregistré le : 10 déc. 2017, 12:56

Re: Wagner – Parsifal – Bychkov / Laufenberg – Bayreuth – 07-08/2019

Message par Wim » 20 août 2019, 10:23

Représentation du 19 août
Force est de constater que le chant wagnérien est en meilleure forme du côté masculin que du côté féminin. Il suffit de vérifier la distribution du Ring de Bayreuth pour 2020. Et la preuve en était fournie aussi hier soir.
En Gurnemanz, on vit dans une période de vrai luxe: Selig, Pape et, ici à Bayreuth, Groissböck. Belle voix sonore, interprétation de grande classe, on s'incline devant ce ciseleur où chaque mot et chaque note sont réfléchis.
Pas loin derrière, Schager en Parsifal. Pour les détracteurs ici et ailleurs qui l'accusent de ne pas savoir nuancer son chant, il a amplement démontré que ce sont de fausses accusations. Il est vrai, ce n'est pas le plus fin des chanteurs et un acteur avec beaucoup de geste convenus, mais il a une présence indéniable et une voix qui projette énormément même dans les pp.
L'Amfortas de Mc Kinny semble avoir été choisi plus pour son six pack et son physique d'Adonis que pour ses capacités de chant. Sa voix paraît mince et projette trop peu. En plus, son interprétation est assez monolithique. Rien d'indigne, mais à côté de Groissböck et Schager, c'était plutôt faible.
Pankratova a enchaîné avec Kundry après son Ortrud de la veille. Personnellement, je la trouve plus convaincante en Kundry. En Ortrud elle semblait assez en retrait tandis qu'en Kundry elle semble être élevée dans son duo avec Schager au II. Les aigus ne sont pas toujours des plus beaux mais l'engagement est sans faille.
Le Klingsor de Welton n'était pas mal mais étant donné sa position très au fond de la scène, j'avais beaucoup de mal à l'entendre. Je n'ai pas eu peur de lui pour une seconde.
Bon Titurel (Schwinghammer).
Finalement, l'orchestre et le choeur (énorme), superbes comme toujours. Incroyable comment on entend chaque détail de la fosse, chaque pupitre jouant comme solo mais fondant dans un ensemble magnétique. Bychkov menait le tout sans lenteur et avec des explosions de sons là où il le fallait.

Efemere
Basse
Basse
Messages : 2390
Enregistré le : 11 mars 2014, 14:04
Localisation : Paris

Re: Wagner – Parsifal – Bychkov / Laufenberg – Bayreuth – 07-08/2019

Message par Efemere » 21 août 2019, 17:27

Wim a écrit :
20 août 2019, 10:23
Représentation du 19 août
Force est de constater que le chant wagnérien est en meilleure forme du côté masculin que du côté féminin (...)

ici à Bayreuth, Groissböck. Belle voix sonore, interprétation de grande classe, on s'incline devant ce ciseleur où chaque mot et chaque note sont réfléchis.
Pas loin derrière, Schager en Parsifal. Pour les détracteurs ici et ailleurs qui l'accusent de ne pas savoir nuancer son chant, il a amplement démontré que ce sont de fausses accusations. Il est vrai, ce n'est pas le plus fin des chanteurs et un acteur avec beaucoup de geste convenus, mais il a une présence indéniable et une voix qui projette énormément même dans les pp (...)

Finalement, l'orchestre et le choeur (énorme), superbes comme toujours. Incroyable comment on entend chaque détail de la fosse, chaque pupitre jouant comme solo mais fondant dans un ensemble magnétique. Bychkov menait le tout sans lenteur et avec des explosions de sons là où il le fallait.
+ 1

Image

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 79 invités